TEST – Moving Out, le jeu coopératif par excellence

Moving Out est le dernier party-game coopératif qui s’inscrit dans la veine du célèbre Overcooked. Cette fois-ci, on endosse le rôle de déménageurs de l’extrême, et le résultat n’est pas décevant.

Développeur : SMG
Éditeur : Team17
Genre : party-game
Prix : 24,99 €
Version pour le test : PS4
Date de sortie : 28 avril 2020

Version fournie par Just For Games qui fera une nouvelle fois l’effort de distribuer des versions physiques pour Moving Out.

Fort d’une démo qui a séduit les amateurs de party-game coopératifs, Moving Out débarque officiellement chez vous ce 28 avril sur PlayStation 4, Xbox One, Nintendo Switch et PC. Team17 (Overcooked, Worms…) revient avec une aventure qui se vit mieux à deux et dans un genre que j’affectionne particulièrement. Après avoir tenté de jouer les secouristes sur Nintendo Switch avec The Stretchers, après avoir enfilé notre costume de Valérie Damidot dans Tools Up et avoir prouvé au monde entier que je pouvais me lancer dans Top Chef avec Overcooked, voici que l’on se lance à deux (de préférence) dans le business des déménageurs avec Moving Out. Un Overcooked-like sans le moindre doute, mais qui nous offre des mécaniques rafraîchissantes et un game design de qualité. Promis, on va essayer de ne pas faire le jeu de mot pourri d’un « gameplay qui déménage ».

Beau comme un camion

L’objectif de vos parties va être simple : déménager tous les biens d’une maison (ou plus grand) vers votre camion. Facile, non ? Non. La difficulté est bien dosée avec un évaluateur on ne peut plus classique: la médaille d’Or si vous avez été très rapide et efficace, la médaille d’Argent si vous vous êtes bien débrouillé et la médaille de Bronze si vous êtes simplement rentré dans les temps. Autant vous dire que le Bronze sera aisément accessible tandis que le rang supérieur demande un minimum d’organisation et de coordination.

Les mécaniques s’accordent joliment avec un game design inspiré. Les obstacles seront nombreux et parfois complètement loufoques. Qui a laissé cette tortue au milieu de la route ? De la simple étroitesse des couloirs de la maison aux fantômes qui vous pourchassent en passant par la capture des animaux, le gameplay sera dynamisé et renouvelé sur un enchaînement de niveaux bien rythmé. De ce fait, on ne ressent aucunement l’aspect répétitif du genre. Au contraire, on nous offre une succession d’obstacles d’un niveau à un autre et on s’adapte naturellement tout en maintenant notre intérêt pour le jeu. Des mini-jeux en mode Arcade y occupent même une petite place, toujours dans cet objectif de varier les sessions de jeu et c’est un effort appréciable de la part des développeurs.

Mais c’est avant tout dans les mécaniques de jeu qu’il réussit son pari, en apportant du challenge dans un party-game qui nous captive devant chaque situation à résoudre.

C’était déjà dans cet état avant le déménagement !

Quand Overcooked nous invite juste à suivre des recettes et savoir utiliser chaque outil de cuisine correctement, Moving Out nous invite à la réflexion à de nombreuses reprises. Nous dépassons parfois le simple statut de party-game pour pénétrer dans des casse-têtes qui demanderont une bonne dose de réflexion et de coordination. Il ne s’agit pas simplement, ici, de prendre un carton et de le déplacer, ni d’appeler à l’aide pour se farcir le canapé à deux. Parfois, c’est une histoire de timing, d’interrupteurs, voire d’anticipation afin de ne pas perdre une seule seconde. Et en cela, le titre est grandement inspiré.

Par exemple, lorsque vous déménagerez une usine (parce que pourquoi pas), vous devrez faire passer les cartons et les tonneaux sur un tapis roulant pour qu’il parvienne jusqu’au camion. Seulement, avant d’y parvenir, il faudra éviter les jets de feu qui ramènent chaque matériel à son emplacement d’origine. Précision, lorsque vous désactivez un bouton, vous en activez un autre. Vous faites donc preuve d’observation et vous devez vous appuyer sur une maîtrise du timing irréprochable pour tout faire passer dans le temps imparti. Cela demande donc de la coopération entre les deux déménageurs (ou plus) et surtout de la coordination.

Dans un autre registre, vous pourriez être appelé dans une ferme. Ce ne seront pas des cartons qui vous attendent mais des animaux. Dit comme cela, cela peut paraître léger et assez simple mais cela représente une réelle corvée. Courir après des poules, des moutons, transporter un cochon à deux… sachant qu’ils sont mobiles et qu’ils peuvent sortir du camion s’ils en éprouvent l’envie. De quoi nous donner du fil à retordre. Ce qui nous amène d’ailleurs à un point important : notre cher camion.

