TEST – Supermarket Shriek

Cette semaine on a découvert Supermarket Shriek, le jeu qui vous invite à faire vos courses au supermarché muni d’un caddie et d’une chèvre.

Développeur : Billy Goat Ent.
Éditeur : Billy Goat Ent.
Genre : Course « leul »
Prix : 17,99€
Version pour le test : Xbox One via GamePass
Date de sortie : 10 juin 2019. Juillet ailleurs.

L’E3 2019 n’a pas forcément été une franche réussite pour Microsoft et pourtant le constructeur a lancé son lot d’informations sur scène. Parmi elles, une extension du Xbox Game Pass pour les joueurs PC, quelques annonces phares et une petite place pour les indépendants. Sur la liste de ces derniers, on retrouve Supermarket Shriek qui devait se lancer en juillet et qui se voit propulsé directement sur la catalogue du Game Pass. Alors que l’on croit faire face à une production sans intérêt, on découvre avec joie que le titre de Billy Goat Entertainment cache des mécaniques coopératives débridées. Revenons sur l’expérience de jeu ô combien originale proposée par Supermarket Shriek.

Un concept délirant

Dans Supermarket Shriek, l’objectif sera tantôt de faire vos courses au supermarché tantôt de réussir à traverser le niveau malgré les obstacles apparents. Cela semble plutôt simple mais les mécaniques de jeu compliquent les choses. En effet, vous êtes deux à faire vos courses, votre chèvre et le garçon. Les deux piloteront donc le caddie en même temps et de façon continue. Avec le premier, vous serez en mesure de tourner à gauche, avec le second vous prendrez les virages à droite. Enfin, vous aurez besoin des deux pour aller tout droit sur le circuit. Le pilotage exige donc une coordination irréprochable entre les deux joueurs (si vous jouez à deux). Si l’un d’entre vous ne relâche pas le bouton au moment opportun, c’est le désastre assuré.

Autant vous dire que nous avons joué une première fois en duo et le constat est flagrant. En couple, Supermarket Shriek a le potentiel pour faire éclater une dispute en quelques incompréhensions. C’est typiquement le genre de jeu qui vous énerve et vous invite à passer vos nerfs sur le fautif (le présumé coupable mais qui ne l’est pas toujours). On rejette le plus souvent la faute sur l’autre et il existe clairement manière à casser un couple, une amitié, une simple équipe.

C’est peut-être aussi le défaut du soft, à savoir qu’il créé énormément de frustration de par sa difficulté ou la mauvaise coordination entre deux pilotes. Pour le coup, ce n’est pas une « bonne frustration » qui pousse à réussir via l’apprentissage (comme Sekiro par exemple) puisque ce ne sont pas nos actions qui déterminent complétement la réussite ou non de la mission, hormis en solo. A trop échouer, on peut désirer simplement arrêter ou n’y jouer qu’à petite dose. Par contre, il n’est pas non plus à écarter que vous deveniez jusqu’au-boutiste et parvenir à survoler le jeu malgré les échecs. Après tout, il suffit de se comprendre entre joueurs, de deviner les mécaniques à activer, celles à éviter, les obstacles à contourner et le tour est joué.

De ce fait, votre expérience est liée à l’équipe que vous composerez, à votre capacité à rire de vos erreurs et à votre volonté de continuer et de réussir. Dans sa globalité, le jeu reste amusant, aucun doute là-dessus. C’est tout un délire d’avancer avec la voix de nos personnages et d’entendre la chèvre et le garçon crier à pleine voix pour mettre le turbo. Quand vous serez fatigués de jouer, ces cris vous casseront la tête. Ce sera le signe qu’il faudra faire une petite pause… Mais ces systèmes de cris et de pilotage sont bien pensés car ils se marient bien avec le design de certains niveaux. Il faudra ainsi doser la puissance de vos gâchettes (nous permettant d’accélérer) pour ne pas tomber, ce qui est d’autant plus difficile car cela demande un timing difficile à concilier à deux.

Des références efficaces

Les easter-eggs de Supermarket Shriek ne sont pas là que pour la décoration, ils représentent de réels hommages à des titres populaires. Nous retrouvons ainsi des niveaux personnalisés retraçant les plus belles heures de Sonic ou les mécaniques de Superhot pour ne citer que les premières. Pour Sonic, nous retrouvons le level dans lequel il fallait collectionner les rings en 3D, dans des espèces de rouleaux à ciel ouvert. Cette fois-ci, ce sont des boîtes de haricots qu’il faut collectionner dans un niveau qui demande tout de même un bon temps d’adaptation. Et c’est là qu’on se dit que notre petit Sonic nous manque car cet hommage fait effet et reste très appréciable pour un amoureux des Sonic comme moi. En ce qui concerne Superhot, il reprend la mécanique d’arrêt du temps et de reprise temporelle comme si nous y étions. C’était aussi assez cool et cela permet de varier et rythmer la session de jeu.

Dans le contenu, ce sont donc 32 niveaux qui nous attendent en solo et en coopération. Pour vous compliquer la tâche, il existe même un mode de jeu où vous activez vos micros en guise de contrôle des joueurs. Vos protagonistes crient alors vous pouvez les diriger en utilisant votre microphone, complètement fou… D’ailleurs, après quelques minutes de jeu, vous pourrez vous lancer dans le Mode Fête qui regroupe 2 à 8 joueurs. Et si vous regardez plus bas dans le menu principal, il sera possible de customiser ses personnages avec des items collectés dans la partie.

Supermarket Shriek représente une bonne surprise pour ce mois de juin assez pauvre en sortie. Bénéficiant d’une sortie prématurée grâce au Xbox Game Pass, il séduira tout joueur qui se laisse une chance d’apprécier un concept bourré de bonnes idées. Amusant seul, délirant et parfois frustrant en coopération, le titre développé par Billy Goat Entertainment réalise une entrée remarquée sur le marché.

0 0 voter
Évaluation de l'article

Points forts

  • Le concept délirant
  • Fun surtout à deux
  • Briseur de couples et d'amitié
  • Les hommages à d'autres jeux

Points faibles

  • Frustrant
  • Faites les taire !
  • Briseur de couples et d'amitié
7

Good

Toujours dans la magique potion du jeu vidéo !
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Mot de passe oublié

mattis justo ultricies pulvinar dolor. fringilla Lorem