TEST – Bee Simulator : quand le miel tourne au vinaigre

Dans un pays de tous les temps
Vit la plus belle des abeilles
Que l’on ait vu depuis longtemps
S’envoler à travers le ciel
Cette petite abeille porte le nom de Maya
Petite oui mais espiègle Maya!*

 

Bee Simulator 

 

Développeur : Varsav Game Studio
Éditeur : Bigben Interactive
Genre : Simulation 
Support : PlayStation 4, Nintendo Switch, Xbox One
Version pour le test : Xbox One X (version fournie par l’éditeur)
Date de sortie : 14 novembre 2019

On a tous rêvé un jour ou l’autre de pouvoir voler dans le ciel, avec Bee Simulator c’est possible, mais est-ce aussi bien que l’on se l’imagine ? Le réponse tout de suite dans notre test

Bee SimulatorHistoire

Vous êtes une petite abeille parmi les milliers d’abeilles qui forment une ruche. En tant que citoyenne de la ruche vous allez devoir participer aux tâches de la communauté. Défi de danse, collecte de pollens, combats, voici quelques une des missions que vous allez devoir remplir dans votre petite vie d’abeille bien mignonne. Comptez un après-midi, environ 4h, pour terminer l’histoire complète, sans faire les différents défis. A noter qu’une fois le mode histoire terminé, il vous est possible d’explorer le jeu en mode libre et ainsi effectuer tous les défis que vous n’auriez pas fait. 

Gameplay 

En tant qu’abeille vous allez devoir recueillir du pollen afin que les autres ouvrières préparent le bon miel. Pour récupérer le pollen vous devrez sortir de la ruche et aller vous balader dans le monde des humains. Le pollen est représenté par des cercles dorés, il vous suffit de passer à l’intérieur pour récupérer le précieux butin. Vous pouvez également choisir du pollen de meilleure qualité en utilisant la vue d’abeille. Avec cette dernière, des couleurs vous indiqueront la qualité du pollen qui campe sur la fleur que vous avez choisi. Vous pouvez aussi récupérer du pollen lors des défis de récoltes. Une fois votre jauge de pollen pleine, vous ne pourrez plus en récupérer, vous devrez donc retourner à la ruche pour déposer le fruit de votre travail. 

Lors de vos balades, vous rencontrerez d’autres personnages qui vous donneront différentes quêtes. Pour avoir des indices sur le travail à accomplir vous devrez relever des défis, des défis de danse, défis de récolte, défis de course, des combats, et oui des combats car la vie d’une abeille n’est pas aussi facile qu’elle en a l’air. En fait non, ça n’en a même pas l’air facile. Bref, vous devrez défendre votre territoire et vous battre contre les vilaines guêpes ou autres abeilles vénales juste présentes pour vous piquer votre précieux pollen. 5 sortes de défis ponctueront votre promenade, chacun ayant une couleur propre :

  • bleu : course 
  • rose : danse 
  • rouge : combat
  • orange : pique la brute 
  • vert: récolte de pollens  

Les courses ne seront pas toujours une partie de plaisir, en cause la caméra et les rebonds contre le décor. Personnellement , ça m’a rapidement rendue dingue.

Pour moi le gameplay m’a posé un gros souci à cause de sa caméra folle. Les mouvements sont vraiment brutaux et si vous êtes sensible comme moi, la migraine et le tournis s’empareront rapidement de vous. A cause de ce souci, j’ai eu très peu de plaisir à jouer. Les mouvements de l’abeille en pâtissent aussi. Combien de fois je me suis pris un obstacle en plein dans mes antennes, ce qui m’a fait rebondir, il me faut toujours quelques secondes pour retrouver où je suis. Les déplacements de notre amie ailée sont lourds je trouve, pourtant elle est toute petite et toute légère, mais non c’est lourd, j’ai beaucoup de mal à éviter les obstacles alors je ne vous raconte pas la galère lors des courses où il faut passer dans des cercles tout en tentant de rattraper l’abeille donneuse d’infos et en même temps éviter les obstacles et faire au mieux avec les rafales de vent qui vous ralentissent. Je ne vous parle pas en plus des fois où les directions se sont inversées toutes seules sur ma manette ou bien encore la fois où j’ai du recommencer à zéro parce que ma quête refusait de se valider !

A côté de cela je veux souligner le côté ludique du jeu. En effet dès le lancement on vous explique la vie des abeilles, la difficulté qu’a l’espèce à survivre et surtout leur rôle essentiel sur la planète. Lors des chargements vous aurez également des infos intéressantes sur nos amis jaune et noir.  

Mais malheureusement ça ne suffit pas à rattraper les grosses lacunes de caméra et de mouvements de l’abeille. 

Ambiance visuelle et sonore 

Pour le visuel, les graphismes de Bee Simulator sont mignons, on sent que le public visé est un jeune public. Malheureusement le souci de caméra vient gâcher l’immersion dans le jeu et du coup on a bien du mal à faire attention aux décors. Autre souci, lorsque l’on vole et que l’on regarde au loin, on aperçoit un clipping très marqué (un des pires effets graphiques qui existe, on était bien content de le voir progressivement disparaître), les éléments du décor apparaissent soudainement à une distance peu éloignée, ainsi que les textures et les ombres. 

Pour ce qui est de l’ambiance sonore, il y a une musique spécifique pour chaque mission. Par exemple lors d’une course c’est la même musique que vous retrouverez sur chaque course, idem pour les combats etc. Elle peut rapidement vous taper sur le système surtout si vous recommencez 30 fois la même course comme ça a pu m’arriver

 

En résumé, Bee Simulator part d’une idée sympa et ludique mais la caméra pose un vrai soucis, le gameplay est trop lourd. J’ai vraiment eu beaucoup de mal à prendre du plaisir dans ce jeu, pourtant j’étais impatiente de pouvoir vivre la vie d’une abeille, de voler dans le ciel et de partir à la chasse au pollen. C’est dommage le jeu aurait pu être vraiment intéressant. J’ai bien du mal à imaginer des enfants sur ce jeu, pourtant ils sont clairement ciblés. 

 

 

 

 

N’hésitez pas à nous donner vos impressions sur le jeu si vous l’avez, en commentaires sous l’article ou via nos réseaux sociaux : TwitterFacebookInstagramTwitchYoutube et notre compte curateur Steam.

N’hésitez pas non plus à aller vous promener sur notre site, pour y découvrir nos divers avis sur des films ou des séries, ainsi que des guides et astuces pour vos jeux favoris mais aussi nos tests et dossiers. Et c’est pas fini, nos tests de jeux de plateau devraient également vous intéresser.

 
*Nadine Delanoë & Brigitte Winstel – Maya l’abeille générique
0 0 voter
Évaluation de l'article

Points forts

  • C'est mignon
  • Le jeu se veut ludique

Points faibles

  • La caméra c'est une catastrophe
  • Rapidement redondant
  • Gameplay trop lourd
  • L'impossibilité de rendre une quête, il faut tout recommencer depuis le début
  • L'histoire est très courte
5

Average

Co-fondatrice de Try aGame, commandante du Normandy et Championne du Monde 2016 de Farming Simulator. Responsable du crash du Normandy, elle s’est retirée sur Terre pour devenir rédactrice pour Try aGame !
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Mot de passe oublié

Praesent adipiscing Nullam quis, id non leo libero