TEST – Let’s Sing 2020 : quand la musique est bonne !

Let’s Sing 2020 est disponible et il est temps de monter sur la piste pour des sessions karaoké que nous apprécions tant !

Développeur : Voxler
Éditeur : Ravenscourt
Genre : Karaoké
Prix : 49,99€
Version pour le test : PlayStation 4
Date de sortie : 25 octobre 2019

Let’s Sing 2020 se donne le défi d’animer vos sessions karaoké avec l’objectif principal de vous amuser. Devinez quoi ? Il y arrive mieux que ses prédécesseurs. Revenons donc sur ce qu’il offre en matière de contenu et de playlist.

Précision : une application Let’s Sing peut remplacer des micros et s’est montré fonctionnelle lors de notre test, un bon point sachant que le jeu peut accueillir les micros Singstar ainsi que les siens.

Mon premier c’est désir

Parmi la liste des souhaits vis à vis des précédents opus, on retrouve celui d’une plus grande variété dans nos activités. Voxler a fait des efforts de ce côté-là en ajoutant une nouvelle fois un mode de jeu à sa franchise. Ne tardons donc pas à évoquer le mode Let’s Party !

Aucun mode de jeu n’invitait jusqu’ici les joueurs à batailler en grand nombre et dans une ambiance conviviale. C’est désormais le cas puisque ce mode « Fête » permet de chanter jusqu’à huit joueurs. Deux équipes de quatre (ou moins) s’affrontent à travers des mini-jeux plutôt novateurs et la première team qui arrive à quatre manches gagnées remporte la partie.

Ce qui demeure agréable, c’est que l’on sent l’effort réalisé par Voxler pour divertir le joueur. Les quatre mini-jeux invitent ainsi à chanter de façon juste (oui cela peut être difficile) lorsque l’on doit éviter que nos fausses notes fassent éclater une bombe. Une autre variante nous a plutôt plu car elle s’avérait difficile et nécessitait une certaine vigilance en plus d’être concentré. Dans celui-ci, le score était représenté telle une course de 110 m haies. C’est-à-dire que plus on chante juste, plus on va vite mais attention, les obstacles forcent à stopper son chant au moment où l’écran vous le dit. Plutôt rigolo et déconcertant car ce n’est jamais au même moment. Ensuite, le mode mixtape avec un mix de plusieurs chansons. Enfin, le mode classique où les paroles deviennent cryptées, et il faut vraiment les connaître par cœur. On se situe alors entre désarroi et amusement.

Il doit y avoir six mini-jeux différents et l’effet reste efficace. On s’amuse autrement que dans le mode classique ou le mode Feat qui, quant à lui, bénéficie de plus de clarté dans sa lecture des passages de relais et des paroles.

Let's Sing 2020

Mon deuxième du plaisir

La recette de ce Let’s Sing 2020 fonctionne, on passe de bons moments. On varie entre les chansons françaises lorsque l’on veut être certain de ne pas se louper complètement. Puis il y aura les plus courageux qui se risqueront en anglais sur des chansons dont ils ne connaissent que le refrain, ou par simple goût du risque s’ils veulent chanter et découvrir en même temps. Honnêtement, le feeling passait avec ce Let’s Sing 2020.

Comme d’habitude, on monte de niveau et on débloque des récompenses au fur et à mesure que l’on chante, même si les scores ne sont pas fameux. Cela permet de ne pas accumuler de la frustration lorsque notre performance a été mauvaise. Les avatars ne se démarquent pas plus que cela mais ils ne sont pas non plus moches. Peut-être tenter une autre direction artistique pour les prochains Let’s Sing, histoire de sentir un petit vent de changement.

Autre mode de jeu à ne pas oublier, le World Contest qui représente le presque mode en ligne. Sur le papier, on affronte des joueurs du monde entier mais jamais en temps réel. Donc, on suppose que les scores de la communauté sont pré-enregistrés et classés ensuite par rang. Vous pouvez ainsi affronter le challenger que vous souhaitez. Si l’on peut regretter ce manque de duel en temps réel (cela peut paraître compliqué de se coordonner), ce choix possède bien des avantages. Par exemple, nous pouvons éviter toute frustration et doser le challenge comme l’on souhaite. En effet, en choisissant d’affronter un niveau 9, je sais que je ne risque pas de me prendre 100 000 d’écart au niveau du score. Au contraire, si je me sens en confiance sur une chanson, rien ne m’empêche de me lancer contre un adversaire coriace. L’organisation de ce mode World Contest demeure bien judicieuse.

