TEST – Marvel’s Avengers : pas que du Fan Service

Marvel’s’ Avengers : Rassemblez les tous !

Développeur : Crystal DynamicsEidos-MontréalNixxes
Éditeur : Square Enix
Genre : Aventure, Action
Plateformes : PC , PS4, PS5, ONE, Series X
Date de sortie : 4 septembre 2020
Support de test : PC (version fournie par l’éditeur)

Dubitatif à son annonce, agréablement surpris lors de sa preview et déçu lors de sa démo, on pourra dire que Marvel’s Avengers nous aura fait passer par un panel de sentiments contradictoires. Idem pour les sessions de jeu en vue de ce test, assez gourmand en ressources et ce sur toutes les plateformes, les joueurs « console » ont eu aussi le droit à quelques bugs graphiques et des problèmes de surchauffe. L’espoir prédominera avec l’arrivée d’un patch Day One.

Une histoire « originale ».

En ce jour du Avengers Day, de nombreux visiteurs viennent célébrer les héros, et participer à une présentation d’une nouvelle source d’énergie. Kamala Khan est une des enfants finalistes d’un concours de fan fiction et ce jour va changer sa vie. En effet, l’Advanced Ideas Mechanics (il faudra un jour faire un Chromics sur les sociétés secrètes chez Marvel) lance une attaque terroriste ayant pour conséquence le crash d’un héliporteur, l’explosion du néo-réacteur et la destruction du Golden Gate qui a comme cahier des charges de disparaître en premier à la moindre catastrophe (dans une douzaine de films) et d’une partie de San Francisco.

La brume terragène (ou tératogènes dans les comics) expulsée lors de l’explosion du réacteur, aura pour conséquence de transformer le génome de Kamala, lui conférant ses pouvoirs de Ms Marvel, ainsi qu’à un nombre non-négligeable d’habitants de San Francisco.

Originale avec guillemets car bien qu’écrite pour le jeu, celle-ci s’inspire BEAUCOUP des arcs narratifs Civil War (comics) et Inhumains (Marvel Agents of Shield, série TV) permettant ainsi à la narration d’effleurer des thématiques telles l’extrémisme sécuritaire, la responsabilité des super-héros et le racisme en reprenant le mécanisme narratif porté par les X-Men.

Dans ce contexte, vous incarnerez le plus souvent la jeune Kamala, inhumaine, de confession musulmane, fan des Avengers et véritable vent de fraîcheur. Sa joie de vivre et sa naïveté nous permettent de découvrir avec elle cet univers. Difficile de ne pas s’identifier à elle tant elle est concernée par l’ensemble des sujets évoqués, le tout porté par le ton Marvel bien connu des fans du Marvel Cinematic Universe. Humour, réalisme dans le ressenti des personnages, désamorçage des moments lourds en émotions. Sans atteindre les sommets des meilleurs films de son univers étendu, les cinématiques représentent toujours de bons moments.

Concluons sur la narration, portée par une mise en scène souvent explosive et agréablement surprenante et des graphismes de très bonne qualité (sans jouer dans la même catégorie que Red Dead Redemption 2 pour ne citer que lui) agrémentés d’un travail de design sur nos héros, leurs visages principalement. Chaque média aura ainsi sa version des Avengers. Ce travail d’adaptation a pu surprendre, ôtant, au premier abord, du charisme à nos héros mais on s’y fait vite. En revanche on se fait moins à la version française. Les voix n’ont pas été choisies au mieux (Thor et Black Widow) et les traductions ne sont pas des meilleures. Ainsi, dans notre belle langue, les dialogues perdent de leur nuance voire de leur humour. Un exemple parmi tant d’autre : il est martelé que Tony Stark est fan de rock et soigne ses entrées avec des morceaux choisis (comme dans les films) et lors d’une discussion avec Natacha Romanov, tout un pan de leur échange est simplifié, transformé, ôtant tout l’humour présent et transformant Rocket Man (Elton John) en ACDC.

