TEST – Star Wars Battlefront

Découvrez notre test de Star Wars Battlefront, le jeu qui vous mettra dans la peau d’un figurant d’un film de la saga de George Lucas (et de Disney)

Support : PlayStation 4, Xbox One, PC.
Testé sur : PlayStation 4 à partir d’une version presse fournie par l’éditeur
Éditeur : Electronic Arts
Développeur : DICE
Type : Action/Jeu de tir
Date de sortie : 19 novembre 2015

Star Wars Battlefront logo 1

La saga Star Wars a débuté il y a maintenant 38 ans. Sortie tout droit de la tête de George Lucas, la première trilogie avait contribué à donner un nouvel élan à un cinéma américain quelque peu déclinant. 38 ans plus tard donc, la célèbre franchise a généré des millions, des milliards de billets verts grâce à un merchandising bien huilé. Une multitude de produits dérivés ont ainsi vu le jour, des classiques figurines à l’effigie des héros des films jusqu’aux toasters Dark Vador en passant par les draps affublés du logo Star Wars. Au milieu de cette cohue, le monde du jeu vidéo n’a pas été épargné et de nombreuses adaptations sont sorties sur la quasi-totalité des consoles depuis des décennies. C’est dans cette droite lignée que Star Wars Battlefront a fait son arrivée sur PS4, Xbox One et PC le 19 novembre dernier. Puisque nous en faisons ici le test, la question sera de savoir : est-ce que ce titre développé par DICE figure au panthéon des jeux estampillés Star Wars ou doit-on le cacher honteusement dans un coin sombre de la cave de la cantina voire le jeter dans la gueule du Sarlacc ? Pour découvrir la réponse, on vous invite à nous suivre dans une galaxie lointaine, très lointaine

Peu de place pour le plaisir solitaire

Pour ce Star Wars Battlefront, DICE et Electronic Arts ont fait le choix de ne pas intégrer de campagne solo, arguant notamment que la majorité des joueurs l’auraient ignoré. Même si cela aurait le cas, ne pas doter ce titre d’une campagne en est incontestablement l’une des plus grosses fautes. En effet Star Wars possède une mythologie et un background d’une immensité impressionnante déclinés dans un nombre incalculable de livres explorant une multitude d’univers parallèles. Il aurait été très facile dans ces conditions de créer un scénario passionnant même si celui-ci n’aurait été torché qu’en une poignée d’heure. Cette absence sonne malheureusement comme de la paresse ou un  manque criant d’inventivité voire de la paresse de faire preuve d’inventivité.

Alors oui, il y a bien la possibilité dans Star Wars Battlefront de jouer en solo. En règle général, dans les jeux du même genre, comme Battlefield du même DICE, les campagnes permettent aux novices de se faire la main sur le système de jeu. Puisqu’il n’y a pas de campagne solo dans ce Battlefront, quelques petites « missions » ont été implémentées pour servir de didacticiel pour la majorité des cas de figure que l’on sera amené à rencontrer en ligne. Bataille aérienne, maniement du blaster, contrôle des Héros, rien n’est laissé de côté il faut bien l’admettre. Vous trouverez également un mode bataille et un mode survie où vous affronterez les sbires des Rebelles ou de l’Empire (selon le camp que vous aurez choisi) tous contrôlés par l’IA. Ces missions peuvent également se faire en coopération en local en écran splitté ou bien en ligne avec l’un de vos amis. Vous n’aurez en revanche pas la possibilité de faire équipe avec un joueur lambda. Bien que parfaitement adaptée pour se faire la main, cette petite ribambelle d’activités solitaires (ou coopératives) finiront rapidement par se montrer redondantes et lasser pour la simple raison qu’affronter des IA quand la possibilité nous est donnée de se mesurer à d’autres joueurs dans des opérations très similaires, ce n’est pas très enthousiasmant.

Si tu n’es pas avec moi, tu es contre moi

Car oui ! Si vous cherchez des sensations fortes sur ce Star Wars Battlefront, c’est en ligne que vous les trouverez. DICE a mis a disposition 10 modes de jeu qui vont permettront de participer à des affrontements féroces entre les forces Impériales du Seigneur Palpatine et les Rebelles menés par la princesse Leïa et Luke Skywalker. Seulement la plupart des modes de jeux n’amènent pas une véritable variation. Très peu de stratégie rentre en ligne de compte pour remplir les objectifs et le but revient donc souvent à tenir un ou deux points précis en dézinguant tout ennemi pointant le bout de son casque. La guerre écervelée à son paroxysme (si tant est que la guerre puisse être autrement qu’écervelée). D’ailleurs, ces fameux points névralgiques qui décident de l’issue d’une bataille sont aux mêmes endroits dans plusieurs modes de jeu, on a souvent l’impression d’être toujours dans le même petit périmètre de la map. Cela aurait pu passer si le nombre de maps disponibles était conséquent mais là encore Star Wars Battlefront n’évite pas l’écueil en ne proposant qu’une poignée d’environnements différents. On touche de fait à l’autre des plus grosses fautes du jeu, car sortir un nombre aussi faméliques de  paysages alors qu’il y avait tout une galaxie lointaine à exploiter, c’est clairement inacceptable. A plus forte raison quand on sait que c’est surtout dans les DLC inclus dans le fameux Season Pass à 50 euros que de nouvelles maps feront leur arrivée (même si EA a calmé le jeu en annonçant du contenu gratuit). Le jeu en kit n’aura malgré tout jamais été aussi proche.

