TEST – Tales of Vesperia Definitive Edition

Bandai Namco fait revivre Tales of Vesperia dans un remaster qui fera sans doute plaisir à tous les nostalgiques.

TEST – Tales of Vesperia Definitive Edition

Développeur : Namco Tales Studio
Éditeur : Bandai Namco
Genre : J-RPG
Date de sortie initiale : 11 janvier 2019
Support : PS4, Xbox One, PC, Nintendo Switch
Version pour le test : PS4 fournie par l’éditeur

 

Bandai Namco revient donc avec un remaster pour Tales of Vesperia, un titre sorti il y a dix ans. Pour de nombreux fans, il s’agit d’une référence, sûrement le meilleur des Tales Of de par ses mécaniques, son histoire, la profondeur attribuée à ses personnages et sa direction artistique. Pour un peu moins de 40 euros, on se dit qu’on se laisserait bien tenter. Mais quel est l’intérêt de se replonger dans cette aventure ? Pas de grandes nouveautés au programme par rapport à la version japonaise mais si vous ne l’aviez pas, alors il devient un indispensable avec des quêtes inédites, deux personnages et leurs tenues (Patty et Enzo) et bien d’autres contenus divers et variés. On nous promet aussi un joli lifting et lorsque l’on se lance à des comparatifs, c’est vrai que l’on discerne quelques améliorations. Apportons plus de détails dans notre test de Tales of Vesperia Definitive Edition.

Un univers unique

Nous gardions de très bons souvenirs de Tales of Vesperia en 2009, un J-RPG qui était déjà très beau. Des décors chatoyants portés par une direction artistique qui faisait déjà des merveilles, nous nous n’attendions pas à le voir passer chez le chirurgien plastique du remaster. Il n’en a pas vraiment besoin pour être apprécié mais après tout… pourquoi pas. Force est de constater que cela ne lui fait pas non plus de mal. Il paraît moins pâlot, des couleurs encore plus vives et un cel shading qui lui fait encore plus honneur. Que dire de ses paysages ? Son rythme est soutenu et on apprécie donc passer d’un lieu à un autre assez rapidement, en observant les différents éléments du décor. Autant vous l’avouer, les fans le savent déjà, il y a de quoi être séduit par les environnements qui s’offrent à nous.

Au niveau des personnages, nous ne sommes pas non plus en reste au niveau de leur modélisation. De multiples tenues qui jouent parfois sur le côté fan-service ou le côté kitsch/décalé, sans ignorer que l’on profite de plus de skins encore que dans la version européenne de 2009. On se plaît à changer de tenue même si l’on regrette que certains héros ne soient pas traités à la même enseigne. Par exemple, vous prendrez beaucoup plus de plaisir à habiller Yuri, Karol ou encore Repede mais moins Estelle. Enfin, cela risque de dépendre des goûts et des couleurs mais de notre côté, nous n’avons pas hésité longtemps à choisir sa tenue tandis que d’autres choix se sont révélés plus compliqués.

tales of vesperia definitive edition

Néanmoins, ce que l’on ne peut pas négliger, c’est le soin apporté aux personnages, pas seulement visuellement mais au niveau de leurs personnalités. Bandai Namco a apporté de la profondeur à tous les protagonistes, on connaît leurs pensées et leurs motivations grâce à des petites scenettes qui sont nombreuses et qui raviront ceux qui s’attachent aux personnages. Nous avons ainsi l’impression de faire partie de l’histoire, de découvrir le lore de Tales of Vesperia de par l’intrigue qui avance et qui grossit mais aussi par les petites discussions entre héros, nous faisant naviguant entre micro-événements et moments importants. Le rythme est soutenu et maîtrisé par le studio japonais.

Deux héros pour l’égalité, tous pour la postérité

Nous incarnons de prime abord Yuri qui va déclencher le scénario de Tales of Vesperia en partant à la recherche d’un Blastia qui a été volatilisé. Lorsqu’il découvre qu’une de ces pierres magiques a disparu, il saisit rapidement l’importance de la récupérer car son village natal serait à la merci des monstres et des pires dangers que ce monde recouvre. Déjà que l’inégalité des classes est ultra-présente et qu’elle ne permet pas à son entourage de vivre sereinement, alors la disparition de ce Blastia signerait la fin du village. Une succession d’événement l’amènera donc à s’allier avec certains personnages (la plupart jouables dans votre team de 4) et à en affronter d’autres beaucoup moins sympathiques.

