TEST – Zombie Army 4 : Dead War – Un bon défouloir de papa

Le quatrième et dernier opus de la licence des zombies nazis a débarqué, voyons voir ce que Zombie Army 4 : Dead War nous réserve dans son Europe infestée.

Support : PC, PS4, Xbox One
Version pour le test : PS4
Genre : FPS/Coopération
Date de sortie : 
4 février 2020

 

Pour ce dernier volet de la licence, Zombie Army 4 nous emmène littéralement éradiquer tous les zombies restants depuis que le Fürher a rejoint l’enfer. Nous voilà donc dans une Europe de l’après-guerre infestée de millions de morts-vivants errant sans foi ni loi, assoiffés par l’odeur de votre cervelle encore fumante. Est-ce que la recette de cet opus fonctionne encore ou est-ce l’épisode de trop ? Voici notre avis dans ce test dédié à Zombie Army 4 : Dead War.

Fast and Fürher

Avec deux modes de jeux principaux, le soft vous invite à rejoindre le champ de bataille plutôt rapidement. Seul ou en escouade de 4, il est très aisé de dézinguer des écervelés en masse, si cela semble anecdotique, cet aspect autorise de faire des petites sessions jouissives. Cependant, cela est aussi dû à un gameplay classico-classique des innombrables FPS tout comme les commandes. C’est un peu dommage… Peut-être est-ce dû au sujet qui commence sérieusement à s’essouffler comme le disait The Toby One dans un dossier consacré aux zombies dans les jeux vidéo, il y a déjà deux ans de ça… Du coup, on y joue comme on jouerait à n’importe quel autre jeu : on vise, on tire, on s’accroupit, on sprinte, on réanime nos potes, on se soigne, on change d’armes… etc. Outre les compétences actives et passives à débloquer, on connait la recette. Point positif, le tutoriel ne sert quasiment à rien et on peut se concentrer tranquillement sur notre massacre et réaliser des combos de l’enfer faisant croître notre score comme sur les bornes d’arcades des années 90 ! L’occasion de chambrer les potes bigleux et/ou noob qui n’arrivent pas à dépasser les 1000 points alors que vous côtoyez les 50 000.

Une ambiance qui fait Fürher

zombie army 4Propulsé directement après les événements du précédent volet, on ne va pas bouder notre plaisir de voyager à travers les grandes villes européennes qui ont subi les ravages de cette étrange guerre. L’histoire commence par l’Italie avec un Milan et une Venise méconnaissables et vous emmènera aux quatre coins du vieux continent. L’ambiance est bien présente avec des tas de zombies différents, des dialogues matures et beaucoup de second degré. On aimera aussi les quelques éléments du décor activables façon Tower Defense tels que des pièges explosifs, des hélices déchiqueteuses, etc. Mention spéciale pour ce gros zombie-requin blanc qui dévore tout ce qui passe à portée de sa gueule fracassée.

zombie army 4Quant aux armes, l’aventure mêle les vraies armes historiques telles que le M1-Garand, la Thomson ou encore la MP44, avec des armes loufoques comme la scie-circulaire. Rajoutez à cela la possibilité d’obtenir des petits gadgets élémentaires à installer sur vos armes, et vous aurez de quoi faire des ravages. Les X-ray kills cams font leur retour pour le plus grand plaisir des plus sadiques. On ne va pas bouder notre plaisir de voir une balle venir se loger dans les organes génitaux de gros méchants zombies. Le tout accompagné de petits messages bien sentis qui font sourire à coup sûr. Enfin, le corps-à-corps n’est pas en reste avec un système d’exécution plutôt bien fait permettant de se débarrasser de gros sacs à PV en un seul coup. Petit bonus, une animation des plus sales, quand la caméra arrive à suivre l’action.

Il court il court le Fürher

En plus du mode Histoire qui tiendra son petit lot de rebondissements scénaristiques, le mode Horde proposé devrait satisfaire les joueurs les plus coriaces. Jouable à 4, il faudra faire face à maintes vagues de zombies tueurs de plus en plus difficiles. Force est de constater que la difficulté croissante est bien sentie et la diversité des zombies fait de cette Horde un mode intéressant. On regrettera l’absence de possibilité d’acheter des éléments de Tower Defense comme on peut le faire dans Gears. Les différentes maps sont plus ou moins bien pensées et nécessiteront une organisation tactique des joueurs au risque de se transformer à leur tour en zombie…

Dernier point abordé, la personnalisation des personnages. Rebellion Developments a mis un point d’honneur sur ce côté en proposant une multitude de tenues, de grigris ou encore d’actions (taunt, salutations, etc.). Sans oublier le choix des compétences débloquées qui fera de votre soldat un héros singulier. Rien de ouf mais c’est toujours plaisant de prendre part à une aventure avec un héros qui nous ressemble (ou pas d’ailleurs). Et vous pourrez partager tout ça avec un mode photo complet.

 

Vous l’aurez compris, Zombie Army 4 : Dead War n’est pas un mauvais jeu mais ce qu’il propose n’a rien de vraiment extraordinaire excepté peut-être son X-Ray Kill Cam. On aime dire que c’est un bon défouloir de papa car il permet de s’amuser sur de courtes sessions. Passer deux heures de jeu, l’ennui s’installera et vous exécuterez les actions à faire mécaniquement comme… des zombies pardi, vous suivez pas ! A faire en coop pour plus de fun et entretenir une pseudo-rivalité de celui qui le plus gros… score. Ce soft se repose sur des mécaniques bien huilées et connues de tous, et c’est sans doute là son plus gros défaut : le manque de prise de risque et d’originalité dans un contexte où la concurrence est rude. 

 

Points forts

  • Sessions rapides et accessibles
  • Un format couloir qui fonctionne bien
  • Du second degré à la pelle
  • Les animations d'exécution
  • Le mode photo

Points faibles

  • Techniquement un peu dépassé
  • Un gameplay vu et revu
  • Pas toujours très clair visuellement
  • Le manque d'originalité global
6

Fair

Grand aventurier, Gabs consacre sa vie a la recherche d'OST en tout genre en jouant à différents jeux. La légende raconte que c'est lui qui aurait appris à Link comment jouer de l'ocarina...

Mot de passe oublié

vel, Phasellus Praesent et, quis ipsum mattis sit non vulputate,