TEST – Football Manager 2021 : toujours plus fort ?

Réveillez-vous, la version 2021 de la drogue dure revient cette année. Football Manager 2021 promet de repousser vos couchers toujours plus loin et d’accueillir l’addiction au plus près de vous.

Développeur : Sports Interactive
Éditeur : SEGA
Genre : Simulation et Gestion
Prix : 54,99 €
Version pour le test : Steam
Date de sortie : 24 novembre 2020

Football Manager 2021 revient ce 24 novembre sur PC via Steam et Epic Games Stores mais aussi avec une version Xbox, non-testée par nos soins. Quoiqu’il en soit, au programme c’est encore son caractère addictif mais qui se repose sur un contenu monstrueux et une simulation toujours plus complète. Vous passerez des heures et des heures à préparer votre saison, expérimenter différentes tactiques, divers rôles pour vos joueurs, lancer les matchs amicaux, placer vos recruteurs et négocier des transferts. Une fois la saison lancée, la pression monte et nous maintient éveillé jusqu’à pas d’heure devant notre écran. Mais si vous lisez ces lignes, c’est que vous le savez déjà. Attardons-nous davantage sur les nouveautés et les ajouts promis par Sports Interactive. Méritent-ils de nous faire passer une nouvelle fois à la caisse ? Evite-t-on la version réchauffée d’un excellent FM20 ? Tentons d’apporter quelques réponses.

Les recrues de Football Manager 2021

Sports Interactive a ENFIN remplacé le système de conférence de presse qui paraissait daté et ennuyeux. Qui ne finissait pas par envoyer toutes les semaines son adjoint se farcir toujours les mêmes questions des journalistes ? Qui ne connaissait pas par cœur les réponses à donner à chaque question ? Et on commençait clairement à s’en lasser. On peut donc féliciter le studio d’avoir écouter la communauté. Certes les changements ne demeurent pas révolutionnaires mais ils évoluent clairement vers la bonne voie.

Au lieu des habituels lignes de réponses à répétition, l’interface se montre grandement améliorée. Le tout se montre plus aéré même si nous aurions aimé une plus grande police d’écriture sur certaines réponses s’étalant sur plusieurs lignes. Mais là où l’on constate une réelle nouveauté, c’est au niveau de l’attitude du coach lors des conférences de presse mais aussi pour les entretiens avec les joueurs et les discours les jours de match. Il est désormais possible de réaliser des gestes via des onglets bien intégrés. Jeter une bouteille dans le vestiaire, serrer les poings, écarter les bras, tout cela pour accompagner les discours. Cela apporte une petite fonctionnalité supplémentaire au coaching que l’on ne va pas bouder. L’objectif étant d’apporter plus d’impact à vos déclarations en dehors du terrain. Honnêtement, je me plais à ajouter une mimique à mes propos, pour moi c’est un réel plus.

Dans cette même optique de rendre l’expérience plus complète et interactive, on peut désormais se lancer dans des discussions courtes (les « Quick Chats »). Le but étant de poser des questions rapides en privé aux joueurs, s’ils trouvent judicieux de les mettre en repos (ils m’ont toujours dit non !). Cela permet aussi de recevoir un suivi directement de leur part lorsqu’ils sont en prêt. Les jeunes se plaindront souvent de leur peu de temps de jeu, ce qui nous amènera à nous embrouiller avec les coachs de l’autre équipe. Ce qui nous fait repartir souvent avec l’impression de pisser dans un violon. Les 3/4 du temps, le coach s’en fiche un peu que l’on veuille plus de temps de jeu pour notre joueur prêté.

Ce sont des petits ajouts qui sont les bienvenus dans leur ensemble car cela apporte plus de crédit et d’immersion aux conférences de presse et ce qui fait le quotidien d’un entraîneur de football au plus haut niveau.

Une vie de manager toujours plus complète

On vit une véritable pression de son environnement, du moins depuis que j’ai remplacé Tuchel au poste de manager du Paris-Saint-Germain. Tous les mois, je suis invité à une réunion et je dois rendre des comptes à Leonardo et le propriétaire qatari. Encore une fois, l’idée est de compléter l’expérience de jeu avec plus de réalisme. Dans ces réunions (que je suppose courantes pour tous les clubs), on évalue donc la situation des clubs selon les attentes des dirigeants. Vous n’avez pas de joueurs de grand standing à un poste ou deux ? On vous le fait remarquer et on vous prie de palier cette absence.

La vie du club passe donc réellement par la hiérarchie et c’est plutôt agréable à constater. Si vous pensiez l’époque où il suffisait d’aligner des XI et de gagner des matchs non-révolue, ce sentiment devrait encore plus disparaître. On part sur un réel organigramme entre les joueurs, le staff, le coach, les dirigeants et les propriétaires voire les journalistes qui peuvent poser des questions dérangeantes (même si on va vite sentir la répétition au fil des saisons, rien de plus normal) et on le ressent tout au long de la saison.

Chaque joueur aura ses envies, chaque individu sera à gérer, la pression de la hiérarchie est présente et ça donne un résultat plus que convaincant. Puis cette pléthore d’informations est toujours bien distillée, entre onglets qui bénéficient tous de tutoriels. On ne se sent pas noyé dans la complexité des mécaniques de Football Manager 2021. Pourtant elles gagnent en profondeur et en détails chaque année. Toujours plus de contenu, d’ajouts pour apporter plus de réalisme et de d’authenticité dans la gestion de votre club. Mais le jeu vous prend suffisamment par la main pour que vous gagniez en expérience au rythme des matchs et des parties.

