TEST – The Legend of Heroes: Trails From Zero, sur les rails du rétro

Engagez-vous dans la police de Crossbell pour faire face aux responsabilités et à la tâche morale qui vous incombe

The Legend of Heroes Trails From Zero

Développeur : Nihon Falcom
Éditeur : NIS America
Genre : J-RPG
Supports : : PS4, Switch
Support de test : PS4 (version fournie par l’éditeur)
Date de sortie : 30 septembre 2022

Ce test peut contenir quelques (mini) spoilers

La franchise Legend of Heroes a débuté voilà un peu plus de 30 ans au Japon. En occident, sa popularité est plutôt confidentielle mais la sortie des Trails of Cold Steel au cours de ces dernières années a changé un peu la donne. Au point que Nis America a décidé de sortir quatre autres opus jusqu’en 2023. C’est Trails From Zero qui ouvre le bal et que nous allons passer au crible aujourd’hui. Le jeu est sorti initialement en 2010 avant de bénéficier d’une réédition en 2020. C’est d’ailleurs celle-ci qui sort ce 23 septembre 2022 chez nous. Alors le jeu est-il en capacité de prolonger l’intérêt de la saga en Occident ? Début de réponse dans les lignes qui suivent.

Retour en arrière

Chronologiquement, ce Trails From Zero se déroule avant les Trails of Cold Steel (ToCS), et la raison est simple c’est qu’il était sorti avant au Japon. NIS America avait fait cependant le choix de ne pas le sortir avant chez nous. Par conséquent, le titre peut se vivre comme un préquel involontaire. Les évènements racontés dans le jeu sont certes très peu en lien avec ceux de Trails of Cold Steel mais les joueurs reconnaitront bien entendu plusieurs personnages, notamment les principaux, puisque l’on avait pu les découvrir dans Trails of Cold Steel IV (lire notre test).

Nos héros seront ici Lloyd Bannings, fraichement diplômé de l’Académie de Police, Ellie MacDowell, Randy Orlando et Tio Plato. Quatre (très) jeunes héros qui intègrent tout juste les forces de police de Crossbell, la région dans laquelle va se dérouler l’histoire. Une zone tampon entre deux superpuissances, Erebonia et Calvard, qui s’en dispute le contrôle. Dès leur enrôlement, ils seront tous intégrés dans la Special Support Section, une toute nouvelle unité dont ils seront les seuls membres. Le but de la SSS est d’améliorer l’image de la police. En effet, à Crossbell, la police est perçue comme inefficace voire corrompue, il y a donc du boulot pour redorer le blason. Toujours est-il que notre petite bande va se charger d’une multitude d’enquêtes qui va finir par les mener bien plus loin qu’ils ne l’auraient imaginé.

Les mécaniques de narration rappelleront celles de Trails From Cold Steel avec son lot de rebondissements et de retournements de situation. Même si globalement le scénario est moins immersif que ceux des ToCS, il ne sera pas pour autant dénué d’intérêt. On arrive pas non plus à retrouver la même ambiance qu’avait su instaurer les ToCS en grande partie grâce à sa galerie de personnages principaux. Dans Trails From Zero, les héros ne sont que quatre et leurs interactions évolue largement moins. Cela ne nous empêchera pas de les prendre en sympathie et de nous intéresser à leur cas et aux intrigues qu’ils vont habilement démêler au fil de leur aventure.

Repeat after me : « Trails From Zero »

Malheureusement, encore une fois, un problème de taille va plomber le suivi de l’histoire et de nos personnages. Il n’y a pas traduction française à l’horizon. Bien embêtant quand on voit la somme importante de dialogues présents dans le jeu. Les joueurs qui ne maitrisent pas l’anglais seront de nouveau laissés sur le quai de la gare. Seul Trails of Cold Steel III avait bénéficié d’une traduction (miraculeuse), impossible d’être surpris donc mais on peut être légitiment déçus. Notons que les textes en anglais, puisque c’est ceux à quoi on a droit, se repose en grande partie sur une traduction réalisée par des fans…

Pour accompagner la lecture, Trails From Zero nous propose un doublage intégral en japonais impeccable. Qu’il s’agisse du choix des voix ou bien le jeu des acteurs, on a le droit à de la grande qualité. C’est le point d’orgue d’une ambiance sonore bien maitrisée. En effet, la partie musicale est elle aussi très plaisante. On retrouve la même touche que l’on avait dans les ToCS et qui, sans faire d’éclats, arrive à apporter un ton toujours juste.

En revanche, Trails From Zero a sa propre touche graphique. En effet, le jeu a choisi un style rétro des plus sympathiques. Le chara-design en chibi-style, les couleurs et les animations raviront les fans du genre. Les textures sont dans l’ensemble très correctes et les contours bien définis. La remasterisation a fait du bien. C’est de la bonne rétro qui donne des belles ondes de nostalgie des jeux vidéo du siècle dernier. Quelques jolis dessins disséminés de-ci de-là viennent donner encore plus de charme visuel.

