TEST – Mass Effect Legendary Edition, une édition pas si légendaire

Mass Effect Legendary Edition test try agame

Depuis la sortie de Mass Effect 3 en 2012, et après un crash phénoménal de la licence en 2017 avec un Mass Effect Andromeda qui ne reçut ni l’attention ni le soutien nécessaire à ses pertinentes ambitions durant son développement, la licence torpillée semblait flotter dans le vide intersidéral en attendant que quelqu’un vienne lui redonner vie. Et en attendant le curieux Mass Effect 4 récemment annoncé avec un trailer en CGI, c’est un remaster de la trilogie Shepard qui pointe le bout de son nez pour tenter de faire survivre une bien belle histoire qui ne méritait pas un tel destin. Mass Effect Legendary Edition a donc pour tâche d’endoctriner de nouveaux adeptes tout en essayant de remotiver les anciennes troupes. Regardons ça de plus près.

• Genre(s) : jeu de tir à la troisième personne, mécaniques RPG, narration à choix multiples
• Développeur / éditeur : BioWare / Electronic Arts
• Support de test : PC (Origin)
• Disponible sur : PS4, Xbox One, PC (Steam, Origin)
• Version du jeu utilisée : version day-one + patch du 18/05/2021

Un Remaster, l’occasion de s’y re-maître

De toutes les améliorations apportées par ce remaster, celles de Mass Effect 1 sont sûrement les plus notables. Le jeu a en effet bénéficié d’un petit lifting à plusieurs niveaux, dont l’interface utilisateur qui s’est vue ici retouchée. Les quelques changements se voient surtout à l’écran lors du contrôle du personnage, car dans les menus on retrouve les mêmes interfaces dont le design accuse leurs 14 ans d’âge. Rien de dramatique, cependant, même si on aurait apprécié ne plus se noyer dans les 12 000 objets d’équipement ramassés qui s’entassent sans possibilité rapide et aisée de faire le ménage. On continue ainsi de cumuler les objets jusqu’à la limite fatidique des 300 au-delà de laquelle tout nouvel objet est automatiquement recyclé en omni-gel… Bien que la limite ait été doublée et qu’un avertissement se déclenche lorsqu’il ne vous reste plus que 50 emplacements libres, un changement un peu plus radical dans la gestion de l’inventaire n’aurait pas été superflu.

Hors-UI, Mass Effect premier du nom se révèle à nouveau agréable à l’œil avec des environnements mieux éclairés et aux textures mises à jour. Si on se base sur le fait que Mass Effect Legendary Edition est une compil’ PS4/Xbox One et non PS5/Xbox Series, le niveau de retape demeure honnête sans pour autant être époustouflant. Sur PC, cependant, ce retard d’une gen fait tâche face à des mods graphiques amateurs qui proposent mieux depuis longtemps. Cela se constate notamment au niveau des textures qui sont en constant équilibre entre le strict minimum et le tolérable. Mass Effect 1 est en effet très joli, plus que sa version originale, mais on aurait pu espérer un rendu un peu plus poussé. Même constat sur le plan du menu des réglages graphiques et sonores : la trilogie revue et corrigée se contente là aussi du strict minimum avec à peine quelques options en plus (HDR et 4K, principalement). Si on peut comprendre les limitations de ce remaster sur les générations de consoles précédentes, cette austérité est décevante sur PC.

Malgré tout, Mass Effect 1 embarque quelques autres ajouts de type qualité de vie plus que bienvenus. Le Mako, par exemple, semble plus lourd et propose désormais deux niveaux de zoom ainsi qu’une fonction boost à la pertinence incontestable. Du changement est également au programme concernant les réticules de visées qui sont plus précis, les armes qui peuvent désormais être équipés par toutes les classes sans s’infliger de gros malus, ou encore les fusils de snipers dont le réticule de visée ne se balance plus comme un chimpanzé au bout d’une liane lorsque vous visez avec. En résulte un système de combat un peu plus dynamique et moins mou que dans la version originale.