star wars battlefront image 2

Certains modes de jeu vous procureront tout de même une sacrée dose de fun. On pense notamment à l’Attaque des Marcheurs dans des affrontements à 20 vs 20, même si dans la multitude de parties que nous avons joué dans ce mode, les Rebelles sortaient quasi-systématiquement vainqueurs. Il y a en effet des petits soucis d’équilibrage. C’est d’ailleurs un point que l’on pourra vite noter, car pour en revenir aux points stratégiques des parties, certains sont de véritables forteresses pratiquement imprenable lorsqu’elles sont un tant soit peu défendues. Très problématique par exemple dans le mode suprématie qui demande d’avancer sur les points de l’ennemi pour le faire se replier. Bien que ce mode Suprématie fasse partie des modes les plus funs à jouer. Pendant qu’on est dans les soucis d’équilibrage, on peut parler brièvement des combinaisons blanches immaculées des Stormtrooper qui ne passent absolument pas inaperçues dans la forêt d’Endor pendant qu’en face les rebelles ont de jolies tenues de camouflage. Pas sympa pour l’Empire.

Enfin, il faut faire mention du mode Escadron de chasseurs qui constitue la véritable dose d’originalité puisqu’il vous place non plus dans la peau d’un soldat sur un champ de bataille mais dans celle d’un pilote aux commandes de l’un des modèles de vaisseaux de combat de Star Wars. Le kiff ultime étant de pouvoir piloter le Faucon Millénium d’Han Solo ou le Slave de Boba Fett. Pour autant, ce mode vous donnera rapidement l’impression de tourner en rond, dommage.

Tout le monde par la guerre, devient grand

Sachez que dans Star Wars Battlefront tout se mérite et se faire une place dans ces affrontements d’une autre galaxie vous demandera un poil d’investissement. En effet, au fur et à mesure de vos parties vous gagnerez en rang en fonction de vos performances sur le terrain. Plus votre rang sera élevé, plus vous pourrez débloquer d’armes et de cartes bonus. Ces fameuses cartes bonus sont d’ailleurs l’une des bonnes idées du jeu, et l’un des seuls aspects qui vous demandera de faire preuve d’un peu de gestion. Ces cartes vous donnent en effet la possibilité d’utiliser des items offensifs ou défensifs (grenades, missiles auto-guidés, boucliers), mais leur utilisation est soumise soit à un cooldown soit à un nombre de charge limité selon le type de la carte. Quoiqu’il en soit, les armes ou les cartes ne vous seront pas offertes à titre gracieux ! Tout se mérite dans Star Wars Battlefront rappelez-vous. Non, il faudra dépenser des crédits pour vous payer votre matériel et l’améliorer. Des crédits que vous gagnerez principalement au cours des parties en ligne au même titre que l’expérience. Notez cependant qu’il est possible de glaner quelques sous dans les différents modes solo.

Bon ! Parlons un peu gameplay quand même ! La première chose flagrante et qu’il faut donc impérativement souligner : Star Wars Battlefront se veut clairement accessible au plus grand nombre. Tout d’abord, aucune gestion de munitions ne viendra gêner votre rage de tuer, seule la jauge de surchauffe de votre blaster devra vous concerner un petit peu. D’ailleurs, votre blaster (à l’exception de vos cartes bonus) sera votre seul fidèle compagnon. Inutile d’espérer switcher entre un fusil sniper pour dégommer vos ennemis à distance et un pistolet pour nettoyer ceux qui se trouvent près de vous. C’est clairement dommage car vous ne pourrez pas palier correctement les défauts de votre arme principale. Assurément déroutant pour les habitués des jeux de tir, les néophytes eux n’auront donc encore une fois, pas à se préoccuper de l’équilibre de leurs armes. Battlefront a clairement fait le choix de l’accessibilité quitte à en être trop simpliste. Ici chacun y verra une qualité ou un défaut selon son niveau.

