TEST – Final Fantasy VII Remake : le retour d’un mythe

Cinq ans… C’est le temps qu’il nous a fallu attendre depuis son officialisation à l’E3 2015 avant de pouvoir poser les mains sur Final Fantasy VII Remake. 23 ans après sa sortie sur PlayStation, FFVII revient entre nos mains dans une version à la fois sublimée, mais également profondément modifiée. Un pari gagné pour Square Enix ?

FINAL FANTASY VII REMAKE

Développeur : Square Enix
Éditeur : Square Enix
Support : PlayStation 4
Genre : Action RPG
Date de sortie : 10 avril 2020

Une Fantaisie pas si Finale

Fallout, GoldenEye, Age of Empires, Symphony of the Night… Affirmer que 1997 est une année importante pour le jeu vidéo est peu dire. Cette année a également marqué une étape importante pour la société SquareSoft (aujourd’hui Square Enix), créatrice de Final Fantasy, l’une des séries de jeux les plus connus au monde. En effet, c’est cette année qu’a vu naître ce qui est encore aujourd’hui l’épisode le plus populaire de la franchise : un certain Final Fantasy VII. Ce titre, premier réalisé en 3D est probablement le jeu qui a fait découvrir la série (et par extension le J-RPG) à des millions de joueurs. Surtout en Europe, où la licence était encore assez méconnue comparativement au Japon ou encore aux États-Unis.

23 ans plus tard, après des années d’attente, des reports et un développement complexe, le Remake de l’un des jeux les plus populaires de l’époque PlayStation est enfin entre nos mains. À la baguette du projet ? Une dream team composée de Yoshinori Kitase, Kazushige Nojima et Tetsuya Nomura, trois personnalités phares de Square Enix qui étaient la tête de proue de Final Fantasy VII. Une team qui ne va pas se gêner pour réinterpréter le mythe Final Fantasy VII, entre tradition et modernité.

L’Avalanche de détails

Si vous avez suivi ces longues années de communication et de dramas, vous n’êtes pas sans savoir que Final Fantasy VII Remake ne couvre pas toute l’aventure originale. Pour cette première partie, le titre ne se concentre que sur le début de l’aventure, à savoir les pérégrinations de Cloud Strife (protagoniste principal) Image de Final Fantasy VII Remakeet du groupe éco-terroriste « Avalanche » au sein de la ville de Midgar. Un choix assez étrange de prime abord, puisque cette section du jeu ne durait qu’une demi-douzaine d’heures. Et il est clair que sur le papier cette partie du jeu est un peu maigre pour en faire un seul et unique jeu. Mais c’est sans compter les nombreux ajouts et la modification radicale de certains éléments de scénarios réalisé par Square Enix.

Pour justifier le choix de faire d’un seul jeu la partie centrée sur Midgar, Final Fantasy VII Remake donne beaucoup plus d’importance à chaque événement que l’on connait déjà. L’histoire se focalise nettement plus sur la bataille du groupe Avalanche contre la société Shinra, à qui appartient la ville de Midgar. Cette entreprise pompe en effet l’énergie vitale de la planète (appelée énergie Mako), pour la convertir en électricité, épuisant ainsi la durée de vie de l’astre. L’histoire et le squelette de l’aventure restent donc globalement les mêmes, mais la plupart des événements prend beaucoup plus d’importance qu’à l’époque. De ce fait, la narration, au même titre que les relations entre les différents personnages sont beaucoup plus développées. Manette en mains, le développement des multiples Image de Final Fantasy VII Remakeévénements se traduit par des zones plus étendues que ce qu’on l’on connait. Certains lieux, anecdotiques dans Final Fantasy VII, revêtissent dans ce Remake beaucoup plus d’importance. Là où vous passiez 5 minutes dans une zone par le passé, il est ici possible que vous y passiez 2 heures. Et cela pour le meilleur, comme pour le pire.

Dans Final Fantasy VII, l’accès à la World Map se faisait justement après que le groupe ait quitté la ville. Cependant, tout ce qui se passait à Midgar était finalement très couloir et dirigiste. Et sans surprise, ce Remake est à l’image de la ville de Midgar : un couloir. Un bon gros couloir qui n’est pas sans rappeler un certain Final Fantasy XIII, vivement critiqué à l’époque pour cette même structure. On se rend vite compte que tout comme ce premier épisode, le joueur est prisonnier de Midgar et de sa structure ultra linéaire. Certaines séquences, artificiellement allongées sont  pénibles à parcourir et s’étendent beaucoup trop en longueur. Comme on dit, « le plus est souvent l’ennemi du bien ». Bien sûr, toutes les zones n’ont pas droit à ce même traitement et certaines ont été agrandies pour en faire des hubs, où vous allez par exemple pouvoir accomplir des quêtes secondaires. Mais ces dernières, pour la plupart scénarisées de manière assez fainéantes, ne sont qu’un prétexte à affronter des ennemis un peu plus costauds, nous donnant malgré tout l’occasion de profiter de l’incroyable système de combat de ce Final Fantasy VII Remake.

