TEST – PES 2021 : les sensations toujours au rendez-vous

Konami a joué la carte de l’honnêteté avec PES 2021. Nous avons donc une mise à jour de saison pour ce mois de septembre tandis que la version PS5 et Xbox Series X est en développement. 

Développeur : Konami
Éditeur : Konami
Genre : Simulation Football
Prix : 29,99 €
Version pour le test : PlayStation 4
Date de sortie : 15 septembre 2020

PES 2021 revient s’appuyer sur les fondamentaux du précédent opus et met à jour son contenu. Des mécaniques toujours bien rôdées et exigeantes, des modes de jeu divers et variés, des graphismes et des modélisations de visage toujours réalistes et soignés et un travail communautaire énorme (le patch CYPES est dispo à cette adresse) pour intégrer toutes les licences et les équipements réels à votre jeu. Mieux encore, en attendant la version next-gen, la « Season Update » de PES 2021 est proposée à 29,99€.

On n’a pas le même maillot mais on a le même contenu

Konami a souhaité se montrer très clair vis à vis de PES 2021. C’est affiché sur la couverture, c’est précisé dans la description du jeu, il s’agit d’une version d’eFootball PES 2020 mais mise à jour avec les dernières données des joueurs et effectifs des clubs. Le contenu est donc mis à jour fréquemment et les effectifs seront alors définitifs à la clôture du mercato qui a été repoussée au 5 octobre 2020 à cause du COVID-19. Ne paniquez donc pas si vous ne profitez pas de la venue d’un joueur dans votre club fétiche le jour même car cela demande des modifications qui sont faites au fur et à mesure.

PES 2021

Cela dit, vous pouvez vous lancer dans tous les modes de jeu sans que cela n’affecte votre expérience de jeu. Pour les uns, ce sera le mode historique des Pro Evolution Soccer, la fameuse Ligue des Masters. Vous choisissez l’avatar de votre coach qui vous accompagnera tout au long de la saison avec des petites scènes et des interviews. Quel plaisir d’y voir Roberto Carlo, Ryan Giggs, Maradona et bien d’autres ! Si le succès est au rendez-vous, de grands clubs pourront tenter de vous attirer afin que vous coachiez des joueurs de renommée. Pour les habitués, ce sera un plaisir de parcourir sa saison, tenter de construire la meilleure équipe possible et maximiser toutes les options (recruteurs, entraînement…) qui permettront à votre club de progresser.

Si jamais vous avez toujours une tendance à vous immiscer dans une expérience solo, Konami a gardé son mode Vers une Légende. Le principe est simple, vous êtes un joueur et vous vous plongez dans le collectif. Vous débutez en minot alors vous serez peut-être pas titulaire tout de suite, vous gagnez du temps de jeu, vos appels de balle seront parfois ignorés et vous devrez être décisifs au moment opportun. En ne contrôlant qu’un seul joueur, vous ne maîtrisez pas tout et c’est une toute autre expérience de jeu qui s’offre à vous.

Pour les plus compétitifs, les modes en ligne entameront toujours vos nerfs. La communauté est nombreuse et vous n’attendrez jamais trop longtemps pour trouver un adversaire. On retrouve les mêmes fonctionnalités que dans PES 2020, à savoir les classiques Saisons en ligne où vous devez avoir un bon ratio de victoires/défaites pour être promu à la division supérieure et tenter d’arriver à la prestigieuse Ligue 1 (et je parle pas de celle de la Uber Eats) où les meilleurs sont réunis.

Pour ceux qui souhaitent une expérience similaire au FUT de FIFA, on retrouve le mode MyClub. Le principe reste de construire son équipe avec des tirages de cartes aléatoires qui permettront de choper les joueurs dont vous avez besoin, de vous en faire prêter d’autres, toujours avec de la monnaie virtuelle. Adopter le bon schéma de jeu, recruter le bon coach et attirer les bons joueurs, les placer au bon poste et les faire jouer convenablement derrière. C’est un poil plus compliqué que la Ligue des Masters contre l’IA mais c’est bien plus passionnant. On y passe rapidement des heures sans avoir vu le temps passer. 

Enfin, à ne pas oublier l’apport plutôt intéressant du Matchday qui remet au goût du jour des rivalités historiques. Cela donne une certaine rejouabilité et change nos habitudes, ce qui n’est jamais mauvais. L’EURO 2020 est aussi dans les cordes.

Un fond de jeu convaincant !

PES 2021 tout comme ses prédécesseurs se démarque de l’expérience de jeu d’un FIFA. Moins axé arcade, il propose des mécaniques plus réalistes et exigeantes. Si vous souhaitez bien défendre, il faudra être concentré et faire les bons choix. Lors d’un numéro individuel d’un Messi ou d’un Ronaldo, il est plutôt conseillé d’appuyer sur la touche pressing (Carré sur PS4) pour le cerner à deux et optimiser ses chances de le repousser ou récupérer le ballon. Lorsque l’on subit une attaque rapide, il est alors déconseillé de faire ce pressing à 2 car un simple une-deux pourrait faire sauter une ligne défensive. Mais ce n’est pas aussi simple que cela, l’adversaire a souvent de la ressource et cela donne des phases de jeu trépidantes.

