TEST – Harvest Moon : Un Monde à Cultiver

Dans Harvest Moon : Un Monde à Cultiver, il est temps de se retrousser les manches et de retrouver le savoir ancestral des cultures !
Disponible sur Nintendo Switch,
découvrez en plus dans notre test ci-dessous.


HARVEST MOON : UN MONDE A CULTIVER

Développeur : Natsume
Éditeur
: Rising Star Games
Support : Nintendo Switch
Version pour le test : Nintendo Switch
Genre : Simulation & Jeu de gestion
Date de sortie :  5 mars 2021

 



On ne présente plus la série Harvest Moon sortie pour la première fois en Europe en 1998 sur Super Nintendo. Célèbre simulation de vie à la ferme, mixant entre jeu de gestion et jeu de rôle, la franchise s’est vue renommée en 2014 (une question de droit et localisation entre les éditeurs Natsume et Marvelous Entertainment) sous l’appellation de Story of Seasons (d’ailleurs le prochain opus est en cours de test sur Try aGame, n’hésitez pas à repasser). Qu’à cela ne tienne, une nouvelle série Harvest Moon a ensuite vu le jour, éditée exclusivement par Natsume depuis 2007. Le dernier opus, intitulé Harvest Moon : Un Monde à Cultiver, est sorti le mois dernier sur Nintendo Switch et nous avons eu l’occasion de le tester.


Harvest Moon : Un Monde à Cultiver, c’est quoi l’histoire ?

Dans ce Harvest Moon : Un Monde à Cultiver, la Déesse des Récoltes est endormie depuis des années, laissant le monde sombrer dans l’oubli des connaissances sur les cultures, et même sur l’existence de certains aliments. Le seul légume que vous connaissez : la pomme de terre. C’est d’ailleurs le seul présent dans ce monde. C’était sans compter sur l’intervention d’une petite fée, répondant au nom de Vitae, qui vous apprendra l’existence de la Déesse des Récoltes et la façon de l’éveiller : il faudra retrouver les cinq lutins dispersés dans chacun des cinq mondes présents dans le titre. Chacun d’eux, tout comme Vitae et de nombreux « Feux follets », enrichira votre savoir sur la pousse des légumes, fruits et autres plantes via des graines à cultiver, qui viendront peu à peu compléter votre glossaire. A noter que ces graines varient selon l’heure et la saison. Vous pourrez également rencontrer tout un panel d’animaux que vous pourrez finir par accueillir dans votre étable… ou simplement vous lier d’amitié avec eux en les caressant. Pour ce faire, des petites notes de musique se remplissent au fur et à mesure de l’affection qu’on leur apporte. Mais ce n’est pas tout, vous rencontrerez également des PNJ qui vous confieront des quêtes à accomplir afin d’appréhender toutes les options possibles du titre. Vous pourrez également tisser des liens avec ces derniers, voire de trouver l’amour avec l’un ou l’une des prétendant(e)s disponibles (à noter toutefois que les relations entre personnages de même sexe ne sont pas disponibles. On vous conseille donc de consulter la liste des différents prétendants AVANT de choisir le sexe de votre avatar).


Le gameplay, ça donne quoi ?

Harvest Moon : Un Monde à Cultiver essaie de s’imposer comme un monde semi-ouvert. On regrette cependant que les cartes ne soient pas plus lisibles : que ce soit la mini-carte ou celle présente dans les menus, elles ne permettent pas de s’orienter correctement,  et surtout, ne nous indiquent pas où se situe les animaux rencontrés, ni dans quelles régions trouver les graines à amasser. Dommage. Vous pouvez néanmoins vous déplacer plus ou moins librement via un système de jauge d’endurance (représentée par des cœurs qui s’épuisent à chaque action que vous réalisez, mais que vous pouvez remplir en mangeant certains de vos aliments ou en allant dormir), tout en cherchant à remplir les différentes requêtes transmises par les villageois (directement ou par courrier). L’un des points essentiels du titre est donc la culture, et force est de constater que la gestion des lopins de terre ne soit pas des plus optimales. En effet, il s’agit d’un quadrillage où l’on ne peut malheureusement pas utiliser le pad directionnel, perdant en précision : on se retrouve donc trop souvent à effectuer l’action sur le mauvais lopin. Pas des plus graves, certes, mais tout de même assez fréquent pour finir par nous agacer quelque peu. Fort heureusement, plein d’autres activités sont disponibles et nous font rapidement oublier ces petits désagréments : exploration, élevage, vente, cuisine…