 

Let’s Sing 2020 aurait pu s’octroyer toutes nos faveurs mais c’était sans compter sur une plainte habituelle et qui reste spécifique à chacun. Pour le coup, ce dernier paragraphe risque de vous paraître bien subjectif mais prenons le risque. Même si l’on peut la considérer comme bien meilleure que les deux précédentes années, la playlist divisera à nouveau et pourrait bien ternir l’expérience de jeu de certains de vous et vos amis.

Mon troisième c’est souffrir

Non, je ne parle pas de la souffrance de mes proches, de mes voisins ou de la simple météo lorsque je me mis à chanter même si ça aurait été complètement légitime. On va parler des présents, surtout les bonnes pioches, et des absents.

Merci Voxler, c’est un plaisir de se lancer dans du Charles Aznavour et son classique « La Bohème », l’exigeant Amsterdam de Jacques Brel et de retrouver Goldman avec Quand la musique est bonne. On soulignera l’effort de varier la playlist pour plaire à tous les publics. On retrouve ainsi Amel Bent pour Ma Philosophie, Vegedream pour « Ramenez la coupe à la maison » (quelques fous rires tant le rythme est difficile). On retrouve des morceaux plus festifs, plus pop, plus dans l’ère du temps simplement (Vianney x3, Maître Gims, Clara Luciani top pioche, l’Artiste et son Chocolat). Les enfants peuvent même préparer la Reine des Neiges 2 puisqu’on retrouve Libérée, Délivrée.

Si l’on accueille avec plaisir de nouveaux artistes, d’autres reviennent mais pas avec leur meilleure chanson ni la plus facile à chanter (Balavoine, Souchon, on aime bien Foule Sentimentale mais elle dure cinq minutes, on a hâte qu’elle se termine après la 3e minute). Et si Voxler se montre moins inspiré sur les habitués (Moire, Zazie, Soprano, M.Pokora et d’autres déjà cités), on se dit qu’un petit turnover serait la bienvenue. A côté, on déplore par exemple les absences de Gilbert Montagné, Patrick Bruel, Renaud, Pascal Obispo et Francis Cabrel parmi les piliers de la chanson française. Touche-t-on à une problématique financière ? Ou à une question de partenariat avec une maison de disques ? Dans tous les cas, on peut se retrouver à faire le tour rapidement sans grande satisfaction alors petite alerte du côté des Let’s Sing.

Cela reste la même problématique du côté des chansons internationales malgré de très bons moments sur Spice Girls et Wannabe (travaillez votre souffle et votre rythme), Queen, Robbie Williams, Linkin Park (Numb !) et des hits toujours plus récents tels que Bruno Mars, Selena Gomez, Calvin Harris et Imagine Dragons.

En complément, on partage avec vous la playlist de Let’s Sing 2020 ci-dessous.

Let's Sing 2020

Let’s Sing 2020 réussit son pari. Bâti sur les solides fondations de son prédécesseur, il se dote d’un mode Party et d’améliorations visuelles qui sont les bienvenus. Voxler nous place ainsi dans des conditions optimales pour passer des bons moments de karaoké entre amis.  Petite alerte néanmoins sur une playlist qui ne fera pas l’unanimité même si elle reste de meilleure facture que l’an dernier. Plus de chansons ou un turnover au niveau des artistes, cela ne fera pas de mal au titre de Voxler et Ravenscourt. Mais ne vous y trompez pas, pour les amateurs du genre, Let’s Sing 2020 demeure idéal pour passer de bons moments en famille ou entre amis.

Points forts

  • Un contenu étoffé
  • Les bonnes idées du mode Let's Party
  • Quelques améliorations visuelles
  • Des entrées bienvenues (Aznavour, Brel, Clara Luciani...)

Points faibles

  • Certains choix de chansons moins inspirés
  • Des avatars à changer (si on chipote)
8

Great

Toujours dans la magique potion du jeu vidéo !

Mot de passe oublié

consequat. tempus et, efficitur. dictum Donec Aliquam Phasellus quis dolor. ultricies Praesent