TEST – Enter the Gungeon, de l’indé comme on l’aime

Nous nous sommes lancés dans le test du très inspiré Enter The Gungeon, une solution rapide pour lâcher ses nerfs contre son PC ou sa console.

Dodge Roll n’avait jusqu’ici développé que le modeste mais très apprécié free to play indépendant Fork Parker’s Holiday Profit Hike. Quand les développeurs sont venus de Washington DC pour présenter leur nouveau projet à Paris, nous avions été conquis par l’univers du jeu. Un petit mois est passé et nous avons pu nous plonger pleinement dans ce Rogue-Like qui cache bien des mystères. Retour sur ce petit phénomène que représente Enter the Gungeon, un titre qui ne demande que vos nerfs, votre réflexion et surtout, votre temps.

enter the gungeon

Un gameplay rétro bien nerveux

Dès nos premiers pas dans l’aventure, nous sommes invités à passer par l’initiation qui nous aidera à maîtriser les mécaniques du gameplay. Rappelons que les développeurs nous ont confié lors de notre preview que le titre, sur PC ou PlayStation 4, bénéficiait d’une meilleure prise en main avec une manette. Alors, il est accompagné de quelques indications de touches Xbox ou PlayStation sur les conseils distillés sur l’écran de jeu.

Les fonctionnalités demeurent assez simples mais exigeront tout de même un temps d’adaptation.Le stick gauche pour se déplacer, le joystick droit pour viser, la gâchette pour tirer, l’autre pour utiliser des objets. Pour interagir, le bouton X ou A (sur Xbox), et l’esquive – primordiale – s’activera avec O ou B (selon la manette). Une fois que vous aurez éliminé quelques ennemis et un boss assez faiblard dans le tutoriel, vous pourrez vous lancer dans les moindres recoins du donjon. Mais avec quel personnage ? Quatre valeureux soldats sont à votre disposition et un cinquième vous proposera même d’activer le mode Coopérationafin d’embarquer un de vos amis dans l’aventure. Nous en reparlerons ensuite.

Quoiqu’il en soit, chaque personnage possède ses propres bonus, ses propres armes, alors si vous souhaitez emmener une demoiselle avec son arbalète et son hamster, vous le pouvez. Si vous préférez un profil plus masculin avec une armure et son flingue, vous le pouvez également. Dans tous les cas, il sera indispensable de faire preuve d’une grande mobilité et d’être attentif aux offensives ennemies. Il se peut qu’ils soient nombreux à vous tirer des balles en même temps, et l’esquive ainsi que des déplacements justes vous porteront donc au rang de bon survivant. Pour vous aider, en plus des esquives, quelques objets sont placés ça ou là afin de vous protéger ou de vous débarrasser des adversaires. Vous pouvez ainsi renverser des tables et les transformer en rempart, mais aussi déclencher des interrupteurs pour activer des pièges.

Du coup, l’objectif sera d’esquiver et se déplacer tout en tirant sans cesse, ça en devient légèrement répétitif mais considérablement addictif.

Du challenge dans les veines

Les premières heures passées sur Enter The Gungeon sont les plus compliquées mais n’en demeurent pas moins entraînantes. Le temps d’adaptation dépassé, il sera ordinaire de passer minimum le premier boss qui, si vous ne le surmontez pas dès le premier coup, risque de changer à votre partie suivante. En effet, les niveaux sont générés aléatoirement et vous ne savez jamais sur quel ennemi vous allez tomber, ce qui en fait tout le charme également. De même, vous n’aurez accès à la salle suivante qu’après avoir débarrassé la pièce de ses squatteurs agressifs, et vous ne pouvez ainsi jamais fuir l’affrontement bien longtemps.Chaque fois que vous êtes atteint par une attaque ennemie, vous perdez un demi-cœur, pareil si vous tombez dans le vide. Vous n’avez ainsi le droit qu’à 5 erreurs maximum, à moins que votre jauge de vie ne grimpe par la suite, la pression montant très vite au fur et à mesure que vos PV diminuent.

