TEST – F1 2017 : A la conquête du Championnat du Monde !

En perte de vitesse depuis quelques années, le jeu officiel du championnat du monde de Formule 1 est revenu en force avec son opus 2016. Codemasters, le studio britannique habitué des jeux de course, semble avoir retrouvé la recette et nous propose cette année un F1 2017 plus abouti encore que son prédécesseur. Des nouveautés comme l'implantation d'anciennes monoplaces mythiques de la discipline ou un mode carrière plus travaillé sont au programme. De quoi relancer définitivement la licence auprès des fans de Formule 1 ? Verdict.

F1 2017

(testé à partir d’une version PlayStation 4 fournie par l’éditeur)

F1 2017A l’instar des jeux de sport « classiques » comme FIFA ou NBA 2K, il est difficile de se renouveler de manière phénoménale d’une année à l’autre. Les sorties annuelles sont souvent considérées comme de grosses mises à jour. F1 2017 figure dans cette logique et dès le lancement du jeu, pour peu que l’on ait déjà posé les doigts sur F1 2016, nous arrivons en terrain connu. L’écran de lancement propose des menus semblables à l’opus de l’année dernière. On y retrouve la course simple, le contre-la-montre, le multijoueur, le grand prix unique ou encore le mode carrière. Ce dernier est le mode certainement le plus attendu par la plupart des joueurs ! Vous êtes propulsé dans la vie d’un jeune pilote rookie qui débarque dans l’univers du championnat du monde de Formule 1.

F1 2017Pour commencer, vous devez choisir le physique de votre pilote. Bon, pour être honnête, on ne peut pas sélectionner grand chose. Cela se résume à des visages pré-définis (30 environ), la couleur de son casque ou encore son numéro de monoplace. Les développeurs auraient pu pousser la création un peu plus loin, pour donner aux joueurs un sentiment d’attachement à son pilote. Lorsque l’on regarde ce que propose à côté la licence NBA 2K et son mode carrière, ceci est réellement dommage. Mais l’un des points les plus frustrants de ce F1 2017 réside dans le choix de son écurie de départ. Il est possible de sélectionner n’importe quelle écurie sans aucune restriction de choix. Niveau cohérence, on est loin de la réalité. Il est donc possible de se poser dans une Mercedes ou une Ferrari et faire sauter le second pilote de la saison 2017. Dans le cas de ces deux écuries, c’est Valtteri Bottas et Kimi Raikkonen (Champion du Monde 2007) qui passent à la trappe. Les objectifs sont eux évolutifs. Si vous choisissez une équipe qui joue le titre, votre objectif sera élevé avec une qualification en haut de grille. Au contraire, si vous sélectionnez une équipe qui se bat pour ne pas figurer en bas de tableau, votre objectif sera cohérent par rapport à la puissance réelle de votre monoplace.

Votre objectif : Devenir pilote principal !

Vous débutez votre championnat du monde dans l’écurie choisie en tant que second pilote. L’objectif principal pour ce début de saison est d’obtenir de meilleurs résultats que votre coéquipier. Cet objectif fera de lui votre premier rival. En effet, tout au long de votre saison et carrière, votre pilote sera mis en face-à-face contre d’autres pilotes du plateau. Il vous faut réaliser 30 étapes et les finaliser avant votre rival pour pouvoir valider ces duels. Au programme, terminer devant lui en qualification, réaliser le meilleur tour en course ou encore être placé devant lui à l’arrivée d’un Grand Prix. Tout cela est pensé pour vous offrir un challenge et vous permettre d’aller toujours au-delà de vos limites. Pour en revenir à votre objectif principal, devenir le pilote numéro 1 de votre écurie, il vous faudra réaliser de meilleures prestations que votre coéquipier : terminer devant lui en qualification est la première des tâches à réaliser et bien entendu finir devant lui à l’arrivée. Si vous validez l’ensemble de ces étapes, vous deviendrez 1er pilote de l’écurie et le développement de votre monoplace sera plus rapide.

F1 2017 Le développement de votre voiture est la pierre angulaire de votre carrière : plus vous développez votre monoplace, plus vous serez capable de défier vos adversaires en qualification et en course. Pour ce faire, il vous faut échanger un maximum avec votre ingénieur. Cela est surtout effectif en séance d’essai où vous devez valider des tours en ayant des pré-requis imposés par votre équipe. Il vous sera demandé de réaliser un tour rapide avec une gomme particulière, gérer le train de pneu ou encore travailler sur la consommation de carburant. Tous ces défis vous offrent des points de recherche que vous pouvez utiliser sur un arbre de compétences. Ce dernier est la grosse nouveauté de ce F1 2017 et vous permet d’améliorer petit à petit tous les éléments de votre monoplace. Augmentation du couple moteur, aérodynamisme plus poussé, réduction du poids des pièces, etc. Tout cela dans le but de vous rapprocher des plus grosses écuries ou vous permettre de vous maintenir dans le haut du tableau. Cet aspect « gestion » est très importante, car l’usure de votre voiture est rapide et le nombre de moteurs à votre disposition n’est que de quatre. Il vous faudra donc développer votre monoplace pour vous permettre de maintenir vos pièces en bon état le plus longtemps possible, mais également adapter votre conduite pour éviter de détériorer trop rapidement vos pièces moteurs.