Qui s’y frotte, s’y pique

Au-delà sa mise en scène léchée, de son univers envoutant et de ses personnages profonds et attachants, c’est bien le système de jeu qui tient le joueur le plus en haleine. Le mix opéré entre le côté stratégique du tour par tour des anciens volets et le côté plus action de Final Fantasy XV se révèle ultra convaincant. Rajoutez également la possibilité de switcher en temps réel entre les trois personnages qui composent votre équipe et vous obtenez un cocktail de dynamisme ! Au final, le système de combat se calque énormément sur celui de Final Fantasy XV et de la série Kingdom Hearts, mais ajoute le système de « pause active » qui Image de Final Fantasy VII Remakevous permet, si vous le souhaitez, de mettre le jeu en ultra ralenti. L’intérêt ? Prendre le temps de vous poser pour réfléchir à vos prochaines actions. Mais attention, l’activation d’un sort ou d’une compétence vous demandera d’utiliser une barre d’ATB (voyez cela comme une barre d’action), qui se charge progressivement au fur et à mesure que vous frappez les ennemis avec vos attaques classiques. Et comme vous vous en doutez, bourrer les compétences des personnages et les sorts ne suffiront pas à vous frayer un chemin à travers Midgar, puisque la plupart des ennemis disposent de faiblesses élémentaires dont il sera capital de tirer parti. De plus, Final Fantasy VII Remake reprend le principe de « Choc » de Final Fantasy XIII : si vous remplissez la barre de choc des ennemis (grâce aux sorts appropriés et aux compétences prévues à cet effet), ces derniers deviendront temporairement inactifs et beaucoup plus sensibles à vos attaques. C’est à ce moment qu’il faudra donner tout ce que vous avez !

Le système de Materia fait également son retour. Bien que moins complet que ce que pouvait proposer le jeu original (dû notamment à une diversité de Matérias moins grande), il faut admettre que la mécanique n’a pas pris une ride. Pour vous la faire simple, c’est en fait les Materias (que vous devez fixer à votre équipement) qui donnent leurs capacités à un personnage. En gros, si vous mettez une Materia de feu à Cloud, il pourra alors lancer un sort de Feu. Mais attention, petite subtilité puisque ces dernières peuvent être associées. Par exemple, si vous prenez une Matéria « Attaque Élémentaire » et que vous l’associez à une Matéria de Glace, votre personnage pourra non seulement lancer des sorts de Glace, mais ses attaques de base feront également des dommages liés à cetImage de Final Fantasy VII Remake élément. Un atout non négligeable pour mener les combats au mieux. Enfin, ce Remake propose une petite nouveauté : la customisation des armes, que l’on peut améliorer en dépensant des Points de Compétences durement gagnés pendant vos affrontements. Un peu anecdotique, ce système a quand même le mérite d’exister et vous offre une petite customisation de vos personnages. Mais tout cela s’atténue un peu au fur et à mesure que les Points de Compétences s’accumulent au fil de l’aventure.

Malheureusement, il se trouve que le jeu est un peu trop facile. Et ce n’est qu’en le parcourant à nouveau en mode Hard qu’on se rend compte de la rigueur nécessaire ainsi que de toutes les subtilités auxquelles il faut faire attention. Le problème ? Ce mode de jeu ne se débloque qu’après une première run et il ne peut être parcouru qu’en New Game+. Cela sera d’ailleurs la seule carotte qui vous fera surement continuer à jouer après avoir terminé le jeu, car il faut admettre que le contenu post-game est pauvre, si on ne refait pas l’aventure dans le mode de difficulté le plus élevé. Néanmoins, ce dernier vous donne l’occasion d’accéder à des combats exclusifs, vraiment jouissifs, qui mettent à profit tout ce que vous avez appris pendant ces longues heures de jeu (comptez une trentaine d’heures pour finir le jeu une première fois et une quarantaine de plus pour farmer suffisamment et reparcourir le jeu en participant à tous les combats possibles.

Loin d’être Crade

Doté d’une fluidité à toute épreuve et d’une plastique très solide, ce Final Fantasy VII Remake est beau, cela est indéniable. Néanmoins, il faut admettre qu’on peut être choqué par bon nombre de textures, qui piquent vraiment les yeux. Et pourtant, le titre arrive quand même à être éblouissant. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il possède une direction artistique à couper le souffle. Tout comme il y a 23 ans, Midgar s’affirme comme une des villes les plus cultes du jeu vidéo et l’immersion dans ses rues ainsi que dans ses taudis est totale. Finalement, tout ce qu’on veut, c’est pouvoir l’explorer librement et découvrir chaque détail, chaque secteur. Un rêve qui ne deviendra jamais réalité, comme vous vous en doutez. Au même titre, la mise en scène est ébouriffante, pour peu que vous n’ayez rien contre la surenchère et le non respect des règles de la gravité. Jouer à Final Fantasy VII Remake, c’est un peu réaliser ce rêve de gosse qui fantasmait l’idée de pouvoir jouer à Advent Children (le film d’animation qui fait suite à Final Fantasy VII). Aujour’hui, le joueur que je suis est heureux de pouvoir se dire que ce rêve d’enfant est enfin réalisé.

