TEST – Jurassic World Evolution, et la vie reprend son cours

Alors que le deuxième film Jurassic World sort au cinéma, les fans peuvent découvrir l'excitation de développer leur propre parc à dinosaures dans Jurassic World Evolution, un jeu de gestion complet et diablement efficace.

Le test de Jurassic World Evolution réalisé à partir d’une version PS4 fournie par l’éditeur.

Jurassic World Evolution

FICHE TECHNIQUE :
Support : PC, PS4, Xbox One
Développeur : Frontier Developments
Éditeur : Frontier Developments
Genre : Gestion
Date de sortie : 12 juin 2018

Denver n’était pas le dernier…

Jurassic Park fait partie de ces films qui ont marqué à jamais l’imaginaire de toute une génération. Le succès du film a permis sa déclinaison en une trilogie, mais aussi en plusieurs jeux, dont des jeux de gestion comme Jurassic Park Operation Genesis, sorti en 2003 et permettant aux joueurs de créer leur propre parc à dinosaures. Quinze ans plus tard, alors que le second film Jurassic World vient de sortir au cinéma, les joueurs ont le bonheur de découvrir Jurassic World Evolution, le successeur d’Operation Genesis, permettant aux joueurs de développer un parc à dinosaures, mais en incorporant de nouveaux éléments issus des nouveaux films, comme la manipulation génétique. Un jeu de gestion atypique donc, qui vous permettra de plonger dans l’univers des films, avec l’apparition de certains personnages, même si parfois cela s’apparente à du fan service, ceux-ci n’ayant pas de réel intérêt ou de conseils avisés à vous donner pour la gestion de votre parc.

Jurassic World Evolution est donc l’occasion de donner naissance à un rêve de gosse, créer et gérer son propre parc à dinosaures. De plus, le jeu sort sur PC, PS4 et Xbox One, permettant à tous les joueurs de découvrir le soft et de prendre part à l’aventure Jurassic World. Alors, le jeu a-t-il tous les éléments pour en faire un bon jeu de gestion ? L’univers est-il suffisamment étoffé pour y croire ? Réponse dans ce test.

Le retour des maîtres du monde

Ainsi, Jurassic World Evolution nous met dans la peau d’un gérant, ayant reçu la mission de développer des parcs à dinosaures sur les îles de l’archipel de Las Cinco Muertes, un endroit bien connu des fans du film, puisqu’il s’agit de l’archipel qui entoure Isla Nublar. Il faudra alors se rendre sur les différentes îles de l’archipel ainsi que sur Isla Nublar, qui constitue la dernière île pour développer les différents parcs et les rendre rentables. Bien entendu, nous ne sommes pas seul pour cette tâche, puisque nous serons épaulés par les trois directeurs des domaines suivants : Science, Divertissement et Sécurité. Chacun de ces directeurs a une mission principale à vous proposer sur chacune des îles, ce qui constitue les missions de l’histoire, faisant avancer l’intrigue, puisque dans l’histoire du jeu, vous serez amené à développer des dinosaures avec certaines modifications génétiques, ce qui ne plait pas forcément à certaines personnes. Le jeu fonctionne sur un système de réputation auprès des trois factions et lorsque vous développez votre réputation auprès d’une faction, les autres factions seront jalouses et il se peut même que celle-ci tente de saboter les installations de l’île, provoquant parfois la fuite de certains carnivores. En augmentant la réputation auprès des factions, on débloque ainsi les missions principales, mais aussi d’autres récompenses, comme de nouveaux fossiles à étudier, la réputation est donc un élément central du jeu, qu’il ne faut pas laisser de côté. Pour augmenter votre réputation auprès d’une faction, il vous faudra accomplir des mission secondaires, des contrats pour ces factions. Ce sont souvent des missions simples à accomplir, rapportant de l’argent et de la réputation, un bon moyen pour se faire de l’argent au début donc, surtout que l’argent n’est pas transportable d’une île à l’autre.

En plus de cela, chaque parc est noté par les visiteurs, que cela concerne les infrastructures ou encore les dinosaures visibles. La note est importante, puisque c’est grâce à elle que les joueurs pourront débloquer de nouvelles îles, mais aussi de nouvelles récompenses, comme certains éléments de recherche. La note du parc n’est donc pas à négliger non plus, puisque cela peut influer directement sur votre progression dans l’aventure principale. Pour l’augmenter, vous pouvez ainsi améliorer la diversité des dinosaures présentés dans le parc ou bien développer des infrastructures accueillant les visiteurs. L’objectif est toujours de faire plaisir aux visiteurs, en faisant bien sûr attention à ce que les dinosaures ne s’enfuient pas de leurs enclos. Il faudra donc toujours veiller à augmenter sa note pour pouvoir avancer dans le jeu, surtout que certains contrats peuvent vous demander d’augmenter cette note.

