TEST – Returnal : Que c’est bon de mourir !

Nouvelle exclusivité PlayStation 5, Returnal a la lourde tâche de démontrer toute la puissance de la nouvelle console Sony afin de justifier l’achat de cette dernière. Un genre loin d’être consensuel pour cette mission, mais si la qualité est au rendez-vous, il est fort à parier que les joueurs lorgneront dessus.

Développeur : Housemarque
Éditeur : PlayStatin Studios
Genre : TPS/Arcade/Action/Rogue-lite
Prix : 79,99 €
Version pour le test : PlayStation 5
Date de sortie : 30 Avril 2021

Après des premières heures prometteuses, Returnal devait confirmer nos attentes en proposant une aventure profonde et complète. Une chose est sûre et certaine, ce n’est définitivement pas un jeu grand public. Ce genre de jeu s’adresse aux initiés au risque d’écœurer les néophytes. Nous dressons ici les points positifs et négatifs de cette nouvelle exclusivité PlayStation 5. Découvrez ci-dessous notre test complet.

On y Returnal sans mal

returnalDès le début, le jeu plante le décor avec une cinématique d’intro d’environ trois minutes qui se finit par le crash de notre vaisseau au beau milieu d’une planète inconnue. Impossible de réparer quoi que ce soit, il faut explorer cette mystérieuse planète. Pénétrer dans une sorte de forêt peu accueillante. Après quelques minutes de jeu, nous sommes littéralement perdus à l’instar de la protagoniste Sélène que l’on incarne. Et ce n’est pas la découverte de notre arme sur notre propre cadavre qui va nous rassurer. Ce qui est sûr c’est que ce jeu intrigue grandement. Tant par son univers que son ambiance. Les infos se font rare malgré un objectif affiché et une carte pour nous orienter. Et puis arrive enfin la fin de notre premier cycle, en d’autres termes notre mort. Et nous revoilà à bord de notre vaisseau sur le point de se crasher… Tel est le rythme imposé par ce Rogue-lite singulier et ce n’est pas pour nous déplaire.

returnalUn mot sur la difficulté qui fait encore polémique. OUI Returnal n’est pas facile et peut être frustrant. Mais ce n’est pas un calvaire non plus et le studio Housemarque a bien pensé la chose pour que la sensation de progression soit  bien présente. En ce sens, une fois un boss battu, pas besoin de le rebattre. Il existe aussi des vies et des checkpoints (à vous de les trouver). Tout est fait pour y arriver et rendre l’aventure agréable. 

Recyclage de la mort

returnalRogue-lite oblige, on retrouve les concepts du genre : on repart à 0 à chaque mort, le design des niveaux est généré aléatoirement et on garde quelques équipements permanents comme le Tir Secondaire par exemple. N’espérez pas retourner à un endroit pensant retrouver l’arme que vous aviez, vous ne pourrez tout simplement pas. Le jeu est clairement orienté action mais il faudra tout de même réfléchir un peu à ce que vous ramassez ou non, aux endroits que vous explorerez ou encore à la façon de dépenser vos ressources. Bon c’est bien beau tout ça mais le contenu alors.

returnalDu côté du gameplay, rien de vraiment extraordinaire. Outre les actions classiques comme sauter, tirer, courir, une des clés de Returnal est le dash nous rendant invincible durant un cours laps de temps. Autre spécificité, ne cherchez pas de munitions, notre arme se recharge toute seule. Et, à l’instar de Gears of War, nous pouvons effectuer une recharge instantanée grâce à une jauge, en appuyant au bon moment. Facile à dire mais loin d’être facile à réaliser en pleine action. Bien sûr ce rechargement instantané, appelé ici Surcharge, nous apporte un bonus non négligeable. Un aspect technique qui vient agrémenter le côté action du soft. Au fil des cycles, de nouveaux ajouts viendront parfaire ce gameplay qui rendra l’exploration plus complète.

