TEST – Marvel’s Spider-Man : Miles Morales, une version PC qui tient la route

Deux ans après sa sortie sur les consoles de Sony, Spider-Man : Miles Morales nous propose de replonger dans l’univers du tisseur de toiles pour incarner un jeune Miles Morales en pleine découverte de ses nouveaux pouvoirs. Après la sortie du jeu de base sur PC, c’est donc au tour de ce Stand Alone de sortir sur nos machines, reste à savoir ce qui nous attend.

Développeur : Insomniac Games
Éditeur : Sony Interactive Entertainment
Genre : Action
Supports : : PS4, PS5, PC
Support de test : PC : AMD Ryzen 5 5600G, 16Go de RAM, RTX 3060 Ti (version fournie par l’éditeur)
Date de sortie : 12 novembre 2020 (PS4 et PS5), 18 novembre 2022 (PC)

Spider-Man : Miles Morales

Spider-Man : Miles Morales, une nouvelle histoire

Après la version PC du jeu de base sortie il y a quelques mois, les joueurs PC ont enfin l’occasion de découvrir ce stand alone sur leur machine favorite. Sortie il y a justement deux ans, cette version PC de Spider-Man : Miles Morales nous permet de retrouver le personnage éponyme au cours d’une aventure inédite, se passant après le jeu de base, nous permettant d’introduire le personnage et ses pouvoirs, mais aussi de nouveaux enjeux, plus personnels à Miles Morales. En effet, après le départ du premier Spider-Man pour un voyage en Europe, Miles Morales va tout faire pour gérer la ville de New York seul, alors qu’un gang se faisant appeler l’Underground commence à terroriser les rues de la ville. Si l’histoire reste sympathique à suivre, elle n’est pas aussi élaborée que le jeu de base, la faute à la nature même de ce stand alone : le jeu n’a pas vocation à installer son histoire et ses enjeux sur plusieurs dizaines d’heures de jeu et se concentre sur l’essentiel. Sans rentrer dans les détails, l’histoire nous permet de suivre Miles alors que ce dernier doit apprendre à gérer ses pouvoirs, ses relations en tant que Miles Morales, ainsi que la criminalité dans New York en trouvant sa propre voie, sa propre manière de faire. Si l’histoire en tant que telle n’est pas originale, elle a le mérite d’être intéressante à suivre et disposer de quelques retournements de situations plutôt bien amenés.

 

J’ai besoin d’aller tisser

En terme de gameplay, on retrouve la même chose que pour le jeu de base, que ce soit en matière de déplacement comme en matière de combat. Pour se déplacer, Miles va utiliser ses toiles pour se rendre d’un bout à l’autre de la ville et ce côté-là est toujours plaisant à jouer. On adore se balader dans tout New York, qui est exactement la même carte que pour le jeu de base, bien entendu, avec quelques aménagement pour coller à l’histoire. De ce côté-là, rien de neuf, mais on se plait à se balader dans la ville pour récupérer des objets collectables ou accomplir des défis pour remporter des points permettant de débloquer de nouvelles compétences. Le jeu dispose bien d’un système de déplacement rapide, mais on préfèrera se déplacer à sa guise avec ses toiles pour profiter à fond du sentiment de liberté offert par le jeu et en profiter pour faire un détour par-ci par-là. Du côté des déplacements, rien de neuf donc, mais pour les combats, une nouveauté fait son arrivée.

 

En effet, les combats reprennent la même trame que le jeu de base : un bouton pour cogner, un autre pour esquiver, la possibilité de saisir les ennemis ou encore d’utiliser des gadgets, mais avec une nouveauté propre à Miles Morales. En effet, en combattant le Rhino, Miles découvre que son corps est parcouru par de la bio-électricité, qu’il peut utiliser en combat pour sonner les ennemis les plus costauds et lui permettre de prendre l’avantage. Cette capacité est plutôt la bienvenue et apporte quelque chose en plus aux combats, même si ces derniers ressemblent finalement aux combats du jeu de base. En plus de cela, Miles est capable de devenir invisible, ce qui est très utile dans les phases d’infiltration, lorsque Miles se fait repérer : désormais on peut retourner se cacher pour attendre le bon moment pour frapper. Plus besoin de se lancer dans la mêlé si on a été trop vite pour éliminer un ennemi, Miles a la possibilité de reprendre instantanément l’avantage, ce qui permet de profiter un peu plus de l’infiltration qu’avec le jeu de base et c’est une excellente chose.

