TEST − Vampyr : Mords-moi sans hésitation

VAMPYR

Développeur : Dontnod Entertainment
Éditeur : Focus Home Interactive
Genre : Action-RPG
Support : PC,   PlayStation 4, Xbox One
Version pour le test :   PlayStation 4
Date de sortie : 05 juin 2018

 

Vampyr

Vampyr est un jeu développé par le studio  français Dontnod Entertainment (connu notamment pour la création de Life is Strange). Après avoir fait son petit effet lors de l’E3 2017,  l’aventure de notre ténébreux héros s’est vu repoussée à cause de problèmes techniques. Il aura donc fallu attendre ce mois de juin pour voir débarquer sur nos consoles les aventures de Jonathan Reid.

Reid dingue de toi…

Vous l’aurez compris, l’aventure commence dans la peau d’un célèbre chirurgien de Londres connu sous le nom de Jonathan Reid. Récemment décédé dans des circonstances encore inconnues, notre héros se réveille d’entre les morts pour débuter une toute nouvelle vie : celle d’un vampire. Vous devrez donc découvrir qui se cache sous les traits de votre créateur dans une Londres de 1918, prise par la Grande Guerre et la grippe espagnole. Votre vocation vous poussera également à guérir l’étrange épidémie qui décime la ville. D’ailleurs, celle-ci se compose de quatre quartiers reliés entre eux. Mais attention lors de votre exploration, les créatures et la milice de Priwen rôdent et vous mèneront la vie dure si vous n’y êtes pas préparés. Pour cela, vous devrez faire connaissance avec les différents PNJ composants le jeu. Et vos choix face à eux auront toute leur importance. Car Vampyr impliquera votre moralité afin de savoir si, en tant qu’immortel, vous décidez d’accorder de l’importance aux vies des habitants des différents quartiers en les aidant et les soignant ou si vous préférez les charmer pour les vider de leur sang  dans un coin reculé afin d’en tirer un maximum de points d’expérience. Car c’est bien grâce à ces points d’expérience que vous vous pourrez acquérir des compétences.

On regrette cependant que cet arbre ne soit utilisé que dans des combats assez redondants et simplistes. D’ailleurs, très vite on se retrouve à « améliorer » les compétences déjà acquises afin de ne pas gâcher les points d’expérience en se dispatchant. Dans tous les cas, vous l’aurez donc compris, notre cher Reid est à la fois soigneur et tueur, partagé entre sa vocation et cette nouvelle soif insatiable. En tant qu’homme de science de renom, il choisit d’étudier sa condition dans les locaux du Pembroke, un hôpital tenu jour comme nuit par l’équipe du docteur Swansea, un médecin obnubilé par les vampires. Ce dernier est d’ailleurs le « citoyen pilier » de son quartier. Sachez que si le pilier meurt, le quartier sombre immédiatement dans les limbes. Même chose si trop de personnes succombent à vos « baisers ».

 

Envoute-moi si tu peux.

 Malgré tout, Vampyr reste ancré dans nos esprits après l’avoir terminé.  Et il faut dire que c’est avant tout grâce à l’ambiance si particulière qui se dégage du titre. Certes, graphiquement parlant, on est bien en dessous de ce qu’on a pu connaitre dernièrement. On regrette également les bugs rencontrés et les temps de chargement. Mais tout le travail réalisé pour l’ambiance du jeu contrebalance avec la technique donnant un charme certain à cette sombre Londres. Ajoutez à cela les mélodies envoutantes d’Olivier Derivière qui ajoutent un charme quasi irrésistible au titre. Car c’est bien ce point qui est parfait. Du choix des instruments à chaque note utilisée, la bande-son est tout simplement bluffante. Bien que le jeu ne dispose pas de version française, le choix des doublages anglais n’ajoute qu’une immersion plus convaincante pour cette aventure londonienne.

Si vous en voulez un aperçu, je vous conseille de visionner le trailer ci-dessous :

D’ailleurs, on se perdra plus d’une fois au détour d’une rue de la capitale. Et l’on regrettera très vite l’absence de mini-map qui nous force constamment à se diriger vers le menu. Pas de voyage rapide non plus pour le titre, et c’est dommage.

Par contre on apprécie le nombre impressionnant de lectures et dialogues disponibles. En effet, en plus de nombreux recueils à lire, c’est plus d’une soixantaine de PNJ qui vous attendent afin de vous conter leur histoire, leurs envies, mais aussi leurs petits secrets qu’il faudra savoir percer à jour. On dévie volontiers de notre chemin pour aller résoudre les enquêtes qu’ils nous confient. On en vient même à douter lorsque vient le moment de leur ôter la vie. On ne peut qu’applaudir le travail de personnification et d’écriture.

 

Bilan (sanguin) mitigé pour Vampyr : alors que l’atmosphère et la bande-son ne nous laissent pas indifférents, les combats redondants et les bugs encore trop nombreux nous laissent sur notre faim, ou plutôt notre soif vu le thème abordé. Certes le dernier né de Dontnod présente une mise en scène bien ficelée vous offrant une trentaine d’heures de quêtes parsemées de dialogues et lectures dans un univers londonien où règne le chaos. Il décevra certainement plusieurs d’entre vous. Mais pour les autres, Vampyr est une belle surprise, détenant certes quelques défauts, mais dans laquelle vous pouvez planter les crocs avec délice.

Points forts

  • Une ambiance qui fonctionne...
  • ... avec une bande-son superbe
  • Le système de choix qui nous fait réfléchir
  • L'intrigue et les différents personnages
  • L'arbre de compétences et le crafting : simples mais efficaces

Points faibles

  • Graphiquement limité
  • Pas de mini-map
  • Combats redondants, parfois brouillons
  • La perte de contenu en choisissant les choix moralement mauvais
  • Les bugs et les temps de chargement
7

Good

Co-fondatrice de Try aGame, aventurière dans l'âme et héroïne de la prophétie à ses heures perdues, RedHo a sauvé notre monde 17 fois des forces du mal. La légende raconte qu'elle aurait un masque de Majora pour se téléporter à Hyrule.En attendant la prochaine menace, elle écrit pour Try aGame.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Mot de passe oublié

Praesent eget sem, libero mattis non massa felis Praesent quis, sit