TEST – Bloodstained : Ritual of the Night, un bon Castelvania-like ?

Attendu par beaucoup d’amateur de la première heure de la série Castelvania, Bloodstained : Ritual of the Night est enfin là, reste à savoir si celui-ci tiendra toutes ses promesses.

Développeur : Inti Creates
Éditeur : 505 Games
Genre : Action RPG
Support : PC, PS4, Xbox One, Switch
Date de sortie : 18 juin (PS4, Xbox One, PC), 26 juin (Switch)

Bloodstained

Après un financement par Kickstarter réussi avec plus de 5,5 millions de dollars réunis en 2015, Bloodstained : Ritual of the Night était très attendu par les fans de la série de jeux Castlevania. En effet, le projet étant mené par Koji Igarashi après son départ de chez Konami, le titre avait de quoi intriguer la plupart des joueurs, avec un retour aux sources pour un Castlevania-like en 2D, comme pour les opus Symphony of the Night ou encore Order of Ecclesia, sur lesquels a travaillé Igarashi. Ainsi, le Monsieur sait ce qu’il fait, reste à savoir si ce titre sera à la hauteur des softs précédemment cités et si la formule marche toujours auprès des joueurs. Alors, Bloodstained : Ritual of the Night est-il une réussite en terme de gameplay ? Les sensations lors de la prise en main sont-elles aussi agréables qu’à l’époque ? Réponse dans ce test.

Bloodstained

Le retour du Jet d’ail

Du côté du gameplay, les joueurs peuvent s’attendre à retrouver un gameplay proche de Symphony of the Night. En effet, dans le tutoriel du jeu, nous apprenons rapidement les bases qui nous permettront d’améliorer notre personnage et de devenir de plus en plus fort. D’une part, les joueurs pourront récupérer des Éclats en affrontant les divers monstres qui peuplent le château labyrinthique qui sert de toile de fond au jeu. Ceux-ci peuvent être obtenus aléatoirement sur les cadavres des démons et permettent d’accéder à de nouvelles compétences, comme lancer des boules de feu ou invoquer des gros rats explosifs pour combattre à nos côtés. Il existe cinq catégories d’Éclats : Effet, Direction, Familier, Action et Enchantement, permettant tout un tas de combinaisons possibles pour personnaliser notre personnage et se préparer au mieux au combat. Cependant, l’aspect aléatoire peut poser problème à certains moments, comme la compétence pour nager sous l’eau, ce qui peut freiner la progression des joueurs.

Bloodstained

A côté de cela, les joueurs pourront aussi découvrir un aspect intéressant du titre, qui passe par l’équipement à récupérer tout au long de l’aventure. Diverses armes et armures sont à récupérer, permettant d’adapter son style de combat aux éléments trouvés, avec certaines armes qui correspondront plus ou moins au style de jeu des joueurs et leur laissent une grande liberté pour s’équiper et ainsi venir à bout des ennemis qui attendent les joueurs dans les couloirs labyrinthiques. A noter qu’il est aussi possible de fabriquer de l’équipement en ramassant des composants lors de notre exploration, ce qui élargit encore plus le champ des possibles concernant la personnalisation de notre personnage. Les joueurs pourront aussi acheter des consommables bien utiles lorsque la situation devient désespérée ou encore améliorer les Éclats qu’ils auront trouvé au cours de leur aventure, permettant d’assurer une réelle courbe de progression aux joueurs. Ainsi, si le titre propose quelques éléments intéressants, qui devraient faire plaisir aux joueurs, on se rend compte que beaucoup de ces éléments se retrouve déjà dans les précédents jeux de Koji Igarashi, mais après tout, pourquoi changer une formule qui gagne.