Returnal du contenu obscur

returnalReturnal possède son lot de singularités issu du genre Rogue-lite. A commencer par la Nocivité, largement répandue et plutôt intitulée Malédiction dans d’autres jeux. Ces objets/coffres nocifs vous promettent de belles récompenses proportionnelles aux malus qu’elles entrainent. Libre à vous de faire le pari d’en profiter au risque de le payer cher… Mais ça peut être une bonne solution pour avancer rapidement au début sachant que la nocivité s’annule en remplissant un « défi » tel tuer 15 ennemis ou ramasser 300 obolithes.  Autre singularité, la Maitrise d’Arme. Plus vous utilisez des armes plus elles deviennent puissantes. Sans compter que certaines armes disposent de bonus de puissances déblocables non négligeables. Au passage, nous commençons avec le pistolet mais d’autres armes sont bien sûr disponibles (fusil à pompe, sniper, fusil d’assaut, lanceur, etc.). Il ne faut pas hésiter à bien lire et tester les armes pour trouver celle qui nous convient le mieux.

returnalCôté équipement, nous disposons de deux éléments : les Reliques et les Parasites. Les Reliques sont des espèces « d’atouts » passifs qui fournissent en général de très bon bonus. Elles sont assez rares et/ou assez chères. Les Parasites, quant à eux, renforcent notre combinaison de manière notable. Cependant, tel un parasite, il nous demande quelque chose en échange… Il faut bien peser le pour et le contre. Sachant qu’une fois attaché, les solutions pour s’en débarrasser sont rares. Dernière chose, notre adrénaline augmente au fur et à mesure qu’on tue des ennemis, ce qui nous octroie quelques bonus bienvenus. Ajoutons à tout cela, des attributs de Sélène telle la Protection. Ces attributs peuvent être augmentés via des objets pour gagner +10% ici ou 15% là, un aspect RPG discret et bien pensé.

Un bestiaire et un univers sci-fi complets

returnalDans Returnal, nous rencontrons beaucoup d’ennemis plus ou moins puissants. Cela va des monstres tentaculaires aux tourelles laser en passant par des bêtes volantes ou encore des arbres géants capables de se téléporter derrière nous. Sans oublier les terribles robots destructeurs ou autres boule extraterrestre. Vraiment un bon bestiaire qui donne du fil à retordre mais qui est plaisant car ne donne pas la sensation de répétition. Sans oublier les fameux boss disposant de trois vies et qui augmentent de puissance à chaque renaissance… En tout cas, la difficulté de ce côté là est plutôt bien gérée à condition d’avoir le stuff adéquat. C’est ce dernier point qui peut rebuter certains joueurs. Entre le côté aléatoire et l’absence d’informations de manière générale, l’idée d’abandonner traversera souvent l’esprit. Mais Returnal nécessite du courage et mourir fait partie du gameplay. 

returnalL’univers mêlant Alien/Prometheus et Edge of Tomorrow/Oblivion est plus que réussi. Sans être la claque visuelle de la décennie, la direction artistique est magnifique. L’ambiance sonore est monstrueuse et nous ne pouvons que vous recommander de jouer au casque tellement le son 3D décodé par le Tempest 3D Audiotech de la PlayStation 5 est fou. Si vous aimez le genre, vous serez véritablement comblé avec des paysages allant de la forêt au désert en passant par une cité antique. De plus, le scénario se dévoilera au fil de l’aventure et de votre exploration. Aussi mystérieux que sombre, c’est avant tout intrigant d’enchainer les cycles tout en croisant nos cadavres avec un journal audio, sans oublier cette fameuse maison du 20e siècle perdue au milieu de nulle part…

Returnal est très clairement un bon jeu très bien pensé soutenu par un univers original et une ambiance singulière résolument next-gen. Un jeu loin d’être consensuel mais qui fait du bien à la PlayStation 5. Son gameplay action et ses concepts Rogue-lite bien maitrisés en font un titre à posséder pour tous les fans du genre. Le seul bémol pourrait venir de l’absence d’informations, comme si nous étions vraiment livrés à nous-même sur cette planète alien avec un scénario plus que mystérieux. Mais entre son bestiaire, ses différents paysages, ses armes, reliques, parasites et autres consommables, Housemarque signe ici un jeu complet plaisant et marquant. 


N’oubliez pas de passer par nos réseaux sociaux pour continuer à vous tenir informés et découvrir rapidement les dernières nouvelles : TwitterFacebook et même Instagram. Et pour suivre toutes nos aventures, n’hésitez pas à nous suivre sur Twitch et YouTube.

Points forts

  • Une DA et une ambiance next-gen magiques
  • Une bande sonore 3D remarquable et terrifiante
  • Un gameplay action complet
  • Des aspects singuliers originaux
  • Un vrai jeu next-gen
  • Un level-design intelligent
  • Une sensation de progression bien pensée

Points faibles

  • L'absence franche de scénario
  • On aimerait un peu plus d'infos claires
8

Great

Grand aventurier, Gabs consacre sa vie a la recherche d'OST en tout genre en jouant à différents jeux. La légende raconte que c'est lui qui aurait appris à Link comment jouer de l'ocarina...

Mot de passe oublié

Sed felis eleifend accumsan in ultricies