On passera donc en VO, mais si vous mettez les sous-titres là aussi attendez-vous à une surprise. Non content de trahir le texte original, ils s’agrémentent de didascalies décrivant l’action et la plupart du temps la spoilant puisque arrivant légèrement en avance de l’action : « Abomination explose le mur, plaquant Hulk au sol ».

Parti pris étrange puisque l’action n’a pas besoin d’être décrite en texte !

Autre défaut, le scénario, bien qu’agréable et sans surprise mais aux rebondissements attendus. On sait que telle zone un peu grande et espacée va voir débarquer des ennemis dans les secondes à venir. Oui le pont sur lequel vous êtes va s’écrouler car il ne peut en être autrement etc.

 

Marvel’s Avengers ou Anthem Arkham Avengers.

Côté gameplay Marvel’s Avengers vous propose de prendre part à la campagne en solo ou en groupe, à l’exception de quelques missions devant se faire seul. On se retrouve alors dans un hub, chaque joueur contrôlant un de nos héros. En solo, les autres personnages, si la mission le permet, sont contrôlés par une IA efficace qui aura même le talent de vous ressusciter en cas de coup dur.

Les personnages et leurs pouvoirs sont bien pris en main, à l’exception des volants (Thor, Iron Man) dont le gameplay est beaucoup moins fluide. Inégalité dans les pouvoirs aussi, non en termes d’efficacité mais de rendu et de plaisir de jeu. Kamala reste loin devant, et Captain bien en retrait. Pour le reste, en équipe, le déchaînement de vos héros peut être vite impressionnant et jouissif donnant un véritable sentiment de puissance. Votre écran pourra vite ressembler à un feu d’artifice mais on a vu pire en matière de lisibilité. Les habitués de la licence Batman Arkham ne seront pas dépaysés dans la prise en main et ce jusque dans l’esthétisme des écrans de chargement.

Chaque personne possède un inventaire avec équipements et artefacts à équiper, des tenues et autres options cosmétiques à débloquer, le tout se farmant lors des missions, qu’elles soient de campagne, de guerre, emblématiques etc. Du contenu à foison, en apparence, dans des environnements variés (en jouant y compris de jour ou de nuit) en apparence aussi. Car assez vite on observera une certaine redondance dans les missions et leurs buts. Pas de phase enquête par exemple, des missions couloirs en environnements fermés. Et même lorsque la zone est ouverte, le chemin est clairement balisé.

Quel chemin à parcourir ?

Pour gravir quelques marches supplémentaires dans notre estime, il manque quelques détails à Marvel’s Avengers. En plus des problèmes avec la VF, le système de combat est perfectible, que ce soit sur les esquives ou sur le système de lock trop capricieux.

On aurait aimé avoir un système de switch des persos en solo, comme dans la licence des Ultimate Alliance, et un bestiaire un poil plus fourni. Si ce dernier à la qualité de ne pas partir dans tous les sens, il n’est quasi composé que de robots humanoïdes. De plus, la présence de 3 ou 4 vrais super vilains parait insuffisant. Sans aller chercher bien loin, la liste des antagonistes alliés à l’A.I.M permettait de sortir des personnages, certes secondaires, mais qui aurait mérité un rafraîchissement (Mentallo, Fixer,…).

Enfin l’ergonomie aurait pu être améliorée, en donnant des accès plus directs aux personnages dans les menus.

 

Au final, Marvel’s Avengers est une bonne surprise. Si on rage contre ses défauts tout en espérant une suite les corrigeant, on prend du plaisir sur la dizaine d’heures de jeu qu’il propose en campagne entre son héroïne attachante et sa mise en scène cinématographique.

 

Points forts

  • Kamala
  • Des environnements différents
  • Un univers immersif
  • Du contenu
  • L'impression d'être dans un film Marvel
  • La mise en scène générale

Points faibles

  • Le système d'esquive
  • mais redondants
  • Black Widow sous exploitée en campagne
  • mais le farming va vous fatiguer
  • Gameplay des persos inégal
7.5

Good

Personne ne lis jamais ces encarts (mais tu peux cliquer sur les liens)

Mot de passe oublié

consectetur Aliquam risus. leo. elementum fringilla felis lectus luctus velit, at