TEST – Godfall : les dieux du déjà vu

Annoncé il y a un an lors des Game Awards, Godfall se veut être le jeu marquant le début de la nouvelle génération de consoles de salon. Disponible sur PlayStaton 5 et sur PC via l’Epic Games Store, voyons voir s’il a tenu son rang.

Développeur : Counterplay Games
Éditeur : Gearbox Publishing
Support : PlayStation 5, PC (Epic Games Store)
Version pour le test :  PlayStation 5 fournie par l’éditeur (édition Ascended)
Genre : Action-RPG, Beat’em all, Slasher
Date de sortie :
19 novembre 2020

Avec ce qui est certainement le line-up exclusif le plus restreint de l’histoire des consoles, Godfall fait office de fer de lance de la PlayStation 5. Le jeu promet des graphismes de haut rang avec notamment une résolution 4K ainsi que 60 images/secondes. Mais comme nous le savons tous, la plastique ne suffit pas/plus à faire vendre. Voyons ce que nous réserve les entrailles de ce jeu qui se veut être résolument next-gen.

Deux frères, une guerre, un destin

godfallUne histoire d’égo et de fierté, Godfall est l’histoire de deux frères guerriers Macros et Orin. Pris d’un désir de diriger le monde en solo, Macros érigea une armée contre son frère Orin qu’il laissa pour mort après une âpre bataille. C’est à partir de là que le jeu commence. Vous incarnez Orin plus que jamais revanchard et désireux de mettre un terme au règne de son frère. Pour vous accompagner dans votre quête, la septième oracle ainsi qu’un forgeron. L’oracle vous guidera à travers les différents mondes afin de remplir des objectifs nécessaires pour mettre fin au règne de Macros. Ce dernier est d’ailleurs sur le point d’achever les Rites de l’ascension qui lui octroieront le pouvoir d’un dieu, rien que ça. Par conséquent, le temps est compté mais pas trop quand même.

Pour ce faire, vous commencerez avec l’Archon Silvermane doté d’une tête de lion et équipé d’une épée. Rapidement, il sera possible de débloquer un deuxième Archon avec des compétences différentes (mais pas forcément plus puissant). Au total ce sont 12 Archons qui sont disponibles, un peu à la façon des Chevaliers du Zodiaque. Chaque Archon dispose d’une caractéristique passive unique, une capacité Colère d’Archon et une constellation d’amplifications. Ces 12 Archons sont les représentations des Valorplates et il faut souligner le travail sur le chara-design qui est sublime. A vous de choisir celui qui vous correspondra le mieux. Enfin pour atteindre Macros, il vous faudra au préalable tuer ses 4 lieutenants à travers trois mondes différents. Le décor, plutôt joli, tout en lumière et coloré, est planté. La route de la vengeance est toute tracée, à vous de l’arpenter fièrement en brandissant vos armes. A noter qu’une fois une mission principale terminée, des quêtes secondaires et autres objectifs facultatifs seront déverrouillés sur la carte. Pour vous orienter vers les points d’intérêts, vous disposez de votre Vue d’esprit.

Un jeu de capes et d’épées mais aussi de marteaux et de lances

godfallDu côté du gameplay, rien d’original. La caméra reste derrière l’épaule du personnage avec une petite marge de manœuvre avec le joystick droit. Il est possible de courir, de se « déphaser » (se téléporter via des petits modules), d’interagir (parler, ouvrir un coffre), d’utiliser une Pierre de Vie pour récupérer des pv, de brandir votre bannière, d’esquiver, de se protéger avec le bouclier, d’attaquer avec vos armes, de lancer des Techniques d’armes et, enfin, d’utiliser la Colère d’Archon. Voilà en somme toutes les actions possibles dans Godfall. Détaillons maintenant le cœur du gameplay, c’est-à-dire les combats.

godfallPlusieurs styles d’armes sont présents dans Godfall : épée, marteau, lances, double-lames et épée à deux mains. Chaque style dispose d’un coup léger (R1) et d’un coup puissant (R2) ainsi que de deux Techniques d’armes : Technique du Sud (L2+R1) et Technique du Nord L2+R2). N’espérez pas faire des combos de fou car les combos s’arrêtent en général après 4 coups portés. Sachant que les Techniques d’armes nécessitent d’être immobile une petite seconde avant d’être utilisée et un laps de temps variable pour être réutilisées… vos coups devront être un petit peu calculés. Il existe aussi la possibilité de porter un coup Brise-âme avec R2 en frappant vos ennemis avec R1 à plusieurs reprises (les pv de l’ennemi change de couleur). Enfin, une fois votre barre de colère remplie, il vous sera possible d’utiliser la colère d’Archon de votre personnage. Un pouvoir qui booste vos capacités et invoque des totems, des guerriers ou provoque une onde de choc suivant votre Archon. Côté défense, vous pourrez utiliser le bouclier pour parer, bloquer ou renvoyer une attaque mais aussi le lancer ou faire une attaque sautée avec, qui devrait faire chavirer vos ennemis. D’ailleurs, une fois vos ennemis au sol, il est possible de les exécuter avec R3, appelée ici Démolition.

