TEST – Biomutant : Un action RPG à côté de la plaque !

Annoncé il y a plusieurs années, Biomutant sort enfin sur PC et consoles après de multiples reports.

Développeur : Experiment 101
Éditeur : THQ Nordic
Genre : Action/RPG
Prix : 59,99 €
Version pour le test : PlayStation 4 fournie par l’éditeur
Date de sortie : 25 mai 2021

Biomutant fait partie de ces jeux dont on ne pensait ne jamais voir le jour. Une chose est sure, c’est qu’il est bel est bien sorti ! Experiment 101 a finalisé son bébé et nous vous livrons ici notre test.

Bienvenue dans Biomutant

Ce permier titre simpliste est tout simplement la phrase que vous entendrez à l’écran titre. Une fois votre nouvelle partie démarrée, vous devrez personnaliser votre « mutant » en partant d’une base parmi les six classes proposées. Chaque classe ayant bien entendu des points forts et des points faibles. Cette partie est un peu longue surtout qu’à la fin, vous aurez un message pour vous dire que ce n’est pas très important car vous pourrez évoluer comme vous le voudrez. Votre personnage évoluera donc selon six statistiques : Vitalité, Force, Intelligence, Agilité, Charisme et Chance. Rien de bien original ici. A vous de voir quels aspects vous correspond le plus.

biomutantUne fois votre personnage créé (choix de la couleur de poil inclus), vous voici dans un premier mini tuto qui présentera les bases du gameplay. Outre les actions classiques comme courir, sauter ou esquiver, les combats nécessitent quelques commandes (trop peut-être).  En effet, entre le corps-à-corps, les armes à feu pour la longue distance, les pouvoirs psyonix et le pouvoir spécial du wung-fu… ça fait beaucoup. Ce qui est clair, c’est le fait que ce n’est pas facile aux premiers abords de tout prendre en main malgré la simplicité des combos. Ce n’est pas super intuitif. Vous aurez le temps de vous améliorer en explorant l’univers postapocalyptique plutôt réussi de Biomutant. Notre monde actuel surnommé l’Ancien Monde a fini par succomber suite à une catastrophe écologique sans précédent causée par l’industrie Toxanol qui jetait ses déchets radioactifs dans la saline, entre autres. Aujourd’hui, le monde animal a muté pour survivre et le monde existe grâce à l’Arbre de Vie. Mais ce dernier est en danger… Sauver l’arbre et vous sauverait le monde ! Un speech pas super original mais qui est d’actualité et change des zombies avec un fond de vendetta personnelle. De plus, la localisation est vraiment bien bossée, les termes employés sont singuliers et tous compréhensibles.

Le chemin de la lumière ou des ténèbres ?

biomutantLe monde à explorer est assez vaste. Et l’exploration fait partie du jeu car il vous faudra fouiller les recoins et autres poubelles pour espérer dénicher des matériaux, équipements et autres consommables. L’exploration n’est pas ennuyeuse, c’est assez bien fichu pour ne pas prendre trop de temps. Par contre pour trier ce que vous avez trouvé… c’est une autre histoire. Un gros morceau du jeu consiste à améliorer son équipement et se fabriquer des armes. Le système de fabrication est plutôt bien pensé même si globalement les menus ne sont pas intuitifs et manquent de clarté. Et si vous n’aimez pas perdre votre temps à fabriquer une arme sur-mesure, sachez que vous pourrez en créer de façon aléatoire avec ce que vous possédez comme objets. Entre autres, vous pourrez crafter des armes de poing légères, lourdes, se maniant à deux mains ou encore des armes à feu telles pistolets, fusil à pompe ou encore fusil automatique. Notez que vous pourrez améliorer le niveau de votre équipement aux ateliers situés sur des plateformes volantes repérables au loin. Bien sûr ces améliorations et ces fabrications vous couteront des matériaux (du bois, du métal, etc.). En parlant des objets, votre inventaire rapide est accessible via des roues qui s’ouvrent en restant appuyé sur une direction de la croix multidirectionnelle… puis le joystick pour « sélectionner » ce qu’on veut. C’est loin d’être pratique surtout en plein combat.