Pour conclure, comment ne pas s’attarder sur la musique. Vous n’êtes pas sans savoir que la série Final Fantasy a toujours brillé par ses compositions musicales et peu de sagas peuvent se vanter d’avoir marqué l’histoire de la musique de jeu vidéo comme l’a faitImage de Final Fantasy VII Remake cette série. Et certaines personnes vont surement être choqués par les propos qui vont être tenus, mais je pense sincèrement que Final Fantasy VII Remake possède l’OST et le sound design les plus complets et les plus qualitatifs de l’histoire de la série. Jamais, la musique n’a aussi bien épousé la mise en scène, l’histoire et les émotions véhiculées par les personnages. Chaque combat, chaque séquence, chaque scène est sublimée par une musique utilisée de manière dynamique, évolutive et qui ne perd réellement jamais en qualité. Au même titre que les dialogues, la musique participe plus que jamais à raconter l’histoire et l’épopée que vit le joueur en parcourant le jeu. Ce travail d’orfèvre, on le doit à Masashi Hamauzu et Mitsuto Suzuki (tous deux notamment connu pour leur travail sur la trilogie FF XIII), qui ont réussi à sublimer le travail originel et déjà mythique de Nobuo Uematsu. Chapeau bas.

Un Final Fantasy pour les fans et les nouveaux venus ?

Mais la question la plus pertinente que l’on peut poser à propos de Final Fantasy VII Remake est la suivante : « Si je n’ai jamais joué à Final Fantasy VII, est-ce que je peux quand même profiter de ce Remake ? »

La réponse par l’affirmatif est tentante, mais il faut admettre qu’il est impossible, quand on a déjà parcouru Final Fantasy VII, de se mettre à la place de quelqu’un qui ne l’a jamais fait. Ce jeu a tellement marqué une génération et m’a tellement marqué, qu’il est impossible de se poser et de dire « Comment j’aurais vécu l’expérience si je n’avais jamais parcouru Final Fantasy VII ? » Une chose est sûre, toute personne attirée par l’univers et le gameplay prendra plaisir pendant 90% de l’aventure. C’est à la fin que les choses se compliquent pour les néophytes, puisque des éléments (tout simplement incompréhensibles pour quiconque n’ayant jamais parcouru le jeu de base) viennent se glisser. Il est difficile d’en parler sans spoiler, mais sachez que la fin risque de décevoir de nombreuses personnes car à la limite du compréhensible. Et finir sur des éléments incompréhensibles, en ayant l’impression que les développeurs vous mettent sur la touche pour s’adresser uniquement aux fans, doit être extrêmement frustrant.

Pour ceux ayant déjà parcouru le jeu de base, 2 options : la rage ou l’impatience totale.

Image de Final Fantasy VII Remake

Loin d’être parfait, Final Fantasy VII Remake n’en demeure pas moins une aventure incroyable. Malgré quelques défauts de structure, certaines phases trop longues et une fin qui perdra les personnes qui n’ont jamais joué à l’épisode original, le plaisir manette en mains est juste monstrueux. Mix parfait entre le gameplay action et le traditionnel aspect stratégique des anciens volets, Final Fantasy VII Remake propose probablement la jouabilité la plus grisante de la série. Rajoutez à cela une mise en scène, un scénario, des personnages et une musique de haute volée et vous obtenez un Remake de grande qualité. Un jeu qui divisera, comme chaque épisode, mais qui a été réalisé avec un certain respect pour le matériau d’origine et surtout, contre toute attente, avec le cœur.


N’hésitez pas à aller vous promener sur notre site, pour y découvrir nos divers avis sur des films ou des séries, une panoplie de livres en tout genre, ou même sur des jeux de société dans notre rubrique Bar à Jeux ! Mais Try aGame, c’est aussi des tests ainsi que des guides et astuces pour vos jeux favoris et des dossiers qui nous tiennent à cœur. Bien entendu, vous pouvez aussi passer nous voir sur notre compte Twitter ou Facebook pour ne rien rater de nos articles. Mais ce n’est pas tout, vous pouvez aussi nous retrouver sur Youtube, Twitch, Steam et Instagram. Et oui, rien que ça !

Points forts

  • Gameplay action/stratégie impeccable
  • Narration remise au goût du jour
  • Techniquement très propre
  • Durée de vie correcte
  • Une mise en scène folle
  • Une OST légendaire

Points faibles

  • Le traitement de certains personnages
  • Un End Game un peu décevant
  • Un peu facile
  • Des textures parfois horribles
  • Plusieurs longueurs
8.5

Great

Que ton cœur soit la clé qui te guide.

Mot de passe oublié

vel, porta. leo pulvinar sed ut id mattis risus sem, mi, ut