Comme précisé plus haut, le rythme est géré d’une bien belle manière et pour cause, il oscille entre exploration sur carte, exploration de zone, mission, farm, boss et discussions. Plus on avance, plus les enjeux sont importants et surtout, plus nos héros sont armés pour tenir tête à ce qui se présente devant eux. En effet, nous apprenons des techniques toutes utiles en avançant dans l’histoire et elles nous permettent de ne pas trop créer de frustration en perdant 17 fois contre le même boss, quoique ça pourrait vous arriver.

tales of vesperia remaster

D’ailleurs, les mécaniques de jeu restent plutôt simples. Si vous êtes seul au début (et le premier combat contre Zaggy risque d’en décourager plus d’un, mais parez et ça ira mieux), vous êtes vite rejoint par une fine équipe. Vous ne pourrez jamais pester contre vos coéquipiers puisqu’ils sont d’une grande aide lors des combats. Ces derniers se déroulent dans une zone circulaire et vous laissent deux choix tactiques, soit foncer en laissant l’IA vous guider dans la direction, soit passer en manuel et vous déplacer à votre bon plaisir. Autant vous dire qu’il sera indispensable d’alterner les deux si vous souhaitez survivre aux affrontements contre les boss. Enfin, on appréciera pouvoir configurer au maximum les options de nos alliés (utilisation des artes, des objets, positionnement etc.), ce qui nous permet une fois en combat de ne plus trop s’inquiéter de leurs différents mouvements. Il est par exemple agréable de voir un allié réanimer un autre de vos alliés car vous lui avez permis au préalable. D’ailleurs, tout est bien indiqué à l’écran qui garde toute sa clarté malgré toutes les actions qui y sont listées.

La progression des personnages reste intéressante puisque l’on vous invite à utiliser un maximum de coups spéciaux afin de faire évoluer votre arbre de compétences. Entre le joystick gauche et celui de droite, vous avez de nombreux raccourcis à prendre en compte mais il est plutôt simple de s’en souvenir. Vous comptez sur une jauge pour les Artes permettant de lancer des attaques redoutables et elle se recharge lorsque l’on enchaîne les attaques normales, ce qui intègre une certaine notion de gestion des attaques afin d’aborder au mieux le combat.

Chaque personnage possède ses propres patterns, basés sur ses propres armes et caractéristiques. Lorsque l’on loot des armes ou des équipements, certains s’adressent uniquement à un personnage en particularité, y compris Repede. La grande nouveauté de ce Tales of Vesperia Definitive Edition tourne autour de l’intégration de l’attachante Patty Fleur et Flynn Scifo, des héros qui n’étaient jouables qu’au Japon il y a dix ans.

tales of vesperia

On rencontre Patty assez rapidement et on ne se doute pas qu’elle cache des objectifs bien particuliers que l’on creusera quelques heures plus tard. Pour l’histoire, la jeune pirate cherchera des trésors cachés et souhaitera également retrouver ses souvenirs. Son pattern est somme toute agréable, entre flingues, couteaux et invocations. Quant à Flynn Scifo, on bat le fer assez rapidement avec lui et il restera un rival un long moment. Avec la Definitive Edition de Tales of Vesperia, il devient un personnage jouable. Il ne sera pas étonnant que le chevalier se servira avant tout de son épée et son bouclier au combat. Tout comme Yuri, son style de combat est très efficace et ses mouvements gardent leur fluidité. Le personnage se rapproche de Yuri dans son idéologie mais il mène des actions bien différentes, il en reste tout aussi attachant que le héros.

Tales of Vesperia reste l’un des grands classiques du J-RPG et prétend clairement encore au titre de meilleur Tales Of (en duel avec Berseria). Son histoire qui démarre très fort et qui ne baisse que rarement d’intensité, ses mécaniques qui s’enrichissent d’heures en heures, le challenge qui reste permanent, il existe bien des raisons d’apprécier son expérience de jeu. Alors un remaster sous forme de Definitive Edition qui nous permet de profiter d’encore plus de contenus et de graphismes optimisés, on ne s’en privera pas. Dix ans après, cela reste un plaisir de s’y replonger et de (re)découvrir l’univers d’un Tales of qui n’a donc pas vieilli dans ses mécaniques.

Points forts

  • Encore le meilleur des Tales Of
  • Les mécaniques bien rôdées
  • Les axes scénaristiques maîtrisés
  • Challenge élevé
  • Du contenu à foison
  • Localisation FR au top

Points faibles

  • Un peu trop répétitif
  • Reste léger en intérêt si vous aviez la version jap
8

Great

Toujours dans la magique potion du jeu vidéo !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Mot de passe oublié

leo. Aenean commodo dictum mi, id ut venenatis, Curabitur fringilla sem, id,