TEST – Just Dance 2021 : alors on danse (encore) ?

Ubisoft est de retour avec son jeu qui vous fera bouger le popotin : Just Dance 2021.
Disponible sur
Nintendo Switch, PC, PlayStation 4, PlayStation 5, Xbox One, Xbox Series et Google Stadia, découvrez en plus dans notre test ci-dessous.

JUST DANCE 2021

Développeur : Ubisoft
Éditeur : Ubisoft
Support : Nintendo Switch, PC, PlayStation 4, PlayStation 5,
Xbox One, Xbox Series et Google Stadia

Version pour le test : Nintendo Switch
Genre : Rythme
Date de sortie :
12 novembre 2020

 

Cette année, nous n’avons pas pu découvrir le nouvel opus de Just Dance dans l’E3 2020, ce dernier ayant été annulé. Dans cette douzième édition de son jeu de danse, Ubisoft nous propose donc une nouvelle fois l’expérience qui semble toujours autant fonctionner. Toujours délesté de toute concurrence, l’éditeur livre un opus qui reprend les bases qui forment les fondements de sa licence, nous invitant une nouvelle fois à reproduire des chorégraphies devant un coach virtuel, en solo ou accompagné. Disponible sur consoles de salon et Google Stadia, nous avons expérimenté cet épisode et ses quelques nouveautés, muni d’un joycon (ou d’un téléphone).


On préfère l’annoncer de suite, cette édition 2021 est plutôt maigre en nouveautés. On se retrouve donc avec la plupart des éléments que l’on retrouvait dans le titre précédent (d’ailleurs, vous pouvez retrouver notre test de ce dernier sur cette page), comme le profil personnalisable qui, en dépensant votre Mojo (la monnaie du jeu) vous permettra d’acheter des capsules pour déverrouiller de nouveaux éléments à ajouter à votre avatar. D’ailleurs, il est bon de noter que les possesseurs de Just Dance 2020 recevront lors de leur premier lancement, une icône et un titre bonus afin de les remercier de leur fidélité. Pour les plus motivés, on retrouve également le mode Sweat, une fonction qui calcule le nombre de calories brûlées en fonction de vos mouvements. Bien que l’on doute fortement de la précision du nombre donné, ce mode nous propose tout de même un certain effort physique qui, si on se prête vraiment au jeu, peut réellement nous faire suer. On retrouve également le mode en ligne World Dance Floor qui permet d’entrer en compétition et d’accéder au classement mondial. D’ailleurs, ce dernier a une amélioration notable qui sépare les joueurs dans différentes salles, permettant ainsi de se retrouver plus facilement entre amis. Enfin, on trouve le mode « Partie Rapide »  qui permet (comme son nom l’indique) de se lancer immédiatement sur la piste en lecture aléatoire. 

Quant au reste, on reste sur du banal avec un principe strictement identique à ce que l’on connait déjà. Pour les quelques personnes qui ne connaitraient toujours pas le concept : dans Just Dance, vous  devez, joycon à la main (ou avec votre téléphone à partir de l’application Just Dance Controller), faire face à un groupe de chorégraphes anonymisés représentés par des silhouettes blanches aux accessoires colorés qui ont souvent un rapport avec le thème de la musique en cours (mais pas toujours, donnant parfois des éléments loufoques qui rajoutent sa particularité au titre). Il faudra donc, au rythme de ces silhouettes, danser en reproduisant les mouvements que vous verrez à l’écran. Des pictogrammes défilent en bas de l’écran pour vous permettre d’anticiper les mouvements à venir (ou vous pouvez également simplement agiter votre manette/téléphone au rythme de la chanson si vous êtes un tantinet mauvais joueur, ça marche aussi). Une fois la musique terminé, le titre vous attribue un score en fonction de l’énergie et du rythme que vous mettrez dans vos mouvements, jusqu’à atteindre le titre de MegaStar.

Comme dans l’opus 2020, c’est 40 titres qui nous sont proposés, avec bien entendu, leur chorégraphie et leur niveau de difficulté qui leurs sont propres. Vous pouvez d’ailleurs en retrouver la liste complète dans la vidéo ci-dessous.

