TEST – Spike Volleyball : le service difficile

BigBen Interactive consacre au volley une nouvelle licence pour 2019, Spike Volleyball.

TEST – Spike Volleyball

Développeur : Black Sheep Studio
Éditeur : BigBen Interactive
Genre : Simulation de sport
Date de sortie initiale : 5 février 2019
Support : PS4, Xbox One, PC
Version pour le test : PS4 fournie par l’éditeur

 

BigBen Interactive poursuit sa marche olympique avec Spike Volleyball, une autre discipline sportive. Après le carnage de Tennis World Tour et avant de reprendre le flambeau pour les licences du Tour de France, il est curieux de voir arriver une franchise sur le volley-ball. La sortie du titre de Black Sheep Studio reste discrète mais elle sera forcément suivie par les amoureux de ce sport. Le résultat est-il réussi ? Malheureusement, c’est loin d’être le cas.

Des mécaniques en souffrance

Il est difficile d’apprécier les premiers instants sur Spike Volleyball. On apprécie apprendre à y jouer, à se lancer pour l’une des premières fois dans une simulation de volley mais le titre de Black Sheep montre très vite ses limites. Commençons par le service, preuve que tout n’est pas à jeter. Trois boutons permettront de réaliser trois frappes différentes, de quoi varier votre stratégie. A partir de là, il sera juste nécessaire de gérer le timing afin que votre service soit redoutable. Il est ainsi curieux de voir le manque de réaction de l’équipe adverse lorsque le ballon touche le filet au service, comme si ça ne pouvait aboutir qu’à un service gagnant. Et il ne s’agit là que l’un des nombreux problèmes de réactivité du soft.

L’autre grand souci de Spike Volleyball tourne de la synchronisation de la balle avec les mouvements des joueurs. Si certaines animations paraissent réalistes, d’autres s’avèrent bien loufoques. Lorsque l’on voit un joueur renvoyer une balle alors qu’il se situe à quelques mètres (dans le pire des cas), on rigole, enfin si jamais l’action nous est bénéfique. Dans le cas inverse, la frustration a de quoi naître. D’ailleurs, elle naît à d’autres occasions, au moment du contre notamment. Le système n’est pas du tout intuitif et ne fait pas preuve de bonne impulsion. On ne sait pas vraiment comment réaliser un bon contre, à quel moment le ballon atterrira dans leur camp ou dans le notre. Les contres auraient mérité une meilleure lisibilité, des mécaniques plus inspirées. On peut même pester contre un manque de précision mais j’ose croire que c’est mon côté noob qui parle au moment de viser. Pourtant on a de bonnes sensations au smash, lorsque l’on claque la balle avec un bon timing et qu’elle fuse, cela reste plutôt plaisant à voir et à vivre.

Spike Volleyball

Ce qui reste dommage, c’est que le gameplay reste entaché du plus grand ennemi du jeu vidéo, l’IA. Parfois, les déplacements automatiques ne sont pas des plus crédibles, leur temps de réaction est équivalent à celle d’un koala et les actions deviennent étranges. Pour le coup, vous pourriez bien apprécier quelques sessions de Spike Volleyball lorsque les échanges se multiplient, lorsque chaque camp parvient à défendre et se renvoyer la balle mais pour cela, il faudrait un peu de chance et de pratique pour éviter les quelques bugs qui nuisent à l’expérience de jeu. Inversement, lorsque les actions sont trop saccadées et que l’on subit tous les problèmes cités plus haut, il est impossible d’insuffler un certain dynamisme au gameplay et c’est forcément assez frustrant. Pourtant ce n’est pas faute d’avoir changé de caméra pour tenter une expérience différente mais rien n’y fait, l’enveloppe globale reste insipide.

Alors, on a beau disposer d’un mode Carrière mais si les mécaniques sont défaillantes, comment voulez-vous qu’on participe à plus d’un tournoi voire deux ? Cela reste difficile. On a failli apprécier la personnalisation de notre équipe mais on s’est rendu compte qu’elle était là pour cacher le manque flagrant de licences. Vous ne retrouvez pas les superstars de la discipline. Puis, nous avons bien tenté un défi dans la vidéo ci-dessus (il existe des challenges hebdomadaires pour ceux qui voudraient aller au bout du bout) mais malgré de nombreuses recherches, nous n’avons pas trouvé comment réaliser de simples feintes. Soyons optimistes et optons une nouvelle fois pour le fait que nous ne sommes pas doués au volley.

Au final, Spike Volleyball ne vous convaincra pas de vous mettre au volley-ball. Le titre n’a clairement pas eu le budget adéquat pour proposer une expérience de jeu satisfaisante. Encore une fois, ce sont des patchs et des patchs qui seront nécessaires pour soigner les mécaniques du titre de Black Sheep Studio, celle-ci pêchant de façon flagrante dans sa finition. Encore une simulation sportive à fuir du côté de BigBen Interactive.

0 0 voter
Évaluation de l'article

Points forts

  • De bonnes sensations au smash (parfois)
  • Les services bien pensés

Points faibles

  • Une IA à revoir
  • Des bugs souvent présents
  • synchro défaillante
  • Pas de licence
4.5

Poor

Toujours dans la magique potion du jeu vidéo !
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Mot de passe oublié

adipiscing id ipsum facilisis Praesent Donec leo id