TEST – Detroit Become Human

Detroit Become Human – Il était une fois votre histoire !

(testé à partir d’une version PS4 fournie par l’éditeur)

detroit become human

Prix : 69 €
Temps moyen : 15h
Nombre de joueurs : 1
Âge conseillé : 18+
Auteur : David Cage
Éditeur : Sony Interactive Entertainment
Développeur : Quantic Dream
Langues : FR/AN

 

Dans Detroit Become Human, il est question d’humanité qui côtoie les androïdes dans leur vie quotidienne. Un sujet déjà traité maintes fois au cinéma et en littérature. Quantic Dream s’en est saisi pour proposer un jeu aux multiples scénarios possibles en fonction des choix du joueur. Quel androïde survivra à vos choix ? Lequel ressentira de l’empathie ? A vous de décider ! Mais est-ce vraiment vous qui avez le dernier mot ? Réponse dans notre test ci-dessous.

C’est mon choix

detroit become humanSi vous êtes habitués aux jeux de Quantic Dream, vous ne serez pas déboussolé dans Detroit Become Human. La quasi-absence de gameplay oblige, le cœur du jeu réside dans son scénario et les choix que vous ferez. Le jeu prend place à Detroit en 2048 où les androïdes font partie de la vie quotidienne des habitants. Créés par l’entreprise Cyber Life, il existe tout un tas d’androïdes différents. Physiquement proches de l’homme grâce à leurs bio-composants alimentés par du « sang bleu », un liquide biochimique imitant le sang humain et servant de « carburant » aux machines. Le joueur incarnera donc trois d’entre eux : Connor, un androïde dernier cri collaborant avec la police pour enquêter sur les déviants, Kara une androïde ménagère possédée par un homme en précarité et, enfin, Markus, androïde serviteur d’un artiste reconnu ayant des problèmes de santé. Il faut bien comprendre qu’à la base tous les androïdes ont été conçus pour servir l’Homme dans une tâche bien précise. Et vous passerez les premiers chapitres à accomplir ces tâches plus ou moins intéressantes. Autant vous dire que faire le ménage et ramasser des cadavres de bières n’est pas la partie la plus amusante du jeu… detroit become humanCependant, c’est une étape nécessaire afin de s’immiscer dans la peau de nos protagonistes. De la sorte, vous devriez avoir tous les tenants et la aboutissants pour faire vos futurs choix qui dicteront votre aventure. Vous l’aurez compris, vous serez face à des dilemmes mettant à mal votre morale et les conséquences sont parfois inattendues voire frustrantes. De ce côté là, le studio a bien bossé et l’impact de certains choix résonneront quelques temps dans votre tête.

Gardez le rythme

detroit become humanUn des points forts de Detroit Become Human, le rythme soutenu. Entre le compte à rebours pour faire vos choix et les séquences de QTE, il faudra une constante concentration pour éviter un dénouement tragique. Cela maintient le joueur en haleine qui n’aura pas beaucoup de temps de répit. Bon… certains temps d’exploration viennent casser ce rythme qui ne sont pas forcément pertinents pour la suite de l’histoire. D’ailleurs, on regrettera le manque d’importance de l’exploration. On aurait aimé qu’il y ait plus de chemins se déverrouillant grâce un objet vu ou une info lue. Pourtant le gameplay est plutôt propice et bien foutu pour explorer les environnements. Ils ont même intégré l’utilisation du pavé tactile de manière intelligente, ce n’est pas peu dire. Restent les séquences en QTE, ce gameplay que certains trouveront dépassé mais qui colle globalement au jeu. Gros point noir par contre pour les QTE impliquant le gyroscope. Une fois sur deux ça ne fonctionne pas et ça nous fait bouger comme un idiot alors qu’on était bien calé au fond du canapé. Bref, inutile et ennuyeux.

detroit become humanQuant à l’écriture du scénario, elle est franchement réussie. Sans être parfaite, elle a le mérite de bien croiser les trois histoires en empiétant juste ce qu’il faut. De plus, les personnages secondaires jouent un rôle prépondérant. D’une part, ils vous accompagneront tant que vous ferez les bons choix pour les garder à vos côtés. D’autre part, vos choix influenceront le type de relation entretenu avec eux. Amitié, amour, haine, mépris, indifférence, tout y est, même l’opinion publique. En revanche, certains personnages auraient mérité d’être plus approfondis comme North ou Luther. Est-ce un choix volontaire pour nous laisser libre d’interprétation ou un manque de profondeur notable ?

Jusqu’à la mort

detroit become humanDans Detroit Become Human, il vous sera fortement recommandé de faire plusieurs runs afin de voir un max de finalités possibles. En revanche, si vous êtes juste curieux, sachez qu’il sera possible de rejouer un bout d’un chapitre sans le sauvegarder. Cela permet d’obtenir certains trophées facilement et surtout de savoir si votre choix était le bon. Attendez-vous ceci dit à perdre un ou plusieurs personnages au cours de votre premier run, une mort est si vite arrivée… On vous recommande vivement de finir un premier run avant de vouloir modifier un de vos choix pour mieux appréhender les conséquences. D’autant plus que vos choix détermineront bien évidemment la fin des événements.

Un mot sur l’ambiance générale : c’est tout simplement sublime. La bande sonore est au poil et les musiques imposent le ton aux scènes. La réalisation du jeu reste de haute volée et certaines scènes épiques (mention spéciale pour les séances de parkour) marqueront votre esprit de joueur à ne pas douter. Comptez environ une quinzaine d’heures pour achever une partie.

detroit become human

A ce jour le meilleur jeu issu du studio parisien Quantic Dream, Detroit Become Human propose une expérience interactive mouvementée. Loin d’être parfaite, elle a le mérite d’être rythmée, bien écrite et crédible. De plus, vos nerfs et votre morale seront mis à dure épreuve. Quant à la sensation de faire les mauvais choix engendrera de la frustration, l’envie de recommencer une partie sera bien présente. Malgré quelques défauts (gameplay pauvre, personnages manquant un peu de profondeur), le jeu se pare d’une réalisation cinématographique exemplaire qui ravira tous les fans du genre.

Points forts

  • Graphiquement immersif
  • Les impacts de nos choix sur la trame
  • La BO très bonne
  • Le charisme de Connor
  • Le jeu est bien rythmé du début à la fin
  • La destruction du pare feu pour devenir déviant
  • Les arboresences bien pensées

Points faibles

  • Les personnages androïdes manquent de profondeur
  • Les QTE au gyroscope
  • Des éléments d'exploration souvent futiles
  • La frustration de certaines finalités
7

Good

Grand aventurier, Gabs consacre sa vie a la recherche d'OST en tout genre en jouant à différents jeux. La légende raconte que c'est lui qui aurait appris à Link comment jouer de l'ocarina...

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Mot de passe oublié

in Curabitur nunc id, lectus ultricies vulputate, libero fringilla ut