TEST – ACE COMBAT 7 : SKIES UNKNOWN

Ace Combat 7 : Skies Unknown signe le grand retour de la licence tant attendu sur cette génération de consoles et PC. Avec une concurrence quasi-inexistante, cet opus ne devait pas rater son envol et encore moins son atterrissage. Verdict dans notre test.

TEST – Ace Combat 7 : Skies Unknown

Développeurs : Project Aces
Éditeur : Bandai Namco
Genre : Simulation vol de combat
Date de sortie initiale : 18 janvier 2019 sur consoles et 1er février sur PC
Supports : PS4, Xbox One, PC
Version pour le test : PS4 fournie par l’éditeur

 Paré au décollage

ace combat 7 testAce Combat 7 vous propulse dans son monde où les batailles aériennes font rage. Un monde nommé Strangereal dans lequel s’oppose deux grandes puissances : la Fédération Oséenne et le Royaume d’Eruséa. Séparés tous deux par un océan, les conflits se passent essentiellement dans les airs. Les précédents opus ont vu la présence d’armes de destruction massive telles que Stonehenge ou le satellite SOLG entre autres. Dans cet opus, c’est une armée de drones autonomes largués par l’Arsenal Bird (un avion à l’envergure gigantesque disposant d’un bouclier électromagnétique). Alors que la paix était instaurée entre les deux nations, le casus belli fut déclenché par une attaque de drones. On suivra ce conflit à travers Avril, petite-fille mécanicienne d’un illustre défunt pilote qui se fait emprisonner dans un faux camp militaire. En tout cas, retrouver la licence 12 ans après le dernier opus procure un grand sentiment de nostalgie mais aussi d’habitude tellement les stigmates sont présents. 

ace combat 7 testUn menu sobre qu’on ne connait que trop bien avec un mode VR exclusif à la PS4 (non testé). Le temps d’une belle cinématique pour planter le décor et nous voici dans les cieux prêt à tirer nos premiers missiles. Plaisir coupable instantané garanti. Au programme 20 missions entrecoupées de cut-scenes scénaristiques bien réalisées même s’il faut l’avouer : le scénario ne vole pas haut. Les missions sont bien variées avec des cibles et des objectifs diversifiés pour notre plus grand bonheur de pilote. Le temps passe à mille à l’heure ne laissant pas la place au sentiment de répétition s’installer. Une vraie réussite de ce côté là, même si leur schéma est vu et revu et qu’il faudrait être bien naïf pour croire qu’une mission se cantonne à abattre 3 tanks. Il est vrai que dans ce registre, Project Aces aurait pu se sortir les doigts pour rendre un peu plus crédibles les « événements imprévus ». Et graphiquement rien à redire, c’est beau et réaliste sans pour autant péter la rétine.

 Fox 2 Fox 2

ace combat 7 testOk le décor est bien là, on est en territoire aérien connu tels des oiseaux dans le ciel, on sillonne les cieux en quête de cibles à détruire. Mais est-ce si jouissif que ça ? Oui faut l’admettre, et ce grâce à deux grandes nouveautés. Si le gameplay fondamental ne change pas malgré ses deux modes de pilotage proposés (Standard et Expert), Ace Combat 7 : Skies Unknown reste éminemment Arcade et de toute façon c’est ce qu’on lui demande. Vrille, loopings, virages serrés, piqués, autant de cascades réalisables à haute vitesse en fonction de l’engin bien entendu. Oui, esquiver des missiles avec un bombardier ne sera aussi aisé qu’avec un chasseur agile. Quant au hub, la carte disponible en trois zooms, l’affichage vert du cockpit, la vitesse, l’état et le nombre de munitions de votre avion, et le chronomètre avec votre score s’affiche en haut à gauche. Rien de particulier ici, à part la carte qui aurait mérité une petite mise à jour car il n’est pas toujours évident de connaitre l’altitude de votre cible. Seul un petit pointeur s’affiche pour donner le cap à suivre mais il n’est pas toujours bien visible surtout lorsque des bips raisonnent dans votre oreille car un missile vous colle au cul.

ace combat 7 testParlons maintenant des nouveautés. Les effets météorologiques marquent ici un tournant dans la licence et donnent un aspect plus réaliste que jamais aux batailles aériennes. D’une, leur esthétique est superbe que ce soit la pluie qui frappe votre cockpit ou la tempête de sable qui vous aveuglera, de deux, ils font partie intégrante du gameplay. Quelques exemples : le givre réduira la mobilité de votre engin, les nuages réduisent la visibilité et donc la possibilité de verrouiller un ennemi, la force du vent vous obligera à tenir le joystick dans sa direction pour éviter le crash, etc. Il y a encore d’autres surprises que je tairais ici. Vraiment une bonne idée bien réalisée cette météo dynamique. Cela rajoute du piment et du plaisir aux parties surtout lorsqu’elle est intégrée au scénario des missions.