En revanche, les déplacements de votre personnage sont, à notre sens, incontestablement un défaut. Ils sont d’une lenteur et d’une rigidité souvent insupportables. Il devient dans ces conditions très difficiles de se sortir des situations critiques. Une grenade tombe à vos pieds ? Une frappe orbitale va s’abattre sur votre tête ? Vous avez un missile auto-guidé aux basques (une arme aberrante d’ailleurs) ? Il vous faudra réagir très très vite et avoir une bonne dose de chance pour vous sortir de ces mauvais pas. Il est également très pénible de vous soustraire aux lasers des blasters ennemis. Si vous commencez à vous faire tirer dessus, vous finirez le plus souvent par passer à l’as. Seul l’utilisation d’un jet-pack offre un surplus de réactivité, mais encore faut-il en avoir un parmi vos cartes bonus. Cette lourdeur donne en tout cas la sensation plus que palpable d’un manque de dynamisme. Oui l’équipement d’un Stormtrooper, ça ne doit pas se déplacer aisément, mais on a vraiment l’impression de tracter une caravane lorsque l’on sprint, ce n’est pas très agréable. C’est encore plus criant lorsque l’on passe en vue à la troisième personne.

C’est loin mais c’est beau

Penchons nous enfin sur la grande force de ce Star Wars Battlefront : son ambiance incroyable. Visuellement tout d’abord, les décors sont vraiment sublimes. Qu’il s’agisse de Hoth ou encore d’Endor, les panoramas de la galaxie lointaine sauront émerveiller à coup sûr les joueurs qui prendront le temps de faire un peu de tourisme entre deux tirs de blaster. Il est encore une fois dommage qu’il n’y en ait pas plus. Des petits clins d’œil sympathiques comme la présence d’Ewoks que vous pourrez apercevoir furtivement plairont eux aux fans de la saga de George Lucas. Mais il n’y en aura pas que pour vos mirettes, vos esgourdes en auront aussi pour leur argent. Les tirs de blaster qui fusent de toute part, les vaisseaux qui frôlent le sommet de votre casques, vos bruits de pas, les explosions, vous aurez clairement la sensation de vivre ces batailles acharnées. L’utilisation d’un casque audio est d’ailleurs un véritable plus.

En somme, la combinaison visuelle et auditive vous procurera une immersion telle que vous vous sentirez dans la peau d’un personnage de Star Wars au même titre qu’un Luke Skywalker ou un Dark Vador. Vous aurez d’ailleurs la possibilité de les incarner tous les deux (ainsi que Leïa, Han Solo, Palpatine et Boba Fett) grâce à l’un des superbonus que vous pourrez ramasser aléatoirement sur les maps ou dans l’un des modes de jeu qui vous donne directement l’opportunité de les jouer. Sentiment de toute puissance garanti.

On fait le bilan, calmement

On se posait la question en ce début de test de la valeur de ce Star Wars Battlefront, et vous l’avez lu dans les lignes ci-dessus : il y a beaucoup de défauts à mettre dans la besace du jeu. Alors non, ce Battlefront n’est pas un grand titre, et quand on sait les attentes qu’il suscitait c’est une déception ne nous mentons pas. Cependant, les fans hardcore de la saga Star Wars, à qui le jeu s’adresse aussi et surtout, pourront largement y trouver leur compter grâce à ce sentiment d’immersion incroyable. Les autres réussiront malgré tout à passer un petit moment agréable mais il leur sera difficile d’y passer plusieurs heures d’affilée sans avoir rapidement l’impression de tourner en rond. Le contenu à venir apportera peut-être un peu plus de diversité de ce côté là, à 50 euros il serait de toute façon malvenu de se rater. Sans être un naufrage complet, Star Wars Battlefront avait pourtant tout pour faire mieux beaucoup mieux.

Star Wars Battlefront est une déception mais une déception qui arrivera malgré tout à séduire quelques joueurs par son accessibilité ou ses ambiances sonore et visuelle impressionnantes. Seulement le trop peu de contenu disponible couplé à la similitude ou au manque d’intérêt de certains modes de jeu empêchera tout le monde de s’amuser pendant des heures d’affilée. Le jeu a donc bel et bien des qualités mais ses défauts font pencher la balance du mauvais côté. L’équilibre dans la force est du côté obscur. Dommage.

0 0 voter
Évaluation de l'article

Points forts

  • L’ambiance immersive à souhait
  • Quelques modes de jeu bien sentis
  • Incarner des héros et ressentir leur toute puissance
  • C’est Star Wars quoi !

Points faibles

  • Trop peu de contenu...
  • alors que des DLC payants sont prévus de longue date
  • Redondances sur certains modes
  • Pas de campagne solo !!
  • Des déplacements trop mous du genou
  • Des petits soucis d’équilibrage
6

Fair

Ma devise : "Raler, c'est utile uniquement si tu en profites pour apporter une solution... sinon ça reste juste un plaisir".
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Mot de passe oublié

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
facilisis ante. dolor. nec risus mattis nunc Sed sed Curabitur vel, neque.