TEST – Milanoir : n’est pas Hotline Miami qui veut

Milanoir

(testé sur PC à partir d’une version fournie par l’éditeur)

 

FICHE TECHNIQUE :
Support : PC, PS4, Switch, Xbox One
Développeur : Italo Games
Éditeur : Good Shepherd Entertainment
Genre : Action indé
Date de sortie : 31 mai 2018

 

Milanoir

 

 

Milanoir s’inspire du cinéma italien des années 70, et en l’occurrence des polars, jouable en solo et en coop local, il met en avant les thèmes de l’avidité, de la vengeance et de la trahison. Sur le papier que du bon donc, surtout que Milanoir pouvait s’enorgueillir du titre de meilleur jeu d’action indé à venir de la Dreamhack de Denver (2017).

Milanoir

Quant tu fais l’impasse sur le Leg Day

Un univers, une ambiance …

Le joueur est très vite plongé dans l’ambiance, l’architecture, les vêtements, les véhicules et les coupes de cheveux tout semble effectivement sorti d’un polar italien ou du moins se déroulant en Italie à cet période, l’univers et le rendu sont crédibles. Et la bande son ne dénote pas. Les personnages principaux sont introduits à renfort d’écrans titres, certains étant de fidèles sidekicks se mettant en valeur par leur inutilité. Untel vous dira qu’il vous couvre sans qu’aucune aide, ni même présence à l’écran, ne se fasse. On vous collera tel autre dans les pattes pour régler un contrat, mais idem, Casper le petit fantôme ne se montrera jamais. Dommage cela aurait pu créer un lien affectif et renforcer l’immersion. Au lieu de cela ils sont oubliés dès la fin de leur présentation.

Graphiquement, comme vous pourrez le voir sur les images, on est dans le bon pixel art (remarque non ironique), mais le pixel art qui a du mal à choisir sa géométrie spatiale, pas un grand problème en soi, mais la remarque méritait d’être notée. En revanche les gros plans ont du mal à être justifiés. Déjà un gros plan en pixel art est rarement une bonne idée, graphiquement, esthétiquement parlant, de plus ces moments ne rajoutent, ne renforcent rien. Que ce soit pour l’histoire ou pour le jeu. Mais passons nous sommes presque au niveau du pinaillage (presque).

Certaines scènes sont peut être un peu forcées (l’attitude de certains personnages est bien trop marquée comme lorsque votre Boss s’énerve pour rien) et certains dialogues sont un peu clichés mais on pouvait encore rester dans l’univers du jeu et puis on s’est mis à jouer.

Milanoir

Un jeu reste un jeu.

Avoir une réelle direction artistique est un atout majeur, mais un jeu est avant tout un jeu et il faut pouvoir y jouer. Et le gameplay de Milanoir est pour le moins stressant. Vous avez le choix entre clavier et manette sur PC, sauf que pour jouer avec votre clavier/souris vous devrez passer en anglais, le jeu ne proposant pas redéfinir les touches et vous collant le bon combo AWSD (Maj + Alt pour le raccourci clavier). pas un gros problème mais les dents grincent pour un jeu traduit en français avec des contrôles inadaptés.

Côté contrôle vous devrez diriger votre personnage tout en dirigeant le viseur de votre arme. Rien de bien nouveau pour qui a joué à Hotline Miami, Mr Shifty etc. Sauf qu’à la manette éviter les tir ou plus généralement se déplacer, viser et tirer n’est en aucun cas fluide et ce bien que le viseur se lock sur vos cibles quand il passe dessus. Sauf que le viseur se débloquera si vous bougez un peu trop le personnage même sans toucher au stick contrôlant le viseur.

A la souris, pas de soucis, la cible ne se lock jamais, on a l’impression de mieux contrôler nos actions mais lors des phases les plus intenses l’efficacité de la manette fait lourdement défaut.

Milanoir

Chaque chapitre se termine par un combat de boss (classique) mais la difficulté liée représentera un véritable défi et ce quand ce ne sera pas la logique qui vous rebutera … et le second chapitre semble être un condensé de ce que le jeu peut faire dans le domaine.

Celui-ci débute par une phase d’infiltration que vous tenterez au petit bonheur la chance, parfois les ennemis vous remarquent, des fois moins. On enchaine sur des kamikazes conduisant des rames de tramway, tentant de vous écraser et mourant dans l’opération. Puis vous devrez affronter des ennemis nécessitant 3 ou 4 balles pour tomber dans une mare de sang à vos pieds sauf si vous utilisez le système de ricochet. En effet tirer dans les panneaux de signalisation, les fera tourner et votre balle touchera automatiquement un ennemi proche et le tuera sur le coup. Un ricochet est donc plus puissant qu’un demi chargeur en tir direct. Newton ne valide pas tout !

Enfin un combat contre un boss dans une dernière rame de tramway vous demandera de fuir, tout en lui tirant dessus (et avec ces contrôles c’est un bonheur de chaque instant) sauf que sa hitbox vous autorisera à tirer dans les fenêtres du tram qui sont 3m derrière pour lui faire des dégâts.

Bref, on aurait aimé finir le jeu, qui semble assez court demeurant (ce qui n’est pas un défaut, mais un fait) mais le courage nous a cruellement manqué. Si vous cherchez un jeu d’action indé optez plutôt pour I Hate Running Backwards, plus long mais, il est vrai moins scénarisé et plus orienté défis.

Si vous êtes sadiques vous pouvez toujours nous demander de le streamer sur notre chaîne twitch, ou bien via Twitter ou Facebook.

Milanoir dispose aussi d’un mode arène anecdotique.

 

Milanoir avait tout sur le papier pour contenter les fans de Hotline Miami et ceux en manque d’une forme d’action prenant corps dans un univers cohérent et scénarisé. Mais on ne trouve pas de plaisir de jeu. En cause des contrôles bien trop frustrants rendant certaines phases difficiles, énervantes et rebarbatives

 

Points forts

  • Un parfum de Hotline Miami
  • Un mode coop local
  • On sent les amoureux du cinéma

Points faibles

  • Mais que l'odeur
  • Contrôles crispants
  • Les phases d'infiltration
5

Average

Personne ne lis jamais ces encarts

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Mot de passe oublié

dolor. accumsan mattis dictum at libero id, ante. facilisis dolor