TEST – Yakuza Kiwami 2 ou l’art du remake acte 2

Après le premier Kiwami, Yakuza Kiwami 2 remet le couvert dans cette redécouverte des opus de la saga sous un apsect tout beau, tout neuf

Yakuza Kiwami 2

Développeur : Ryu Ga Gotoku Studio
Éditeur : Sega
Genre : Action / Beat them all
Date de sortie : 28 août
Support : PS4 (version de test fournie par l’éditeur)

 

Yakuza Kiwami 2Lancée dans la volonté de donner un coup de jeune à la quasi-totalité de ses épisodes, la franchise de Sega avait sorti il y a quelques mois Yakuza Kiwami, remake du tout premier opus. Une véritable réussite saluée dans notre test (à lire par ici) qui donnait au terme « remake » toutes ses lettres de noblesse. A l’heure de l’arrivée de Yakuza Kiwami 2, remake du second volet des aventures du légendaire Kazuma Kiryu, sorti initialement en 2006 et très peu connu en occident, la question qui s’impose logiquement est la suivante : l’équipe de Ryu Ga Gotoku Studio a-t-elle réussi le même coup de force que pour le premier Kiwami ? La réponse dans ces quelques lignes.

Pour les néophytes

Pour ceux qui découvrent le second opus parce qu’ils ne l’ont jamais fait à l’époque sur PS2, ce Yakuza Kiwami 2 sera d’abord une découverte sur le plan scénaristique. Faisant suite au premier opus, on retrouve notre cher Kiryu un an après les évènements survenant dans le volet précédent. L’occasion de souligner que les développeurs ont pensé aux joueurs qui prendraient le wagon en route puisqu’un résumé exhaustif du premier volet est proposé en début de partie. Kiryu tente donc de retrouver une vie normale, d’autant plus qu’il a pris sous aile la jeune Haruka, la fille de son amie d’enfance décédée. Seulement, le monde des yakuzas va se rappeler à lui. Son ancien clan est en danger et le nouveau patriarche vient demander de l’aide à notre héros pour traverser cette mauvaise passe. Désireux de rester loin de tout ça, Kiryu refuse mais lorsque le patriarche est assassiné sous ses yeux, il ne peut lui refuser sa dernière requête en homme d’honneur qu’il est. Le revoilà obligé de bander de nouveau les muscles et d’arpenter les rues de l’éternelle Kamurocho pour sauver le clan Tojo.

Encore une fois, le scénario est fidèle à l’esprit de ceux des autres épisodes de la saga. Nous avons donc droit aux rebondissements permanents, aux personnages charismatiques, souvent vêtus de manière excentrique et qui bien que parfois très méchants n’en sont pas moins pétris de valeurs. N’oublions pas bien entendu de l’action et des combats à qui mieux-mieux. Certains pourront le trouver parfois too much mais c’est bel et bien ça qui fait le charme des Yakuza.

Côté système de jeu, Yakuza Kiwami 2 emprunte énormément à Yakuza 6, à tel point que je vous encourage à (re)lire notre test. On retrouve ainsi un système de combat assez proche avec quelques petites améliorations qui ont été apportées pour le dynamiser, notamment le retour de la possibilité de placer des armes dans notre inventaire et un éventail d’actions HEAT plus large. L’astucieux système d’expérience est également sur le retour et il est toujours aussi plaisant à aborder.

Nous n’échappons pas non plus à la pléthore d’activités annexes qui sont l’énorme cerise sur le gâteau. Outre les mini-jeux habituels telles les fléchettes ou les bornes d’arcades, il est fort possible que vous passiez des heures sur l’attraction principale de ce Yakuza Kiwami 2 : le Clan Creator. Dérivé de celui déjà présent dans Yakuza 6, ce mini-jeu est une sorte de tower-defense bien huilé qui vous demandera une certaine dose de stratégie. On notera aussi le retour de la gestion de bar à hôtesses que l’on avait découvert dans Yakuza 0 et qui se révèle toujours aussi passionnant. Vous ne serez jamais passé aussi vite de l’envie de casser des bouches à des caïds de rues à l’envie de relooker une hôtesse jusqu’au bout des ongles à la façon d’une Cristina Cordula. Certaines activités annexes flirtent encore une fois avec la ligne du bon goût comme la simulation de photographe de charme. C’est très coquinou certes mais hey ! C’est Yakuza !

Si on rajoute à cela les nombreuses substories, ces quêtes annexes qui vous entraineront dans des histoires toujours aussi loufoques, on est sûrs de passer encore une fois notre temps à flâner à droite à gauche alors que l’on devrait être censé avancer dans la quête principale.

