TEST – Shadow of the Tomb Raider : pas l’ombre d’un doute

Shadow of the Tomb Raider marque le retour de l’héroïne la plus iconique de l’industrie, Lara Croft. L’aventurière se lance dans un périple maya qui est probablement son meilleur voyage depuis des années.

TEST – Shadow of the Tomb Raider : Lara Croft au sommet de sa forme

Développeur : Eidos Montréal / Crystal Dynamics
Editeur : Square Enix
Genre : Action-Aventure
Date de sortie initiale : 14 septembre 2018
Support : PS4, Xbox One, PC
Version pour le test : code PS4 fourni par l’éditeur

 

Square Enix s’associe avec Eidos Montréal et Crystal Dynamics afin d’offrir Shadow of the Tomb Raider, le nouveau chapitre des aventures de Lara Croft. Cette fois-ci, l’exploratrice part en Amérique Latine afin de sauver le monde de l’Apocalypse Maya. L’offensive des trinitaires la poussera à provoquer une catastrophe qu’elle tentera ensuite de réparer. Son périple l’amènera à explorer différentes régions et trouver des tombeaux qui recèlent des morceaux d’histoire qui raviront les historiens en herbe et fans des aventures de l’archéologue. Maintenant, attardons-nous sur les raisons pour lesquelles Shadow of the Tomb Raider représente simplement l’un des meilleurs épisodes de la série.

Lara Croft, une aventurière hors-pair

Shadow of the Tomb Raider représente un réel hommage à son héroïne, Lara Croft. A travers son voyage, nous découvrons toutes les facettes de sa personnalité. Elle n’est pas seulement un personnage de jeu vidéo que l’on déplace à gauche ou à droite, on vit pleinement son parcours, ses états d’âme et ses objectifs. Une véritable icône qui est presque devenue une humaine comme une autre, du moins sur le plan émotionnel. Une Lara meurtrie, une Lara en rogne, une Lara sans pitié, une Lara inquiète, une Lara altruiste et déterminée, une Lara toujours enclin à aider son prochain, simplement une Lara comme on aime l’incarner. Il existe des scènes mémorables dans ce Shadow of the Tomb Raider dont on vous épargnera le spoil mais l’aventure est simplement épique.

Encore une fois, on en apprendra davantage sur l’héroïne, sur son enfance, sur son passé, avec une attention particulière sur les mystères qui entouraient son père. Eidos Montréal et Crystal Dynamics ont consacré un grand travail pour lui donner de la profondeur et du volume. Néanmoins, avouons-le, hormis ces petites attentions scénaristiques à l’aventurière, l’histoire de ce Tomb Raider est somme toute classique. Des cités enfouies au milieu de nul part, des artefacts recherchés par la Trinité et l’équipe de Lara Croft dont les chemins vont forcément se croiser, des sectes tribales protégeant une divinité, des scissions au sein de village dévoués au culte. Encore des fous qui veulent s’emparer d’un pouvoir qui les dépasse et des ennemis qui auront encore et toujours du retard sur Lara Croft mais qui le rattraperont sur la fin… Ce qui change, c’est la responsabilité de Lara au cours de son premier voyage, sa perception des événements qui nous font vivre tantôt le mal être de l’héroïne, tantôt sa détermination à stopper quoiqu’il en coûte les Trinitaires.

En matière d’action, nous avons droit à Tomb Raider classique. Lara Croft voyage encore d’une région à une autre, avec une tendance à la jungle et aux villages éloignées. Ce sont encore de vieilles bâtisses et des tombeaux qui attendront l’archéologue. L’Amérique du Sud est un terrain de choix pour vivre les excursions de Lara Croft et les développeurs l’ont très vite compris.

Une ode à l’exploration

L’exploration s’est toujours trouvée au cœur des Tomb Raider et celui-ci ne fera pas exception à la règle. Au contraire, nous semblons en exploration constante tant qu’il est parfois difficile de distinguer les tombeaux facultatifs de la progression dans l’histoire. Certes, les fans de la première heure pesteront contre une exploration dirigiste mais j’ose croire que l’avancée dans ces zones mystérieuses demeure plus difficile si l’on désactive la vision d’aigle (ou si on ne s’en sert pas) car celle-ci indique chaque fois les éléments à utiliser, l’objectif alors que l’on y passerait plus de temps si nous ne comptions pas sur cette grosse assistance. Après, même avec des objets illuminés, certaines énigmes restent tendues à appréhender.

Il faut également féliciter Crystal Dynamics et Eidos Montréal pour le game design incroyable des tombeaux mais également des villages et cités perdues de Shadow of the Tomb Raider. En plus d’afficher une qualité visuelle bluffante avec une gestion des ombres et des lumières impressionnantes et des décors splendides, les sentiers disséminés dans les environnements du jeu comportent des terres cachées insoupçonnables. La profondeur des niveaux demeure étourdissante à bien des égards. Pour terminer ce nouvel épisode à 100%, il sera nécessaire de fouiller de fond en comble, attendre d’avoir le matériel adéquat parfois pour revenir et débloquer le chemin. Les tombeaux demanderont parfois une bonne quinzaine de minutes d’exploration et certains marqueront les esprits, on pense par exemple à celui de San Cordoba dans les Cénotes. Pour faciliter les allers-retours, les studios ont multiplié les points de contrôle parfois à l’entrée des zones cachées. Cela permet de gagner en fluidité et en rapidité de nombreuses fois, même si on a tendance à râler sur les temps de chargement bien trop longs lors des voyages rapides.