Certes il manquera des licences, compétitions et noms de clubs inclus (Zebre pour la Juventus) mais la base de données reste immensément riche, comme tous les ans. On peut entamer une carrière aux quatre coins du globe (les difficultés liées au COVID-19 a contraint le studio à développer sur le tard, tout le contenu sera dispo plus tard) sans que l’on ressent un contenu cheap, au contraire. Puis, vous pouvez compter sur la communauté pour enrichir encore son contenu sur le Steam workshop notamment. Ils développent aussi des nouvelles tactiques toutes les semaines que vous pouvez expérimenter (et donner votre avis), ce qui rend le jeu accessible à tous.

D’ailleurs, c’est aussi sur le terrain que le contenu et l’immersion progressent.

La vérité du terrain

Une fois arrivée le jour de match, on constate encore les progrès réalisés. En tant que joueur, on a du mal parfois à trouver les secteurs à améliorer pour Football Manager surtout avec une édition excellente que l’était 2020. Néanmoins, on constatait tout de même des lacunes pour la simulation des matchs. Encore une fois, les équipes ont bossé dessus. Mais pas seulement, ils ont réalisé des petits ajouts sur toute la préparation d’avant-match. Cela s’implémente plutôt pas mal et c’est un réel plus qui se dessine lors des quelques minutes qui précèdent le match.

Effectivement, avant chaque match, vous disposez de nouvelles informations. Premièrement, vis à vis de votre tactique et des consignes que vous avez donné. Conseillez à Neymar de ne pas trop dribbler et il montrera son mécontentement. Du côté du staff, on vous conseille au niveau tactique avec des changements à opérer (selon eux, pas obligatoire) pour les joueurs ou les stratégies à adopter. Ce seront en général 5 à 6 onglets que vous pourrez changer juste avant le match, ce qui peut faire une sacrée différence dans la façon d’aborder un match.

Sur le terrain, ça va de mieux en mieux. Certes on reste dans de la simulation de match d’un jeu de gestion, c’est-à-dire pas photoréaliste comme PES 2021 ou FIFA 21. Cela tactiquement, il fait le boulot. On constate tout de même de gros progrès sur les animations des joueurs. Leurs corps suit généralement bien le ballon, leurs jambes accompagnent les passes et l’aspect baby-foot s’affaiblit. Certes on pourra râler sur certains comportements incohérents (oui je parle de toi, toi qui a simplement couru de l’aile et contourné de façon ridicule la défense pour marquer) mais dans la construction du ballon, de la transmission, c’est bien plus convaincant. Le studio est sur le bon chemin même s’il reste des progrès à réaliser. De quoi ne plus se contenter de « commentaires seuls » et de regarder au moins les actions les plus importantes, voire tout le match pour certains habitués.

Une fois la fin du match sifflée, vous remarquerez aussi des détails supplémentaires. Plus d’informations données encore sur votre performance et comment s’est joué votre match. Et ce fameux évaluateur xG qui aide à jauger votre efficacité défensive et offensive, avec des infos du staff. Cela change des 2 phrases habituelles qui restaient pas de grande utilité publique. Vous disposez clairement d’un outil pour évaluer la performance de votre équipe comme si elle avait été observée par plusieurs experts. Alors, entourez-vous d’autant plus du meilleur staff possible.

Globalement Football Manager 2021 gagne donc en immersion et devient toujours plus pointilleux dans ses analyses. Sports Interactive a encore bossé sur l’interface pendant le match et je la trouve bien plus lisible qu’avant, avec des facteurs forme et état d’âme de chaque joueur bien visible. On garde la même recette, on la perfectionne et ça marche plutôt bien. C’est une ribambelle d’ingrédients qui améliore l’ensemble avec parcimonie et intelligence. Les changements se font assez ressentir pour que l’on n’éprouve pas un goût de réchauffé.

Précision sur les photos ci-dessous. J’y joue en petite configuration donc on pourra louer la qualité des animations sous toute config. Si vous disposez d’un gros PC, attendez-vous à de meilleurs graphismes que sur ces photos. Voir sa page Steam pour un aperçu dans la plus belle des configurations.

Avoir cette crainte habituelle du réchauffé, c’est assez normal lorsque l’on se place en face d’un jeu de gestion – de football qui plus est – annuel. Il demeure difficile de changer les ingrédients d’un soft qui se perfectionne d’années en années. Or Football Manager 2021 parvient à nous servir un plat digeste et dont les nouveaux éléments trouvent une place fondamental dans la vie d’un coach au quotidien. Certes les nouveautés ne sont pas révolutionnaires mais elles améliorent une nouvelle fois l’expérience de jeu. En dehors du terrain, il en devient plus immersif et plus complet avec des interactions toujours plus nombreuses et utiles. Sur le terrain, on est entouré d’un staff toujours plus précieux dans la préparation du match et des échéances à venir. De même, le moteur affiche encore des progrès avec des animations plus plaisantes à regarder malgré quelques défauts dans la construction et des duels. Globalement, Football Manager 2021 mérite amplement les dizaines voire les centaines d’heures que vous lui consacrerez. Une mission réussie pour Sports Interactive qui montre plus que jamais son savoir-faire en la matière de management de ce sport du ballon rond.

Points forts

  • Des nouveautés bienvenues
  • Une expérience de coach encore plus authentique
  • L'interaction redoublée entre les dirigeants, les joueurs et la presse
  • Une interface encore plus épurée
  • Accessible (encore) à toutes les configs

Points faibles

  • Certaines licences absentes
  • Des duels et des situations en match à améliorer (mais on chipote)
9

Amazing

Toujours dans la magique potion du jeu vidéo !

Mot de passe oublié

tristique lectus facilisis accumsan Donec ultricies