A noter que certaines des chorégraphies ne seront débloquées qu’après avoir rempli des conditions précises, comme obtenir le meilleur score sur une danse en particulier, ou bien en pratiquer une autre un certain nombre de fois… Bien entendu, il est possible de créer des playlists personnalisées qui regroupent n’importe lesquels des titres présents dans le jeu. Pour celles et ceux désirant plus de titres, et qui n’hésiteront pas à mettre la main au porte-feuille, c’est tout à fait possible puisqu’on peut obtenir jusqu’à 600 titres en prenant un abonnement au Just Dance Unlimited comme il est devenu courant depuis un certain temps. Il est bon de noter qu’Ubisoft propose son service gratuitement durant un mois, pour celles et ceux désirant le tester et que différentes formules sont disponibles selon vos besoins (le Pass 24h à 2,99€ sera donc idéal pour une soirée en famille ou entre amis).

Comme pour les autres épisodes, la sensibilité et la reconnaissance de mouvement ne sont pas exceptionnelles et vous permettront d’atteindre sans grande difficulté les cinq étoiles de chaque mélodie. Bien entendu, il est préférable de jouer le jeu en dansant réellement et en ne bougeant pas uniquement votre manette/smatphone, mais l’un comme l’autre vous permettront d’accéder aux bonus et unités de Mojo – la monnaie du jeu – qu’on gagne en fonction des points obtenus lors de nos prestations.

Concernant la direction artistique, Just Dance 2021 n’est pas l’épisode du renouveau et nous présente une interface identique aux années précédentes. Bien entendu, le titre déborde toujours de plein de couleurs, vives et flashy. Les chorégraphies sont souvent dynamiques (en fonction des niveaux de chacune) et l’on retrouve même une playlist dédiée aux enfants, intitulée sobrement le mode « Kids », qui nous propose  huit chorégraphies (une de moins que l’an dernier) simples, accompagnées par des musiques variées parfaitement adaptée au public visé.


Pour résumer, Just Dance 2021 s’appuie sur ses acquis sans réellement nous proposer de nouveautés. Et pourtant, la formule marche toujours, surtout grâce à son accessibilité et du fait qu’il soit encore le seul titre qui nous permette de bouger en s’amusant (et dont on apprécie toujours les petits accessoires loufoques en fonction des titres). Avec son nouveau roster de 40 chansons (qui reste toutefois bien maigre face aux 600 proposées par celles et ceux qui n’hésiteront pas à acquérir l’abonnement au Just Dance Unlimited en supplément), ce nouvel épisode de la franchise nous laisse toutefois un gout amer puisqu’il ressemble de plus en plus à une mise à jour des opus précédents qu’à un réel nouveau jeu. Ainsi, Just Dance 2021 saura certes séduire de nouveaux joueurs à la recherche d’un jeu sympa et au vue des titres qu’il propose, mais je doute de la nécessité de l’acquérir pour celles et ceux possédant déjà une version antérieure.


N’hésitez pas à aller vous promener sur notre site, pour y découvrir nos divers avis sur des films ou des séries, une panoplie de livres en tout genre, ou même sur des jeux de société dans notre rubrique Bar à Jeux ! Mais Try aGame, c’est aussi des tests ainsi que des guides et astuces pour vos jeux favoris et des dossiers qui nous tiennent à coeur. Bien entendu vous pouvez passer nous voir sur notre compte Twitter ou Facebook pour ne rien rater. Mais ce n’est pas tout, vous pouvez aussi nous retrouver sur Youtube, Twitch, Steam et Instagram. Et oui, rien que ça !

Points forts

  • Un nouveau roster de 40 titres
  • Toujours aussi amusant, surtout à plusieurs
  • Le mode partie rapide, parfait pour se lancer immédiatement
  • Familial avec des chorégraphies accessibles pour tous les âges
  • Plein de couleurs, vives et flashy

Points faibles

  • Une précision et une sensibilité encore très approximative
  • Pas de réelle nouveauté
  • Uniquement 40 titres sans l'abonnement
6

Fair

Co-fondatrice de Try aGame, aventurière dans l'âme et héroïne de la prophétie à ses heures perdues, RedHo a sauvé notre monde 17 fois des forces du mal. La légende raconte qu'elle aurait un masque de Majora pour se téléporter à Hyrule. En attendant la prochaine menace, elle écrit pour Try aGame.

Mot de passe oublié

Lorem odio massa Donec adipiscing commodo consectetur dolor. Praesent