Pour les vieux de la vieille

Tout ça, les habitués de la licence le savent bien. Mais, même pour les joueurs qui avaient pu se frotter à Yakuza 2 à l’époque, ce Yakuza Kiwami 2 leur réserve de belles surprises. La première d’entre elles c’est bien entendu la refonte graphique totale du titre. A l’instar du premier Kiwami, les équipes de Ryu Ga Gotoku Studios ne se sont pas contentées d’un simple filtre HD. Non, le jeu a été entièrement refait à l’aide du moteur Dragon Engine utilisé pour Yakuza 6. Visuellement les titres sont donc très proches pour ne pas dire extrêmement similaires. L’action se déroulant au même endroit dans les deux opus, la plupart des environnements ont donc été réutilisés.

Toujours est-il que l’aventure est ainsi fluide, graphiquement irréprochable et sans le moindre temps mort comme je l’expliquais dans mon test de Yakuza 6, les temps de chargement des combats de rues et des entrées dans les différentes boutiques ayant été supprimés grâce à ce nouveau moteur. On en prend encore une fois plein les mirettes, nous permettant de ressentir pleinement le charme de la vie japonaise.

Coté changements on notera aussi que quelques cinématiques ont été modifiées et d’autres ajoutées pour accompagner les nouveaux mini-jeux. L’ajout principal de ce Yakuza Kiwami 2 restera néanmoins les Majima Saga. Le Mad Dog de la Shimano a su conquérir les foules depuis Yakuza 0 où il était un personnage jouable et pendant lequel on avait pu découvrir ses origines. Si Yakuza Kiwami avait poursuivi l’exploration de Majima Goro à travers quelques scènes faisant le lien avec le préquel, ici c’est tout un tas de petites histoires annexes, déblocables au fur et à mesure que l’on progresse dans l’histoire principale, qui nous permettront de connaitre toujours un peu plus ce yakuza excentrique. L’occasion de se friter en l’incarnant, ce qui permet ainsi de donner de la variété au niveau des combats puisque évidemment il ne possède pas la même panoplie de coup que Kiryu. Les combos de Majima sont d’ailleurs bien plus nerveux, bien plus pêchus et sont un vrai régal à prendre en main. Ces mini-scénarios permettent enfin de rallonger de quelques heures la durée de vie initiale, déjà bien conséquente.

Pour les pinailleurs

N’en demeure pas moins que quelques petits défauts émaillent cette aventure. Le plus frustrant, et de loin, demeure l’absence de sous-titres français… encore une fois. Je l’ai dit et répété au fil de mes précédents tests et articles sur la saga Yakuza, elle se doit absolument de passer par la case localisation si elle veut pleinement réussir en occident. D’autant plus que le jeu est extrêmement bavard et que passer des heures à lire en anglais rebutera même ceux qui ont un anglais tout juste correct, alors je ne parle même pas des allergiques à la langue de Shakespeare. Profitons-en cependant pour louer la qualité des doublages japonais.

Yakuza Kiwami 2L’autre défaut, pour peu que vous ayez passé du temps récemment sur Yakuza 6, c’est que ce Yakuza Kiwami 2 s’y appuie sans doute trop. Je parlais plus haut des nombreuses similitudes que partagent les deux titres et peut-être que certains seront légèrement ennuyés par une sorte de redondance. Il n’y a pas un total plaisir de découverte et de sensations nouvelles. Après… Yakuza 6 est un jeu de grande qualité alors on peut tout de même être ravi d’en reprendre une autre couche.

Le dernier petit pinaillage concerne le moteur physique qui fait parfois des siennes pendant les combats entrainant des mouvements étranges qui peuvent parfois agacer dans certaines situations. Cependant ces « bugs » sont rares et il est assez facile de passer outre.

Au final, Yakuza Kiwami 2 demeure un titre extrêmement solide. Tant pour les néophytes qui découvriront un soft aux qualités indéniables que pour les vieux de la vieille qui, eux, profiteront des nombreux ajouts et améliorations tant d’un point de vue technique que de contenu. Les pinailleurs auront bien quelques reproches à faire, notamment l’absence de VOSTFR qui pénalise le jeu auprès d’une large partie de son public potentiel. Toujours est-il que ce Yakuza Kiwami 2 fait honneur à sa grande lignée et promet de nombreuses heures de fun à ceux qui décideront de se le procurer.

Points forts

  • Une refonte de toute beauté
  • Un système de jeu bien rodé
  • Des activités annexes à la pelle
  • Un scénario plaisant
  • Les Majima Saga

Points faibles

  • Toujours pas de localisation française !
  • Un tout petit peu trop calqué sur Yakuza 6
8

Great

Ma devise : "Raler, c'est utile uniquement si tu en profites pour apporter une solution... sinon ça reste juste un plaisir".

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Mot de passe oublié

ut consectetur odio ut venenatis, Nullam id sem, velit, elit. Aliquam dictum