TEST – Football Manager 18 : un digne héritier ?

Football Manager 18 a la lourde tâche de succéder à un opus proche de l'excellence. Comment Sports Interactive s'y est pris pour renouveler son contenu sans gâcher l'expérience de jeu ? Le studio n'a pas choisi de se reposer sur ses lauriers et a procédé à quelques améliorations notables. Arrivent-ils pour le meilleur ou pour le pire ?

Support de test : PC.
Version du jeu testée fournie par l’éditeur.
Informations annexes : Le testeur a très vite écourté ses nuits, provoqué même un crash de son matériel tant il ne le quittait pas des yeux. Mais il va mieux, enfin on l’espère.

Football Manager 18 se retrouve dans la position du roi dans sa discipline aux multiples dilemmes et enjeux. Renouveler une franchise sans la chambouler, conserver sa communauté sans la décevoir, les convaincre qu’il ne s’agit pas d’une simple mise à jour des effectifs, bonifier l’expérience de jeu, se remettre en question et parfaire son travail. Si certaines licences sur le marché du jeu vidéo n’y sont pas parvenus en recyclant souvent leurs précédentes productions (Pro Cycling Manager durant cette décennie), d’autres sont sorties de leur zone de confort avec plus ou moins de réussite (NBA 2K18 dans un autre registre). Quel chemin emprunte SEGA et Sports Interactive pour FM18 ?

Une colonne vertébrale solide entourée de recrues phares

Je ne vous présente plus le concept de Football Manager 18. Il est identique aux précédents épisodes, gérer son club – ou sa sélection – de football de A à Z. Il ne s’agit pas seulement d’enchaîner les matchs et d’aligner les meilleurs joueurs du monde. Vous faites vivre le club et cela inclut les bons côtés avec les victoires, les récompenses, les rencontres de prestige mais aussi les aspects plus délicats, les discussions internes, les réunions avec les dirigeants en temps de crise. Tous les détails comptent et un moindre oubli peut entacher la cohérence d’un groupe, encore plus qu’auparavant.

Ainsi, en plus des entraînements individuels et collectifs, de la préparation pré-saison, de la gestion du staff, vous pouvez désormais ajouter, dans Football Manager 18, le vestiaire et la cohésion du groupe. En effet, si dans les précédentes éditions, le mécontentement d’un joueur était géré uniquement par de simples entretiens avec lui (et il est plutôt conseillé d’entretenir une bonne relation avec votre capitaine pour qu’il vous aide), c’est un peu plus complexe dans l’édition de cette année. Effectivement, les joueurs sont classés par importance dans le vestiaire par le biais d’un système pyramidal plutôt bien pensé. Par exemple, lorsque j’ai commencé avec le PSG, j’ai eu la mauvaise surprise de voir que Lucas était un membre très influent dans le vestiaire, triste quand on souhaite le vendre day one. Comme affiché sur l’image ci-dessous, une hiérarchie est bien déterminée et cela se répercute même sur le recrutement.

Effectivement, lorsque vous demandez un rapport sur une potentielle recrue, il existera un encart sur son intégration au groupe. Ainsi, vous pourriez bien lire « Il aura bien du mal à se trouver une place dans le vestiaire ». Je trouve cette nouveauté ingénieuse puisque la vie d’un vestiaire et l’intégration d’un joueur à un effectif sont souvent déterminées par ce genre de composantes.

D’ailleurs, Sports Interactive a implémenté des nouveaux éléments dans le système de détection. Je trouvais que le système de recrutement était similaire depuis quelques années, seules la gestion de la base de données et l’interface changeaient. Pour le coup, les développeurs ont consacré des efforts à rendre l’expérience plus complète. Ainsi, il a été mis en place un centre de repérage et cela se répercutera d’ailleurs sur votre boîte mail. Toutes les semaines, vous choisirez d’établir un rapport, de continuer les prospections sur chaque joueur individuellement ou de les mettre au placard. L’analyste de données ne sera plus là seulement pour gonfler la masse salariale, il vous conseillera de réels joueurs qui pourraient s’avérer comme étant de jolies pépites. Même certains agents libres s’incrusteront dans vos notifications pour témoigner de leur intérêt pour votre club.

