TEST – Yooka-Laylee and the Impossible Lair

Playtonic revient avec un nouveau jeu Yooka-Laylee, l’occasion de voir s’ils ont tiré les leçons de leur précédent jeu.

Développeur : Playtonic
Éditeur : Team17
Genre : Plateforme
Prix : 29,99€
Version pour le test : PlayStation 4
Date de sortie : 8 octobre 2019

Playtonic revient avec un nouvel opus de la franchise Yooka-Laylee et il sera donc question d’accéder à un impossible repaire. On retrouve nos deux héros luttant ensemble (mais toujours pas de coopération) contre les vilains de Capital B. L’enjeu majeur sera ici de récupérer tout un essaim d’abeilles afin de pénétrer sans trop de risque dans l’antre de l’antagoniste. La quête de la Reine Phoebee (oh oh merveilleux jeu de mot anglophone) devient donc la nôtre et l’aventure commence.

Yooka-Faylé

Dans Yooka-Laylee and the Impossible Lair, il ne sera plus question d’une exploration en 3D durant les niveaux à parcourir, il conserve son statut de jeu de plateformes mais en 2D à défilement horizontal. Seule l’exploration de la carte donnant accès aux mondes (via l’ouverture de livres) conserve la 3D. Il est alors agréable de passer de la 3D lors de nos expéditions dans la map et d’enchaîner sur les niveaux de plateforme en 2D. Dans ce format, la découverte de la carte en 3D apporte de bons moments sachant qu’il faudra se creuser les méninges pour débloquer les multiples régions à visiter. Le carte qui sert donc de hub fourmille de bonnes idées avec les interrupteurs, les PNJ, les objets et lieux cachés. De même, certaines interactions permettent aussi de changer les niveaux. Par exemple, un niveau dans lequel dominait des caractéristiques aquatiques sera transformé lorsque vous appliquerez une bombe de gel sur le livre du monde. Une certaine cohérence en ressort et un aspect sympathique à ne pas négliger.

L’association de Yooka et Laylee demeure un sujet à débat. Si on déplore l’absence de la coopération locale, on regrette également qu’il n’y ait pas plus de connexion entre les deux héros. Laylee ne nous sert que de bouclier vis à vis des obstacles et nous attribue deux capacités supplémentaires. Son pattern sera précieux pour la traversée des différents mondes. Il nous permet de réaliser des supers sauts après une roulade et d’effectuer une puissante charge au sol. Après tout, pour terminer le jeu, c’est généralement ce qu’il nous faut : plus de puissance et d’agilité pour déverrouiller des accès, enfoncer des portes et se sauver les miches.

Cela dit, les commandes restent basiques. Sans son partenaire, Yooka peut faire une roulade, sauter et tirer la langue pour garder certains objets. Il peut aussi agiter sa queue pour assommer l’ennemi avec la touche carré. Et avec son allié, il peut simplement taper plus fort et sauter plus loin… On a vu des titres plateforme avec plus d’imagination dans ses commandes. Yooka-Laylee and the Impossible Lair n’est pas pour autant un titre ennuyeux mais il aurait pu avoir plus de suite dans ses idées au niveau du pattern de ses héros.

yooka-laylee

 

Un game design qui a du peps

Soulignons que Yooka-Laylee and the Impossible Lair tourne très bien et c’est l’un des points de satisfaction du studio. Nous bénéficions selon les dires des créateurs au 60fps sur toutes les plateformes. Aucun freeze à relater au cours de nos sessions sur PlayStation 4 et heureusement au vu du timing que demande certaines actions. Comme tout bon jeu de plateforme qui se respecte, la production de Playtonic avait pour mission de proposer du challenge. La mission est réussie.

Ne vous attendez pas non plus à du Cuphead ou du Céleste, le rythme est moins dense et vous maîtrisez globalement votre progression. Si vous vous appliquez, ce ne sera pas compliqué de finir les niveaux proposés. Une véritable originalité entoure le niveau final qui est accessible dès le début du jeu… Mais ce n’est pas sans risque. Sans protection, vous risquez vite de déchanter et de vite mourir. On vous laisse donc le choix et cela plaira probablement aux hardcore gamers mais vaut mieux libérer toutes les abeilles pour optimiser ses chances de triompher.

A côté de cela, la tâche se corse si jamais vous êtes perfectionniste et que vous tentez d’attraper tous les collectibles disséminés aux quatre coins de tous les mondes. En effet, chaque monde contient une abeille à libérer mais aussi 5 pièces à trouver. Et en général, il faut faire preuve de lucidité et de célérité pour toutes les attraper. Comme le rythme est régulier, ce n’est pas frustrant de devoir faire la pêche aux pièces à collecter. On sait d’emblée que l’on ne devra rien louper pour trouver les cinq objets en plus des plumes spéciales. Néanmoins, ce n’est pas désagréable puisque cela ne freine en rien notre progression. Cela demeure un choix. Libérer les abeilles ne requiert en aucun cas cette collection de pièces.

La direction artistique quant à elle reste inspirée. Si le titre ne bénéficie pas du charme d’autres jeux plateformes, les développeurs ont su lui conférer des atouts non-négligeables. En premier lieu, les doubles niveaux. En actionnant des interrupteurs, les niveaux changent de décor et c’est plutôt réussi.

yooka-laylee

Play…Tonic

D’autres objets à collecter ajoutent du piment à notre expérience de jeu. Ils représentent des bonus, les Toniques. Si certains nous permettent de gagner plus de plumes, d’autres ont des effets plutôt surprenants. Changement de contrôle (Haut pour Bas, Droite pour Gauche, Carré pour Triangle…), de direction artistique, boost de capacités, grosses têtes, effets sur l’environnement, nous avons de quoi faire. Et cela permet vraiment d’apporter une bonne dose de fun dans le jeu édité par Team17. D’autres nous permettent de contourner les règles de base. Il sera par exemple possible de changer les points de contrôle ou d’en ajouter ou pour corser le niveau de l’aventure, de les supprimer. Ralentir le temps, l’accélérer. Il s’agit d’un réel bonus pour ne pas être dépaysé au niveau de l’expérience de jeu.

Enfin, les novices ou les enfants pourront aussi se mettre sur le soft sans trop de frustration. Lorsque vous mourrez plusieurs fois d’affilée au même endroit, on nous propose une aide pour traverser la séquence en question, en laissant le jeu s’en occuper. Cela devrait satisfaire les moins motivés à recommencer encore et encore. N’est pas Crash Bandicoot qui veut.

Yooka-Laylee and the Impossible Lair offre une expérience de jeu agréable qui pourrait se bonifier avec un effort sur son binôme et pourquoi pas de la coopération. Playtonic a su diversifier son contenu à l’aide des éléments bonus apportés par le Tonique sans oublier les bonnes idées autour de l’évolution de ses décors et l’exploration de sa carte principale. Un prix honnête pour un titre plus que sympathique.

Points forts

  • L'exploration de la map 3D
  • L'impossible repaire
  • L'évolution des décors et des niveaux
  • Accessible à tous

Points faibles

  • Un duo pas assez exploité
  • On aurait aimé de la coop
7

Good

Toujours dans la magique potion du jeu vidéo !

Mot de passe oublié

ipsum consequat. eget elementum porta. Praesent vulputate, vel,