TEST – Trails of Cold Steel IV, le terminus que l’on attendait ?

Mesdames et Messieurs, la fin de l’aventure arrivera en voie Yves… euh IV

The Legend of Heroes : Trails of Cold Steel IV

Développeur : Nihon Falcom
Éditeur : NIS America
Genre : J-RPG
Supports : PS4, (Switch, PC à venir)
Support de test : PS4 (version fournie par l’éditeur)
Date de sortie : 27/10/2020

 

Lecture recommandée avant de parcourir le test de Trails of Cold Steel IV :

Trails of Cold Steel IVLa saga The Legend of Heroes : Trails of Cold Steel a débuté en 2016 chez nous avec l’arrivée du premier et du deuxième opus sur PlayStation 3. En 2019, ces deux volets ont bénéficié d’un remaster sur PS4 pour préparer la sortie du troisième épisode sur la console de Sony. La saga s’étant entre temps répandue sur Switch et PC pour toucher un public plus large. En ce 27 octobre, l’aventure se conclut avec Trails of Cold Steel IV tout d’abord sur PS4 avant d’aborder la console de Nintendo et les PC en 2021. A ce stade-là de la série, il ne restera sans aucun doute que les afficionados qui auront apprécié les volets précédents, c’est pourquoi l’objectif principal de ce test sera de savoir si cette conclusion est à la hauteur de tout ce qui l’a précédée. Je vous propose la réponse dans les quelques lignes qui vont suivre.

Il était… pour la quatrième fois

Trails of Cold Steel 4 débute quelques temps après les événements tragiques survenus à la fin de l’épisode précédent. Notre héros habituel Rean Schwarzer est détenu prisonnier dans un lieu secret et c’est à ses anciens élèves de la nouvelle Classe VII qu’il incombe de le retrouver et libérer. Comme toujours dans la saga, ce point de départ de l’aventure sera vite amené à évoluer et la trame scénaristique virevoltera sans cesse au gré des nombreux retournements de situation.

Épisode final oblige, on va assister à une véritable revue d’effectif qui va nous permettre de renouer avec l’immense majorité des personnages croisés au cours des trois volets précédents. Qu’il s’agisse des protagonistes principaux bien entendu mais aussi les secondaires et même des figurants. On retrouvera dans ce défilé forcement celles ceux desquels on s’était entiché. On humera de nouveau l’ambiance si sympathique qui s’est toujours dégagé de la saga avec ce cocktail d’humour, de grivoiseries et de bons sentiments. Même si parfois ils sont un peu trop bons gâchant des pans de scénario qui auraient pu être bien plus forts. Le revers de la médaille, c’est qu’à vouloir rappeler tant de monde à notre bon souvenir, la trame scénaristique est très longue à se dérouler, se perdant parfois en détours inutiles, alors que l’on aurait souhaité une approche plus directe des réponses aux questions qui ont germé depuis trois opus maintenant.

Le gros bémol que je poserais se situe sur le développement des interactions entre les personnages lors des scènes facultatives, les fameux « bonding events » que les fans connaissent bien. Difficile d’en dire plus sans trop divulgacher (ce que je ne veux absolument pas) mais plusieurs relations vont dans le même sens et je trouve que l’on brise un peu la magie de notre bande de héros.

L’autre soucis c’est que cette fois-ci, il faudra se remettre à l’anglais pour suivre l’histoire. Si les deux premiers opus n’avaient pas eu le droit à leur traduction française, Trails of Cold Steel III avait eu, lui, cette chance. Le non-renouvellement de cette aubaine veut sans doute dire que NIS America n’a pas retrouvé ses petits sous mais il faut dire que démarrer la traduction au bout du troisième épisode n’allait pas attirer plus de joueurs. L’occasion avait été ratée sur les remasters qui aurait dû être traduits pour faire monter de nouvelles personnes dès le début du trajet. J’avais certes été quelque peu critique sur la qualité de la traduction proposée pour Trails of Cold Steel III mais j’avais reconnu tout de même le bénéfice qu’elle apportait et qui est donc désormais perdu.

Pour accompagner ce texte dans la langue de Shakespeare, les voix sont disponibles en anglais ou en japonais. Habitué aux doublages anglais pour cette licence, j’ai pu constater que plusieurs voix avaient changé depuis l’épisode 3 même chez certains protagonistes principaux ce qui est assez perturbant. La qualité des doublages est tout de même plutôt correct dans l’ensemble.

L’ambiance sonore est complétée par des musiques très agréables. Bien qu’elles ne bénéficient pourtant pas d’une orchestration philharmonique, la grande majorité des pistes s’accordent souvent parfaitement à l’atmosphère du moment. Je valide.

Après les oreilles, les yeux. Graphiquement Trails of Cold Steel IV ne casse pas trois pattes à un canard mais le chara-design arrive à sauver les meubles. En revanche, les environnements sont assez pauvres et le moteur physique est très rigide. Les animations des personnages sont ainsi très minimalistes et cela est pénalisant lors des cut-scenes avec de l’action qui perdent clairement en intensité. Je vais donc regretter une nouvelle fois que des cinématiques en dessins animés n’aient pas été faites. Le style de l’opening, avec son joli coup de crayon et ses couleurs vives, est d’ailleurs très cool même s’il a changé par rapport aux autres opus. Vraiment dommage.

