TEST – Marvel Vs Capcom Infinite : un jeu classique

Marvel Vs Capcom Infinite

(Testé à partir de la version standard disponible via Steam)

Marvel vs. Capcom Infinite

Chers Messieurs Capcom et Marvel, j’ai bien testé votre jeu Marvel vs Capcom Infinite et, de toute évidence il faut que nous en parlions.

C’est un exercice un peu spécial auquel je me prête présentement. En général, nous nous adressons directement au lecteur, au joueur, en lui expliquant le jeu et ce que nous en avons pensé objectivement, notre ressenti. Nous tentons de le faire de manière à la fois pédagogique et amusante pour que l’information lui soit délivrée de la meilleure manière possible. Des fois, nous nous permettons une petite excentricité qui consiste à rédiger à la première personne comme si nous étions le héros, ou à enchainer les références en expliquant un contexte riche ou les jeux de mots (que nous tentons toujours de faire de manière plus ou moins légère dans les titres de paragraphes). Mais la lettre ouverte j’avoue, qu’au moins pour moi, c’est une première. Alors si vous le voulez bien (de toute façon vous n’avez qu’une possibilité de choix très limitée) commençons.

 Marvel vs. Capcom InfiniteLe scénario

Oui, cela peut vous paraitre étrange, mais je suis de ceux pour qui le mode story a sa petite importance. Le jeu vidéo est un média par lequel on raconte une histoire et certains jeux donnent l’envie de jouer non pour le gameplay où les sensations que procure ce dernier mais pour l’histoire, savoir où l’on va, les enjeux, etc. Et les jeux de combats ne dérogent pas à la règle. Je n’irai pas jusqu’à dire que les fiches de personnages des MOBA sont lues, mais, pas exemple, avoir une petite emote automatique en jeu entre deux héros ayant une relation particulière dans leur background ça fait toujours plaisir.

Alors, cher monsieur Capcom, pourquoi avoir imposé un exercice de style à votre (vos ?) scénariste(s) ? Car le scénario semble vraiment avoir été rédigé par un enfant de 9 ans (je n’ai rien contre les enfants de 9 ans… quoique…) à qui on aurait demandé de résumer sur un post-it et à l’aide d’un très gros feutre  Avengers 2 et le futur Avengers Infinity War part 1 avec obligation d’utiliser des personnages Capcom. En plus le pauvre petit il a pas vu Avengers Infinity War part 1 qui ne sortira que l’an prochain et il n’a pas lu non plus les comics de référence.

Du coup il reprends l’éternel pitch de la fusion des univers, comme Mortal Kombat, Marvel Vs Capcom, la série de comics Amalgam (conseillée pour son épisode Wolverine/Batman) en la posant comme postulat et en expliquant pas grand chose sur le comment du pourquoi, quitte à faire d’Ultron Sigma possesseur de la gemme de la réalité (donc il contrôle la réalité) un méchant qui a besoin de rentrer à sa base pour se réparer (tu as la gemme de la réalité, mec !) ou de Captain America (alors possesseur de la gemme du temps) un mec qui a du mal à arriver à temps (ou alors votre scénariste est cynique). A son crédit il a sorti quelques jeux de mots bien trouvés comme A.I.M.Brella fusion entre Umbrella (Resident Evil) et l’Advanced Idea Mechanics de Marvel.

Et  il enchaine la présentation des personnages avec une lourdeur digne du premier épisode de Gotham ou des feux de l’amour, chacun débarquant comme par miracle et appelant tous les autre par son nom. Ce qui dit ainsi ne choque pas forcément, mais quand on le viy fait un peu étrange et surtout très lourd et naïf :

-Hello Iron Man.
-Salut Captain Marvel.
-Regarde Chris arrive, Salut Chris.
-Bonjour Captain Marvel, bonjour Iron Man.
-Bonjour Chris.
-Oh Mon dieu Ultron Sigma.
-Je vais vous tuer Iron Man, Captain Marvel et Chris.

Il faut cependant mettre au crédit que le mode histoire est relativement long par rapport aux jeux du genre, que certains combats proposent des objectifs autres que de mettre K.O l’adversaire (comme tenir un certain temps). De même on saluera la présence de Rocket Rancoon et Hulk qui permettent quelques touches d’humour et celle de Thanos qui rappelle sans cesse que le scénario n’a pas de sens. D’ailleurs parlons des personnages justement

Marvel vs. Capcom Infinite

Un roster ciblé ?

Oui c’est la première impression que l’on a. 30 personnages, ce sont vos standards Mr Capcom, voir plus si on compare à Street Fighter V ou Street Fighter X Tekken. Et en ajouter 6 via un DLC à 30€… c’est , comment dire… du vol ?

Alors oui 30 personnages ça peut paraître beaucoup écrit ainsi, mais en fait c’est bien peu. Car entre les non-charismatiques, les redondants et les faiblards (et à l’inverse les personnages surpuissants), on tourne vite en rond. N’espérez pas retrouver Wolverine ou d’autres personnages Marvel issus d’autres comics, ici le choix est clair on cible le Marvel Cinematic Universe. Soit c’est faire de la pub pour les films (en ont-ils besoin ?), soit c’est tenter de surfer sur leur popularité (ce qui est un peu fourbe vous en conviendrez).

