[Le bar à jeux] Celestia : êtes-vous prêts pour un voyage céleste ?

celestia

Nouvelle chronique qui fait son apparition sur Try aGame ! dans laquelle nous présentons des jeux de société. Cette semaine, je reviens sur Celestia, un jeu de société « stop ou encore » où les joueurs partent à l’aventure vers des cités célestes dans le but de trouver d’innombrables trésors. À bord d’un aéronef, les aventuriers devront prendre des risques afin de pouvoir visiter ces îles célestes.

Prix : 22 €
Temps moyen : 30 min
Nombre de joueurs : 2 à 6
Âge conseillé : 8+
Auteur : Aaron Weissblum
Éditeur : BLAM !
Distributeur : Blackrock Distribution
Langues : FR/AN

celestiaLa composition de la boîte.

Quand j’ai ouvert la boîte de Celestia, j’ai de suite trouvé que chaque détail était bien soigné, que ce soit au niveau des pièces à détacher ou encore des règles du jeu.
Dans celle-ci, vous retrouverez donc, en plus des règles du jeu, trois plaquettes de pièces détachables pour construire l’aéronef, deux autres pour les cités et personnages, un paquet de cartes « Équipements/Pouvoirs », un autre pour les trésors, deux sachets pour les pions et quatre dés. Concernant la construction de l’aéronef, elle reste plutôt simple et efficace, ils ont également pensé à fournir des pièces de rechange au cas où. Le petit livret de règles de jeu comporte une partie en français et en anglais.

Les règles du jeu.

Une fois l’aéronef construit, la mise en place du jeu terminée, je me lance dans la lecture des règles qui sont très bien expliquées. Le feuillet est très agréable à lire, bien illustré et présente pas mal d’exemples, ce qui est une bonne chose.
Chaque joueur choisit un pion lié à un personnage et le place dans l’aéronef, reçoit des cartes « Équipements/Pouvoirs » et se lance dans l’aventure. Ici le but du jeu est de récupérer le plus de trésors afin de totaliser 50 points. Le premier qui y arrive est le grand gagnant. Pour ce faire, il faudra prendre les bonnes décisions, à savoir si l’on prend le risque de rester sur le vaisseau – et récolter les meilleurs trésors – ou si l’on accoste dans la cité et se contenter d’un trésor avec moins de valeur.
Je commence donc la partie et je suis le capitaine du « navire céleste » – à chaque tour on retrouve un capitaine et des passagers –, je lance au premier tour deux des quatre dés qui vont déterminer les événements que JE dois affronter (des pirates, la foudre, le brouillard ou des oiseaux). Suite à cela, les passagers décident s’ils vont rester à bord ou faire escale sur l’île (et donc récupérer une carte trésor). Bien sûr, plus on avance, plus les îles rapportent des trésors de grande valeur. Une fois que chacun a donné sa décision, je dois les avertir si je peux ou non affronter les problèmes rencontrés. Je regarde donc mes cartes et je dois contrer les événements dé par dé avec la bonne carte (parafoudre contre la foudre ou encore la boussole contre le brouillard, mais il existe aussi une sorte de joker (pouvoir) qui peut tout faire). Si j’ai les bonnes cartes, je les montre et nous passons sur l’île suivante et c’est reparti pour un tour avec un nouveau capitaine (joueur de gauche) ou alors l’aéronef se crashe et zou, tout le monde retourne sur la première île, chaque joueur pioche une carte et nous recommençons un nouveau voyage.
Là où cela devient intéressant, c’est qu’il n’y a pas que des cartes « Équipements » mais aussi des cartes « Pouvoirs » qui permettent de bousculer la partie. Voyons quelques exemples de carte :

  • Débarquement : permet de faire débarquer n’importe quel joueur sur l’île.
  • Jetpack : sert à descendre en douceur sur l’île au cas où l’aéronef se crashe.
  • Coup dur : contraint le capitaine à relancer les dés sans événement (la face du dé est vide).

Les joueurs peuvent donc se mettre des bâtons dans les roues mais il faut toujours réfléchir en fonction de ce que l’on va récolter car il ne faut surtout pas se saborder.
L’auteur a pensé à réaliser une variante pour débutants qui supprime les cartes « Pouvoirs » et modifie la fin de partie pour la rendre un peu plus simple : le jeu s’arrête dès qu’un joueur obtient cinq trésors.

J’ai testé de jouer à deux joueurs puis à trois avec notamment un adulte et un enfant de huit ans et la partie est beaucoup plus amusante et intéressante à trois. Je ne pense pas rejouer à deux car c’est devenu ennuyant et pas très surprenant finalement. L’enfant de huit ans n’a eu aucun problème pour comprendre les règles du jeu et a apprécié sa session de jeu.

Pour aller plus loin

Ce n’est pas tout puisque Celestia a droit à une extension sortie en 2016 (non testée) qui apporte de nouvelles règles, cartes et pouvoirs. Cette dernière se nomme Coup de Pouce et vous pouvez vous la procurer contre 7 € à 10 €.
Si vous aimez bien les goodies, un joli tapis de jeu est disponible ainsi que des figurines en remplacement des pions.

L’éditeur BLAM ! propose d’autres jeux comme doggy Bag, Edenia ou encore Time Arena dont un article sera prochainement disponible à la lecture sur le site.

Version fournie par l’éditeur

Je trouve que Celestia est un bon jeu de société à faire en famille ou entre amis. Il vaut mieux éviter de jouer en duo et privilégier les parties à trois minimum. Le jeu est facile à prendre en main même pour un enfant de huit ans même si on s’est repris plusieurs fois à regarder la notice afin de connaître toutes les cartes le mieux possible. Merci à la fiche synthèse à la fin du livret qui est bien pratique. Les dessins sont féeriques et nous transportent dans un univers céleste. Tout est bien pensé et organisé, c’est un plaisir d’y jouer. En somme, Celestia est une belle découverte et j’ai envie de le faire découvrir à mon entourage.

0 0 voter
Évaluation de l'article
Très grande passionnée de jeux de société et jeux vidéo ❤️
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Mot de passe oublié

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
risus. nunc mattis mattis ante. leo consequat.