Bloodstained

Castlevania dans l’âme

Du côté de l’histoire, celle-ci ne sert que de prétexte à l’aventure. On apprend donc que le monde subit une invasion des démons et que c’est à nous de combattre celle-ci, puisque notre destin a été lié à ces derniers 10 ans auparavant. L’histoire passe donc au second plan, le jeu préférant mettre l’action sur le gameplay et surtout sur les différents boss du jeu, qui sont des adversaires coriaces et avec un design qui marquera les joueurs. Que ce soit un samouraï extrêmement rapide ou un dragon géant, les boss sont tous mémorables et permettent d’avoir des affrontements dantesques. Cependant, ceux-ci ne se laisseront pas faire et si on arrive facilement à bout des monstres de base, les boss eux donneront plus de fil à retordre et demanderont plusieurs tentatives avant de réussir à les vaincre.

Bloodstained

L’exploration est aussi un autre élément extrêmement important du titre, puisque comme tout Metroidvania qui se respecte, la carte est labyrinthique et les joueurs devront faire beaucoup d’aller-retour, après avoir récupéré les compétences adéquates pour avancer. Le château est un immense labyrinthe, rempli de monstres et de boss à affronter ainsi que de coffre à ouvrir, rendant l’exploration plus intéressante que de suivre l’histoire. Il reste toujours possible de découvrir l’histoire des lieux en lisant les livres, mais c’est vraiment par l’exploration que le titre dévoile ses meilleurs atouts et que les joueurs peuvent profiter du titre à fond.

Bloodstained

Un réel travail sur l’ambiance

Sur l’aspect visuel du titre, les joueurs seront ravis d’apprendre que le jeu a eu le droit à une amélioration visuelle par rapport aux premières images du jeu. Si le titre reste cependant assez en dessous de certains jeux actuels, ce n’est pas réellement gênant pour le plaisir de jeu et on fait rapidement abstraction des détails pour se concentrer sur le jeu et sur le gameplay du titre. L’aspect visuel ne plaira pas à tout le monde, c’est certain, mais pour ceux qui parviendront à faire abstraction, ils pourront découvrir un titre plutôt accrocheur qui devrait les occuper pendant une dizaine d’heures environ, avec un côté old-school bien senti, qui peut en rebuter plus d’un.

Bloodstained

Concernant la bande-son, on retrouve un univers très proche de Castlevania, puisque Michiru Yamane a travaillé sur celle-ci. Ainsi, chaque niveau, chaque boss a sa musique, qui reste en tête pendant un long moment après avoir éteint la console. La bande-son participe grandement à rendre l’expérience agréable et donc à faire de ce titre une excellente surprise, qui occupera les joueurs un bon moment. A noter que pour les joueurs les plus aguerris, le mode difficile leur permettra de découvrir de nouveaux patterns pour les boss, donnant une réelle difficulté supplémentaire, plutôt que de simplement les rendre plus résistants.

Bloodstained

En définitive, Bloostained est une excellente surprise, donnant aux joueurs un gameplay intéressant qui les occupera un long moment, avec des musiques mémorables, donnant aux joueurs une aventure tout aussi mémorable. Ainsi, les amateurs du travail d’Igarashi seront contents de retrouver un gameplay proche de ce qu’ils ont connu et qui donne réellement un sentiment de réussite lorsqu’on arrive au bout d’un boss. Un jeu à réserver à tous les amateurs de la série Castlevania qui veulent rester chez eux cet été.

Points forts

  • La gameplay proche de Castlevania
  • L'exploration du château
  • Le système d'amélioration avec les Eclats et l'équipement

Points faibles

  • L'aspect aléatoire de certains Eclats nécessaires pour avancer
  • Certains boss qui sont particulièrement difficiles
9

Amazing

Force tranquille de la rédaction, grand spécialiste du « ça va ? ». Sloth est le Lucky Luke de la news, il écrit plus vite que son ombre !D’après la légende personne n’a jamais réussi à lui poser la question « ça va ? » en premier !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Mot de passe oublié

in massa dictum vel, tristique dolor. Praesent ut ut quis,