Alors oui des références sont présentes tout au long du mode histoire pour combler le fan, certains soldats ressemblent à Deadpool, Un symbiote composé d’un million d’âmes rappelle Venom, et d’ailleurs il transformera Spider-Man en costume noir (oui je spoile oui). mais ce ne sont que des références.

Terminons par une autre interrogation qui vire au contre sens : la direction artistique. En fait tout peut se résumer à cette question rhétorique : Pourquoi, alors que les derniers Street Fighter abordaient un rendu comics avez-vous tenté un rendu plus CGI/3D quitte à rendre les personnages assez éloignés de leur physique habituel  voire difformes ? Surtout quand la moitié du roster est composé de personnages de… comics…

Mention spéciale à Black Panther et Spider-Man.

 Marvel vs. Capcom Infinite

Spider Man a bossé les épaules à la salle

Oui oui nous allons évoquer le gameplay

Pour en dire que, depuis Marvel Vs Capcom 3, il a très peu évolué. Un duo remplace le trio, exit les super combos d’équipe et on ajoute des pierres de l’infini qui donnent au joueur une capacité spéciale (projectile, téléportation, vol de vie,…), ainsi qu’une super capacité (ressusciter son allié, enfermer l’ennemi dans une cage,…)  hormis cela vous avez fait en sorte que l’aficionado de la série ne soit pas perdu. Les combos s’enchainent facilement, très facilement, trop facilement ? Mais pourtant il faudra s’entrainer pour réellement maitriser le titre. Pour avoir tenté l’expérience en ligne mes personnages n’ont jamais eu l’occasion de poser le pied au sol. Je ne me suis pas pris un perfect mais pas loin.

On retrouve donc les combos à 40+ hits, les advanced guard, les aerials combos et autres mouvements au noms barbares et bien évidemment les ultis au nombre de 3 dont le super ulti ne pouvant être lancé qu’au niveau 3 de charge. Le cahier des charges est respecté, les amoureux des opus précédents trouveront leur compte.

 

Pour le reste du très classique, une quinzaine d’arène, pas toutes très réussies (vous avez fait en sorte que celle avec MODOK soit une des plus gavantes de l’histoire des jeux de combats, faites le taire par pitié). Des modes de jeu attendus (dans le sens où ils ne sont pas très originaux) : arcade, histoire, défis (servant aussi de tutorial), entrainements bref voilà pour le tour du propriétaire si on ajoute le mode en ligne avec salon, parties classées et ligues, que je n’ai pu réellement tester par manque de… joueurs.

Marvel vs Capcom Infinite

Concluons si vous le voulez bien.

Et notez que là encore vous avez encore peu de choix, comme dans votre jeu tiens, c’est amusant non ? Quand j’étais jeune, à l’âge d’or où les DLC n’existaient pas, nous avions plein de secrets à découvrir dans un jeu, des cheats codes (souvent rigolos) et surtout moult choses à débloquer de manière plus ou moins facile, plus ou moins longue, plus ou moins secrètes. Là : rien. Pas de costumes, pas de nouveaux personnages, rien… le vide…

Normal me direz-vous vous avez tout mis dans les DLC, les offres de précommande etc… mouais, normal… habituel oui… normal non.

Habituel comme tout le jeu, alors que les premiers opus avaient dynamisé le genre, deux univers, de la matière à ne plus savoir qu’en faire pour un résultat techniquement réussi mais sans ambition. Vous pouviez faire tellement mieux.

Alors, me demanderez-vous, pour détourner la conversation et tenter de vous en sortir (je vous reconnais bien là Mr Capcom) : Mon jeu vidéo est-il mauvais ? La réponse est immédiate : non. Visuellement on est pas mal (hors cinématiques), la bande son, si elle rendra certains joueurs malade passe. Un contenu habituel (et j’insiste sur le habituel). Mais si je devais n’adresser qu’une phrase à mes lecteurs je leur écrirais la suivante : Pourquoi dépenser votre budget jeu de combat sur Marvel vs Capcom inifite, quand Dragon Ball FighterZ sortira bientôt ?

Marvel vs Capcom Infinite

Elle est mignonne la peluche

 

L’élève Marvel vs Capcom inifite manque d’originalité dans son gameplay, son contenu et ne tiendra pas la route face à la concurrence à venir.
Redoublement annoncé, voir ses camarades partir dans les classes supérieures le motivera peut être à réaliser tout son potentiel dans l’avenir.

Pourtant ce n’est pas un mauvais jeu.

0 0 voter
Évaluation de l'article

Points forts

  • Les pierres de l'infini
  • La prise en main

Points faibles

  • Le roster
  • Pas de Crossplay
  • La direction artistique dans son ensemble
  • Le contenu dans son ensemble
  • La concurrence
  • Les temps de chargement
7

Good

Graphismes - 7
Bande son - 7
Gameplay - 7
Personne ne lis jamais ces encarts (mais tu peux cliquer sur les liens)
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Mot de passe oublié

Donec dolor. dolor mi, velit, ut libero lectus elit. vel, in ut