TEST – Planet Zoo : un simulateur qui nous offre la part du lion ?

On s’essaye au nouveau titre de gestion de parc de Frontier Developments zoologique qu’est Planet Zoo sur PC.
Découvrez en plus dans notre test ci-dessous.

PLANET ZOO



Support : PC
Version pour le test : PC
Genre : Simulation et gestion d’un parc zoologique
Date de sortie :
05 novembre 2019

Annoncé lors du PC Gaming Show de l’E3 2019, Planet Zoo est un jeu vidéo de simulation et de gestion d’un parc zoologique, développé et édité par Frontier Developments. Dans ce titre, le studio nous prouve une nouvelle fois que la gestion de parc n’a pas de secrets pour lui. Que ce soit dans la série Tycoon (RollerCoaster Tycoon et Zoo Tycoon), Planet Coaster ou avec le plus récent Jurassic World Evolution, Frontier nous prouve qu’ils ont de la bouteille et n’hésite pas à s’essayer une nouvelle fois aux animaux. Comme je l’avais noté dans ma preview, c’est bien les bêtes à poils, plumes ou écailles qui sont au cœur de ce titre. Bien que les parcs zoologiques ne fassent pas forcément bonne presse, Planet Zoo relève quand même le défi en montrant l’importance du bonheur animal dans les réserves naturelles. Est-ce que cela suffit à en faire un bon jeu ? C’est ce que nous allons voir dans les lignes qui suivent.


On ne le répétera pas assez, mais dans ce nouveau titre, c’est bien le bonheur des êtres vivants qui est placé en première ligne.  Vous l’aurez compris, Planet Zoo se révèle donc être surtout un jeu de gestion de faune avant d’être un jeu de gestion de parc. Votre mission (si vous l’acceptez…) sera avant tout d’accueillir et de prendre soin de chacun des animaux que vous adopterez ou dont vous verrez la naissance pour ensuite, si vous le souhaitez et s’ils ne sont ni trop jeunes, ni trop vieux, les relâcher dans leur habitat naturel

Pour cela, rien de très complexe : à l’arrivée d’un nouveau résident dans votre parc, il faudra respecter quelques conditions. Pour commencer, lui préparer un enclos répondant à ses besoins. Il faudra donc veiller à sa taille, son biome, sa végétation, sa température, qu’il soit lié à son lieu de naissance… Je vous conseille également de placer une cabane de soigneur à proximité, afin que ces derniers aient les outils nécessaires et la nourriture à disposition juste à côté de l’enclos (et pas à l’autre bout de votre zoo. Non, ça ne m’est pas arrivé tant de fois que ça…). Pour vos visiteurs, il faudra aussi que votre enclos possède des façades vitrées (avec ou sans teint, mais vous l’aurez compris, si vous les teintez ça coute plus cher) pour qu’ils puissent les voir. N’hésitez pas également à ajouter des panneaux d’affichage et/ou des hauts parleurs afin de faire connaitre au public des informations sur vos occupants. Une fois l’enclos abouti, il faudra ajouter votre nouvelle boule de plumes/poils/écailles. Afin de répondre à ces besoins primaires, n’oubliez pas de lui ajouter une mangeoire et un abreuvoir ainsi qu’un abri pour qu’il puisse dormir et/ou se réfugier. Il faudra sélectionner votre animal et observer son panneau d’informations pour ajuster au mieux ses besoins. Et là, c’est tout un panel d’outils qui s’offre à vous afin de gérer le moindre pépin qui pourrait se présenter à vous.



Dans l’onglet « Général », c’est avant tout son bien être qui est mis en avant. Réparti en quatre sous menus, vous pourrez donc gérer son Alimentation (nutrition, qualité du dernier repas, hydratation et propreté de la dernière boisson), sa vie Sociale (groupe, espace, stress), son Habitat (propreté, température, terrain, plantes, abri solide) et ses Optimisations (alimentaires ou ludiques). Les autres onglets seront présents pour ajuster, détailler ou même pallier à ses différents besoins. Vous aurez donc les onglets : Général, Terrain, Environnement, Optimisations, Origines, Social et Génétique.

Plus que d’un point de vue éthique, prendre soin de votre animal vous permettra d’obtenir des crédits de préservation, symbolisés par la petite feuille en bas d’écran. Ceux-ci vous permettront d’adopter d’autres animaux. En effet, certains de vos futurs pensionnaires ne pourront s’acquérir qu’avec cette monnaie, et non avec les dollars que vous accumulerez au gré de vos finances. Mais pas uniquement.



En effet, si vous ne prenez pas soins de vos petits compagnons, vos visiteurs n’apprécieront pas et vous le feront savoir ! Outre les manifestants qui débarqueront, le public ne déboursera plus un centime dans votre parc. Et c’est certes un triste constat, mais sans argent, vos améliorations, vos recherches, vos employés, vos adaptations ou simplement la gestion de votre parc prennent alors une toute autre dimension… Parce que oui, Planet Zoo est toute mignonitude et choupineries dans sa direction artistique, que ce soit par ses avatars un poil candide, ses animaux à croquer, ses animations sympathiques, sa musique festive ou son ambiance mignonne à souhait. Mais voilà, le capitalisme est aussi important dans la gestion d’un parc. Si Planet Zoo est plein de bonne volonté et dégage un sentiment de bienveillance, il nous propose un constat réaliste : prendre soin d’un animal n’est pas un jeu (un comble, n’est-ce pas ?). S’il est en voie d’extinction et qu’on l’enferme dans un parc, c’est aussi pour faire du profit grâce à son exotisme ou son capital sympathie, et ce dans le but de mieux en prendre soin, bien entendu.