Ce gameplay déjà-vu aurait pu être plaisant s’il était plus précis et, surtout, plus réactif. Les petits temps de latence pour sortir le bouclier, changer d’armes ou encore utiliser une Technique d’arme, entachent sévèrement l’expérience de combat. C’est bien dommage. Ajoutez à cela, une caméra mal gérée et un ciblage d’ennemis approximatif dont il est impossible de changer de cible à la volée, tout cela vient ternir le tableau. N’hésitez pas à tester les différents styles d’arme pour varier un peu les plaisirs. De plus, les coups puissants et les démolitions manquent de brutalité pour un jeu du genre. A noter que les attaques puissantes (R2) rendent votre gâchette adaptative plus dure vous donnant l’impression de vraiment soulever une arme lourde.

Du loot et des compétences divines

Du côté RPG, Godfall reprend les bases de son éditeur Gearbox avec un code couleur bien connu : vert, bleu, violet et orange. Vous avez compris que cela faisait référence à la qualité et la rareté du matériel looté : peu commun, rare, épique, légendaire. A vous de bien regarder et comparer. On retrouve aussi un tableau de compétences dont on débute par les coins pour accéder au centre. Chaque coin représente un aspect de vos compétences à améliorer/débloquer : bouclier, techniques d’armes, esquive et attaques polarisées. Ainsi il est possible d’améliorer qu’un seul côté du tableau des 25 compétences, libre à vous de choisir quel aspect vous voulez améliorez. En sachant que chaque compétence débloquée dispose de cinq niveaux d’améliorations. Bien entendu, vous gagnez un point de compétence à chaque passage au niveau supérieur de votre personnage. Il sera aussi possible d’améliorer votre constellation qui renforcera les trois caractéristiques de votre personnage : Esprit, Force et Vitalité. De plus, vous pourrez améliorer votre équipement grâce à des ressources que vous collecterez dans du loot, sur la map ou en recyclant vos équipement inutiles. Pratique pour buff une arme que vous aimez bien, il est possible d’améliorer ses DPS mais aussi son rang de rareté !

Le jeu propose aussi des effets élémentaires ainsi que des altérations. Vous aurez donc des armes infligeant des dégâts de feu, de terre, d’eau, de vide ou juste des dégâts physiques. Puis en fonction de votre équipement, vous aurez plus ou moins de chance de causer une altération à vos ennemis : gel, saignement, brûlure, etc. Des aspects que l’on retrouve dans Borderlands mais bien moins gérés ici car visuellement, rien de vraiment visible… Encore une fois dommage. Cet aspect RPG semble exister pour exister dans le sens où ça complexifie le jeu sans vraiment y apporter une plus-value. Le bestiaire est bien fourni et le design des créatures est tout aussi beau que celui des Archons. En revanche, aucun signe de résistance ou faiblesse à un élément en particulier… De plus, le jeu oublie clairement d’expliquer certaines choses comme l’utilisation de la bannière : rien ne vous dit qu’il faut presser le bouton haut de la croix multidirectionnelle pour la brandir et ainsi bénéficier de ses effets dans son large cercle d’action. Malgré un contenu assez fourni, la progression et le rythme du jeu peinent. Un sentiment de répétition vient rapidement s’installer avec des missions principales peu inspirées et une sensation de ne pas progresser se fait ressentir. La faute surement à des Archons rapidement déblocables et tous sensiblement identiques. Ces derniers aspects du jeu, ne donnent pas franchement envie de revenir distribuer des gros coups d’épées et/ou marteaux.

Il n’est jamais évident de proposer une nouvelle licence au lancement du console. Avec Godfall, le tout nouveau studio CounterPlay Games a failli à sa mission. A trop reprendre les aspects des autres jeux, on perd de vue ce qui fait notre singularité. Malgré une très belle direction artistique et un chara-design sublime, Godfall reste un jeu moyen avec un sentiment de déjà-vu bien trop présent. Son aspect RPG vient complexifier inutilement l’expérience globale qui aurait méritée plus de soins du côté Action. L’absence de combos, une caméra souvent en galère ainsi que les petits laps de temps pour sortir le bouclier ou utiliser une technique d’arme ne penche pas la balance du bon côté. Le décor est planté, il est fort à parier qu’un deuxième opus (ou au moins un DLC) voit le jour en espérant que le studio aura pris en compte les critiques de Godfall.


N’oubliez pas de passer par nos réseaux sociaux pour continuer à vous tenir informés et découvrir rapidement les dernières nouvelles : Twitter, Facebook et même Instagram TwitterFacebookInstagramTwitch, Youtube et notre compte curateur Steam.

Points forts

  • Chara-design des Archons et des ennemis sublime
  • Une belle direction artistique
  • L'effet de la gâchette adaptive sur les attaques puissantes
  • Les chargements quasi inexistants

Points faibles

  • Un scénario bateau
  • Une technique trop moyenne
  • Manque d'explications et de clarté
  • Répétitif à souhait
  • Le manque de combos variés
  • Sensation de ne pas progresser
5

Average

Grand aventurier, Gabs consacre sa vie a la recherche d'OST en tout genre en jouant à différents jeux. La légende raconte que c'est lui qui aurait appris à Link comment jouer de l'ocarina...

Mot de passe oublié

ut libero dictum sed ut mi, ultricies adipiscing dapibus risus. ut