Ensuite, vous pouvez gérer une fonctionnalité presque nouvelle, le repérage renforcé. C’est une option qui existait déjà mais qui est présentée de manière plus claire, plus simple. Elle permet une gestion améliorée du scouting, à savoir envoyer un recruteur chercher un profil bien précis. Il a été ajouté un système de repérage pour des délais plus courts, idéal pour les derniers jours du mercato. Vous indiquez à votre cellule de recrutement qu’il vous faut un profil à un poste bien précis (exemple : un DG) et elle regroupera tous ses efforts, inspectera les différents matchs afin de vous le trouver dans les délais les plus courts possibles.

Dans sa globalité, Football Manager 18 dispose d’un éventail encore plus large de statistiques et de suivi des joueurs. Les rapports des analystes fournissent de plus amples détails sur l’évolution d’un joueur, sur ses faiblesses mais également après les performances de votre équipe sur ce qui n’a pas fonctionné, ou sur ce qui a davantage marché. Des données vraiment utiles pour adapter des tactiques, des consignes aux joueurs ou procéder à quelques modifications.

Ce qui nous fait rebondir sur une nouveauté bien plus agréable désormais, l’analyse de votre tactique et de celle de votre adversaire. En effet, via une interface bien pensée, façon composition d’équipe, il est possible de voir les manquements de votre équipe, déterminés par la stratégie que vous adoptez, les rôles que vous attribuez aux joueurs. Ainsi, des zones rouges apparaîtront et indiquent vos faiblesses, les forces s’attribuent des blocs verts. Cela nous permet une nouvelle fois de comprendre les raisons d’une défaillance tactique ou autre. Certes, la bonne ou la mauvaise gestion ne garantit pas une défaite ou une victoire mais cela contribue à en expliquer les raisons. L’époque durant laquelle nous ne comprenions pas pourquoi nous perdions contre des équipes réputées faibles est révolue, Sports Interactive nous confie tous les outils nécessaires à la maîtrise de tous les rouages de Football Manager 18.

Autre chose, il est aussi plaisant de voir notre assistant suivre le déroulement d’un match avec plus d’intérêt. S’il était habituel de le voir nous donner quelques conseils d’avant-match, il est désormais au taquet pour nous livrer son expertise au cours d’un match. Nous retrouvons, par conséquent, un onglet « Consignes » dans lequel il nous déverse son lot de consignes, à prendre ou à laisser. Si l’on compare aux éditions précédentes, c’est encore mieux présenté et plus clair.

L’occasion pour nous de revenir sur l’interface de Football Manager 18 en détail, cela représente une des améliorations les plus notables du titre.

Une immersion soignée, une interface repensée

Nous avons été à moitié surpris mais Football Manager 18 bénéficie d’une interface considérablement optimisée. Que ce soit dans la présentation des matchs (à l’image) ou dans la navigation, nous nous y retrouvons bien mieux. Si dans son apparence globale, il n’existe rien de révolutionnaire, les menus, les options, les onglets, les interactions, tout est mieux présenté et nous permet une meilleure expérience de jeu. Certes, cela semble un peu trop parfois mais le condensé d’informations et d’éléments a été géré d’une bien belle manière. C’est aussi le cas à l’approche d’un match avant lequel quelques informations sont dispatchées aux quatre coins de l’écran.

Au-delà de cela, l’objectif des développeurs était de rendre plus immersive le déroulement d’un match. Si une partie de la communauté se contente des commentaires seuls, d’autres poussent l’expérience jusqu’au bout et regardent chaque match en direct afin de retrouver des conditions de match réalistes. Qu’en est-t-il ? Du réalisme, il faut le mesurer et ne surtout pas le comparer à l’immersion que proposent des simulations de sport telles que PES 2018 ou FIFA 18. Néanmoins, nous pouvons jauger les progrès réalisés par le studio en termes de modélisation et d’animation.

Ce que l’on peut dire, c’est que cela paraît plus propre, plus clair au niveau des lumières. Sports Interactive nous permet de régler la hauteur et le zoom des caméras selon notre bon vouloir. L’ajout le plus notable reste la possibilité de consulter les statistiques de chaque jour via un widget incrusté sur l’écran de jeu. Cela demeure bien plus agréable que de revenir au menu des stats, le gain de temps n’est pas négligeable.