Arcade ou simulation ? 

F1 2017 propose une expérience de jeu adapté à tous les types de joueurs. Lorsque vous débutez votre partie, vous avez la possibilité de paramétrer et adapter l’expérience de jeu à votre style de conduite. Si vous êtes plutôt branché arcade, vous pouvez faire de F1 2017 le jeu de vos rêves. Il en est de même pour l’aspect simulation. N’imaginez tout de même pas avoir un titre hardcore ou 100% arcade, selon les paramètres sélectionnés, mais les développeurs ont trouvé le juste milieu pour coller aux mieux aux fans de la série. Pour vous forcer à tendre vers une expérience plus proche de la réalité, sachez qu’il vous sera possible de gagner plus de points de recherche si vous désactivez les aides au pilotage. De plus, ce réglage « simulation » vous oblige à tester les limites de votre monoplace et de tenter plusieurs combinaisons pour obtenir la voiture la plus performante possible. Comme dans la réalité, il semblerait que les monoplaces soient plus « faciles » à conduire et il vous sera plus simple de maintenir votre véhicule en piste. La faute à un aérodynamisme plus important cette année que dans les années passées. L’évolution de la catégorie reine se retrouve aussi dans cet opus !

F1 2017F1 2017 offre une prise en main simple et intuitive que ce soit à la manette ou (évidemment) au combo volant/pédalier. Les nouveaux modèles de Formule 1, du propre aveu des pilotes du championnat de monde, sont beaucoup plus « simples » à conduire que les anciens modèles. Pour pallier ce changement, les développeurs nous proposent de prendre le volant d’anciennes grandes monoplaces. Elles sont aux nombres de douze : la McLaren-Honda MP4/6 de Ayrton Senna, la Williams-Renault FW14B championne du monde avec Nigel Mansell, la Ferrari 412T2 dernier modèle V12 de Maranello, la Williams-Renault FW18 de Damon Hill, la McLaren-Mercedes MP4/13 championne avec Mika Hakkinen, les Ferrari F2002 et F2004 du baron Rouge Michael Schumacher, la Renault RS26 d’Alonso, la Ferrari F2007 du titre de Kimi Raikkonen, la McLaren-Mercedes MP4/23 du premier titre de Lewis Hamilton, la Red Bull-Renaut RB6 de Sebastian Vettel qui lui a permis de devenir le plus jeune champion du monde de Formule 1 et enfin la seule représentante des 80’s avec la McLaren-Honda MP4/4 qui a offert une saison d’anthologie entre Senna et Prost en 1988 ! Du beau monde qui permet d’avoir une expérience de jeu différente des monoplaces du championnat 2017.

F1 2017Graphiquement parlant, F1 2017 n’est clairement pas une claque. On reste devant un titre en retard par rapport à certains de ses concurrents, le moteur graphique étant vieillissant. On remarque une attention particulière pour la monoplace et le cockpit, mais la vue à la troisième personne laisse un sentiment d’apesanteur. La voiture semble flotter au-dessus de la route et la sensation de manque de vitesse est flagrante. Ce défaut est par contre totalement gommé lorsque l’on sélectionne une vue intérieure. Le multijoueur est toujours à l’image de sa communauté et celle de F1 2017 est malheureusement peu fair-play. Il est difficile de trouver une partie qui reste clean et les collisions sont parfois douteuses. Les pénalités, normalement présentes pour pacifier les courses, ne permettent pas d’avoir une expérience de jeu optimale et les joueurs ont déjà compris comment les contourner sans se faire prendre par la patrouille. On reste sur notre faim sur ce point et lorsque l’on connaît l’importance du multijoueur sur les plate-formes actuelles, on ne peut qu’être un peu déçu.

F1 2017 poursuit sa lancée et s’améliore par rapport à l’opus précédent. Probablement le meilleur épisode de la série, Codemasters continue de séduire sa communauté en apportant une touche gestion extrêmement plaisante. Le titre se situe toujours entre arcade et simulation et trouvera son public avec un paramétrage aux petits oignons. Si vous êtes fan de Formule 1, vous pouvez vous lancer dans une carrière solo sans problème. Pour les amoureux de défis en ligne et la recherche du tour parfait, vous allez devoir passer votre chemin.

0 0 voter
Évaluation de l'article

Points forts

  • Les licences officielles
  • Le développement de la voiture
  • Les monoplaces rétro

Points faibles

  • Le multijoueurs trop frustrant
  • Les pénalités douteuses
  • Les graphismes vieillissants
7.5

Good

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Mot de passe oublié

risus. mattis commodo quis, neque. velit, in id Aliquam