TEST – Rune Factory 4 Special : le sauveur est dans le pré

Rune Factory 4 Special

Traversant l’espace et le temps, Rune Factory 4 débarque en version « Special » sur Switch. Une version somme toute similaire à celle de 2012 sortie sur 3DS, avec quelques nouveautés et un léger lifting graphique en plus.

• Genre : Gestion de ferme, simulateur de vie, JRPG
• Développeurs / éditeur : Neverland, Hakama / Marvelous
• Support de test : Nintendo Switch
• Disponible sur : Nintendo Switch
• Version du jeu utilisée : version day-one dématérialisée (eshop), fournie par l’éditeur

 

Le Prince qui navet peur de rien

Rune Factory 4 Special nous met dans la peau d’un jeune homme ou d’une jeune femme censée se rendre en dirigeable vers une destination mystérieuse afin d’y délivrer un objet qui l’est encore plus. Mais soudainement, en plein voyage, notre protagoniste est attaqué par des soldats qui en veulent à cette étrange pierre qu’il transporte. Dans l’opération, et après quelques échanges de coups, l’objet est perdu… à l’instar de la mémoire de votre personnage qui, par la même occasion, se retrouve jeté par-dessus bord. Et c’est après avoir fendu le ciel en chute libre et atterri sur la tronche d’un dragon divin qui n’avait rien demandé à personne que l’aventure démarre. Malgré votre amnésie totale, on vous place rapidement aux manettes d’un petit champ à gérer afin de gagner votre croûte, et c’est à cet instant que les choses sérieuses commencent.

Décrété Prince du coin des suites d’un enchaînement d’évènements un peu particulier, vous avez la possibilité de profiter de votre influence naissante pour améliorer votre habitat, votre ferme, mais également la ville de Selphia où vous résidez. Afin de faire grandir cette influence qui vous rapporte de précieux points princiers à dépenser, il vous faudra vous lier d’amitié avec les habitants, combattre des monstres, avancer dans l’histoire, etc. Axé autour du développement de votre ferme, Rune Factory 4 Special n’est pas pour autant cantonné à cet élément de gameplay. Le jeu, en effet, est un véritable JRPG avec son scénario, ses quêtes, son système de combat et de crafting, ou encore ses donjons à explorer. C’est d’ailleurs un point qui ravira les joueurs et les joueuses hésitantes à se lancer dans des jeux plus spécialisés comme Stardew Valley : dans Rune Factory 4, les choses à faire sont variées, et la perspective de faire avancer l’histoire (qui ne vole certes pas bien haut, mais qui se laisse suivre quand même) sert d’élément motivateur pour s’investir dans la récolte d’éléments divers et dans l’exploration des nombreux environnements disponibles. Agriculture, exploration, évènements, drague, mariage, crafting, cuisine, décoration, dressage de monstres, combats… le programme est ici on ne peut plus complet.

Rune Factory 4 Special

Daikons & Dragons

Les joueurs et les joueuses qui ont déjà l’expérience de jeux comme Harvest Moon et Stardew Valley seront rapidement en terrain conquis. Votre ferme, qui possède initialement 6 x 12 cases à cultiver divisées en lots de 2 x 2, est accessible directement via l’aile du château où loge votre personnage. Assez rapidement, vous êtes doté d’une bêche pour remuer le sol et d’un arrosoir pour alimenter vos plantes en eau (et que vous pourrez recharger dans une petite fontaine), mais également d’un marteau pour miner ou aplanir les sols labourés, d’une hache pour couper du bois, ainsi que d’une canne à pêche. Ces outils ne seront pas les seuls, et d’autres seront disponibles au fur et à mesure de la progression, à l’instar de la brosse à monstres qui sera bien utile quand viendra le moment d’en apprivoiser quelques-uns (pour le combat, la production ou le travail de la terre). Et c’est également au fil de la progression qu’il sera possible de débloquer de nouvelles parcelles cultivables ou d’agrandir – voire d’aménager – votre lieu de vie.

