TEST – Immortals Fenyx Rising

Il est temps de plonger dans la mythologie grecque avec Fenyx dans Immortals Fenyx Rising !
Disponible sur Nintendo Switch, PC, PlayStation 4 et PlayStation 5, Xbox One, Xbox Series et Stadia,
découvrez en plus dans notre test ci-dessous.


IMMORTALS FENYX RISING

Développeur : Ubisoft Québec

Éditeur
: Ubisoft

Genre : Action, Aventure

Date de sortie : 3 décembre 2020

 



C’est à l’occasion de l’E3 2019, et plus précisément lors de la conférence d’Ubisoft, que nous avons découvert les premières images de Gods & Monsters (ancien nom du titre). Entre autres annonces, c’est en septembre dernier qu’Immortals Fenyx Rising a fait son grand retour lors de l’Ubisoft Forward, nous proposant même une date de sortie. Depuis, le titre d’action-aventure d’Ubisoft a fait jaser par sa ressemblance frappante à The Legend of Zelda : Breath of the Wild ou ses emprunts à son autre licence (à savoir Assassin’s Creed). En effet, ses mêmes développeurs souhaitaient raconter un autre penchant de la mythologie grecque, comme nous le disait Marc-Alexis Côté, senior producer à Ubisoft Quebec :

Ces 10 dernières années, j’ai eu la chance de collaborer avec une incroyable équipe qui a poussé la franchise Assassin’s Creed à son maximum en visitant des périodes historiques sous un angle unique. Mais notre imagination a toujours été freinée par la réalité décrite dans les livres d’histoire. Nos recherches pour Assassin’s Creed Odyssey, nous ont permis de plonger dans la mythologie. Avec Gods & Monsters, les contes que nous aimons et que nous connaissons vont prendre vie.


Reste à savoir si cette formule hybride, qui ne cache pas ses influences, saura également trouver sa place dans le cœur des joueurs ?


Immortals Fenyx Rising, c’est quoi l’histoire ?

Vous l’aurez compris dans les quelques lignes précédentes, Immortals Fenyx Rising nous conte l’histoire de Fenyx évoluant dans la mythologie grecque. Fenyx, c’est l’avatar que le joueur contrôlera, dont on peut choisir le sexe aussi bien que l’apparence. Ce dernier / cette dernière se réveille après avoir été échoué(e) sur une plage et découvre les corps pétrifiés de l’humanité ainsi que de son frère, Lygiron. Cherchant à connaître le fin mot de cette histoire, il ou elle croise la route d’un curieux jeune homme qui semble savoir ce qui se trame sur ces terres. Avec (plus ou moins) l’aide de  ce dernier, Fenyx va devoir venir en aide à quatre divinités, qui ont perdu jusqu’à leur essence même, afin de se préparer au combat qui l’opposera au titan Typhon. Pour ce faire, notre personnage va arpenter les quatre coins de l’Olympe pour rencontrer chacun desdits Dieux, mener à bien leurs missions et les aider à redevenir eux-même, pour en apprendre davantage sur chacun d’eux et accessoirement, gagner en puissance.


Ce dernier point peut vous sembler familier puisque c’est l’un des éléments (et non le seul) que l’on retrouvait dans The Legend of Zelda : Breath of the Wild. On retrouve également dans ce titre, la majeure partie des mécaniques d’exploration que l’on connaissait dans BoTW : repérer des éléments et les marquer sur la carte, escalader n’importe quoi et n’importe où, planer sur de longues distances, la jauge d’endurance… Comme les images sont beaucoup plus parlantes que les mots, nous vous laissons juger par vous même dans la vidéo ci-dessous :

Alors oui, il y a des similitudes. Mais, n’est-ce pas le cas de beaucoup de jeux ? Après tout, ce n’est pas le premier qui s’inspire d’un  autre… Et personnellement, fan de Zelda, je suis ravie de trouver des clins d’œil qui me font penser à l’aventure de Link (lui même qui, selon les dires de Aonuma, était inspiré de Skyrim, entre autres si je ne m’abuse…).  A noter qu’il vous faudra une vingtaine d’heures pour venir à bout de l’aventure de Fenyx.


Le gameplay ça donne quoi ?

