TEST – Wargroove 2, une suite qui refait mouche

Vous reprendrez bien un peu de tactique ?

Wargroove 2

Développeur : Chucklefish, Robotality
Éditeur : Chucklefish
Genre : T-RPG
Supports : Switch, PC
Support de test : PC (version PC fournie par l’éditeur)
Date de sortie : 5 octobre 2023

 

En 2019, Wargroove avait brillamment réussi à remettre sur le devant de la scène les mécaniques de jeu de stratégie au tour par tour à la sauce Advance Wars. Depuis la licence de Nintendo a fait son retour avec un remaster de ses deux principaux épisodes. Cela n’empêche pas aujourd’hui le studio Chucklefish d’en remettre une couche avec une suite sobrement intitulée Wargroove 2. Est-ce que ce deuxième opus est aussi agréable à prendre en main que le son aîné ? Je vous donne les éléments de réponse dans les lignes qui vont suivre.

On y retourne

L’histoire de Wargroove 2 se déroule quelques années après les événements relatés dans l’épisode précédent. On y découvre les Faahris, une nouvelle faction de souris humanoïdes qui viennent explorer les contrées d’Aurania en quête de reliques historiques profanes. En théorie, cette peuplade est essentiellement composée de chercheurs et n’a pas vocation à être une force militarisée. Seulement, la nature maléfique des objets qu’ils recherchent va les mettre en conflit avec les populations autochtones qui s’avèrent être celles que nous incarnions dans le premier Wargroove.

C’est là le point de départ de la première campagne mais il y en a également deux autres, dont les trames scénaristiques seront liés, mais qui nous permettront d’être à la tête d’autres factions. Retenons en tout cas que les différentes histoires sont sympathiques à suivre mais restent assez classiques pour le genre fantasy. Il est vrai que pour ceux qui ont joué au premier épisode, il est quand même appréciable de retrouver nos anciens héros et voir ce qu’ils sont devenus. Les personnages étant tous très attachants.

On vivra même quelques moments assez forts et très bien mis en musique. En effet, la bande son est vraiment de qualité avec des thèmes très bien orchestrés dans cette direction artistique qui se veut volontairement minimaliste. Les graphismes sont d’ailleurs, comme pour le premier opus, en pixel art donnant un côté rétro indéniable. Pourtant, j’aurais tendance à dire que la main des designers a été un peu trop lourde sur la pixelisation. J’aurais aimé un peu plus de finesse notamment dans le charadesign des unités lorsqu’elles sont affichés sur la map. Les petites animations de combat, sous forme de mini-cinématiques, sont elles plutôt réussies et donnent de la vie aux actions… même si les plus impatients finiront par les désactiver car elle prennent du temps lors des grosses batailles.

Le vieux pot, la confiture, tout ça

Pour le gameplay, Wargroove 2 propose quasiment à l’identique celui de son ainé. C’est un peu difficile à reprocher tant ce qu’avait amené le premier Wargroove était de grande qualité. Le principe est donc toujours le même. Nous avons à notre disposition une petite escouade que l’on va trainer sur des maps en damier. Chaque unité possède 10 points de vie et en fonction de son type pourra se déplacer plus ou moins loin, attaquer au corps à corps et/ou à distance. Le jeu des forces et faiblesses est bien entendu de la partie et il faudra toujours veiller à faire attaquer les unités qui ont un avantage sur l’autre sous peine d’aller au devant de grandes déconvenues. C’est du classique pour un T-RPG.

Si vous avez joué au premier opus, ou à Advance Wars, vous retrouverez vite vos marques. Et les quelques ajouts présents dans le jeu comme 5 nouvelles unités, 4 commandants supplémentaires et la possibilité de ramasser des items pour booster les statistiques de vos unités ne seront en rien déstabilisantes. Ni la faculté des commandants de cumuler une deuxième jauge de boost. En effet, on se rappelle que les commandants qui sont les pions essentiels de nos armées (perdez-les et c’est Game Over) possèdent une jauge de boost qui déclenche leur pouvoir spécial. Désormais la jauge peut monter à 200% pour bénéficier d’un groove plus puissant. Voilà, il fallait bien apporter du neuf. C’est fait.