Une fois ces éléments primordiaux en tête, les joueurs pourront donc commencer à construire leur parc. Bien entendu, il existe divers bâtiments, comme le centre des expéditions, le centre de recherche, le centre des fossiles qui sont importants pour récupérer des fossiles et débloquer divers améliorations. En plus de cela, il vous faudra mettre en place un poste des gardes et un centre de l’Unité de Confinement (UC). Le premier servira à diverses tâches, comme administrer des médicaments, réparer des bâtiments ou des clôtures ou remplir les mangeoires pour les dinosaures. Le second permet d’endormir les dinosaures et de les transporter, ce qui est fort utile si jamais des carnivores, voire certains herbivores, venaient à s’échapper. Sur console, ces deux bâtiments sont assignés à deux touches, permettant de les contrôler rapidement lorsque la situation l’exige. De plus, ces bâtiments permettent aux joueurs de prendre le contrôle d’une jeep ou d’un hélicoptère pour effectuer les diverses tâches citées plus haut. La jeep peut même vous permettre de prendre vos dinosaures en photo pour gagner un peu d’argent. La possibilité de visiter son parc en jeep ou en hélicoptère est sympathique et vient briser un peu la routine d’un jeu de gestion traditionnel où le joueur doit souvent attendre d’avoir la somme nécessaire pour effectuer diverses actions. Cependant, la conduite reste simpliste et il peut arriver que le joueur se retrouve bloqué dans un élément du décor, mais cela reste un détail qui ne nuit pas forcément à l’immersion ressentie lors de ces phases que le joueur peut effectuer ou non selon son envie. Pour en finir avec les bâtiments importants, il faut aussi citer les centrales électriques, très importantes pour toutes les infrastructures du jeu, notamment les enclos électrifiés. Le joueur pourra alors utiliser des pylônes pour construire un réseau électrique digne de ce nom sur l’ensemble de l’île. En plus de ces installations, divers bâtiments sont disponibles pour faire plaisir aux visiteurs, comme des boutiques de souvenirs, des fast-food ou encore des bowlings.

Une fois que les bases sont prêtes, le joueur pourra enfin commencer à recréer des dinosaures, en fabriquant un enclos, avec des clôtures électrifiées ou renforcées et bien sûr une porte pour permettre à l’équipe des gardes d’entrer à l’intérieur en cas de problème. Une fois l’enclos fait, il faut bien vérifier que les dinosaures auront un accès à l’eau potable et à une mangeoire pour leur permettre de survivre plus d’une semaine et éviter qu’ils ne s’enfuient à la recherche de nourriture. Le joueur pourra alors créer un labo de création pour mettre des dinosaures en incubation et enfin lancer son parc. C’est aussi là que le joueur pourra modifier les génomes des dinosaures pour obtenir divers résultats comme un dinosaure plus agressif ou plus résistant que la moyenne, mais cela se fera souvent au détriment de sa stabilité, ce qui risque d’altérer les probabilités d’échec de l’incubation. En effet, plus la viabilité est élevée, plus les chances d’échec sont minces et étant donné le prix des dinosaures, il vaut mieux éviter les échecs. Pour améliorer sa stabilité, il faudra rechercher des fossiles en envoyant des équipes d’expéditions à travers le monde et en extrayant l’ADN de ces mêmes fossiles. A noter que les équipes peuvent ramener des fossiles sans ADN, que vous pouvez revendre, ce qui est fort utile. Bien entendu, plus vous avancez dans l’histoire, plus vous aurez accès à des fossiles de dinosaures emblématiques de la série comme les vélociraptor ou le redoutable T-Rex. Une fois la stabilité à 50%, vous pouvez créer le dinosaure et le faire entrer dans l’enclos, une fois l’incubation terminée. Pour améliorer le confort des visiteurs, vous pouvez aussi construire des infrastructures pour admirer vos dinosaures, comme des tours panoramiques, des monorails et même des Gyrosphères, comme dans les derniers films. Vos dinosaures sont les vedettes de votre parc et en tant que telles, vous devrez faire attention à leurs moindres désirs. En effet, les dinosaures ont des besoins et si ceux-ci ne sont pas satisfaits, ils vont tout bonnement chercher à s’enfuir en s’en prenant aux clôtures. Cela peut concerner la taille de l’enclos, la présence de plus ou moins d’arbres ou encore la présence d’autres congénères. Par exemple, les vélociraptors aiment à être en petit groupe de trois individus. En dessous de ce chiffre, il chercheront à s’enfuir, pour retrouver leurs pairs, tout en massacrant les visiteurs qui passent à leur portée. La satisfaction des dinosaures est donc aussi importante, voire plus importante, que la satisfaction des visiteurs pour que le parc fonctionne correctement.