Notre poids lourd ne dispose pas d’un espace illimité pour gérer la cargaison et le studio SMG s’amuse à adapter l’espace selon les missions. On se retrouve souvent dans la nécessité de tout jeter de façon bordélique (et cela reste amusant), peu importe les dégâts tant que cela rentre. Il existe donc une option pour balancer à deux un objet imposant, en maintenant la touche Carré (en plus de L2 pour tenir) en même temps. Une pratique qui devient vite indispensable et on comprend que la vie de déménageur ne doit pas être tous les jours évidents. Surtout lorsqu’il faut prendre soin de certains objets « cassables », un souci en plus pour notre fine équipe.

Nous pourrions évoquer d’autres obstacles, d’autres situations incroyables et la thématique des niveaux mais ce serait en partie gâcher le plaisir de ta découverte, ô Lecteur. Il suffit de savoir que le level-design est soigné, que le jeu nous projette devant des obstacles divers et variés, plus souvent marrants que frustrants lorsque les chutes se succèdent. Enchaîner un simple déménagement puis des puzzles pour finir presque sur des séquences de platforming, cela garde un aspect épanouissant qui nous tient en haleine.

Bonne nouvelle pour les perfectionnistes, en plus des médailles d’or à collecter, les développeurs ont ajouté des défis spéciaux directement connectés avec les éléments du décor. Ils s’inscrivent dans ce ton humoristique so british qui ressort de Moving Out, un humour qui vise toujours juste.

De l’humour dans les cartons

Entre les temps de chargement tous accompagnés d’une tirade dans le thème du déménageur – car comprenez bien, Rome ne s’est pas déménagée en un jour – et des dialogues un peu tous bêbêtes, on n’a pas le temps de s’ennuyer dans Moving Out. Même l’exploration de la carte entre les différents niveaux a été joliment pensée. On ne passe pas d’une image à une autre mais on conduit bel et bien son camion pour se diriger vers la maison de notre choix. Un petit détail qui garde son importance car on ne décroche pas une seule fois de notre session de jeu.

D’ailleurs, parmi les destinations disponibles dans la ville, on retrouve un lieu de choix dans lequel se trouve le mode Arcade. Ce sont des sortes de challenges annexes et chronométrés. Le premier par exemple vous fait transporter un canapé (nécessitant deux déménageurs) sur un enchaînement de plateformes. Les passages sont étroits et cela demande une coordination et une maîtrise des mouvements maximale. Néanmoins, rien d’impossible et après 2 ou 3 essais, cela devient accessible à tous. Néanmoins, bien que nous apprécions ce contenu supplémentaire ajoutant encore une fois de la variété au gameplay et à nos séquences de jeu, il est fort dommage que ce mode Arcade ne propose pas plus d’un niveau pour chaque section. Une fois terminé, nous n’avons pas spécialement envie de revenir dessus, même pour battre notre chrono.

Enfin, on pourra mentionner la possibilité de personnaliser ses déménageurs dont les têtes sont tantôt drôles tantôt horribles. Dans les deux cas, cela peut s’avérer horripilant. mais encore une fois, ces bonnes intentions peuvent montrer quelques limites. Nous avons peu de personnages au départ, puis nous en gagnons au fil des niveaux. Cela dit, il est possible de changer leur apparence, de quatre manières. Si on apprécie les moult accessoires qui trônent sur la tête de chacun, on est presque déçu du peu de possibilités offertes pour les autres options de customisation. Mais ne boudons pas notre plaisir, cela ne représente qu’un petit détail du jeu ; un détail qui peut certes avoir son importance, mais qui demeure moins important que d’autres.

Tout aussi exigeant qu’amusant, Moving Out réussit son entrée dans le paysage des party-game coopératifs. Mieux encore, il dépasse ce statut pour offrir des phases de puzzle, d’action et de plate-forme qui bonifient toutes le plaisir que l’on ressent lorsque l’on parcourt le jeu édité par Team17 qui n’a plus rien à prouver dans ce domaine. Toujours dans le bon ton et dans le bon rythme, il a sans aucun doute de quoi satisfaire les amateurs du genre désirant se réunir à deux minimum devant leur écran afin de passer de bons moments. Une réussite sur toute la ligne.

Points forts

  • Bien rythmé
  • De la coopération bien pensée
  • Toujours fun

Points faibles

  • Plusieurs niveaux pour chaque mini-jeu d'Arcade n'auraient pas été de refus
  • On casse trop de télés (private joke)
8

Great

Toujours dans la magique potion du jeu vidéo !

Mot de passe oublié

tempus sit consequat. vulputate, quis, Lorem neque.