TEST – Metro Exodus, un nouveau voyage pour Artyom

Troisième opus de la licence en jeu vidéo, Metro Exodus nous permet de retrouver le personnage d’Artyom, qui va partir pour un long voyage dans un monde irradié, rempli de dangers.

Gameplay

Concernant les mécaniques de jeu, on retrouve un gameplay assez classique pour un FPS, avec quelques éléments supplémentaires, déjà présents dans les précédents jeux. De temps à autre, il faudra essuyer notre masque à cause de l’eau, changer notre filtre d’air pour éviter les radiations, utiliser notre briquet pour brûler les toiles d’araignées. Des actions classiques, mais qui donnent une touche de réalisme à l’action et nous invite à entrer un peu plus dans son univers. Les environnements principaux retrouvent le même découpage, avec un méchant à éliminer qui domine toute la région et tout un tas de gardes qui obéissent à ses moindres désirs. Cependant, il faudra souvent tenter une approche discrète et non létale pour ne pas impacter négativement notre alignement et pouvoir découvrir la bonne fin. En effet, un système d’alignement se trouve dans le jeu et tuer les ennemis viendra faire baisser cette jauge de moralité.

Metro Exodus

Si la plupart du temps, nous évoluons à l’extérieur, il faut tout de même rassurer les fans des anciens opus, certains passages nous demanderont d’explorer des souterrains pour retrouver les mêmes sensations. La tension dans ces moments-là sera toujours plus forte, surtout avec tout le bestiaire qui nous attend là-dessous pour nous tomber dessus au pire moment. Cependant, le troc avec les munitions disparait dans cet opus, ces dernières ne seront donc plus utilisées que pour tuer, mais il vous faudra bien souvent fabriquer vos propres munitions pour faire face aux dangers alentours. Il faudra donc bien explorer les environs et trouver tous les éléments qui pourront vous être utiles pour votre aventure pour espérer faire face aux monstres qui se terrent dans les souterrains et en extérieur. Le craft permettra aussi d’améliorer vos armes ou encore des éléments d’armure pour pouvoir faire plus de dégâts dans les rangs ennemis, car les ennemis deviennent rapidement beaucoup plus meurtriers et il vous faudra alors utiliser tout ce que vous avez pour venir à bout de vos ennemis.

Metro Exodus

Le jeu propose une approche souvent orientée infiltration et malheureusement, de ce côté, le jeu souffre de quelques défauts. Tout d’abord, nous avons les ennemis atteints de cécité, ce qui fait un peu tâche dans un jeu qui souhaite jouer la carte du réalisme. Le plus souvent, les ennemis ne nous verront pas si nous avançons dans l’ombre, en éteignant la lumière au fur et à mesure de notre progression. Et même si nous éteignons la lumière juste derrière un ennemi, celui-ci ne daignera pas se retourner. Le plus souvent, l’infiltration nous demandera de rester dans les zones d’ombre pour ne pas se faire repérer, en éteignant le plus souvent les sources de lumière qui se trouveraient sur notre chemin. Lorsque l’infiltration échoue et que nous devons dégainer nos armes, les ennemis ne gagnent pas pour autant en neurones, préférant rester planté pour tenter de nous abattre plutôt que de se mettre à couvert pour se protéger. L’intelligence artificielle fait donc défaut ici, ce qui contraste légèrement avec l’univers et l’ambiance du jeu qui donne envie de s’immerger dans le monde de Metro Exodus.

