TEST – Forza Horizon 4 : La perfection à l’horizon ?

Le nouveau volet du jeu de course en monde ouvert revient avec cette fois-ci la présence des quatre saisons aux météos dynamiques. Forza Horizon 4 se doit d’être aussi bon que son aîné voire meilleur. Verdict ici.

TEST – Forza Horizon 4

Développeur : Turn 10 Studios, Playground Games
Éditeur : Microsoft Studios
Genre : Jeu de courses
Date de sortie initiale : 2 octobre 2018
Support : Xbox One, PC
Version pour le test : Version Xbox One fournie par l’éditeur

 

Attendu au tournant par beaucoup, Forza Horizon 4 doit avoir les épaules solides pour continuer à faire briller la licence. Héritier de ses aînés, l’essence du jeu doit rester la même tout en apportant de nouveaux éléments. Si le savoir-faire de Turn 10 Studios n’est plus à prouver, le risque de répétition rode dangereusement. Voyons en détails les nouveautés de ce nouvel opus qui devraient ravir les fans de la licence.

 L’important, ce n’est pas la destination…

Boom! Forza Horizon 4 vous plonge dans le Nord du Royaume Uni et plus précisément en Écosse ! A vous les plaines verdoyantes, les grandes plages océaniques, les montagnes enneigées ou encore les maisons britanniques. Un paysage parfait pour rouler à gauche à vive allure à bord d’une des 456 voitures proposées dans le jeu. Une nouvelle map superbement réalisée qui se transforme au gré des quatre saisons. Soleil, pluie, neige, verglas et même feuilles mortes, le revêtement des routes influencera le comportement de votre bolide. D’ailleurs, certaines voitures sont équipées de pneus neiges bien pratiques. Si la plastique de la carte frôle la perfection, je déplore tout de même un game design assez classique. Si rouler reste un grand plaisir, que ce soit sur les routes goudronnées ou sur les pistes voire à travers champs (attention aux moutons tout de même), l’incitation à sortir des sentiers battus manque franchement de peps. La référence dans ce domaine reste Burnout Paradise où vous pouvez rouler de longs moments en enchaînant des sauts de dingues, en évitant des collisions et tout ça à plus de 300kmh. Ceci pour dire que parfois, rouler dix kilomètres pour se rendre à une épreuve peut paraître un tantinet ennuyeux.

Question contenu, comme à l’accoutumé les épreuves se multiplient après chaque victoire. A tel point que la carte se retrouve très vite remplie et qu’on ne sait plus où donner de la tête. Bien entendu, on retrouve les bases de la licence : épreuves de rassemblement, Courses de rue, Cross Country, Courses, les Panneaux à détruire, les Radars, les Zones de vitesse et de drift, les Points de prouesses, Trésors de grange, Site historique, etc. Côté nouveautés, on note l’arrivée des épreuves de cascade très sympathiques dans lesquelles un réalisateur de films vous embauche pour effectuer des cascades avec une voiture bien précise. Autre nouveauté, la possibilité d’acheter des maisons ici et là en guise de garage et de point de départ. Ajoutez à cela, la possibilité de personnaliser votre personnage et vous vous sentirez comme à la maison. Une fois n’est pas coutume, le contenu de ce nouveau volet promet des dizaines d’heures de jeu sans sourciller et ce, sans compter les événements en ligne comme le Forzathon ou tout simplement les épreuves personnalisées par les autres joueurs.

 …C’est le voyage.

Eh oui, dans Forza Horizon 4 la première place n’est pas une finalité mais un moyen plus rapide de gagner des CR ou des points d’influence débloquant ainsi de nouvelles épreuves. Là encore, on retrouve le plaisir des épreuves aux tracés variés et nécessitant des classes de voitures particulières. Cela permet d’éloigner le sentiment de répétitivité qu’il peut y avoir dans un jeu de bagnoles. Surtout que les différentes classes de voitures offrent des gameplay totalement différents. Les développeurs ont encore amélioré ce point et chaque véhicule aura un comportement différent. A vous de trouver la voiture de vos rêves. Personnellement, j’ai gagné une New Beetle Rockstar légendaire avec laquelle je m’éclate, peu importe la surface ! Bien entendu, tout le monde tend à posséder l’ultime bolide dans son garage telle que la Lamborghini Centenario ou la Bugatti Chiron mais avouez que c’est trop surfait.

