TEST – NBA 2K20 : Comment noter un jeu de sport ?

Septembre et ses jeux de sport… Des nouveautés marquantes dans ce NBA 2K20 ?

Développeur : Visual Concepts
Éditeur : 2K
Genre : Basket à micro transactions
Plateformes : PC, PS4, Xbox One
Date de sortie : 5 septembre 2019
Support de test : PC (version fournie par l’éditeur)

Trousse, cahier à petits carreaux sans spirale (sinon ça arrache les feuilles), stylo 4 couleurs et jeu de sport, voilà le rituel de la rentrée. On nous rabat des nouveautés qui vont révolutionner le genre, à coup d’annonces, d’influenceurs et de vidéos aux montages nerveux. Quid de ce NBA 2K20 ? Révolution ou simple mise à jour des rosters ?

NBA 2K20

Le mode Ma Carrière en question… et en réponses

L’an passé nous félicitions le jeu sur son créateur de joueur, et ça sera encore le cas cette année. Plus fluide, plus précis et permettant de tester son archétype avant de se lancer et de dépenser la précieuse monnaie virtuelle (VC) permettant de l’améliorer. Une fois votre joueur créé selon votre envie, sortez le pop-corn, installez-vous confortablement car à mesure que les années passent, 2K met de plus en plus de moyens dans ses cinématiques au détriment du temps de jeu. Du moins pour l’intro, dès que vous arrivez en NBA, la saison reprend son cours normal. Les événements avec les sponsors font l’objet d’une cinématique immersive et un peu marrante suivant le contexte (surtout quand votre joueur est à la peine). Une différence notable dans les interactions hors match avec les acteurs, mais j’avoue que le BBQ Chicken Alert de Shaq me manque.

Cette année, votre joueur universitaire se met en conflit avec son coach (incarné par Idris Elba s’il vous plait), ce qui joue sur son temps de jeu, au moins le scénario est en phase avec le temps passé manette en main. Notons aussi la présence de Rosario Dawson (Sin City, Daredevil/Luke Cage, Sept Vies). Pour l’immersion NBA 2K20 nous force à vivre les dernières secondes de chaque mi-temps lorsque vous êtes sur le banc. Si c’est compréhensible quand il y a 2 ou 3 points d’écart, c’est nettement plus frustrant quand l’écart est de plus de 10 points.

Il est temps maintenant de poser une réflexion, sous forme de coup de gueule, sur nos avatars. Votre joueur démarre avec 60 de score général, il faut donc retranscrire sur le terrain ce score et surtout la différence de score entre lui et des joueurs à 70-80 voire plus. C’est un exercice compliqué que nous avions évoqué dans notre article sur le jeu de sport parfait. Mais bon sang de bois ! Est-on obligé de retranscrire cette différence par l’incapacité de votre joueur drafté en NBA à faire une passe transversale (qui finit dans les gradins) ? Une passe longue à un coéquipier seul dans la raquette adverse qui finit dans les vestiaires avec votre coéquipier les quatre fers en l’air ? Ou un dunk, 2m08 et une capacité à dunker proche du néant en début de jeu. Même problème avec le jeu sans ballon, votre joueur n’est pas censé avoir l’agilité d’un All-Star, alors il a du mal à faire un pas chassé. Idem pour la réactivité, enchaîner deux sauts sur place prendra quatre secondes, une éternité. A ce rythme-là, la NBA devrait envoyer ses recruteurs et analystes sur les playgrounds le dimanche matin. Voilà il fallait l’écrire, c’est écrit, soulagé je suis.

En revanche le nouveau système de badge permet une personnalisation plus claire et plus précise dans vos possibilités.

Vous aurez pu lire ici ou là que le jeu a fait un effort sur ses micro-transactions et la somme nécessaire à up votre personnage. La progression semble effectivement plus rapide, effet pervers vous aurez besoin de moins de monnaie mais vous en aurez besoin de suite ! A moins d’être patient … un joueur patient … moui j’ai entendu cette légende moui. En termes plus précis : Si la somme totale semble moins importante que les années précédentes (et on insiste sur le verbe sembler : verbe intransitif / Présenter l’apparence de, donner l’impression d’être ou de faire quelque chose) vous serez invité à la débourser plus vite. Pas persuadé que les joueurs en sortent gagnant. Pour le reste : saison, quartier (ajout d’une réputation), roue de la fortune et concours de dunks (entre autres), prenez les mêmes que l’an passé.

D’ailleurs amis développeurs américains, c’est quoi votre problème avec les roues de la chance/fortune ? Rockstar a implémenté ce jeu journalier dans son DLC Casino et plutôt que de décider d’une heure de reset global, vous devrez, là encore, venir tourner la roue pile 24 après votre dernier lancer. Vous raterez fatalement des jours à force de décalages.

De vrais ajouts ?