biomutantTout au long de l’aventure, vous allez rencontrer des personnages et devrez choisir vos réponses et autres actions. Celles-ci influeront sur votre niveau de lumière et/ou de ténèbres. Personnellement, à part avoir des compliments parce que je fais le « bien », j’ignore ce qu’apporte cet aspect à l’expérience globale. Surtout que le rythme du jeu pêche un peu avec une réalisation datée, des animations et dialogues redondants inutiles et un narrateur qui parle beaucoup. Il faut savoir que tous les personnages parlent un peu comme des jawas ou ewoks voire même des worms, et que le gentil narrateur nous traduit leurs belles paroles poétiques limite philosophiques. Enfin, autre aspect, au début de l’aventure, vous devrez rallier une tribu. Un choix binaire entre deux tribus qui veulent sauver le monde chacune à leur manière. Au total ce sont six tribus qui sont présentes dans le jeu, chacune avec un niveau de lumière/ténèbres différent. Là aussi, je n’ai pas bien compris l’utilité de cet aspect qui ne semble pas vraiment modifier l’expérience globale.

Un arbre, 4 racines, 4 coins

biomutantL’Arbre de vie se fait ronger ses quatre racines géantes par des monstres appelés Mangemonde. Ce sera un de vos objectifs principaux que de les terrasser. Dispatchés aux différents points cardinaux, il vous faudra des « montures » pour les affronter : un robot pour passer outre les champs de pétrole ou encore un scooter des mers pour traverser la saline. Les différentes quêtes principales sont réalisables dans l’ordre que vous souhaitez (coucou Breath of the Wild). Les quêtes ne sont pas franchement intéressantes, les dialogues non plus et quant aux combats contre les Mangemondes… ils sont pas du tout inspirés et tombent dans un ennui déroutant pour un jeu de 2021. Entre l’imprécision du gameplay, les problèmes de caméra et les patterns risibles des boss… on se demande ce qu’on fait là. Heureusement, la liberté du jeu permet de faire ce qu’on veut dans l’ordre qu’on veut. Bien entendu, il vous faudra suivre des quêtes annexes si vous souhaitez atteindre certains endroits mortels.

En outre, le jeu a misé sur des aspects élémentaires plutôt crédibles et bien pensés : le feu, la glace, la radioactivité et l’électricité. Vous pourrez augmenter votre résistance à ces éléments de manière indépendante et comme vous le souhaitez en fonction de vos points d’améliorations. Tout comme les statistiques de votre personnage d’ailleurs. Et dans la partie kraft, certains éléments pour les armes contiendront un effet élémentaire bienvenue. Et ne comptez pas sur les récompenses des quêtes secondaires, ce n’est que des points d’expérience. Tout ce dont vous avez besoin se trouve dans des meubles, poubelles, maisons abandonnées ou éventuellement chez les marchands qui proposent rarement de bons produits. Au passage, votre équipement vous confère des points de vie, de ki-énergie et d’armure. Vos PV se régénèrent automatiquement en dehors d’un combat sinon il faudra compter sur les consommables tout comme pour le ki-énergie.

Biomutant est comme un enfant qui essaie de faire les choses bien mais qui n’a pas le savoir-faire. Le studio semble s’être perdu dans un trop-plein de choses au final inabouties. On peut spéculer qu’ils ont voulu livrer un jeu avec un contenu complet et varié pour justifier de son temps de développement. Malheureusement, le jeu est daté et peu inspiré sur beaucoup d’aspects : techniquement, graphiquement et une réalisation qui laisse à désirer. On aurait aimé un système de combat et de kraft plus aboutis et surtout plus singuliers. Malgré un univers original et une très bonne localisation, Biomutant souffre de lacunes impardonnables en 2021. On se retrouve à jouer sans vraiment être dedans tel un spectateur qui écoute une histoire racontée par un narrateur omniprésent. Comptez une petite quinzaine d’heures pour venir à bout du scénario de ce jeu résolument d’ancienne génération. 


N’oubliez pas de passer par nos réseaux sociaux pour continuer à vous tenir informés et découvrir rapidement les dernières nouvelles : TwitterFacebook et même Instagram. Et pour suivre toutes nos aventures, n’hésitez pas à nous suivre sur Twitch et YouTube.

Points forts

  • Univers post-apocalyptique singulier et original
  • De bonnes idées ici et là
  • Une direction artistique somme toute sympathique

Points faibles

  • Un rythme horrible
  • Une réalisation datée
  • Techniquement trop approximatif
  • Un gameplay imprécis
  • Un narrateur qui a tendance à nous bercer
  • Trop de choses fouillies
4

Poor

Grand aventurier, Gabs consacre sa vie a la recherche d'OST en tout genre en jouant à différents jeux. La légende raconte que c'est lui qui aurait appris à Link comment jouer de l'ocarina...

Mot de passe oublié

id Donec et, ante. consectetur Curabitur velit, leo. Donec ut