Pas des masses d’effet

Hélas, si le remaster du premier Mass Effect brille malgré les quelques critiques qu’on peut émettre à son sujet, il est plus difficile de constater les changements apportés à Mass Effect 2 (Mass Effect 3, quant à lui, nous paraît un peu plus fin au niveau des textures vues de près). On notera dans la foulée que certains modèles de personnages de ME2 ont été importés de ME3 pour, on imagine, une meilleure qualité ainsi qu’un souci de cohérence – même si on regrette le transfert du modèle 3D de Kelly Chambers version ME3 dont l’apparence n’avait aucun rapport visuellement avec la Kelly de ME2. On remarque aussi que le Hammerhead, le véhicule remplaçant le Mako dans ME2 a fait l’objet de deux-trois modif’s comme le boost illimité.

Visuellement, on remarque quelques différences dans le traitement des lumières d emanière globale, mais Mass Effect 2 demeure toujours aussi sombre et contrasté dans l’ensemble (et là encore, impossible de régler autre chose que la luminosité dans les options). C’est dommage, car la présence du mode photo dans ces 3 jeux remastérisés (une excellente idée) pâtit de ce choix de design en clair-obscur et il est souvent difficile d’immortaliser certaines scènes à cause d’un environnement trop sombre. Il aurait pu être intéressant, par exemple, de pouvoir régler le positionnement de la source de lumière comme dans les Spider-Man de Sony, mais ledit mode photo se contente malheureusement du strict minimum sur ce point avec des options colorimétriques assez basiques (saturation, contraste, luminosité) accompagnant le reste (grain, profondeur de champ, inclinaison, etc.).

Techniquement parlant, par contre, on apprécie l’accélération des temps de chargement à partir de Mass Effect 2. Si le 1er possède encore quelques longueurs inexplicables (l’ascenseur vers la soute du Normandy qui prend autant de temps que dans le jeu original, par exemple…), ME2 propose des temps de chargement très rapides, surtout à l’intérieur du Normandy SR2, et le 3ème épisode propose le même confort à ce sujet. C’est déjà ça de gagné.

Difficile de noter une réédition comme celle-ci. Si, en tant que jeux, la trilogie Shepard en elle-même mérite toujours un bon 9/10 bien tassé, on reste un peu déçu par le travail effectué sur ce remaster qui nous parait un peu léger. Les joueuses et les joueurs qui n’auraient pas encore franchi le pas pourront toutefois y voir une excellente occasion de s’y mettre, profitant du confort notable qu’offre une inclusion des 3 jeux et de tous les DLC au même endroit, mais les vétérans de la licence risquent de rester sur leur faim. Les néophytes peuvent foncer les yeux fermés, donc, mais les habitué.e.s n’y trouveront leur compte qu’en fonction de leur niveau d’excitation à l’idée de retrouver la licence.

 

Vous pouvez réagir à ce test avec un commentaire ou sur les réseaux sociaux via Facebook / Twitter / Instagram, et vous abonner à notre compte curateur Steam afin de retrouver nos tests PC. Pour suivre nos inénarrables péripéties en direct ou en différé, sachez que nous sommes aussi sur Twitch !

N’hésitez pas non plus à aller vous promener sur notre site, pour y découvrir nos nos tests de jeux et autres dossiers, ainsi que divers avis au sujet de films ou de séries, ainsi que des guides et astuces pour vos jeux favoris. Et ce n’est pas fini : nous testons aussi des jeux de plateau !

0 0 voter
Évaluation de l'article

Points forts

  • La mise à niveau visuelle et ergonomique de ME1
  • La présence du mode photo
  • L'inclusion de tous les DLC avec les 3 jeux
  • 30 à 50h de durée de vie par jeu
  • L'occasion parfaite de s'y mettre si vous n'y avez jamais joué

Points faibles

  • Des textures parfois décevantes dans ME2 et ME3
  • Un mode photo un peu chiche en options
  • Des options de config' honteusement maigres
  • Ma pauvre Kelly, que t'ont-ils fait ?
  • Les bugs d'animation mineurs de ME2 sont toujours présents
8

Great

Note des 3 jeux - 9
Note du travail de remastérisation - 7
Co-fondateur de Try aGame, pinailleur en chef, amateur de belles histoires et fier papa de cette espiègle petite manette qui squatte chaque page du site.
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Mot de passe oublié

Lorem tempus eget vel, ut suscipit leo accumsan ut et, amet, ultricies