Bien évidemment, le monde du jeu ne s’arrête pas aux frontières de votre lopin de terre, et la ville de Selphia regorge de personnages à rencontrer et à côtoyer. Là encore, les mécaniques sont assez connues des habitué.e.s du genre, avec notamment des jauges d’affinités à faire évoluer au fil des discussions, des cadeaux ou encore des évènements. Le sexe opposé à celui de votre personnage sera – sauf exceptions – disponible pour entamer des romances, voire, à terme, pour se marier et avoir un enfant après avoir fait votre choix parmi le panel offert. La vie citadine est ici assez dynamique, avec des boutiques à visiter, des festivals saisonniers qui proposent des mini-jeux et des évènements aléatoires assez réguliers qui permettent de mieux apprendre à connaitre les habitants et de tisser progressivement des liens avec eux. Globalement, les personnages proposés sont convenablement écrits et rapidement attachants, même si un ou deux d’entre eux ne marqueront pas forcément les mémoires. A noter qu’il est possible de recruter jusqu’à deux de ces PNJ afin de grossir vos rangs avant de vous aventurer en extérieur.

Rune Factory 4 Special

Car ce n’est pas fini : la paisible ville Selphia n’est qu’une petite partie du monde explorable de Rune Factory 4 Special. En-dehors de ses murs, c’est tout un ensemble de cartes diverses et variées qu’il est possible d’explorer au fil de la progression scénaristique ou de vos promenades. Au menu : des monstres à combattre, des objets à récupérer, des matériaux à accumuler et de multiples donjons à explorer. Les fans de Stardew Valley qui ont poncé le jeu mais qui ont pu regretter l’absence de contenu hors-ville seront ici aux anges avec la quantité de cartes à parcourir et à fouiller dans les moindre recoins. Et ce que vous récupèrerez au fil de vos pérégrinations vous sera bien utile quand viendra le moment de rentrer, le système de crafting complet vous permettant de créer pas mal de choses.

Cuisine, forge, création d’équipement, kit de chimie… les joueuses et les joueurs auront de quoi faire, et la diversité des activités permet ainsi d’alléger la sensation de répétitivité qui se produit souvent dans ce type de jeu. Vous l’aurez donc compris : entre la ferme, les ville, les relations humaines, le crafting, le scénario et l’exploration, Rune Factory 4 Special est loin d’être avare en contenu, et la durée de vie s’en trouve conséquente (145h de jeu au compteur en ce qui nous concerne, et nous n’avons pas encore rangé le jeu sur l’étagère). A une période où certains sont fortement tentés par l’aspect gestion de vie d’Animal Crossing New Horizons mais qui hésiteraient à cause de l’absence de vraie trame narrative et d »activités un peu plus pêchues, Rune Factory 4 Special s’annonce mine de rien comme une bonne alternative au titre de Nintendo.

Rune Factory 4 Special

On récolte ce que l’on s’aime

Nous l’avions évoqué en haut de cet article, Rune Factory 4 Special n’est pas un jeu original, mais une version un chouïa améliorée de l’opus sorti sur 3DS en 2012. Graphiquement, on retrouve le sempiternel filtre à lisser les pixels qui sert à améliorer de vieux jeux à peu de frais, comme ce fut le cas dans certains remix récents de vieux Final Fantasy ou encore dans celui de Grandia I et II sur PC et Switch. Malgré tout, si le procédé fera tiquer les plus tatillons d’entre vous, force est de constater que le rendu n’est pas si mauvais dans Rune Factory 4 Special, même en jouant sur un téléviseur en mode dock. A part pour un donjon précis qui voit la qualité de ses décors en prendre un coup, les 90% restants sont agréables à regarder, et les joueurs et les joueuses de la version 3DS pourront y voir un argument sérieux pour se plonger à nouveau dans le jeu.

Au chapitre des quelques rares nouveautés, on notera également la présence de quelques scénettes disponibles via le menu principal. Celles-ci racontent en images, à la manière d’un très court visual novel, la vie de famille de votre protagoniste après son mariage et les évènements du jeu. Les joueurs et les joueuses de la version 3DS qui étaient déçus de ne pas pouvoir établir de romance avec Venti (ce qui n’est toujours pas possible dans cette version Switch) pourront alors assister à ce genre de petite scène post-mariage avec ce personnage sous forme de « what if? ». Un peu plus consistant, le mode « jeunes mariés » vous permet de vivre de mini-aventures avec votre conjoint.e, sous réserve de vous être marié avec dans le scénario principal. L’idée est bonne, mais l’obligation de débloquer chaque mini-histoire en débloquant leurs mariages respectifs dans le mode de jeu principal risque d’en décourager plus d’un, même en ayant conservé une sauvegarde-pivot pour reprendre le jeu avant chaque décision de mariage.