Ça n’avait pas marché, ce n’est plus un échec

L’autre des reproches que je faisais à la licence depuis ses débuts et que Trails of Cold Steel IV a gommé, c’est le côté très dirigiste. En effet, les différents opus ne laissaient aucune sensation de liberté en enchaînant le joueur à la narration. Hormis quelques instants à l’approche de la fin de la partie, tout n’était qu’un long tunnel. Là en revanche, le jeu nous laisse la possibilité de revenir dans des zones déjà explorées beaucoup plus tôt dans l’aventure, ce qui peut permettre de retourner chercher des objets laissés en cours de route où bien pour faire un peu de leveling en variant les zones. Cela donne la possibilité de casser la monotonie de la narration pour ceux qui ne souhaitent pas suivre une ligne droite express.

De même, Trails of Cold Steel IV s’est montré un peu plus généreux sur un autre des défauts que j’ai toujours pointé : son manque d’activité annexe. C’est un impératif pour tout bon RPG qui se respecte, il faut proposer des activités de détente. Hé oui, la vie d’un héros de jeu vidéo est bien dure et il faut savoir faire un break. Jusqu’à présent la licence avait été plutôt avare mais cette fois-ci, un petit effort à été fait. Outre le très intéressant jeu de cartes Vantage Master, déjà présent dans l’épisode précédent, quelques mini-jeux parsèment l’aventure comme un rail-shooter et surtout une copie de Puyo-Puyo. Alors il n’y a rien d’extraordinaire, certes, mais cela reste assez appréciable.

Dans un constat plus général, ce dernier volet a en fait gagner quelque peu en fluidité. Autre exemple avec la progression qui se fait toujours en partie à l’aide de quêtes à remplir mais celles-ci nous seront données dans un premier temps de manière moins linéaire. Par la suite, une certaine symétrie dans la conduite de la narration s’installera de nouveau mais avec la possibilité de faire d’autres choses dans l’intervalle, la monotonie se fera moins ressentir. Par contre, les maps sont toujours de véritables couloirs et surtout beaucoup d’entre elles sont des réutilisations de Trails Of Cold Steel III. Souvent la sensation du déjà-vu est complètement justifiée.

Rien ne change… rien ne se transforme

Le système de combat n’a lui aussi pas connu de changement notable. S’il est sensiblement le même depuis le premier opus, de nouvelles fonctionnalités étaient tout de même implémentées à chaque nouvel épisode. Ce n’est donc pas le cas ici. Difficile cependant d’en faire un réel reproche puisque le système de combat a toujours été un point fort de la licence et il le reste.

Pour en faire un (très) bref rappel, nous avons à faire à du tour par tour avec la possibilité de se déplacer sur la zone de combat. L’occasion ainsi de pouvoir échapper aux sorts de zone de vos adversaires ou de vous placer de sorte à ce que vos buffs touchent le maximum de vos personnages. Outre les sorts, on a également des attaques physiques et spéciales. Du classique en somme mais du classique bien maitrisé. On peut aussi donner des ordres spéciaux pendant les combats qui accorderont des bonus temporaires à nos combattants en échange de points d’action glanés en cours d’affrontement. Il y a également toujours des phases de combat en mécha. Même le bestiaire est pratiquement similaire à l’exception des couleurs des monstres. Rien n’a vraiment changé donc et je ne vous apprendrai rien de neuf si vous avez joué aux opus précédents (ou lu mes tests).

Par contre, la difficulté en mode normal me semble avoir été un poil relevée par rapport aux anciens épisodes ce qui nous pousse plus souvent à faire preuve de stratégie et de réflexion. Comme avant, on voit en effet les tours à venir et certains d’entre eux peuvent déclencher des bonus et des malus. Il faut alors essayer de jouer avec ça pour se placer aux bons endroits et éviter les mauvais. Si ce calcul était surtout essentiel contre les boss jusqu’à présent, même du trash mob peut poser problème désormais si on y va à la cool. Sachant qu’un mode difficile et mode Nightmare sont également disponible, il y a de quoi se lancer dans de bons gros challenges.

Enfin, la grosse revue d’effectif dont je parlais plus tôt dans ce test fait que l’on aura à notre disposition près d’une vingtaine de personnes jouables à notre disposition. On pourra ainsi composer notre équipe selon nos envies, soit simplement avec nos personnages préférés, soit avec ceux les mieux accordés pour être sûr de faire tomber les boss.

Au final, Trails Of Cold Steel IV est à coup sûr le jeu le plus complet de la saga. Il a essayé, avec plus ou moins de succès, de gommer les défauts de ses prédécesseurs tout en conservant les points forts. Encore une fois la durée de vie est conséquente (voire impressionnante) pour le premier run et on sera forcément tenté de faire un New Game Plus pour découvrir toutes les intrigues secondaires et surtout la true ending. Avec sa complète revue d’effectif, le jeu s’adresse bel et bien aux fans et leur propose la conclusion qu’ils étaient en droit d’attendre. La conclusion d’une très belle saga.

 

Suivez l’actualité du JV made in Try aGame, à travers nos réseaux sociaux Twitter, Facebook ou encore Instagram. Pour le contenu vidéo c’est sur Youtube mais aussi sur Twitch que ça se passe. En bonus, notre compte curateur steam pourra vous aider dans vos choix de jeu sur la plateforme de Valve.

4 2 votes
Évaluation de l'article

Points forts

  • Le système de combat toujours convainquant
  • L'ambiance encore une fois très plaisante
  • Une durée de vie extrêmement solide
  • Moins dirigiste que ses aînés
  • Enfin de vrais mini-jeux
  • Un casting pharamineux

Points faibles

  • Pas de réelles nouveautés de gameplay
  • La narration un peu trop lente
  • Quelques choix discutables sur les intrigues secondaires
  • Pas de traduction française
8

Great

Ma devise : "Raler, c'est utile uniquement si tu en profites pour apporter une solution... sinon ça reste juste un plaisir".
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Mot de passe oublié

nec venenatis, ut risus. at Praesent leo. dictum adipiscing tempus Praesent eleifend