TEST – Dragon Ball FighterZ : Quand le rêve devient réalité

Le voilà enfin, Dragon Ball FighterZ, le jeu de combat Dragon Ball à la sauce Guilty Gear. Attendu comme le messie depuis son annonce à l'E3 2017. Depuis, plus de six mois se sont écoulés, le roster complet dévoilé au compte-goutte et des bêtas ont vu le jour. Après avoir fait bavé des millions de fans, voyons ce que le monstre renferme vraiment dans ses tripes.

Dragon Ball FighterZ : le jeu qui honore l’œuvre d’Akira Toriyama

(Testé à partir d’une version PS4 fournie par l’éditeur)

Dragon ball fighterZ test

Shenron : exauce mon souhait !

On se demande encore si un jour quelqu’un a osé rêver d’un jeu Dragon Ball Z qui surpasserait l’anime techniquement… En tout cas, aujourd’hui son rêve se réalise avec Dragon Ball FighterZ et ce n’est plus une surprise pour personne. Et le moment de sortir le jeu ne pouvait être plus adéquat. Alors que Dragon Ball Super vient d’annoncer sa fin au mois de mars, les joueurs pourront continuer de côtoyer leurs personnages préférés à travers le jeu développé par Arc System Works. Ce dernier, connu pour sa licence Guilty Gear, n’en est donc pas à son premier fait d’arme en termes de jeu de combats. On a donc le droit à un jeu en 2.5D avec une vue latérale somme toute classique mais dont le dynamisme reste époustouflant.

dragon ball fighterZDe son côté, l’animation globale est parfaite, rien à redire, c’est beau, c’est fluide et on en prend plein la vue. Tout y est, de la petite phrase d’introduction personnalisée en fonction de l’adversaire aux animations des attaques spéciales, les fans seront ravis ! Vous trouverez même des références directes à Dragon Ball Super comme lorsque Son Goku demande à Freezer s’il va se transformer en Golden Freezer « comme la dernière fois ». L’ambiance est à son paroxysme, manquerait juste les musiques officielles... incluses dans les contenus additionnels. Malgré ce petit bémol, on frôle la perfection.

Prépare-toi au combat

Côté gameplay, Dragon Ball FighterZ réussit le tour de force de proposer des combos ultra accessibles qui fracassent tout en laissant la place à des combos techniques pour les plus joueurs les plus aguerris. Le quart de cercle a la part pour les coups spéciaux et les attaques spéciales, ce qui permet de faire monter la jauge du combo aisément. Même le brise-garde se matérialise par un combo de 20 coups finissant sur une superbe projection aérienne. C’est que du bonheur ! Certaines techniques et/ou combos consommeront entre 1 et 3 barres de Ki (sachant que vous pouvez en avoir 7 maximum en réserve). Le summum du summum reste la possibilité d’invoquer Shenron en plein combat à conditions de réunir les sept boules de cristal. Le dragon divin vous proposera alors quatre choix : Ressusciter un allié, vous redonner tous vos PV, récupérer un peu de PV et charger lentement votre Ki ou remplir vos 7 barres de Ki instantanément.

dragon ball fighterzChaque personnage dispose, bien évidemment, de caractéristiques intrinsèques personnalisées telles que la vitesse, la puissance ou encore la portée. La différence entre un Goku et un Freezer est flagrante par exemple. L’équilibrage ayant été particulièrement bien soigné, vous prendrez du plaisir à jouer peu importe votre choix de personnage. C’est dire le travail réalisé… Cependant, à mon sens, le roster me parait un peu maigre. Mais à quoi bon proposer 50 personnages si c’est juste pour jouer avec à peine la moitié d’entre eux ? Tout comme j’aurais aimé la possibilité de créer et personnaliser son perso à l’instar des Xenoverse. Mais ne nous perdons pas dans des futilités, on préfère la castagne !

Place au festin

L’interface du menu sous forme de Hub façon MMORPG rend carrément bien et nous plonge directement dans l’univers de dbz. Vous pourrez librement naviguer entre les modes suivants : Histoire, Arcade, Combat Local, Combat en ligne, Entrainement, Boutique et Rediffusion. Si le mode Histoire a le mérite d’exister en proposant un scénario original et un personnage principal inédit (C-21), il s’avère peu inspiré, rébarbatif et souffre d’un manque de difficulté flagrant. Malheureusement, si vous voulez voir C-21 rejoindre votre roster, il vous faudra finir les trois arcs du mode Histoire. Petit conseil donc : n’hésitez pas à rusher en empruntant des chemins vous évitant des combats aussi futiles qu’inutiles. Au passage, vous pourrez sélectionner des combats didactiques vous évitant ainsi de passer par la case entrainement/tutoriel.

dragon ball fighter ZQuant au mode Arcade, il est plutôt bien fait et propose une vraie adversité qui mettra vos nerfs à rude épreuve. Avec au menu plusieurs routes aux multiples chemins s’adaptant à vos classements des combats. En gros, pour chaque route vous aurez plusieurs boss possibles. Si vous obtenez que des rangs A ou S, vous affronterez le plus puissant (Goku SSB, Goku Black et Vegeta SSB). A l’inverse si vos combats se soldent par des rangs C et des D, vous vous dirigerez vers les boss de secondes zones. D’ailleurs, pour débloquer Goku et Vegeta SSB, il vous faudra obtenir que des rangs S ou A en mode difficile respectivement dans les routes Capsule de gravité extrême (ou économiser 300 000 zénis) et Salle de l’Esprit et du Temps (ou économiser 500 000 zénis). Bon courage.

Voilà pour la partie solo qui vous permettra de vous adonner pendant de nombreuses heures avant de vous lancer à la conquête du monde via le mode en ligne. Alors, serez-vous le meilleur guerrier de tout l’univers ?

Dragon Ball FighterZ comblera tout le monde ! Que ce soit les fans du manga depuis toujours en passant par les hardcore gamer jusqu’aux nouveaux venus, ils seront ravis. Accessible au possible tout en laissant une place pour la technique, cette oeuvre brille par son gameplay équilibré. Sans compter la réalisation qui frise la perfection. Nous pouvons tout simplement tirer notre chapeau à Arc System Works.

Points forts

  • Réalisation qui frise la perfection
  • Les animations ultra fluides et dynamiques
  • Les voix originales
  • Le gameplay accessible tout en étant technique
  • Un équilibrage parfaitement dosé
  • Les références directes au manga
  • L'interface en forme de hub

Points faibles

  • Pas de musiques officielles intégrées
  • Roster un peu léger
  • Mode histoire perfectible
9

Amazing

Grand aventurier, Gabs consacre sa vie a la recherche d'OST en tout genre en jouant à différents jeux. La légende raconte que c'est lui qui aurait appris à Link comment jouer de l'ocarina...

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Mot de passe oublié

eleifend venenatis, et, commodo Donec ipsum fringilla ut massa