TEST – Trails of Cold Steel II, une réédition PS4 fidèle en tout point

Une suite qui se veut fidèle au premier opus mais aussi à la version PS3/Vita

The Legend of Heroes : Trails of Cold Steel II

Développeur : Nihon Falcom
Éditeur : Marvelous
Genre : J-RPG
Date de sortie : 7 juin 2019
Supports : PS4 (version testée, fournie par l’éditeur)
Sortie sur PS3/Vita : 25/09/2014 (Japon), 11/11/2016 (Europe)

trails of cold steel II art 1Après le premier opus remasterisé pour PS4 sorti en mars dernier, c’est tout logiquement qu’une réédition de The Legend of Heroes : Trails of Cold Steel II fait son apparition sur la 4ème console de salon de Sony. Une façon de nous préparer au prochain épisode qui sortira lui à l’automne prochain, toujours sur PS4. Pour faire un peu d’histoire, Trails of Cold Steel II était né au Japon en 2014 avant de faire ses premiers pas en Europe courant 2016. Gardons bien en tête alors que le titre n’est pas tout jeune, cela aura son importance.

A noter également que ce deuxième volet et très fidèle à son aîné et je vous recommande vivement la lecture de mon test du premier Trails of Cold Steel pour en apprendre plus sur le fond. Je n’aborderai ici que les spécificités de cette suite. Attention enfin, si vous n’avez pas joué au premier épisode, quelques spoilers peuvent forcement traîner.

On the road again

Trails of Cold Steel II  démarre très peu de temps après les événements relatés dans le premier opus. Un mois après plus exactement. C’est la période pendant laquelle notre héros Rean Schwarzer a comaté suite à sa cuisante défaite contre son rival Crow Armbrust et sa fuite forcée à bord de Valimar. Il laissait alors ses camarades de la Class VII seuls face au danger. Après ce long repos, Rean se réveille donc sans trop savoir ce qu’il s’est passé et décide de partir à la recherche de ses camarades de classe.

Difficile de vous en dire plus sans spoiler certains éléments clés du jeu. Malgré tout, je peux vous dire que le scénario sera fidèle à celui du premier, avec les mêmes qualités et les mêmes défauts que le premier épisode. A savoir une histoire qui ne déborde pas d’originalité mais qui croise de nombreuses intrigues assez habilement.

Encore une fois, des thèmes plutôt classiques seront au menu mais également des personnages clichés. Des personnages qui se trouveront être cependant extrêmement attachants et qui donneront une saveur particulière au titre. On éprouve un véritable plaisir à retrouver les trognes que l’on avait appris à connaitre dans le premier Trails of Cold Steel. Je signale tout de même que le jeu est TOTALEMENT en anglais, voix (également disponibles en japonais) et texte. Barrière insurmontable pour les joueurs en froid avec la langue de (Milk-)Shakespeare. Un défaut que je pointe toujours du doigt d’autant plus quand il y a énormément de dialogues comme c’est le cas pour ce Trails of Cold Steel II. C’est vraiment dommage de ne pas avoir assuré une traduction pour ces versions remasterisées puisqu’on le sait, le troisième opus sera lui traduit, il y avait donc un nouveau public à conquérir. Un acte manqué.

En tout cas, qu’il s’agisse des thèmes abordés ou des caractères de la plupart des personnages, la touche « manga » sautera rapidement aux yeux. Vous vous en doutez, c’était déjà le cas dans le premier, c’est exactement pareil dans Trails of Cold Steel II. On retrouve alors des personnages féminins aux mensurations plus que généreuses, des tenues improbables, de l’humour et des comportements chevaleresques comme dans les mangas les plus mielleux. La patte graphique que l’on peut découvrir dans le superbe opening est réussie mais encore une fois, les dessins ne seront presque pas visibles ailleurs… sauf dans les menus et lors du déclenchement des attaques spéciales. Je déplore une nouvelle fois que des cinématiques en animé ne soient pas présentes surtout avec la sobriété du moteur graphique qui est très rigide et maintenant très daté. Après ce défaut était déjà présent sur PS3, il ne fallait pas s’attendre à autre chose sur PS4.

New Game Plus ?

Alors voilà déjà des premières similitudes entre Trails of Cold Steel II et son prédécesseur, mais on va en voir encore avec le système de combat. L’essentiel des affrontements se déroulera de la même manière et avec les mêmes mécaniques. A tel point que j’ai très vite repris mes marques, comme si je n’avais jamais cessé de jouer au jeu.

Les rencontres se font toujours en percutant des ennemis sur la map, toujours les mêmes avantages si vous les prenez à revers, toujours les mêmes désavantages si vous êtes pris à revers. Toujours du tour par tour sur une zone de fight prédéfinie. Forcément mon avis ne change pas, je trouve encore une fois que le système de combat est plutôt réussi et stratégique, notamment lorsque les adversaires se font redoutables. Il y a bien quelques apports comme les Overdrives qui permettent d’attaquer à deux ou la possibilité d’enchaîner deux combats si l’ennemi que l’on percute est proche d’un autre, mais rien de vraiment bouleversant.