Pour vous éviter une déconvenue automatique, Dodge Roll a inséré dans Enter the Gungeon un grand inventaire d’armes. Par contre, ne vous attendez pas à dégommer les ennemis avec dès les premières salles. Pour y avoir accès, il faudra les débloquer et ouvrir de nombreux coffres qui peuvent contenir aussi des objets boostant vos statistiques. Autre moyen pour employer un armement dévastateur, trouver la salle dans lequel un PNJ fait office de marchand d’armes. S’il fut assez drôle de le braquer et d’en faire un ennemi, ce fut moins drôle quand il nous a très vite mis K.O. La monnaie s’accumule en éliminant des ennemis, n’hésitez alors pas à explorer toute la map et à vider les lieux de leurs envahisseurs afin de pouvoir bénéficier d’un meilleur équipement. En plus, une fois que vous avez libéré quelques salles, des téléporteurs apparaissent et favorisent vos déplacements. Une fonctionnalité qui s’avère très vite utile dans l’avancée de votre personnage, puisqu’il sera coutume de trouver les clés après les coffres, le boss avant les autres salles, du coup se téléporter devient monnaie courante.

Les développeurs sont conscients de la difficulté de leur jeu, cela se retrouve dans les succès qui vous demandent notamment de venir à bout du premier niveau une centaine de fois. Passons par ailleurs aux boss de chaque niveau. Ils vous donneront du fil à retordre lors des premières rencontres, mais une fois que vous avez analysé leurs déplacements et leurs attaques, il ne sera pas difficile de mettre en œuvre une stratégie afin de s’en défaire. En somme, leurs attaques sont différentes d’un boss à un autre et il en va de même pour leurs faiblesses. Par contre, leur animation introductive est généralement bien sympathique et parfois loufoque mais toujours plaisante à regarder. Autre chose, vous ne récupérez pas votre vie après un boss, il vous faudra enchaîner directement et vous serez chanceux de trouver plus d’un demi-cœur après avoir tué le Boss, la difficulté reste donc au centre du jeu qui se présente d’ailleurs comme un Die and Retry.

Néanmoins, dans Enter The Gungeon, quelques éléments supplémentaires viennent agrémenter l’expérience de jeu. Quelques raccourcis, une recycleuse d’armes, des pièces secrètes qui vous demanderont une once de réflexion pour les trouver (n’hésitez pas à éteindre un feu de cheminée avec un bidon d’eau), des cellules à ouvrir avec des clés spéciales pour repeupler la brèche et permettre l’ouverture d’une nouvelle boutique vous donnant de nouvelles possibilités de débloquer des armes. En plus de cela, des minis-jeux ont été intégrés et nous ont agréablement surpris durant notre exploration, comme par exemple le jeu de Winchester. Et quelle surprise de se réjouir de la découverte d’un coffre avant qu’il ne se transforme en ennemi !

L’enchaînement des salles et des étages n’amènent que la seule volonté de venir à bout des labyrinthes et des boss que nous rencontrons.

Détermination scénarisée

Le scénario pour Enter The Gungeon se présente en quelques minutes chaque fois que vous lancez le jeu. Sous fond d’une musique autant énergique que relax et qui nous immerge pleinement dans l’ambiance du titre, on nous fait comprendre qu’il faudra mettre la main sur le trésor enfoui dans le Gungeon, une Arme qui peut tuer le Passé. Vous l’avez deviné, il ne s’agit que d’un prétexte pour vous inviter à entrer dans la forteresse dans laquelle de petites terreurs règnent en masse. La recette fonctionne puisque l’on est plutôt séduit par cet univers plutôt retrogaming avec des Personnages Non-Jouables insolites et des références bienvenues à des univers que nous évoquerons par la suite.