Tu vas tâter de mon tonfa

Intéressons-nous désormais au gameplay de Trail From Zero. Tout d’abord le système de combat est similaire à celui des ToCS. Autrement dit du RPG tour par tour où les personnages peuvent se déplacer sur un damier. Pour se débarrasser des ennemis, outre les attaques physiques, nos personnages peuvent également se servir de magies appelés Arts. Elles fonctionnent sur le même principe que les matérias de FF VII, à savoir des gemmes (appelées Quartz) que l’on place dans son équipement pour pouvoir avoir accès aux sorts et autres bonus passifs liés. Enfin des attaques spéciales propres à chacun des personnages font aussi partie de l’arsenal.

Durant les combats, une barre d’action défile sur l’écran et nous permet de voir quels combattants vont agir sur les prochains tours. Si les attaques physiques sont instantanées, lancer des sorts prend en revanche quelques tours. Sachant cela, on peut arriver à calibrer ses attaques au bon moment. En effet, certains tours sont accompagnés de bonus comme du regain de santé ou de points d’action. Il y a donc toute une stratégie à mettre en place pour éviter par exemple qu’un bonus de régénération des points de vie de 50% tombe sur le boss. C’est mieux si c’est nous qui en profitons.

Le système est prenant, et au niveau des bons RPG old school. Seulement le petit bémol vient du fait que l’on subit un retour en arrière. Pour les joueurs ayant joué à Trails of Cold Steel, on se rendra vite compte que plusieurs mécaniques ont disparu. Hé oui, on le rappelle Trails From Zero est sorti avant. Fatalement, on se retrouve devant un gameplay moins riche. Pour les autres, pas d’inquiétude, il y a de quoi rendre les combats intéressants à jouer, surtout les plus difficiles.

Notons que les combats se lancent en allant à la rencontre des ennemis qui sont visibles sur la carte. On peut réussir à les prendre à revers, voire les assommer, pour démarrer avec des bonus. Attention en revanche, on peut aussi se faire prendre à revers et démarrer avec des malus. Hé oui, y a pas de raison pour qu’on soit les seuls à profiter des prises dans le dos.

Trails From Zero, simulateur de police de proximité

Alors en tant que policiers, nos héros ne font pas QUE tabasser des ennemis. Ils mènent aussi des enquêtes pour le compte du menu peuple. C’est d’ailleurs le noyau du jeu qui fera progresser la narration. Trails From Zero est divisé en chapitres au cours desquels il faudra suivre l’enquête principale mais où l’on pourra également effectuer quelques quêtes secondaires. Ces dernières sont facultatives et n’auront souvent pour but que d’en apprendre un peu plus sur le lore du jeu (et d’aider les riverains). L’objectif de ces missions est souvent dans le même acabit, tuer un monstre puissant, retrouver des objets perdus, trouver des personnes disparus… Rien d’extrêmement palpitant mais tout de même quoi proposer autre chose que la trame principale. Il faudra par contre être bien attentif puisqu’il faudra parfois recouper les indices obtenus pour trouver la bonne conclusion à l’enquête.

C’est aussi souvent l’occasion de retourner en long et en large les différentes zones de Crossbell. Il y en a un nombre surprenamment élevé surtout quand on se souvient du nombre proposé par le premier Trails of Cold Steel. Cela reste souvent des zones couloirs mais il y a pas mal de variété dans les environnements ce qui nous empêche d’avoir l’impression de tourner en rond.

Pointons un petit défaut qui se situe du côté des activités annexes. C’est plutôt chiche. Les ToCS ne brillaient déjà pas beaucoup sur cette aspect. Là, comme on est sur un jeu plus ancien, il y en a encore moins. Quelques mini-jeux de casino sans intérêt, de la pêche et de la cuisine seront les seules tentatives de divertissement. Bien maigre mais il faudra s’en contenter.

Il est vrai que même sans ça la durée de vie est conséquente. Avant tout grâce aux nombreux dialogues (en anglais) qui parsèment le jeu. Aussi bien dans la trame principale que des les missions secondaires. On avoisine la bonne quarantaine d’heure pour un premier run si l’on se lance dans toutes les enquêtes. Il n’y a pas de réelle rejouabilité sauf pour ceux qui voudront tenter de finir le jeu en difficulté maximale. En effet, un New Game + est possible en conservant niveaux, quartz ou objets par exemple.

En résumé, même s’il n’est pas, selon moi, du niveau des Trails of Cold Steel, Trails From Zero possède toutes les armes pour séduire les amateurs de J-RPG. Son gameplay et sa direction artistique old-school sont de bonne qualité d’autant plus pour un jeu sorti initialement en 2010 sur PSP. En revanche, l’écueil de l’absence de traduction exclura une nouvelle fois les joueurs qui auraient pu apprécier le titre mais qui sont en froid avec la langue de Shakespeare.

 

Visitez notre Linktree pour retrouvez nos réseaux sociaux et partager avec nous vos avis sur le jeu. Sinon vous pouvez également le faire en commentaires.

0 0 votes
Évaluation de l'article

Points forts

  • Une belle direction artistique
  • Un bon gameplay old school
  • Des bons personnages et une bonne histoire
  • Une durée de vie solide

Points faibles

  • Pas de traduction française
  • Peu d'activités annexes
7.5

Good

Ma devise : "Raler, c'est utile uniquement si tu en profites pour apporter une solution... sinon ça reste juste un plaisir".
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Mot de passe oublié