TEST – Warm Snow : J’ai froid, je pleure de la neige

Let it snow, let it snow, let it snow

Développeur : BadMudStudio
Éditeur : Microids
Support : PC, PS4, PS5, Switch, Xbox One , XBox Series X/S
Version pour le test : Switch
Genre : Action
Date de sortie : 20 octobre 2023

 

C’est la période des Die & Retry. Après Endless Dungeon, Ghostrunner 2, Wizard with a Gun et même dans une certaine mesure Super Mario Bros.Wonder c’est au tour de Microids d’éditer le développeur chinois BadMudStudio avec ce Warm Snow.

Shinigami ou Hadès ?

Un phénomène étrange est apparu au cours de la 27e année de l’ère Longwu. Une neige chaude tombe du ciel. Les gens qui la respiraient ont perdu la raison et sont devenus des monstres. Ce phénomène fut plus tard connu sous le nom de « neige chaude ». Vous êtes Bi-an et enquêtez sur ces ténèbres qui assombrissent votre monde.

On pourrait résumer le gameplay de Warm Snow en disant simplement qu’il s’inspire très fortement de l’incroyable Hadès. Ainsi on parcourt des actes découpés en tableaux à l’issue desquels un choix vous sera proposé, choix de chemin, choix de bonus en réalité, mais un choix toujours aléatoire dans la finalité du gain obtenu.

Ainsi vous pourrez choisir entre arme, relique, essence (qui fait office de ressource financière)… et si on ajoute à cela un template qui se débloque à mesure que vous réussirez à faire tomber les boss, vous vous retrouvez devant un jeu qui se complexifie l’air de rien. Une complexité qui prendra forme dans l’optimisation des synergies entre chaque paramètre. Ainsi une relique se place sur un emplacement en fonction duquel elle aura un effet plutôt qu’un autre. Un effet qui peut agir sur vos dégâts de poison par exemple, mais avez-vous une arme empoisonnée ? Une complexité qui ne sera pas sans plaire aux amateurs du genre.

Bi-an se bat au corps à corps bien évidemment mais dispose aussi de lames qui peuvent faire un dégât double, au lancer et lorsque vous les rappelez. Pouvoirs actifs ou passifs, ça dépendra de votre run, mais surtout c’est le dash que vous apprendrez à maitriser. Car si les ennemis de base ne seront qu’une simple perte de temps, ce sont boss et mini boss qui vont vous donner chaud en ce début d’automne : ça frappe dur, avec des patterns un peu random comme ce boss cochon zombie qui fait des drifts pour se retourner en pleine charge. La position assez éloignée de la caméra ne permettant pas toujours de savoir si les hit boxes sont piffées ou si vous étiez bien dans la zone.

J’ai froid je pleure de la neige

Avec le pitch de départ, la plupart des environnements extérieurs vous rappellera qu’il faut prévoir vos cadeaux de Noël. Pour les intérieurs et les bâtiments extérieurs, la cohérence avec la période de référence est bien présente. Les graphismes sont fins mais comme les personnages sont éloignés de la caméra, c’est une quasi évidence. Le gameplay est très nerveux car vous obligeant à taper très fort, très vite ou à esquiver tout le temps, les potions de vie ne seront pas de trop.

Sur le ressenti général, Warm Snow peut être assez frustrant. On meurt pour recommencer du tout début, comme Hadès, ou Dead Cells. Mais à l’inverse de leur héritier, la montée en puissance peut paraitre bien longue à moins que vous ne soyez un maestro capable d’aller très loin dès le début sans avoir besoin d’avoir vu les patterns une première fois, et donc anticiper les bonnes et mauvaises combinaisons de pouvoirs. De plus Warm Snow ne propose rien d’autre que de recommencer, là où sa référence (Hadès si vous n’aviez pas suivi) proposait une évolution de la narration (nouveaux PNJs, nouveaux dialogues, nouvelles pièces) une fois de retour au point de départ, ce qui n’est pas le cas ici, l’univers est assez peu creusé que ce soit entre ou pendant les actes ou de retour d’entre les morts.

Warm Snow est un défi plutôt joli et bien réalisé mais manque de liant, d’approfondissement et ne donne pas suffisamment de carottes à chaque retour inopiné à votre base que ça soit en gain de puissance ou en narration. Ça reste un bon jeu qui saura séduire une fois ses défauts appréhendés. Il manque aussi une bande-son plus présente et entrainante.

Points forts

  • Joli
  • Bestaire diversifié (boss inclus)
  • Une vraie optimisation des armes, reliques et template à fouiller
  • Hadès me manquait

Points faibles

  • Un retour au départ peu valorisant
  • Une bande-son loin des standards de qualité du genre
  • Pas toujours simple d'appréhender les hit boxes et paterns avec une caméra très éloignée surtout sur Switch en itinérance
7.5

Good

Personne ne lis jamais ces encarts (mais tu peux cliquer sur les liens)

Mot de passe oublié