Globalement, Rune Factory 4 Special est un jeu très généreux qui s’adressera autant aux habitués de la licence qu’aux nouveaux fraîchement débarqués dans la série (à l’image de l’auteur de ce test). Toutefois, le constat n’est pas sans défaut. La gestion d’inventaire, par exemple, est un peu archaïque, même pour un jeu de 2012 (les réserves de bois et de pierre qui ne peuvent être alimentés que 9 par 9 mériteraient un cercle de l’Enfer à elles seules). On notera aussi une gestion des romances un peu en décalage avec son temps : si vous jouez un personnage féminin, par exemple, vous devez attendre qu’on vous fasse une demande après avoir rempli les conditions du mariage, alors que le personnage masculin peut la faire de lui-même. Aucune possibilité, également, de romancer des personnages du même sexe, bien qu’il soit possible de tricher en changeant l’apparence de votre protagoniste en switchant entre le modèle masculin et féminin vers la fin de l’acte 2.

Enfin, notons que les évènements, ces mini-histoires secondaires qui se déroulent principalement en ville, dépendent totalement des RNG (« Random Number Generator », des variables aléatoires). Pour certain.e.s candidat.e.s au mariage, il est parfois assez fastidieux et très frustrant d’attendre que les évènements nécessaires à la demande se déclenchent d’eux-mêmes sans pouvoir influencer sur leur apparition. De notre côté, il nous a fallu faire défiler une année en jeu en mettant nos champs de côté avant de pouvoir nous marier avec Margaret (la plus ardue à ce sujet car dépendant de 4 évènements de ce genre). Malgré tout, et bien que plus ou moins regrettables, ces défauts peinent à nous détourner d’un jeu doté d’un gameplay varié et solide, et dont les histoires alternent entre humour et émotions.

Rune Factory 4 Special - Nintendo Switch

 

Dernier héritier en date d’une licence peu connue en occident, Rune Factory 4 Special se révèle être une excellente surprise qui ravira les aficionados de simulations de vie et de JRPG. Le mélange des genres est ici très solide, et il est difficile d’en décrocher une fois investi dans le microcosme de Selphia et de ses habitants. La somme des choses à faire est tout simplement folle, surtout si vous souhaitez expérimenter tout ce que propose le jeu. Rune Factory 4 Special est un titre à ne pas rater si vous avez déjà fondu pour ses camarades que sont Stardew Valley, Harvest Moon, voire Animal Crossing.

 

Vous pouvez réagir à ce test avec un commentaire ou sur les réseaux sociaux via Facebook / Twitter / Instagram, et vous abonner à notre compte curateur Steam afin de retrouver nos tests PC. Pour suivre nos inénarrables péripéties en direct ou en différé, sachez que nous sommes aussi sur Twitch !

N’hésitez pas non plus à aller vous promener sur notre site, pour y découvrir nos nos tests de jeux et autres dossiers, ainsi que divers avis au sujet de films ou de séries, ainsi que des guides et astuces pour vos jeux favoris. Et ce n’est pas fini : nous testons aussi des jeux de plateau !

Points forts

  • Durée de vie dantesque
  • Gameplay varié et solide
  • Une mise à niveau graphique légère mais honnête
  • Des histoires intéressantes à suivre
  • Des personnages très attachants quand on prend le temps de creuser

Points faibles

  • La gestion d'inventaire laborieuse avec certains types de coffres...
  • Un chouïa « vieux jeu » dans certains aspects des romances
  • La mainmise totale des RNG sur les évènements de la ville...
  • Raccourcis uniquement dédiés aux techniques... on aurait aimé y attribuer des équipements
8

Great

Co-fondateur de Try aGame, pinailleur en chef, amateur de belles histoires et fier papa de cette espiègle petite manette qui squatte chaque page du site.

Mot de passe oublié

eleifend justo ipsum Donec risus. Praesent nunc ante.