ace combat 7 testDeuxième nouveauté, l’arbre de compétences. A l’instar d’un RPG, vous gagnerez de l’argent avec lequel vous pourrez débloquer de nouveaux avions, de nouvelles pièces et de nouvelles armes. Et comme tout arbre, si vous débloquez une branche vous n’aurez pas accès à celle d’en dessous. Chaque avion dispose de 3 armes spéciales déblocables mais vous devrez en choisir qu’une seule lors du briefing. Project Aces a intégré des pièces détachées à cet arbre afin d’améliorer une caractéristique de votre avion (vitesse, défense, maniabilité, etc.). Sachez que toutes les pièces vont sur tous les avions mais qu’il n’est possible d’en installer que 8 au maximum. Suivant les missions, il faudra jongler entre augmenter le nombre de missiles max ou augmenter la maniabilité ou encore diminuer l’effet du givre. Libre à vous de composer l’avion qui vous semblera le plus adapté à la situation. Comptez une bonne vingtaine d’avions officiels tel le Mig 21bis et plusieurs dizaines de pièces détachées. De quoi dépenser toute votre fortune dans cet arbre.

 C’est reparti pour un tour

Une fois les 20 missions achevées pour une durée d’environ 15h, il vous sera possible de recommencer la partie avec vos avions déjà débloqués dans une difficulté accrue. Les chasseurs de trophées/succès seront sans doute ravis. Pour les autres il y a bien entendu le mode multijoueur en ligne. Malheureusement, celui-ci propose uniquement deux modes de jeu : match à mort ou match à mort par équipe… Avec un système de salon made in Bandai Namco, le temps pour rejoindre une session peut être relativement long et en décourager plus d’un. Les salons permettent de proposer des parties avec des règles précises telles que la valeur de votre avion ou encore votre grade. Tout cela reste futile et nuit à l’expérience. Un matchmaking classique aurait été bien plus pratique. Si on rajoute le mode VR, Ace Combat 7 propose un contenu moyen au final. Vraiment dommage qu’il n’y ait pas un mode de jeu scénarisé en coopération surtout quand on voit l’inutilité de nos alliés lors des missions. Ils font plus office de pom-pom girls qui vous applaudissent à chaque ennemi abattu que de véritables alliés faisant leur boulot. A quand un mode PvE jouable à six ? A bon entendeur…

Un petit mot sur la bande-son et plus largement l’ambiance sonore du soft. C’est un vrai régal pour les oreilles. Que ce soit la musique, les bruitages ou encore les voix, rien à dire. La magie opère et on se prend vraiment pour un pilote surtout si vous jouez au casque. Les conditions climatiques évoquées ci-dessus ne sont pas épargnées et quand l’orage pète, je peux vous garantir que vous vous demanderez si ce n’est pas à votre fenêtre.

Actualisé au goût du jour avec des drones autonomes aussi agiles et intelligents que de véritables pilotes, Ace Combat 7 : Skies Unknown reprend les bases de ses prédécesseurs. Sans grande nouveauté dans le gameplay si ce n’est les conditions climatiques réalistes, les habitués de la licence retrouveront très vite leur marque. Si c’est votre premier opus, le manque de tutoriel et d’informations pourra éventuellement vous déranger. La campagne solo scénarisée vous tiendra en haleine à défaut de vous surprendre, elle remplit parfaitement son rôle et vous donnera un peu de fil à retordre. On déplorera le manque de contenu du multi en ligne et la présence d’un mode PvE digne de ce nom. Cet opus respecte bien l’esprit de la licence et ravira tous les fans de la première heure tout en séduisant les nouveaux venus. 

Points forts

  • Les sensations sont là
  • L'arbre de recherche bien pensé et bienvenue
  • L'ambiance sonore fantastique
  • Les effets météorologiques réalistes
  • Le scénario 2.0
  • L'aspect tactique et la diversité des missions
  • Les cut-scenes séduisantes

Points faibles

  • Contenu en ligne trop maigre
  • Toujours pas de coop
  • Ça manque un peu de sensation de vitesse
  • L'aide des alliés encore perfectible
  • Pas de grande surprises lors des missions
8

Great

Grand aventurier, Gabs consacre sa vie a la recherche d'OST en tout genre en jouant à différents jeux. La légende raconte que c'est lui qui aurait appris à Link comment jouer de l'ocarina...

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Mot de passe oublié

lectus commodo ut vel, Lorem accumsan sed