Nous regretterons cependant l’absence d’un mode en ligne qui permettrait à de nombreux joueurs de s’allier afin de venir à bout du Gungeon. Néanmoins, nous accueillons avec satisfaction le mode Coopération qui nous permet de jouer avec un ami, les sessions en deviennent alors plus captivantes. Quelques changements légers par rapport à l’aventure en solo. Dans les malus, on notera l’impossibilité de choisir le perso de son choix pour le second joueur. De plus, n’allez pas penser que les parties deviennent plus facile. Nous avons été accompagnés de cette impression que nous cueillons encore moins d’éléments sur les ennemis, ce qui ne nous permettait pas de faire de grandes folies chez le marchand. D’ailleurs, parlons-en du loot. Il demeure tout de même dommage que l’on ne puisse en trouver qu’assez peu malgré le grand bordel qu’on retrouve sur la carte avec des livres, globes et autres objets à renverser ou écraser. Ce qui reste malgré tout plaisant, c’est la possibilité de ramasser les armes de votre coéquipier mort au combat qui, d’ailleurs, se transforme en fantôme et se voit attribuer la capacité de vous aider à accomplir votre quête. De ce fait, nulle raison de jeter la manette après avoir perdu et de laisser votre ami seul.

Par contre, la présence de votre ami vous accorde une vie supplémentaire, à activer avec la gâchette arrière de votre manette. Ainsi, un des deux joueurs peut être ressuscité, ce qui se présente comme un avantage considérable pour la suite, un bonus à employer à bon escient. Cela dit, notre manie à observer le comportement de notre allié nous a souvent poussé à la faute, l’écran n’est pas splitté alors il faudra coordonner un minimum vos mouvements.

Un Gungeon très inspiré

enter the gungeonL’univers de cet Enter The Gungeon cache bien des mystères et des références. Les développeurs ne s’en cachent pas puisqu’ils assument s’être inspirés de titres comme Wasteland Kings, Dark Souls, Ikaruga, Metal Gear etc. Mais dès les premières minutes de jeu, il vous sera facile de le comparer à l’excellent The Binding of Isaac même si les salles restent plus grandes. N’oublions pas également ses airs de Spelunky, un autre Rogue-Like qui a gagné le cœur de la communauté. Si nous pouvons entrevoir des ressemblances avec Dark Souls – bien que son niveau technique soit aux antipodes de celui du titre de Dodge Roll – ce serait peut-être dans le design de certains boss et ennemis, ou le côté parfois mystique. Certains verraient même un clin d’œil à Judge Dredd lors la découverte d’une certaine arme mais c’est ce qui fait tout le charme du titre. Nous ne nous contentons pas seulement d’enchaîner les ennemis et les niveaux,nous découvrons tant de choses enfouis dans ce Gungeon dans lequel nous plongeons avec plaisir afin d’en résoudre tous les mystères. Un côté cartoonesque côtoie aussi ces différentes inspirations qui nous proposent une recette miracle tant il parait incroyable de mélanger autant de références pour un résultat aussi réussi.

Au final, difficile de ne pas conseiller l’achat de Enter The Gungeon tant son gameplay nous a paru terriblement addictif. L’exploration du Gungeon fait rapidement naître l’envie de découvrir tous les secrets cachés dans une forteresse qui ne nous laissera pas facilement les trouver. Rares sont les titres à nous avoir bluffés autant, et nul doute que Enter the Gungeon nous occupera encore de longues heures.

0 0 voter
Évaluation de l'article

Points forts

  • nerveux
  • bonne coop

Points faibles

  • pas accessible à tous
8.5

Great

Univers - 8
Expérience de jeu - 9
Toujours dans la magique potion du jeu vidéo !
Moyenne des joueurs
3.6
2 votes
Note
Soumettre
Votre note
0
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Mot de passe oublié

Praesent id in ut amet, et, venenatis tempus vel,