Heureusement il n’y a pas que le mode carrière, même s’il faudra y passer du temps pour farmer les PO pour les dépenser dans le mode Mon Equipe (si tant est qu’il vous intéresse mais on sait bien que oui, ne faites pas les innocents).

Dans Mon Equipe justement, on retrouve les modes de jeu de l’an passé avec, comme nouveauté, la présence de cartes évolution et défis. Les premières vous demanderont de remplir des objectifs pour les améliorer. Quant aux secondes, elle donneront une « quête » à faire dans les 24h de leur acquisition pour gagner des MP. Puis ce que beaucoup considèrent comme une hérésie : des joueurs à poste fixe. Impossible de mettre un ailier en arrière par exemple. Pour y remédier, les joueurs pourront avoir une version sur un autre poste voire sur un doublon (P/AF ou A/AI). Adieu coaching libre et imagination. Adieu à mon roster Iverson, Jordan, Drexler de l’an passé.

On trouve enfin des équipes féminines (WNBA) mais cet ajout fait un peu gadget, en raison de la spécificité du jeu féminin, moins explosif que leurs homologues masculins, le poster-dunk 360° à deux mains sur trois joueurs étant irréalisable. Pour mettre les femmes en avant, il faudrait se fendre d’un mode Ma Carrière en WNBA, de permettre un jeu mixte en playground quitte à jouer sur des bonus en tir et agilité pour rendre le tout équilibré, ou implémenter un vrai mode fun se rapprochant d’un NBA Jam. En 2023 peut-être ?

Et en termes de gameplay ? Là aussi quelques touches pour NBA 2K20. La jauge de tir semble légèrement plus permissive, un nouvel indicateur apparaît sous le porteur de ballon adverse pour vous aider à défendre sur ses drives. Le comportement sans ballon a été amélioré même si vous aurez la sensation que les joueurs glissent par moment, ce qui doit être dû à la nouvelle gestion du positionnement des pieds. Vous pouvez d’ailleurs retrouver une liste exhaustive dans notre précédent article.

La question de la notation et du modèle

Reste la question centrale, du moins de ce côté du clavier, Le modèle que propose FIFA, PES, NBA 2K peut-il perdurer ? Et par modèle, on entend cette politique d’effets d’annonces et d’ajouts sommes toute mineurs. La réponse est oui car nous, joueurs, sommes faibles, les plus raisonnables joueront à un opus sur 2 ou 4. Autre point dérangeant sur le modèle proposé, cette envie des développeurs de nous faire jouer le plus possible, car ne vous y trompez pas, pour devenir un Hall of Famer dans Ma Carrière, avoir une équipe de rêve dans Mon Equipe, et titiller le mode GM et la WNBA tout en remplissant les quêtes quotidiennes et hebdomadaires, il va falloir poser des RTT. Un stakhanovisme déjà rencontré dans FIFA Ultimate Team. Quel intérêt ? Si ce n’est nous faire comprendre l’ampleur de la tâche et nous faire sortir la carte bleue pour palier aux objectifs non-remplis ? A moins qu’il ne s’agisse d’un MMONBA ?

Et du coup quelle note donner ? Pris séparément, cet opus est bon et mérite amplement un 8.5/10 mais contextualisé, c’est-à-dire mis en rapport avec les NBA 2K16, NBA 2K18, NBA 2K19 en ajoutant le fait qu’il est dans une situation de quasi-monopole, il serait peut-être plus réaliste de baisser la notation si chère à votre cœur d’enfant traumatisé par ce 04/10 en dictée lors de votre année de CE2.

Au final l’attrait principal de ce NBA 2K20 ne serait-il pas hors du jeu avec ce mercato estival bouillant ? Jimmy Butler, Anthony Davis, Dwight Howard, Kemba Walker, Kevin Durant, Paul George, Russel Westbrook, Chris Paul, Kyrie Irving, Kawhi Leonard etc.

N’oubliez pas de nous suivre nos réseaux sociaux Twitter, Facebook, Instagram et Twitch. Notre compte curateur steam est aussi la solution pour vous aider dans vos choix.

NBA 2K20 pose comme ses confrères footballistiques la même problématique d’année en année. Comment noter une suite qui n’évolue que par pincées ? Pris individuellement le jeu est bon voire très bon, mais dans la continuité de la série on a du mal à évaluer la somme de travail permettant de faire franchir à la licence une année de plus.

Points forts

  • La multitude de modes de jeu
  • L'arrivée de la WNBA
  • Le créateur de joueur
  • Les cartes évolutives My Team
  • Les ajouts de Gameplay

Points faibles

  • Inertie des mouvements
  • Le mode carrière (Intro)
  • Le mode GM
  • Les micro transactions
  • L'abandon des cartes contrats pour les joueurs ne jouant pas serait un +
  • Postes fixés dans MyTeam
7

Good

Personne ne lis jamais ces encarts (mais tu peux cliquer sur les liens)

Mot de passe oublié

tempus elementum ut dolor. libero. risus ut ultricies