Metro Exodus

Univers

Comme dit précédemment, Metro Exodus est la suite directe des jeux, mais aussi du roman Metro 2035, qui nous présentait déjà un Artyom qui commençait à retrouver un peu d’espoir. A la recherche d’un signal au-delà de Moscou, persuadé que d’autres personnes avaient survécu à la guerre, Artyom multiplie les sorties jusqu’à faire une découverte qui va changer sa vision de ce monde dévasté. Dans tous les cas, c’est ce qui va pousser notre héros à sortir régulièrement des souterrains pour tenter de capturer un signal jusqu’à finalement découvrir que d’autres survivants se trouvent bel et bien au-delà de Moscou. Avec quelques frères d’armes, Artyom va donc parcourir le pays pour rencontrer d’autres survivants, à bord de l’Aurora. On sort donc finalement du métro, ce qui aurait pu paraitre un peu redondant pour finalement explorer le pays dans une nouvelle aventure où Artyom retrouve l’espoir que la fin du monde n’est plus qu’un lointain souvenir. Le monde du jeu est semi-ouvert, ce qui laisse la possibilité aux joueurs d’accomplir quelques tâches annexes, mais sans jamais s’éloigner trop de la trame principale. Ces missions annexes sont souvent l’occasion de rencontrer d’autres personnages, mais surtout de rechercher des éléments permettant de crafter des munitions ou des médis-packs, afin d’affronter les prochaines menaces avec plus d’aisance.

Metro Exodus

Il est à noter que les passages à bord de l’Aurora vous permettront de prendre le temps de rencontrer vos frères d’armes et de découvrir leur histoire. Les personnages sont plus ou moins attachants, vous donnant l’occasion de découvrir leurs motivations, leurs rêves, leurs espoirs. Ces moments viennent rendre l’univers de Metro Exodus un peu plus crédible et nous permet de nous attacher à nos camarades. Cependant, on soulignera que le mutisme du héros rend les interactions étranges et peu naturelles, les personnages parlant finalement tout seul pendant qu’Artyom écoute passivement leur histoire.

Metro Exodus

Ambiance

Sur l’ambiance du titre, c’est aussi un excellent point. Les paysages parcourus sont souvent magnifiques et il peut arriver bien souvent de rester à contempler l’horizon d’un monde magnifique, malgré les conséquences visibles de la guerre. Les effets météo sont aussi extrêmement bien réalisés, jouant un peu plus sur le réalisme et nous donnant une bonne immersion. La direction artistique du jeu laisse souvent bouche bée et rend l’expérience de jeu encore plus agréable. On ressent un réel plaisir à découvrir les environnements de ce monde dévasté, mais aussi à prêter attention aux décors qui viennent raconter une histoire, à écouter des enregistrements qui permettent de découvrir l’histoire de personnages qui sont passés par là. Les souterrains ne sont pas en reste, avec des environnements finement travaillés pour rendre le tout claustro-phobique et nous faire redouter la rencontre avec les mutants. On notera cependant quelques lacunes, notamment au niveau du mixage audio qui est parfois à la ramasse, avec des bruits de pas qui ne permettent pas de savoir précisément où se trouve un ennemi, même avec un casque.

Metro Exodus

Metro Exodus est loin d’être parfait, mais il a le mérite d’être un FPS solo envoûtant qui emmène les joueurs dans un univers fort et cohérent. On a envie de découvrir tout ce que les développeurs ont imaginé pour notre aventure, malgré quelques soucis que nous pouvons rencontrer çà et là. Le rythme est clairement maitrisé avec une histoire qui enchaîne les retournements de situation pour nous accrocher à la manette. Un jeu à réserver aux amateurs d’aventure post-apocalyptique, avec quelques passages claustrophobes et assez éprouvants.

Points forts

  • Un rythme clairement maitrisé
  • Une histoire intéressante et des personnages attachants
  • Les nouveautés sont souvent bien amenées

Points faibles

  • L’intelligence artificielle
  • Quelques défauts dans le mixage audio
8

Great

Force tranquille de la rédaction, grand spécialiste du « ça va ? ». Sloth est le Lucky Luke de la news, il écrit plus vite que son ombre ! D’après la légende personne n’a jamais réussi à lui poser la question « ça va ? » en premier !

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de

Mot de passe oublié

facilisis elementum venenatis, Praesent ut in dolor.