On constate à côté que la modélisation des joueurs connaît quelques améliorations, ils sont moins baby-foot que les années précédentes, avec plus de modèles proposés. Les animations aussi sont meilleures, plus variées mais cela reste encore limité, même insuffisant pour nous fournir une expérience immersive exceptionnelle. Les actions restent souvent lentes, les joueurs passifs et l’animation collective n’est pas toujours convaincante.

On dispose encore des options du Manager tactiques et analytiques, ce qui permet d’être très réactif au niveau du coaching. Vous remarquerez que l’interface est plus fluide de ce côté et qu’il sera possible de faire des remplacements à travers un menu horizontal repensé. Encore quelques soucis au niveau de la précision du clic mais cela reste rare après quelques heures de jeu.

Notons aussi que vous serez amené à répondre aux questions d’avant-match au bord du terrain, à l’instar de ce qui se fait sur Canal+ avec Paga. Là où cela devient brouillon, où l’on vous perdra peut-être lors de vos premières parties, c’est au niveau de l’interface de match avec les commentaires et statistiques.

Modes de jeu : des tirs cadrés ?

Depuis quelques éditions, Sports Interactive s’est mis au multijoueur et Football Manager 18 n’y dérogera pas. La Fantasy Draft est encore présente pour permettre aux joueurs du monde entier de se défier. Chacun se créé son club et choisit tour à tour, un à un les footballeurs qu’il souhaite. Ensuite, il suffira de déterminer si l’on s’affronte en coupe ou en championnat, avec ou sans des équipes gérées par l’IA. En comparaison à l’année dernière, la durée de vie des affrontements a été rallongée puisque le format comporte plus qu’une simple saison, ce qui est bien plus emballant. Bien sûr, le studio SI a également offert des optimisations visuelles à la Fantasy Draft.

À côté, on espère que la communauté de Football Manager 18 se montrera active afin d’en gonfler le contenu dans le workshop. D’ailleurs, on espère que les développeurs penseront un jour à intégrer les sélections et les clubs féminins. Cela apporterait un nouveau contenu conséquent, de nouveaux challenges. Je pense qu’ils en ont les moyens, qu’ils peuvent travailler sur les données des joueuses afin de fournir une expérience de jeu encore plus complète.

En termes de défis, le mode FM Touch nous apporte quelques déceptions. En effet, nous réclamions déjà de nouveaux challenges dans l’édition précédente, mais il n’en est toujours rien dans Football Manager 18. Les problèmes financiers, des troubles dans la cohésion du groupe, construire avec un effectif rajeuni, sauver l’équipe de la relégation et d’autres que nous avons l’habitude de voir dans ce mode de jeu. Personnellement, je ne vois pas l’intérêt de refaire encore et toujours les mêmes défis chaque année. Autant s’attribuer ses propres challenges en lançant une partie classique. Néanmoins, pour ceux qui commencent la série avec FM18 ou qui n’ont pas joué depuis quelques années, on vous conseille de vous y lancer.

Football Manager 18 reste toujours aussi addictif, bouffera autant vos nuits et votre temps. Cette édition reste sur les bons rails de la précédente et se permet quelques nouveautés qui améliorent l’expérience de jeu. Une interface optimisée, un système de détection légèrement plus complet, de la profondeur dans la gestion du vestiaire et surtout de gros efforts pour apporter de la clarté au sens tactique. Que peut-on lui reprocher hormis qu’il ressemble tout de même à FM 17, qu’il lui manque des licences et qu’il ne s’est pas encore attaqué aux championnats féminins ? Pas grand chose. À vrai dire, Football Manager 18 demeure la meilleure expérience footballistique de l’année.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone

Points forts

  • Des nouveautés appréciables
  • Toujours aussi addictif
  • Toujours aussi complet
  • La vie dans le vestiaire
  • L'aspect tactique optimisé

Points faibles

  • Quelques licences absentes
  • Les championnats féminins un jour ?
  • Pas révolutionnaire comparé à FM17
9

Amazing

Toujours dans la magique potion du jeu vidéo !

Mot de passe oublié

8f1be967b1b18c17b3f4818baec4165c)