Ardu ?

Les amateurs de Tactical-RPG le savent, rien ne vaut un jeu avec une difficulté bien relevée. C’est plutôt le cas sur Wargroove 2. Prenons l’exemple du mode campagne où les missions demandent une bonne dose de rigueur pour en venir à bout. On parlait plus haut des forces et faiblesses des unités mais on pourrait également parler de stratégie pure comme le fait de bien devoir garder ses unités assez proches, de diversifier ses unités, etc… Inutile d’espérer passer un niveau en partant la fleur au fusil et c’est tant mieux. En tout cas en restant en difficulté normale. En effet, on peut paramétrer de nombreuses options pour simplifier l’aventure mais ça serait du gâchis.

En tout cas, remplir les objectifs principaux des missions n’est pas insurmontable (avec de la rigueur donc) mais la plupart d’entre elles proposent également des objectifs secondaires qui eux demanderont beaucoup de maitrise. Ces objectifs sont facultatifs mais les adeptes du 100% devront passer par là. L’occasion de souligner que le mode campagne propose une vraie diversité de gameplay. Il ne faudra pas toujours bêtement réduire les forces adverses à zéro. De temps en temps, défendre un bâtiment, survivre un nombre de tours défini ou conduire une unité bon port seront le but à accomplir. Cela permet de ne pas ressentir de redondance dans l’enchainement des maps. Très appréciable.

Plusieurs façons de s’amuser

Au-delà de la campagne, c’est le mode Conquête qui va donner du véritable fil à retordre à nous autres pauvres joueurs. Ce nouveau mode de jeu se présente comme une sorte de roguelike qui ne laissera aucune chance aux erreurs. Le principe est simple. Vous démarrez votre aventure avec une petite escouade pour enchainer plusieurs missions successives. Jusque là tout va bien. Sauf que le moindre PV perdu l’est pour de bon. La moindre unité perdue également. Autant vous dire qu’il a faudra toujours bien peser le pour et le contre de la moindre action. Heureusement de temps en temps, vous pourrez vous rendre dans des zones pour acheter de la vie et des unités contre de l’or glané au cours des missions. Bien entendu, ne vous attendez pas être riche comme Crésus. Il faudra souvent faire des choix. Comme tout bon roguelike on pourra acheter des améliorations entre deux runs pour se faciliter la tâche. En tout cas le mode est très sympathique et les fans de tâches ardues y trouveront leur compte.

Pour finir sur les modes de jeu, il y a bien entendu du multijoueur. En ligne mais également en local. Et pas besoin de plusieurs manettes puisque tout peut se faire avec une seule (ou un combo clavier/souris). En effet, chaque joueur jouant l’un après l’autre, il suffit de se passer l’unité de contrôle. Elle est pas belle la vie ?

En résumé, même si Wargroove 2 n’apporte pas énormément de changements par rapport à son ainé, le jeu se révèle encore une fois être une véritable réussite. Il faut dire que les bases du gameplay étaient excellentes et les quelques apports sont de bon aloi. Avec son mode campagne étoffé, la durée de vie sera déjà conséquente. Si on rajoute à ça, le mode multijoueur, le mode de création de cartes et de campagne, et bien entendu le mode conquête, il y a vraiment de quoi passer de très nombreuses heures sur le jeu. Notons au passage que le jeu est intégralement traduit en français. Si vous êtes un amateur de T-RPG, vous n’avez aucune raison de faire l’impasse sur ce titre surtout au regard du rapport qualité/prix pratiquement imbattable.

Visitez notre Linktree pour retrouvez nos réseaux sociaux et partager avec nous vos avis sur le jeu. Sinon vous pouvez également le faire en commentaires.

0 0 votes
Évaluation de l'article

Points forts

  • Un gameplay qui regorge de qualités
  • Une direction artistique rétro réussie
  • Une solide durée de vie
  • Un excellent rapport qualité/prix

Points faibles

  • La modélisation de certaines unités sur le terrain
8.5

Great

Ma devise : "Raler, c'est utile uniquement si tu en profites pour apporter une solution... sinon ça reste juste un plaisir".
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Mot de passe oublié