Jurassic World Evolution, un spectacle pour les visiteurs et pour le joueur

Comme expliqué plus haut, le joueur peut visiter son parc en jeep ou en hélicoptère, mais il peut aussi suivre un dinosaure à la trace, lui permettant d’admirer ce spectacle unique en son genre. Cependant, il faut noter certains points importants pour un jeu de gestion qui font défaut ici. Tout d’abord, il est impossible d’accélérer ou de ralentir le temps, ce qui peut poser problème dans un jeu de gestion et si au début, on peut passer le temps en se baladant en jeep et en prenant des photos, cela devient vite redondant. De plus, le jeu ne dispose que d’un mode histoire, pas de mode libre à l’horizon, du moins au début du jeu, car seule la dernière île permet de faire office de mode bac-à-sable, où le joueur peut s’amuser à faire tout et n’importe quoi. En mode histoire, il vaut mieux éviter les accidents, car les visiteurs risquent de poursuivre le parc et de faire perdre de l’argent, on est donc moins enclin à laisser les portes ouvertes. De même, on est moins enclin à organiser des combats de dinosaures, car ceux-ci coûtent cher et que la mort de l’un d’eux entraine une perte financière. Un mode libre aurait donc permis aux joueurs de profiter un peu plus du gameplay du jeu, notamment de la modification génétique, pour créer un dinosaure surpuissant. Cela est vrai au début du jeu, où l’argent se fait rare, après, libre aux joueurs de créer un enclos servant d’arène pour organiser des combats de dinosaures quand celui-ci dispose de suffisamment de fonds vers la fin du jeu.

En plus de cela, le modèle des dinosaures est magnifique. On a vraiment l’impression d’observer de réels animaux vivants, en les voyant respirer, manger, boire, se battre. Les visiteurs en revanche n’ont pas eu le doit au même traitement et semblent être des modèles basiques de personnages, souvent clonés pour donner cette impression d’une foule abondante dans le parc quand on regarde de loin. Les bâtiments sont aussi extrêmement bien détaillés, avec quelques petits détails qui renforcent l’immersion, comme l’hélicoptère d’expédition que nous pouvons voir décoller et atterrir sur la plateforme correspondante. Les tempêtes sont aussi l’occasion pour Jurassic World Evolution de briller car celle-ci sont extrêmement bien faites, donnant un excellent rendu dans le jeu. Pour l’immersion, la bande-son joue aussi un rôle très important, notamment aux commandes de la jeep, puisqu’il est possible de mettre une radio locale. De plus, les annonces du parc sont doublées dans toutes les langues, comme dans un vrai parc, ce qui renforce encore un peu plus la sensation d’être dans un vrai parc à thème. Les musiques accompagnent parfaitement le jeu, avec des musiques calmes, permettant une meilleure concentration lors de la gestion du parc. Le thème de John Williams s’invite parfois dans le jeu, sans être trop encombrant. La durée de vie du soft est plus que correcte, surtout pour ceux qui voudraient développer les six parcs sur les six îles qu’offre le jeu et surtout pour débloquer les 42 dinosaures disponibles dans le jeu. Cependant, il faut noter un autre point gênant dans l’aventure, c’est la taille des cartes, qui sont petites, restreignant les possibilités de développement du parc. Mais en dehors de ces quelques détails qui n’empiètent pas sur le gameplay, Jurassic World Evolution est un excellent jeu de gestion et un immanquable pour tous les fans de l’univers, même si ceux-ci n’ont pas appréciés le dernier film.

Jurassic World Evolution est un excellent jeu de gestion dans l’univers de Jurassic World, mais aussi de Jurassic Park, avec certaines références à la trilogie originale. Si certains personnages semblent tout de même être en trop et n’ont pas de réel intérêt à apparaitre, cela est vite compensé par le gameplay du titre et surtout par tous les dinosaures que nous pouvons créer et améliorer pour faire de notre parc le plus grandiose ou simplement lâcher le T-Rex sur les visiteurs pour notre plaisir sadique. Cependant, pas de modes libre à l’horizon, ce qui est fort dommage pour un jeu de gestion avec autant de bons points. Mais les possibilités offertes par le mode histoire arrivent tout de même à captiver le joueur longtemps, même après avoir terminé les missions principales.

0 0 voter
Évaluation de l'article

Points forts

  • La joie de pouvoir développer son parc sur six îles différentes
  • Les différents types de dinosaures à créer et à étudier
  • La possibilité de se balader dans le parc en jeep ou en hélicoptère

Points faibles

  • La visée difficile en jeep ou en hélicoptère sur les cibles mobiles
  • La taille des cartes, trop petite
  • Pas de mode libre
7.8

Good

Gameplay - 8
Histoire - 7
Durée de vie - 8
Bande-son - 8
Graphismes - 8
Force tranquille de la rédaction, grand spécialiste du « ça va ? ». Sloth est le Lucky Luke de la news, il écrit plus vite que son ombre ! D’après la légende personne n’a jamais réussi à lui poser la question « ça va ? » en premier !
S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Ahmed
2 années il y a

Bonjour ,
D’abord , merci beaucoup pour le test . Le jeux est bon mais rien de spéciale . Après les premières heures de magie , on est face à un absence presque total de difficulté . Les graphiques sont magnifique mais le » gameplay » est un peu ennuyant .

Mot de passe oublié

2
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
efficitur. leo id, commodo justo ipsum ipsum Phasellus Curabitur quis, libero