Au niveau de l’attaque, il ne faut souvent pas se précipiter car le temps de réaction de la défense est bien géré. Alors balancer des ballons en profondeur ou derrière les DC ne seront pas automatisés au risque de perdre la possession rapidement. À l’instar de ce qui se fait depuis quelques années, l’accent est placé sur la construction des actions de jeu. Si l’on peut passer rapidement d’une phase de construction à une phase offensive, il faut que ce soit activé au bon moment. C’est aussi ce qui fait le sel du jeu. Un simple décalage peut alors provoquer une accélération ou une occasion, il faut simplement saisir l’opportunité. En cela, les phases de possession seront intéressantes et devront résister au pressing de l’adversaire.

Là où le jeu se montre très dangereux, c’est dans ses phases arrêtées. Il est devenu très dangereux de casser une action dans nos 30m. À maintes reprises, l’adversaire (I.A ou joueur en ligne) m’a placé une belle lulu sur un coup-franc. Il est d’ailleurs toujours possible de personnaliser les déplacements sur les corners, avec options rapides ou déplacement du joueur. La défense sur les corners reste plus aisée mais ils représentent aussi un danger. Comme quoi, avec maîtrise et entraînement, le danger peut venir de tous les côtés.

Des graphismes déjà à la hauteur

Une simulation de football vise aujourd’hui la plus grande immersion possible. Cela passe aussi par des graphismes de qualité et une modélisation réussie. Le studio de développement a modélisé des centaines de footballeurs au fur et à mesure et les a ajouté dans des patchs dans PES 2020. C’est plutôt agréable de se dire que PES 2021 bénéficie de tout ce boulot permanent comme base de données de joueurs. Tout n’est pas parfait et on retrouvera toujours des insatisfaits mais les joueurs de grandes envergures, les top clubs de chaque championnats, les joueurs les plus prometteurs de petits clubs profitent en général d’un bon boulot de modélisation. Il existe des vidéos sur la chaîne de Try aGame, je vous conseille d’aller les voir à cette adresse.

Pour l’immersion visuelle, c’est réussi. L’ambiance est soignée, les spectateurs sont au rendez-vous, la mise en scène des joueurs, l’entrée sur le terrain, c’est plus que correct. Seul bémol, il manque peut-être l’ambiance sonore, les chants des supporters, les frissons que l’on peut ressentir même lorsque l’on regarde la télévision. On aimerait que les poils se hérissent plus souvent.

Précision: la vidéo a été publiée avant la mise à jour, l’effectif n’avait pas encore été modifié.

Avoir les vraies licences et équipements ? Vive le patch !

Le principal souci de PES 2021 et des précédents, cela reste cette absence de licences. S’ils parviennent à établir des partenariats avec la Juventus (Piemonte Calcio dans FIFA depuis), Manchester United et d’autres, cela reste mineur. Il n’est pas agréable de passer dans la case Modification et tout taper à la main, de se coltiner des équipements fictifs. Pour palier à ce manque, la communauté CYPES réalise des patchs avec un gros boulot derrière. Ils permettent donc de bénéficier de toutes les tenues et vrais noms d’équipe dans le jeu. 

On vous expliquait toute la démarche à suivre à cette adresse. 

Attention, malgré ce travail remarquable, il manque encore de vrais noms sur des sélections africaines par exemple. Ces erreurs devraient être corrigées dans le second patch prévu pour octobre 2020.

PES 2021 propose donc la même expérience de jeu que PES 2020. Il faudra attendre le prochain jeu qui se veut révolutionnaire pour la PS5 et la Xbox Series X pour connaître ce que la franchise aura dans le bide. En attendant, pour 29,99€ vous bénéficierez d’une expérience de jeu honnête avec des mécaniques convaincantes, un contenu conséquent et des licences rajoutées si vous prenez le patch CYPES. PES 2021 demeure une simulation de football à part entière.

Points forts

  • Un jeu équilibré
  • Des mécaniques exigeantes et inspirées
  • Un contenu solo et multi généreux
  • Le patch CYPES pour les licences
  • Des modélisations de superstars réalistes

Points faibles

  • Une ambiance encore à parfaire dans le match
  • Une mise à jour de saison à 29,99€, chez certains ça fera cher
  • Un manque de licence... avant le patch CYPES !
7

Good

Toujours dans la magique potion du jeu vidéo !

Mot de passe oublié

felis eleifend lectus nec neque. adipiscing ipsum et, dapibus ultricies