Spider-Man : Miles Morales

Toujours compter sur l’araignée sympa du quartier

Cependant, le jeu se révèle bien avare en nouveautés, tout comme en combat de boss, ce qui est dommage, même si compréhensible par la nature même d’un stand alone. Il y a peu de super-vilains, ce qui donne l’impression que Miles affronte l’équipe B en l’absence de son mentor, puisque lors du combat avec le Rhino, Miles est accompagné pour pouvoir remporter l’affrontement. Cependant, le jeu reste tout de même agréable à parcourir et nous rend impatient de découvrir le second opus qui doit sortir sur PS5. Pour ce qui est de l’aspect technique, le portage sur PC est très propre et fonctionne extrêmement bien et reste fluide dans les déplacements, permettant de profiter à fond du sentiment de liberté que nous procure le jeu. Pas de chute de FPS à signaler pour ma part, même si j’ai rencontré quelques bugs, qui n’ont pas impacté la progression fort heureusement. Graphiquement, le jeu est très beau et profite d’animations très bien faites, rendant le jeu très beau.

 

L’ambiance de ce stand alone est également différente du jeu de base, avec des musiques qui se rapprochent du rap US et des sons plus urbains, histoire de marquer les différences entre Miles Morales et Peter Parker. On retrouve une ambiance de fêtes de fin d’année, puisque l’histoire se passe en partie pendant Noël, donnant une ambiance particulière à ce stand alone. Dans tous les cas, les joueurs qui ont adoré le jeu de base peuvent foncer sur ce jeu, afin de patienter avant la sortie du second opus. Le titre dispose d’une durée de vie raisonnable : comptez une dizaine d’heure pour finir le jeu et une vingtaine pour le finir à 100%, avec des quêtes annexes plutôt intéressante et une application permettant de répertorier les missions que le jeu a à nous offrir, permettant de rester un peu plus longtemps.

Spider-Man : Miles Morales

Spider-Man : Miles Morales est donc une excellente suite, reprenant tout ce qui a marché dans le jeu de base, mais sans forcément chercher à améliorer la formule. On aurait pu s’attendre à plus de prises de risques pour un stand alone, mais la découverte des nouveaux pouvoirs de Miles reste un aspect intéressant, même si au final, on reste sur notre faim. Dans tous les cas, le portage PC est une franche réussite, sans chute de framerate ou de bug gênant, ce qui permet aux joueurs PC de profiter du jeu en attendant la sortie des prochains titres Sony sur PC.

Rendez-vous en espace commentaire pour nous dire ce que vous avez pensé du jeu ! Et si l’envie vous en dit, vous pouvez nos rendre visite sur nos réseaux sociaux via notre Linktree ou découvrir nos autres tests !

0 0 votes
Évaluation de l'article

Points forts

  • Les déplacements toujours aussi intuitifs et plaisants
  • Les pouvoirs de Miles qui introduisent quelques nouveautés dans le gameplay
  • Portage sur PC plutôt réussi dans l'ensemble

Points faibles

  • Un sentiment de déjà-vu qui ne va pas nous quitter
  • On aurait aimé un peu plus de prises de risques
  • Très peu de boss à affronter
8

Great

Force tranquille de la rédaction, grand spécialiste du « ça va ? ». Sloth est le Lucky Luke de la news, il écrit plus vite que son ombre ! D’après la légende personne n’a jamais réussi à lui poser la question « ça va ? » en premier !
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Lucky
Lucky
11 jours il y a

Très bonne suite du jeu, nouveau système de combat intéressant mais manque de boss et l’histoire est assez court mais spectaculaire

Mot de passe oublié