[Bar à Jeux] Akropolis

akropolis

Akropolis a connu un franc succès avant l’été et il a de bonnes chances de perdurer dans le temps. Retour sur un jeu aux mécaniques accessibles mais cachant une bonne dose de subtilités.

Prix : 26,90 €
Temps moyen : 25 min
Nombre de joueurs : 2 à 4
Âge conseillé : 8+
Auteur : Jules Messaud
Éditeur : Gigamic
Illustrateur : Pauline Détraz
Mécanismes : pose de tuiles
Version fournie par l’éditeur.

Derrière Akropolis

Nouvelle tête dans l’industrie du jeu de société, Jules Messaud. Deux jeux de société de sa part sont parus cet été, Complices et Akropolis. Ce n’est pas prendre énormément de risques si on précise que le second a fait beaucoup plus de bruit que le premier. Pour l’illustrer, Gigamic a fait appel à Pauline Detraz. Ce n’est pas une novice dans l’industrie et vous avez pu apercevoir son travail sur Au Creux de Ta Main, Dicycle Race et Plonk notamment. Il est possible d’apercevoir un bout de son travail sur son site officiel à cette adresse.

Akropolis, c’est quoi le concept ?

Akropolis récompense le meilleur architecte à l’époque de la Grèce antique. Mieux les joueurs disposent leurs quartiers, plus ils récolteront de la gloire. Pour cela, il faudra aussi penser à renflouer votre stock de pierres pour vous donner les meilleures possibilités.

Au niveau des mécaniques, on retrouve de la gestion de ressources (vis-à-vis des pierres), de la pose de tuiles (c’est en les plaçant que vous dessinerez les contours de votre Cité, avec des réglementations précises) et des objectifs (car chaque quartier différent rapporte plus ou moins de points selon leur placement).

C’est simple à appréhender, agréable à découvrir et il a le potentiel pour réunir tout le monde autour de la table. Reste à savoir s’il restera durablement dans les ludothèques des gros joueurs ou s’il peut viser de grandes récompenses. Seul le temps nous le dira. Donc nous allons nous contenter de vous expliquer le jeu brièvement et de partager notre expérience de jeu.

Voyons ça de plus près…

Dans Akropolis, tous les joueurs partent avec la même tuile de départ. C’est à partir de celle-ci que l’on devra étendre son territoire de la meilleure des façons. Tuile après tuile, on doit agencer au mieux chacun des quartiers pour obtenir le meilleur score. Chacun a ses propres règles de pose, enfin, des règles à respecter si l’on veut scorer, car rien ne vous empêche de créer un arc-en-ciel de quartiers sans valeur.

Rien d’original, jusqu’ici, mais tout est efficace et facile à prendre en main. On remercie d’ailleurs Gigamic d’avoir pensé à mettre à disposition de tous les joueurs une carte Aide permettant de se rappeler les particularités de chaque quartier (tous étant définis par un code couleur).

Deux éléments se placent au cœur du jeu afin de le rendre plus subtil qu’il en a l’air. Seule la première des tuiles disposées sur la rivière est gratuite. Pour les autres, il est nécessaire de dépenser des pierres qui représentent donc la ressource principale. Plus la tuile est éloignée, plus elle coûte cher.

La deuxième chose concerne les tuiles en elles-mêmes. Si l’on vous invite à gérer l’agencement des tuiles avec des règles précises, ce qui met un peu de sel dans tout ça, c’est que chaque quartier doit aussi être boosté par des multiplicateurs. Ils prennent la forme de cases Place avec 1 à 3 étoiles dessus (comptez x1 à x3 sur le total des points du quartier). Ces dernières sont en nombre limité et le nombre d’étoiles dépend du type de quartier. Conséquence directe, les tuiles avec des Places seront grandement convoitées par tous les joueurs. Souvent cela implique de dépenser ses pierres (ressource rare) pour choisir la tuile souhaitée.

Enfin, autre particularité, il existe une unique façon de gagner des pierres : en superposant vos tuiles, créant ainsi des étages. Mais pour cela, il faudra réussir à recouvrir des cases Carrière. En plus de gagner des pierres pour autant de Carrières recouvertes, cela double les points de chaque quartier situé sur la tuile (une tuile = 3 cases) du 2e étage. Et si vous connaissez le bonheur de créer un 3e étage, ça triple bien les points, ainsi de suite.