A part la seule véritable nouveauté qui vient des phases de bataille en Méchas. Eh oui, Rean ayant sous le coude un mécha légendaire, il aurait bien eu tort de se priver de s’en servir. Ces phases se déroulent également au tour par tour, et vous permettront d’affronter d’autres engins motorisés (méchas, chars…). Bien qu’intéressant de prime abord, vous vous rendrez vite compte qu’une fois assimilé le principe de gestion attaque/défense, les combats auront des relents de monotonie. Rassurez-vous, ces phases ne seront pas nombreuses, et uniquement liées à l’avancée du scénario.

En fait, c’est bel et bien la façon dont on fait progresser le scénario qui sera le véritable changement de ce Trails of Cold Steel II. A l’époque, Rean et sa bande n’étaient que de simples étudiants de l’académie militaire de Thors. Tout s’articulait au gré du cursus et des sorties scolaires. Le jeu était ainsi extrêmement dirigiste. Il n’y avait pas moyen de sortir des rails du scénario pour aller découvrir le monde et les différentes zones de jeu n’étaient qu’une enfilade de couloirs.

Si le constat malheureux est toujours le même pour les zones très « couloirs », nous ne sommes pas totalement enchaînés à la progression du scénario… à partir de la seconde partie du jeu. En effet si la première partie de Trails of Cold Steel II demeure très dirigiste, la deuxième, elle, offre un peu plus de liberté. On peut ainsi revenir sur nos pas pour faire un peu de tourisme (même si visiter des couloirs c’est pas la joie) et bien évidemment mener à bien des objectifs secondaires. On a un tout petit peu l’impression de pouvoir échapper au scénario, de prendre de l’air. Je vais être tout de même honnête, les activités annexes ne sont pas légion.

Tout d’abord des quêtes secondaires fleuriront sur notre passage. C’était déjà dans le cas au premier épisode où lors de nos sorties scolaires, des quêtes nous attendaient et nous devions alors rendre des menus services à des inconnus pour faire nos preuves. Une utilisation justifiée des quêtes annexes. Or ici, ces quêtes sont beaucoup moins justifiées car elle ne sont plus en corrélation avec le statut de Rean qui a évolué (non non ! je spoile pas). Du coup, on a vraiment l’impression d’être simplement les pigeons de service. Devoir régler certains petits tracas alors qu’on a plus important à faire, est–ce vraiment sérieux messieurs-dames ?

Outre ces quêtes, on a toujours la possibilité de faire un peu de pêche, un peu de cuisine et surtout développer nos relations avec notre petite équipe pour améliorer nos aptitudes au combat. Rien d’exaltant. La seule véritable nouveauté en la matière est un mini-jeu de snowboard qui rappellera indubitablement celui présent dans Final Fantasy VII. Vous l’avez compris, même si le jeu n’est plus strictement dirigiste, sortir du cadre de l’histoire ne se révélera pas forcement emballant.

Le petit mot sur la réédition

Pour parler de cette réédition PS4, je pourrais me référer à ce que j’ai écrit sur le test de la réédition du premier volet. A savoir que graphiquement, l’évolution n’est pas époustouflante. Il y a bien un lissage des textures et des couleurs ravivés mais ça ne sautera pas toujours aux yeux. On notera également des lignes de doublages supplémentaires par rapport à la version PS3/Vita et aussi un mode turbo qui accélère la vitesse du jeu. Pratique si ce n’est pas votre premier run. Vous pouvez, comme pour le premier épisode, importer votre sauvegarde PS3/Vita pour continuer l’aventure sur votre PS4. Je vous remets la marche à suivre : pour ce faire il faut lancer votre partie PS3/Vita et sauvegarder la partie via le Menu et choisir « Cross-Save ». Puis à partir de l’écran titre du jeu sur PS4, choisir « Transfer » et le tour est joué. Quelques petits bonus sont offerts pour la suite de la partie sur PS4.

La conclusion est assez simple à tirer. Si vous avez aimé le premier opus, Trails of Cold Steel II saura vous ravir à son tour. Les mêmes qualités, les mêmes défauts, les mêmes mécanismes, le même gameplay, et il y a même le retour d’une bonne partie des thèmes musicaux. La durée de vie est encore une fois solide en avoisinant les 70 heures si vous cherchez à tout compléter et il y a même la possibilité d’enchaîner sur un New Game Plus, seule condition pour battre des boss cachés. Cependant, comme pour le remaster du premier volet, je ne pense pas que le passage à la caisse, si vous aviez fait la version PS3/Vita, soit nécessaire. Les apports sont à la marge. D’autant plus qu’il n’y a pas eu de traduction française, ce qui aurait été un indéniable plus.

 

Pour ne rien rater de nos futurs tests, abonnez-vous à nos comptes Twitter et Facebook.

Points forts

  • On retrouve notre Class VII
  • Un scénario à la japonaise
  • Un gameplay qui a fait ses preuves
  • Une durée de vie solide

Points faibles

  • Toujours pas de traduction française
  • Un manque d'activités annexes intéressantes
  • Une réédition à l'intérêt limité
7.5

Good

Ma devise : "Raler, c'est utile uniquement si tu en profites pour apporter une solution... sinon ça reste juste un plaisir".

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Mot de passe oublié

Nullam libero. amet, sem, Praesent tempus porta. venenatis mi, nec pulvinar