TEST – As Dusk Falls, plus on est de fous, plus on choisit

On était sur la route toute la sainte journée, et on a pas vu les doutes sur nos choix s’immiscer

As Dusk Falls

Développeur : Interior Night
Éditeur : Xbox Game Studios
Genre : Jeu narratif
Supports : Xbox One, Xbox Series, PC
Support de test : PC (version fournie par l’éditeur)
Date de sortie : 19 juillet 2022

On est partis zoner en Arizona

As Dusk Fall nous entraine, en 1998, à la rencontre des destins croisés de Vince Walker et de Jay Holt. Le premier traverse les États-Unis avec sa femme, sa fille et son père pour emménager dans leur nouvelle maison. Le second a été trainé par ses deux frères dans un cambriolage qui va mal tourner. Dans sa fuite, la bande de bras cassés va prendre en otage les clients et les gérants d’un petit motel de l’Arizona. Parmi les otages, on retrouve bien sûr Vince et sa famille.

Nous allons alors suivre les évènements qui vont découler de cette mauvaise posture mais pas seulement. En effet, les différents chapitres du jeu sont ponctués de flashbacks dans lesquels on en découvrira un peu plus les différents protagonistes. Ces moments de retour en arrière ne sont pas toujours l’occasion de faire retomber la pression de la prise d’otages car ce qui s’est passé avant n’est pas toujours très joyeux. Les thèmes abordés sont durs ce qui rend le l’histoire mature et appréciable.

Comme souvent dans les jeux narratifs, nos choix ont un impact sur la conduite du scénario et de fait sur le destin des protagonistes. Forcément, se retrouver à décider de choses en plein milieu d’une prise d’otage est assez rude pour nos nerfs. Le côté immersif fonctionne vraiment bien, les différentes intrigues apportent toutes un éclairage intéressant, en bref le scénario est accrocheur et on a toujours envie de découvrir la suite des péripéties des personnages auxquels on finit par s’attacher.

On parlait des choix qui ont une prise sur les événements et de fait, les possibilités d’embranchement sont multiples. Les joueurs qui adorent tout découvrir pourront ainsi se refaire l’aventure plusieurs fois pour découvrir toutes les lignes de scénarios possibles. C’est la base des jeux narratifs donc rien de surprenant de ce côté-là.

Tous dans la même galère

En revanche, ce que As Dusk Falls propose, c’est de nous éviter d’avoir à prendre de lourdes décisions tout seul. Un mode multijoueurs jusqu’à 8 est en effet possible en ligne ou en local. S’il est rare d’avoir 8 manettes chez soi, pas de panique ! Une application mobile est téléchargeable pour pouvoir prendre les décisions via son téléphone ou sa tablette.

Une fois tout le monde paré pour l’action, les choix sont faits démocratiquement. C’est la majorité qui l’emporte et en cas d’égalité, c’est le hasard qui prend le relais. Exception faite pour les décisions les plus importantes qui se doivent vraiment d’atteindre la majorité. C’est alors le moment d’argumenter pour convaincre les autres. En cas de vrai indécision, les joueurs bénéficient tous de « vétos » dont le nombre est déterminé en début de partie. Ces vétos donnent à ceux qui les utilisent l’opportunité d’imposer leur choix. Attention toutefois, on peut se faire contrer son véto alors il faut le placer au bon moment. Cet aspect multijoueur donne un peu plus de saveur à l’aventure mais aussi parfois de la frustration... On vous rassure, As Dusk Falls peut tout à fait se vivre en solo si vous le désirez.

Au delà des choix qui sont le cœur du gameplay, le titre de Interior Night se veut très simpliste. Et pour cause puisqu’à aucun moment durant la partie, nous contrôlons directement le personnage. Seuls des QTE viendront ponctuer les déplacements, et ils ne poseront vraiment aucune difficulté. Ce manque d’interactivité est souvent un reproche qui est fait par les détracteurs des jeux narratifs. Ils trouveront clairement du grain à moudre ici. A noter qu’en multi, les QTE sont régulièrement partagés entre les joueurs, ils faut donc bien faire attention lorsque notre nom s’affiche.

Un petit air de série B

Visuellement, je dois dire que As Dusk Falls est assez déroutant. Le style graphique choisi, à savoir du crayonné par dessus des images réelles donne un rendu assez aléatoire. Si certains plans rendent plutôt bien, d’autres en revanche sont glauques ou involontairement comiques. On touche là un point de vue très subjectif mais j’avoue ne pas avoir été séduit par ce style trop proche du réel. D’autant que les mouvements des personnages dans les scènes ne sont pas animés en temps réel.

Il s’agit d’un défilement de plans espacés et fixes qui laissent deviner les mouvements sans les montrer. Comme les personnages sont très réalistes, on a vite d’avoir l’impression de se retrouver devant un vieux roman photo des années 80. Ça donne un côté très kitsch, grandement accentué par un doublage français pas très inspiré en raisons d’intonations pas toujours justes. Ce combo de l’enfer m’a parfois sorti de l’histoire pour que je puisse me moquer de ce que je venais de voir et d’entendre. Des souvenirs du sketch de Les Nuls sur le roman photo en direct-live me revenant à l’esprit.

Pour autant, même si je n’ai pas été pleinement convaincu par la direction artistique, cela ne l’a pas été au point que je décide de couper l’aventure. Je suis malgré tout parvenu à m’y faire, preuve que ce n’était pas un défaut rédhibitoire.

En résumé, les amateurs de jeux narratifs trouveront avec As Dusk Falls de quoi se satisfaire grâce à un scénario captivant et une galerie de personnages bien écrits. Il faudra cependant passer outre l’univers visuel qui pourra en perturber plus d’un et ne pas trop lui reprocher un gameplay minimal. Après tout, l’histoire étant l’attrait majeur d’un narratif, le titre réussit donc là où il est attendu. Il permet de plus une rejouabilité indéniable puisque les différents choix multiplie les possibilités scénaristiques. Une partie complète durant approximativement 6 heures, il sera plus simple d’en enchainer plusieurs.

 

N’hésitez pas à partager votre avis sur le jeu via les commentaires ou sur l’un de nos réseaux sociaux que vous retrouverez sur notre Linktree.

0 0 votes
Évaluation de l'article

Points forts

  • Une histoire captivante
  • Une belle galerie de personnages
  • Une tension de tous les instants
  • La bonne idée du multijoueur

Points faibles

  • Une direction artistique déroutante
  • Un gameplay vraiment simpliste
8

Great

Ma devise : "Raler, c'est utile uniquement si tu en profites pour apporter une solution... sinon ça reste juste un plaisir".
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Mot de passe oublié