Mais pour apprendre tout ça, il faudra, après vous avoir créé un avatar, choisir l’un des différents modes du jeu. Bien entendu, je ne peux que vous conseiller de commencer par le mode Carrière. Dans celui-ci, ce n’est pas moins de douze scénarios qui vous sont proposés. Dans chacun d’eux, vous aurez diverses tâches à accomplir afin de remporter trois étoiles (bronze, argent et or) qui vous permettront d’obtenir les scénarios suivants. Les premiers font office de tutoriels en compagnie de Bernard, dit Bernie et de sa femme, Nancy. Avec eux, vous apprendrez les bases pour gérer et bâtir votre parc, mais aussi prendre soin de vos animaux et de vos employés. Puis, vous les laisserez pour une compagnie moins sympathique mais qui vous permettra d’apprendre à gérer les crises, avec souvent des animaux avec des besoins extrêmement bas qu’il faudra alors veiller à améliorer. Outre ce mode Carrière, vous aurez bien entendu le célèbre Bac-à-Sable qui vous permettra de créer la réserve dont vous avez toujours rêvé. On trouve également le mode Défi, qui, comme son nom l’indique, vous proposera des parties en vous imposant des objectifs à remplir (dans le même style que ceux que l’on retrouve dans le mode Carrière). Et enfin, un mode Franchise qui vous permettra de créer des zoos connectés.



Ainsi, la gestion de vos adorables créatures n’est, au final, pas la seule chose à faire dans Planet Zoo. En effet, il faudra également faire fructifier votre établissement et de satisfaire vos visiteurs. Concernant vos employés, c’est un poil plus complexe. Afin d’être le plus optimal possible, il faudra veiller à ce que vos mécaniciens, soigneurs, agents d’entretien et vétérinaires soient affectés à une zone de travail (ou bien en engager pléthore pour qu’ils songent à couvrir tout le parc). Le cas échéant, vous risquez de voir vos animaux affamés, d’avoir une barrière abimée ou que votre réseau électrique soit en panne. Et même quand tout est bien réglé, vos employés peinent parfois, voire même souvent, à trouver leur chemin. Je ne peux alors que vous conseiller d’avoir toujours quelques personnes supplémentaires, et même, en cas de crise, de recruter en masse plutôt que d’attendre qu’ils fassent d’eux-mêmes leurs tâches. Tant qu’on est dans les reproches, le côté aléatoire et limité des animaux adoptables est quand même bien dommage



Concernant vos visiteurs, il faudra eux aussi apaiser leur soif et leur faim, mais également leur proposer une bonne visibilité sur les enclos (les façades vitrées dont je vous parlais tout à l’heure) et suffisamment d’informations sur les animaux qui y vivent (via les écrans et hauts-parleurs) si vous désirez financer votre parc autrement que par les ventes de billets (dont vous pouvez baissez ou augmentez le prix de vente à votre guise). N’oubliez donc pas de disséminer des boîtes à dons dans votre zoo !


 

Pour résumer, Planet Zoo est le jeu de gestion de parc zoologique le plus complet sorti à ce jour. En effet, le titre de Frontier se révèle très riche en termes de gestion, de liberté, de créativité, de diversité animale, de mignonitudes, tout en nous proposant son panel d’éléments pour faire tourner notre établissement convenablement. Mais au delà de ça, c’est bien par sa bienveillance vis à vis des animaux et sa volonté de tout faire pour le bien-être des créatures qui s’animent sur nos écrans que le titre fonctionne. Quelques ombres subsistent cependant : que ce soit son interface pas toujours ergonomique, les problèmes de pathfinding des employés ou le côté aléatoire des possibilités d’adoptions de nouveaux pensionnaires. Mais on pardonne vite, Planet Zoo étant bien assez beau, bien assez complet pour nous faire passer des heures à parfaire notre parc, s’occuper de toutes nos boules de poils, plumes ou écailles, ou simplement pour regarder s’animer nos petits pensionnaires…

 

 

Points forts

  • Les animaux
  • Les bonnes ondes envoyées par le titre
  • Direction artistique au poil
  • La liberté de construction
  • Une vraie gestion
  • Le mode Carrière
  • De nombreux challenges
  • Toute la choupinerie

Points faibles

  • Certains aspects un peu rapidement expliqués pour les nouveaux venus
  • Le côté aléatoire des échanges d'animaux
  • Une interface plutôt chargée
  • Le pathfinding capricieux
8

Great

Co-fondatrice de Try aGame, aventurière dans l'âme et héroïne de la prophétie à ses heures perdues, RedHo a sauvé notre monde 17 fois des forces du mal. La légende raconte qu'elle aurait un masque de Majora pour se téléporter à Hyrule. En attendant la prochaine menace, elle écrit pour Try aGame.

Mot de passe oublié

consectetur ipsum neque. massa eget Curabitur accumsan fringilla commodo vel,