TEST – Little Hope : pari réussi pour Supermassive Games

Supermassive Games poursuit son anthologie de l’horreur avec Little Hope. Après un premier épisode plutôt loupé avec Man of Medan, le studio a cœur de se racheter avec une production qui change totalement d’univers.

Développeur : Supermassive Games
Éditeur : Bandai Namco
Genre : Horreur / Interactif
Prix : 29,99 €
Version pour le test : PlayStation 4
Date de sortie : 30 octobre 2020

 

Après un premier épisode, Man of Medan, qui n’a pas totalement fonctionné dans son ambiance, ses rebondissements et son scénario, Supermassive Games était forcé de rebondir et proposer un univers mieux ficelé. Autant l’avouer immédiatement, Little Hope redresse la barre d’une bien belle façon. Ce second épisode de l’anthologie The Dark Pictures se montre plus soigné dans son écriture et l’univers qu’il embrasse. Cette ville fantôme colle quelques frissons.

Un genre particulier mais apprécié

Autant se le dire dès maintenant, Little Hope ne plaira pas à tous les publics. Même si vous aimez les jeux d’horreur, il faut comprendre qu’il fait partie d’un genre particulier. Il s’agit donc d’un jeu d’horreur certes mais surtout d’un film interactif aux multiples choix. C’est-à-dire que d’un côté, votre aventure sera scriptée, vous ne choisissez pas vraiment où aller, le jeu se montre très dirigiste. Tout à fait logique, vous intégrez les personnages d’un scénario figé.

D’un autre côté, le script et ce fameux scénario comportent plusieurs chemins. Ce sont donc vos actions et vos décisions qui détermineront le destin de chaque personnage. Clairement, l’idée est ici de choisir les bonnes options pour les sauver, sinon ils mourront. Mais les différents dialogues vous permettront de nouer des liens avec les autres protagonistes ou de les casser. Il existe donc plusieurs fils du destin et multiples dénouements.

Pour en revenir au genre, il faut l’apprécier, ne pas être dérangé de suivre un chemin tracé dans une ville où vous irez de lieu en lieu. Il n’est pas question ici de courir ou prendre les armes comme dans Resident Evil. Vous ne pouvez affronter le danger que quand le jeu vous le permet, c’est-à-dire dans des situations bien précises et souvent joliment mises en scène. On s’inscrit donc dans un genre visité par Quantic Dream avec Heavy Rain (basé sur l’enquête et les indices) ou le dernier Detroit Become Human (d’un tout autre level en matière de réalisation et de narration). Quant à Supermassive Games, ils avaient sublimé le genre avec Until Dawn sur PlayStation 4, toujours dans l’Horreur.

Une ville fantôme maudite

Dans une aventure que vous pouvez jouer en solo ou en multijoueurs (ce qui est toujours aussi cool !), vous incarnez quatre étudiants et un professeur victimes d’un accident de route. Comme si cela ne suffisait pas, ils se retrouvent donc perdus au milieu de nulle part enfin presque… Little Hope. Une ville abandonnée leur a ouvert ses portes et les a refermé d’emblée. S’ils sont tentés de faire demi-tour rapidement, une épaisse couche de brume les écarte d’une quelconque stratégie de fuite.

Très vite, ils se rendent compte qu’ils sont coincés dans une ville aux dangers multiples. Des visions du passé, une petite fille qui apparaît et disparaît comme par magie, une ville fantôme et un historique de chasse aux sorcières, Little Hope ne représente pas la ville touristique comme on les aime lors de vacances au chaud. On s’approche plutôt du Musée des horreurs par moments. Malgré certaines lacunes (situations mal amenées, doublage mi-figue mi-raisin et quelques problèmes de rythme), ce second opus se montre convaincant.

Premièrement par son ambiance. La ville fantôme cache des dangers et on souhaite très vite que la nuit se termine pour mettre fin à ce cauchemar. Personnellement j’ai souvent regardé l’heure indiquée à chaque début de scène pour prier l’aube d’arriver le plus vite possible. On sent le danger en permanence, les monstruosités du coin collent quelques frissons et certaines scènes sont simplement merveilleuses visuellement (big up à l’acte de l’église). Au niveau sonore, les développeurs ont su gonfler nos frayeurs avec quelques bruitages distillés au bon moment. Enfin, c’est dans son ensemble que Little Hope convainc et remplit son rôle de ville fantôme à la perfection. On devient même méfiant de l’apparition d’un simple chat, d’un corbeau, d’une moindre silhouette. On préférerait ne rien croiser.

C’est avant tout de par son scénario et sa mise en scène que le studio montre son savoir-faire. Comme d’habitude, nous retrouvons des prémonitions et des indices, ceux-là visent à aider le joueur dans ses choix, faisant appel à sa mémoire. Le plus appréciable reste ces retours dans le passé. Si on reste spectateur de séquences qui se sont déroulées des siècles auparavant, Supermassive Games parvient même à faire en sorte que nos choix impactent les événements antérieurs. Pour ces visions et la compréhension du lore, il ne faudra pas louper des documents à trouver tout le long de l’aventure. À ce niveau, le studio maîtrise parfaitement son sujet.

Enfin, on peut tout de même regretter certains QTE dont tout le monde n’est pas adepte dans des moments primordiaux. Lors de vos fuites, vous devrez presser le bon bouton au bon moment afin de réussir votre fuite convenablement. Or, dans un jeu cinématographique et interactif aux embranchements divers, le fil de destin ne devrait pas se tendre ou se casser à cause d’un échec lors d’une phase QTE. Les choix faits par le joueur devraient être le principal voire le seul facteur. Certes cela rajoute une dose de pression énorme, favorisant cette ambiance de peur, mais ça ne modernise pas tellement le gameplay.

Un gameplay qui souffre déjà de la rigidité de ses personnages tout au long de l’aventure, que ce soit les déplacements ou les actions. Il est peut-être temps de réfléchir à la façon de le rendre moins rigide avant d’aborder le troisième épisode, teasé lorsque vous terminez le jeu.

Little Hope parvient à relancer l’anthologie The Dark Pictures avec brio. Doté d’une direction artistique convaincante et d’une mise en scène souvent inspirée, Little Hope parvient à nous coller quelques frayeurs. L’écriture du scénario a été brillamment pensée pour maintenir notre intérêt sur une ville qui nous dévoile ses secrets petit à petit. Certes l’aventure a ses défauts mais Little Hope reste une ville fantôme digne d’un bon film d’horreur.

Points forts

  • Immersion réussie
  • Quelques frissons
  • Scénaristiquement prenant
  • Un final bouleversant

Points faibles

  • Des QTE pas indispensables
  • Des situations mal amenées
  • La rigidité du gameplay
7.5

Good

Toujours dans la magique potion du jeu vidéo !

Mot de passe oublié

dictum sed Sed elit. Lorem eget adipiscing sit