Ambiance visuelle et sonore

Dans cet opus, vous aurez donc le choix d’incarner soit un fermier, soit une fermière. A noter toutefois que seules les couleurs des cheveux et des yeux sont personnalisables. Mais qu’à cela ne tienne, on  créé notre personnage  et on se lance dans l’aventure. Après un écran de chargement, ce dernier apparait dans une maison pour le moins désertique. On comprend que ce n’est pas forcément  intéressant de sur-modéliser, mais il faut reconnaitre que le vide du lieu et son austérité refroidissent quelque peu les premiers instants en jeu. Vraiment dommage, surtout que le potentiel était présent avec la présence de cinq mondes différents. Quant au reste de la direction artistique, on se rend compte qu’on reste dans du basique : comme d’autres jeux, le 3D prend le dessus avec des personnages aux visages arrondis, accompagnés d‘environnements aux couleurs vives.



Pour résumer, malgré un univers assez vide et un gameplay pas toujours très satisfaisant, Harvest Moon : Un Monde à Cultiver nous propose une aventure style RPG, certes basique, mais bien menée, accompagnée par des personnages tous différents et assez développés. Alors non, on ne va pas se mentir, le titre ne fait pas forcément honneur à la licence dont il en tire le nom (qu’on retrouve peut être plus dans Story of Seasons), mais on y retourne quand même pour découvrir le fin mot de l’histoire et on se prête au jeu (ce qui est aussi peut-être dû au fait que les jeux du genre provoquent une certaine addiction) : on cherche à cultiver toute la flore disponible, on monte les amitiés avec tous les animaux au maximum en réitérant les caresses, on s’essaye aux différentes amourettes avec les prétendants disponibles… De quoi s’occuper encore un petit moment !

 

C’est ainsi que s’achève notre test de Harvest Moon : Un Monde à Cultiver, sorti le 5 mars 2021 sur Nintendo Switch.


N’hésitez pas à aller vous promener sur notre site, pour y découvrir nos divers avis sur des films ou des séries, une panoplie de livres en tout genre, ou même sur des jeux de société dans notre rubrique Bar à Jeux ! Mais Try aGame, c’est aussi des tests ainsi que des guides et astuces pour vos jeux favoris et des dossiers qui nous tiennent à cœur. Bien entendu vous pouvez passer nous voir sur notre compte Twitter ou Facebook pour ne rien rater. Mais ce n’est pas tout, vous pouvez aussi nous retrouver sur Youtube, Twitch, Steam et Instagram. Et oui, rien que ça !

Points forts

  • Personnages tous différents et bien développés
  • Cinq mondes aux climats différents à découvrir
  • Tout un glossaire de faune et flore à construire
  • Histoire intéressante

Points faibles

  • Jauge d'endurance qui se vide trop vite...
  • Gestion des cultures qui manque de précision...
  • Cartes illisibles...
  • Des environnements assez vides...
5

Average

Co-fondatrice de Try aGame, aventurière dans l'âme et héroïne de la prophétie à ses heures perdues, RedHo a sauvé notre monde 17 fois des forces du mal. La légende raconte qu'elle aurait un masque de Majora pour se téléporter à Hyrule. En attendant la prochaine menace, elle écrit pour Try aGame.

Mot de passe oublié

dapibus dolor. ultricies ut neque. Aenean libero felis libero consectetur