Là où Turn 10 fait fort c’est de proposer un jeu arcade avec tous les aspects d’une simulation. Entre les aides à la conduite, les améliorations et réglages possibles, les passionnés d’automobile seront ravis. Et libre à vous de déplacer le curseur comme bon vous semble. Les propriétaires d’un volant-pédalier devraient aussi y trouver leur compte. Au passage, un grain de folie supplémentaire aurait été le bienvenu pour ancrer profondément le jeu dans le genre arcade et pas le cul entre deux roues.  L’ajout de Formule 1 ou de Dragsters par exemple, ou pourquoi pas un kart ? Bon, c’est faire la fine bouche certes, mais quand on cherche la perfection…

 C’est meilleur quand on le partage

Le côté online du soft a été revu et ce n’était pas du luxe. Dans le précédent opus, faire une partie en ligne avec ses amis relevait du défi entre rejoindre la mode online, la création de session, les invitations et ensuite se retrouver sur la map… C’était laborieux. Tout ça c’est de l’histoire ancienne, dans Forza Horizon 4 tout est simplifié à tel point que vous pouvez rejoindre une épreuve en ligne dès lors qu’elle est proposée dans votre partie solo. Par ailleurs, lors d’une aventure en équipe privée, il vous sera possible de personnaliser toutes vos épreuves du choix du tracé à la météo en passant par la catégorie de voitures utilisables. C’est VOTRE aventure et vous pouvez inviter jusqu’à 11 amis ! A noter aussi, l’apparition de l’aventure classée pour les plus chevronnés.

A tout cela, il faut rajouter la possibilité de concourir contre vos meilleurs rivaux des différentes catégories. Une autre façon de vous mesurer à vos amis en toute décontraction et bien les chambrer sur les réseaux sociaux. Enfin, n’oubliez de rejoindre ou créer un club pour gagner des CR et des points d’influence collectivement. Plus les membres du club jouent et remportent des courses, plus le niveau du club monte et plus vous êtes récompensé. C’est ça l’esprit Horizon! Bref tout est fait pour profiter pleinement de l’expérience, seul ou à plusieurs, en ligne ou non.

 

Forza Horizon 4 s’inscrit dans la superbe lignée de ses aînés. C’est un titre quasi irréprochable tant dans la réalisation que dans le contenu. Les habitués de la licence seront ravis de retrouver les sensations made in Horizon, quant aux autres, vous prendrez une claque monumentale tant le jeu vous paraîtra grandiose. Les sensations sont bel et bien au rendez-vous avec un gameplay encore plus précis et réaliste. Le côté personnalisation a été bien pensé et amène une meilleure immersion. Les quelques ajustements du mode online ainsi que les nouvelles épreuves font vraiment plaisir et procurent une nouvelle dose de fun indéniable. Si vous aimez les jeux de bagnoles, difficile de passer à côté de cette merveille.Certes ce quatrième volet frôle la perfection mais le sentiment de déjà-vu commence à se faire ressentir. Le prochain volet devra subir de grosses nouveautés majeures afin de renouveler la licence au risque de tourner en rond. En attendant, on peut remercier Turn 10 Studios pour leur petit chef d’œuvre vidéoludique.

Points forts

  • M-A-G-N-I-F-I-Q-U-E
  • Un contenu encore plus fou
  • Les épreuves de cascade très funs
  • L'épreuve de rassemblement HALO au top
  • Les sensations de conduites en fonction de la voiture et des saisons
  • Les quatre saisons superbement modélisées
  • L'ajout de personnalisation pour une meilleure immersion
  • Les super tirages pour gagner 3 fois plus

Points faibles

  • La liste musicale décevante
  • Un game design parfois ennuyeux
  • Pas de F1 ou de kart ou autres engins de folie
  • Euh... c'est à peu près tout
9

Amazing

Grand aventurier, Gabs consacre sa vie a la recherche d'OST en tout genre en jouant à différents jeux. La légende raconte que c'est lui qui aurait appris à Link comment jouer de l'ocarina...

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de

Mot de passe oublié

nec suscipit odio ipsum luctus Curabitur consectetur Donec vel, at libero