Concernant le gameplay, on se retrouve donc dans un monde ouvert où le joueur peut aller où bon lui semble (sauf affronter Typhon tout de suite, petite différence avec BoTW). Pour mener à bien votre aventure, il faudra se rendre auprès des quatre statues à l’effigie des dieux pour découvrir leur emplacement et accomplir leurs missions… Entre elles, vous pourrez également relever différents défis (énigmes, puzzle, parcours…) qui vous sont proposés dans chacune des failles qui mènent au Tartare. A noter que s’ils s’intègrent plutôt bien au monde ouvert sur un plan ludique, ces casse-têtes n’ont aucune justification scénaristique et ne servent que le gameplay. A la clé, éclairs de Zeus qui permettront d’augmenter votre endurance, des armes ou armures qui modifient légèrement les statistiques de Fenyx et/ou d’autres ressources qui vous permettront d’améliorer vos armes, votre santé ou débloquer vos compétences. D’ailleurs, il est bon de noter que j’ai souvent été surprise des récompenses qui ne reflètent pas toujours la complexité du défi en question (ou inversement). Pour ceux ayant joué à Assassin’s Creed, vous reconnaitrez surement l’attribution des touches et certaines des compétences que l’on trouve également dans Odyssey (sans grande surprise, puisque comme dit précédemment, les jeux, en plus d’être développés par le même studio, partagent leur thème sur la mythologie grecque et quelques systèmes de jeu). Les bases des affrontements sont donc fortement similaires, auquel s’ajoute un système de combo qui augmente les dégâts infligés une fois certains paliers dépassés, bien qu’on note un accent sur les combats aériens (ailes de Dédale obligent…). Bien entendu, les esquives et les contres parfaits à la BoTW ou à AC Odyssey seront aussi de la partie, permettant un gameplay efficace et accessible. Peut être même un peu trop puisqu’en usant des bonnes parades et/ou de potions, il est aisé de venir à bout des ennemis les plus coriaces, et ce, même en passant le jeu en difficile.


Ambiance visuelle et sonore

Son monde ouvert, bien qu’un peu plus petit que ce que l’on peut trouver dans d’autres titres, est très agréable à parcourir. Découpée en quatre grandes parties, chacune étant dédiée à l’une des divinités, laisse transparaître l’identité du Dieu auquel il réfère. Par exemple : du côté d’Aphrodite, on trouvera des prairies luxuriantes, pleines de couleurs. Du côté d’Athéna, on trouvera beaucoup de temples alors qu’on verra des forges du côté d’Hephaistos. Enfin du côté d’Arès vous trouverez bon nombre d’anciens champs de batailles  aux teintes cuivrées… Bref, même si cela manque un peu de subtilité, force est de constater que ça fonctionne tout de même bien. On ne peut pas en dire autant de la narration… En effet, l’histoire de Fenyx est la matérialisation d’une discussion entre Zeus et Prométhée, qui ne se gênent pas pour influer sur les évènements ou commenter nos moindres faits et gestes. Bien que plaisante de prime abord, force est de constater que l’écriture globale du titre peine à convaincre. En effet, que ce soit en VO ou en VF (et ce malgré la présence du doyen Astier qui prête sa voix à Zeus), les répliques sont souvent lourdes et/ou mal amenées. Pourtant, Immortals Fenyx Rising nous propose une bande originale très bien dosée et des sons d’ambiance attrayants qu’on prend plaisir à écouter lors de notre exploration.



Pour résumer, bien qu’Immortals Fenyx Rising pioche dans The Legend of Zelda : Breath of the Wild ou Assassin’s Creed Odyssey pour mettre au point son monde ouvert, sa structure ou encore son gameplay, l’aventure n’en est pas moins plaisante, et on arpente ses contrées mythologiques non sans joie. Quelques erreurs de narration avec des répliques un peu gauches sont dommageables et enlèvent un peu à l’immersion que propose une bande sonore pourtant attrayante. Enfin, bien qu’il ne surprendra pas forcément les joueurs et joueuses ayant déjà joué à un jeu en mode ouvert, son accessibilité et son gameplay efficace semble parfait pour celles et ceux souhaitant découvrir le genre.


C’est ainsi que s’achève notre test de Immortals Fenyx Rising, sorti le 3 décembre sur Nintendo Switch, PC, PlayStation 4,PlayStation 5, Xbox One, Xbox Series et Stadia


N’hésitez pas à aller vous promener sur notre site, pour y découvrir nos divers avis sur des films ou des séries, une panoplie de livres en tout genre, ou même sur des jeux de société dans notre rubrique Bar à Jeux ! Mais Try aGame, c’est aussi des tests ainsi que des guides et astuces pour vos jeux favoris et des dossiers qui nous tiennent à cœur. Bien entendu vous pouvez passer nous voir sur notre compte Twitter ou Facebook pour ne rien rater. Mais ce n’est pas tout, vous pouvez aussi nous retrouver sur Youtube, Twitch, Steam et Instagram. Et oui, rien que ça !

0 0 voter
Évaluation de l'article

Points forts

  • Un monde ouvert très plaisant à arpenter
  • Des failles qui proposent des défis bien pensés
  • Un gameplay efficace et accessible
  • Des environnements jolis et une bande son attrayante

Points faibles

  • Un manque de difficulté et/ou de challenge pour les connaisseurs du genre
  • Une écriture et des répliques qui tombent parfois à plat
  • Une certaine redondance en fin de jeu
7

Good

Co-fondatrice de Try aGame, aventurière dans l'âme et héroïne de la prophétie à ses heures perdues, RedHo a sauvé notre monde 17 fois des forces du mal. La légende raconte qu'elle aurait un masque de Majora pour se téléporter à Hyrule. En attendant la prochaine menace, elle écrit pour Try aGame.
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Mot de passe oublié

ut vel, mattis Praesent venenatis, Sed dapibus