TEST – GRIS : quand le jeu vidéo rayonne des couleurs de la poésie

GRIS Devolver Nomada Studio

Avec GRIS, les indés barcelonais de Nomada Studio signent ce qui est certainement le plus beau jeu en 2D de sa génération. Brillant par sa direction artistique qui combine une bande-son envoûtante, un univers visuel époustouflant d’audace et une animation enchanteresse, GRIS va sans nul doute marquer les esprits, autant chez les joueurs que chez les créateurs. Plus de détails dans ce test.

• Genre : jeu de plateformes en 2D
• Développeur / éditeur : Nomada Studio / Devolver Digital
• Disponible sur : PC (Steam), Nintendo Switch (eShop)
• Support de test : PC (Intel core i5 2500K 3,30 GHz – GTX 1060 6G – 8Go RAM – Windows 10)
• Version du jeu utilisée : version commerciale (Steam)

50 nuances de GRIS

Émettre un avis sur GRIS dans le cadre d’un test classique est un exercice singulier, car le jeu édité par Devolver Digital n’est pas qu’un simple jeu de plateformes en 2D que l’on peut juger par l’amusement qu’il procure, la finesse de ses graphismes, ou sa durée de vie. GRIS, en effet, relève également d’une expérience vidéoludique au sens pur. Pour mieux comprendre, voici un exemple : prenez un tableau peint par Bernard, votre oncle qui fait ça par passion depuis son plus jeune âge. Bernard se débrouille très bien et produit de magnifiques tableaux que vous aimez contempler de temps en temps quand vous visitez son atelier ou quand vous en recevez un en cadeau. Vous pouvez décrire assez aisément pourquoi les tableau de tonton Bernard vous fascinent : choix des couleurs, arrangement, choix d’un décor qui vous plaît, etc. Maintenant, allez dans un musée et observez une toile de Dali : même si Bernard se défend bien avec ses pinceaux, le Dali possède cette profondeur en plus, ce sens caché qui vous échappe plus ou moins en fonction de votre connaissance du maître ou de votre réceptivité à l’art. Le Dali est un cran au-dessus artistiquement car il explore d’autres voies, des techniques rares, et cherche à bousculer d’autres sens chez l’observateur.

Cet exemple résume assez bien GRIS : il a tous les atours d’un jeu de plateformes traditionnel, avec son saut, son double-saut, ses capacités spéciales et ses puzzles à résoudre. Malgré tout, artistiquement, GRIS se place au-dessus d’un Super Mario Bros. ou d’un Sonic. Et mêmes si ces deux licences ont leurs qualités indéniables, là n’est pas le sujet, GRIS explore d’autres horizons, fait appel à d’autres sens chez le joueur. Ce qui explique par exemple l’empathie que j’ai ressentie pour la protagoniste, une jeune femme qui lutte dans son monde intérieur contre certaines douleurs de l’existence. Oui, « que J’ai ressentie », car GRIS est sûrement le premier jeu qu’il m’ait été donné de tester et qui me pousse à rédiger une critique à la première personne. Les émotions, lorsqu’il s’agit d’art, sont souvent personnelles, et il me semblait plus adapté de les décrire sous cet angle.

Studios GRISbli

Mais au-delà de l’empathie ressentie pour cette jeune fille qui fait courageusement face à ses démons intérieurs, GRIS réussit à proposer un univers visuel atypique qui m’a régulièrement fait lâcher un petit « wouah » à chaque évolution du niveau. Dans GRIS, tout est fluide, que ce soit le framerate bloqué à 60 FPS, les animations des couleurs envahissant le background à chaque fin de niveau, les mouvements du personnage, ou encore les lignes composant la plupart des éléments des décors. Remarquer certains de ces détails m’a vite fait comprendre d’où venait ce calme que j’ai ressenti en jouant au jeu de Nomada Studio : les lignes courbes sont plus agréables pour l’esprit humain car elles ne sont pas perçues comme agressives, a contrario des lignes brisées. Il en va de même avec le sentiment de fluidité dans une animation. C’est ce sens du détail, digne d’un studio d’animation, qui fait la folie d’une production comme celle-ci. D’ailleurs, fun fact : Pixar, dans ses films, n’utilise pas les couleurs que pour faire joli, mais également pour déclencher telle ou telle émotion chez le spectateur. Et c’est ce genre de détail quasi-invisible qui fait toute la différence dans GRIS.

Artistiquement, donc, GRIS est clairement digne du statut de GOTY. Cependant, notons que sa durée de vie, selon votre façon de jouer, pourra osciller entre 4h et 8h de jeu. 4h pour un premier rush sans forcer, 8h si vous recommencez une partie afin de débloquer tous les fragments mémoriels que vous auriez pu rater. A environ 17€, il s’agira de réfléchir à ce que vous attendez d’un jeu. Êtes-vous hermétique aux expériences nouvelles, à une présence plus forte de l’aspect artistique ? Si tel est le cas, GRIS ne sera pour vous qu’un plateformer 2D comme un autre et peut-être finirez-vous par vous ennuyer et pester contre le rapport qualité-prix.

Par contre, si vous considérez que l’art est la plus belle facette d’un jeu vidéo, peu importe qu’il s’exprime par le biais d’une belle histoire, d’un game-design réussi, ou – comme c’est le cas ici – sous la forme d’une œuvre d’art animée et d’un personnage touchant, alors GRIS est fait pour vous.

GRIS, le jeu, se révèle assez sommaire : platformer 2D à la durée de vie courte, celui-ci n’offre ni une ribambelle de capacités à débloquer et à déployer, ni d’ennemis à combattre, ni de game over à craindre. Cependant, juger GRIS de la sorte reviendrait à le juger avec des œillères, le jeu de Nomada Studio proposant bien plus qu’un simple jeu de plateforme. Une fois observé sous l’angle de la fusion d’un jeu vidéo et d’une œuvre d’art complète, GRIS vous paraîtra exceptionnel. Exceptionnel par sa beauté, par l’intelligence de sa mise en scène et de ses puzzles, par les sentiments qu’il suscite chez le joueur, ainsi que par sa capacité à remettre sur le tapis une question vieille comme Pong : qu’est-ce qu’un jeu vidéo ? Sans aucun doute, GRIS marquera les esprits. Autant celui des joueurs que celui des créateurs.

Points forts

  • La claque visuelle qui monte en puissance
  • La bande-son discrète mais envoûtante
  • L'intelligence du game-design
  • La cadence de 30 « wouah »/h

Points faibles

  • Les fragments mémoriels (collectibles) sont un peu hors-phase avec le « flow » du jeu
  • Un poil cher de quelques euros, peut-être. Point à prendre en compte si votre budget est limité
9

Amazing

Co-fondateur de Try aGame, Søren est également le papa de cette espiègle mascotte qui squatte chaque page du site.Quand il ne râle pas pour tout et n'importe quoi, il médite sous une cascade pour réfléchir aux idées de ses camarades.

2 Commentaires

  1. Très bon test, un de mes GOTY 2018. Unique, d’une beauté rare, un jeu qui se vit et se déguste tranquillement. Gris est un magnifique poème offert aux joueurs.

    Commenter

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Mot de passe oublié

Aliquam sit commodo ut sed ut consectetur quis amet,