Si Square Enix a mis en avant son exploration sous-marine dans un des trailers, ce n’est pas anodin. Elle joue un vrai rôle dans les chemins empruntées par Lara Croft, l’aventurière passera plus d’une fois par la voie marine pour atteindre une sortie ou l’entrée d’un tombeau et d’une nouvelle zone. Il ne s’agit pas de passer 5 à 10 secondes sous l’eau, on passera parfois une bonne minute en évitant les grands dangers car il y en aura et pas des plus rassurants pour notre héroïne.

Jamais un Tomb Raider de ces dernières années n’aura autant proposé autant de possibilités dans l’exploration, avec la découverte de tombeaux mais aussi dans le choix de quêtes. Bien souvent, les missions annexes nous plongent dans de nouvelles sessions de découverte avec des compétences en récompense à la clé. Ce qui est d’autant plus agréable, ce sont les PNJ rencontrés et qui participent à un lore qui réunit différents aventuriers dans leur amour pour l’exploration. Je pense à ces quêtes annexes qui mettront en avant des amoureux de la découverte, avec une femme tombée dans un tombeau, un autre à qui l’on raconte avec ferveur notre périple, presque émouvant à entendre, du moins prenant à écouter. Lara n’est plus seule dans son monde. Par contre, si elle partage son expérience avec d’autres explorateurs, elle demeure hors-catégorie et s’appuie sur une force et un savoir-faire unique en matière de survie.

La survie dans la peau

En ce qui concerne la survie, nous n’avons pas énormément de changements dans les mécaniques de jeu. Par contre, l’évolution de la série se situe sur la faune de cette jungle que traversera Lara Croft dans Shadow of the Tomb Raider. En plus de l’armée des trinitaires ou des populations tribales, elle devra affronter des adversaires coriaces, des animaux sauvages et souvent en meute. Vous avez aperçu le fameux jaguar, il ne sera pas le seul et ses déplacements seront bien plus difficiles à contrer que des soldats classiques. Les loups seront aussi de la partie même si leurs attaques sont similaires aux jaguars, ils traînent en meute et il sera nécessaire d’adopter un timing parfait pour s’en débarrasser. Nous évoquions l’exploration sous-marine, elle comportera aussi ses risques avec des murènes qu’il sera possible de contrer et des piranhas qui ne vous laissent pas cette chance. Hormis cela, Lara Croft montrera aussi que la loi du plus fort domine dans la jungle. Entre les oiseaux, les bichettes, les poules et d’autres, tous pourront tomber sous le coup de ses flèches. Mention spéciale au lama qui se distingue dans les élevages mayas.

Une fois n’est pas coutume, les développeurs ont gardé les mêmes mécanismes en termes de loot, d’armes et d’amélioration. A savoir que pour optimiser vos équipements, il sera nécessaire d’ouvrir toutes les boîtes sur votre chemin, récolter les plantes et tout ce qui brille en vision d’aigle. La faune, la flore et les minerais, tout y passe pour que Lara Croft compose son kit de survie.

Dans les séquences de combat, les soldats restent classiques même si l’ajout des lunettes à infrarouge vous forcent à sortir de votre cachette et entrer dans le vif de l’action. Ensuite, Shadow of the Tomb Raider laisse vraiment place à différents profils, entre le bourrin et les armes (à condition de savoir viser et de se déplacer intelligemment) et l’aspect furtif. Celui-ci vous laissera encore dans les hautes herbes, les arbres et vous couvrir de boue sera même une option préconisée à bien des égards. Après, on garde le schéma des bouteilles pour attirer l’ennemi ailleurs, le tuer pendant qu’il est hors-de vue des autres, dans les airs, sur la terre, dans l’eau, les possibilités sont nombreuses et elles apportent de bonnes sensations de jeu. Mais ce n’est pas sur cet aspect que la licence de Square Enix surprend le plus.

Shadow of the Tomb Raider parvient à nous impressionner à l’aide de mécaniques maîtrisées et bonifiées dans tous les secteurs. En voulant sauver le monde de l’apocalypse maya, Lara Croft sera amenée à survivre à tous les dangers : une armée trinitaire toujours aussi hostile, des animaux terrestres et sous-marins dangereux, des environnements qui tombent en lambeaux. Plus que cette guerre permanente, on retient une héroïne qui passera par tous les états d’âme, toujours animée par sa passion qu’elle transmet si bien au joueur qui l’incarne. Enfin, notre expérience de jeu reste transcendée par le travail réalisé sur le game design avec une exploration qui n’aura jamais aussi présente et passionnante. Même s’il ne révolutionne pas la série, Shadow of the Tomb Raider est probablement le meilleur des épisodes proposés sur l’actuelle génération de consoles, simplement un indispensable.

Points forts

  • L'exploration est captivante
  • Lara Croft, une aventurière unique
  • Une direction artistique maîtrisée de bout en bout
  • Des quêtes annexes intéressantes
  • Les confrontations avec les animaux sauvages
  • L'éditeur de photos sympa
  • Pouvoir choisir sa Lara Croft

Points faibles

  • quelques freezes (version PS4 classique)
  • Des temps de chargement parfois longs
  • Un scénario classique
8.5

Great

Toujours dans la magique potion du jeu vidéo !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Mot de passe oublié

id amet, ut elit. Aliquam venenatis, ut mi, sem, Donec eget vulputate,