Le point négatif dans tout cela, c’est que les parties se ressemblent souvent à Akropolis, une fois passée celle de découverte. Lorsque l’on sait jouer, on optimisera forcément les multiplicateurs tout en plaçant les tuiles de façon optimale. Bien sûr, la question reste de savoir lesquels. Il y a 5 quartiers différents pour 5 façons de construire un jeu, mais on a tendance à jouer au moins 3 tableaux sur les 5. Les tuiles avec les multiplicateurs (Places) étant limitées (donc rares), on ne peut se consacrer à un seule ou deux facteurs score seulement, les autres joueurs passant aussi par là.

Si l’on prend tout de même du plaisir à jouer, j’ai du mal à estimer sa durée de vie à la maison.

Le scoring directement lié à l’agencement des tuiles

Si l’on peut expliquer Akropolis et commenter notre expérience de jeu, je considère utile de m’attarder sur la partie technique, et surtout le système de score. Ceci permet de comprendre les subtilités de la mécanique de jeu.

On se retrouve donc avec cinq quartiers différents :

  • Les Habitations, couleur bleu ciel. L’objectif sera de les réunir pour former le plus grand groupe possible. Son score dépend donc d’un multiplicateur x1 (les étoiles présentes sur les Places, rappelons-le). Si vous avez 3 étoiles (soit 3 Places) et un groupe de 6 Habitations présents dans votre territoire, le calcul sera simple (6 habitations x 3 étoiles = 18 points).
  • Les Marchés, couleur jaune. Ceux-là sont à isoler, c’est-à-dire qu’aucun autre Marché ne doit être adjacent. Il compte sur un multiplicateur x2.
  • Les Casernes, couleur rouge. On doit les placer en périphérie. Pareil, il faut aussi prendre des tuiles avec des multiplicateurs x2 à sa couleur associée (le rouge).
  • Les Temples, couleur violette. Pour maximiser le score avec ce quartier, il faut entourer chaque Temple (précisons que les Places, avec multiplicateur x2, également dans son cas, ne comptent pas comme des Temples. Elles ne doivent donc pas forcément respecter les règles de placement).
  • Enfin, les plus rares, les Jardins, couleur verte. Il faut simplement en compter dans son territoire. Et avec des multiplicateurs x3, ça peut vite chiffrer. Mais on en compte le moins dans le jeu.

Vous l’aurez compris, vous devrez trouver un compromis entre toutes les Places et les quartiers, et les agencer au mieux pour scorer au max. Sans oublier les Carrières qui ne comptent pas pour le score, mais qui se recouvrent aisément pour récolter des pierres. Rappelons qu’en créant des étages, on double les points des quartiers se trouvant au premier étage, triple ceux qui sont au 3e… On doit donc penser son territoire sur divers étages et extensions de surface pour optimiser son score.

Récapitulons : Akropolis m’a plu un peu, beaucoup ou à la folie ?
(ou pas du tout…)

Akropolis est séduisant et on a pris un réel plaisir à enchaîner les parties. Ses mécaniques de pose de tuiles et d’objectifs sont accessibles et parviennent à nous tenir en haleine du début à la fin. Le titre de Gigamic peut représenter un bon compromis entre le joueur occasionnel et le grand habitué des jeux. Son seul défaut lévite probablement autour du fait que les parties, d’un point de vue stratégique, se ressemblent énormément. On peut toujours tenter les variantes qui gonflent le score et alourdissent la réflexion, mais elles ne représentent pas non plus une grande plus-value.

N’hésitez pas à nous donner votre avis sur ce jeu si vous aussi vous l’avez testé via les commentaires sous l’article. Vous pouvez également venir nous rendre une petite visite sur nos réseaux sociaux : Twitter, Facebook, Instagram, Twitch, Youtube et notre compte curateur Steam.

Retrouvez nos autres tests de jeux de société en cliquant ici.

Vous avez une question sur ce jeu ? N’hésitez pas à poser votre question en commentaire, on se fera un plaisir d’y répondre !

0 0 votes
Évaluation de l'article
Toujours dans la magique potion du jeu vidéo !
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Sarazin C.
Sarazin C.
6 mois il y a

J’apprécie ce jeu qui peut se réaliser en peu de temps, mais je ne comprends pas très bien l’intérêt de posséder le pion architecte en chef, sinon qu’il permet d’être le premier joueur à faire un choix de tuile ; pouvez -vous m’en dire plus s’il vous plaît ?
Cordialement,
Claudine Sarazin

Mot de passe oublié