[Bar à Jeux] Cowboy Bebop Space Serenade

cowboy bebop space serenade

Allez on embarque vers un monde animé qui déporte sa lutte contre le grand Vicious vers un jeu de société réussi. Stratégie et semi-coopération au programme de Cowboy Bebop Space Serenade.

Prix : 50€
Temps moyen : 60 min
Nombre de joueurs : 1 à 4
Âge conseillé : 14+
Auteur : J.Benvenuto
Éditeur : Don’t Panic Games
Auteur 2 : F.Siriex
Mécanismes :
Version fournie par l’éditeur.

Tous sur un et un contre tous !

Dans Cowboy Bebop Space Serenade, on se lance dans des affrontements interplanétaires dont l’objectif final est d’arrêter Vicious, le grand vilain. Pour cela, on affronte tous les criminels de l’espace ensemble mais on collecte des points séparément et c’est celui qui en aura le plus en fin de partie qui est déclaré vainqueur. Si on déplace son personnage sur différentes planètes, cela reste du deckbuilding accessible à tous. Allez on embarque pour le Bebop pour une partie passionnante.

En photos, l’envers du décor dans lequel nous sommes plongés.

Voyons ça de plus près…

Une fois Cowboy Bebop Space Serenade mis en place, on se retrouve chacun avec son plateau, cinq figurines (Faye, Ed, Spike, Jet pour les personnages jouables, Vicious pour le grand boss de fin), son petit cube pour indiquer le carburant qu’il reste dans votre vaisseau et son deck de départ. Celui se compose de quatre cartes spécifiques au héros que vous avez choisi et six autres génériques qui ne représentent que de la monnaie.

But du jeu et points

À partir de là, l’objectif sera de se construire un deck capable de terrasser tous les criminels jusqu’à atteindre Vicious. Chaque fois que vous remplissez les conditions d’attaque (pareil pour le système d’indices, seconde façon de capturer un méchant), vous gagnez potentiellement un point à récupérer une fois que l’ennemi sera capturé. Vous pouvez donc très bien vous attaquer à deux au même criminel ou vous trouver chacun à deux endroits différents. Quoiqu’il en soit, l’ennemi doit être capturé afin de récupérer les points montrant que vous l’avez attaqué avant qu’il ne s’échappe. S’il s’échappe alors qu’il lui restait des PV, alors vous ne récupérez pas de points.

Les planètes

Qui dit batailles inter-planétaires dit voyages. Il existe quatre lieux: le vaisseau et les trois planètes que sont Ganymède, la Terre et Mars. Sachez que le voyage n’est pas gratuit. Sur le côté gauche du plateau de chaque joueur, on retrouve une jauge de carburant. Se diriger sur une planète fait baisser votre réservoir qui sera rudement mis à contribution tout au long de la partie. Il s’agit donc d’un facteur à gérer, d’autant plus que l’on retourne sur le vaisseau Bebop chaque fois que l’on capture un voyou. Derrière on pioche deux nouvelles cartes de vilains (sur laquelle on voit sa destination entre les trois planètes) qui peuvent augmenter les frais de voyage ou amener à nouveau des adversaires.

En photos, les plateaux, positions et deck de départ, le tout pris pendant l’installation du jeu.

Les principales stratégies de deckbuilding

Venons-en au cœur du jeu, les cartes. Nous commençons donc avec 10 cartes et on en pioche que 5 par tour (4 si vous êtes le premier joueur au premier tour). Nous sommes donc invités à l’améliorer en achetant au marché les cartes qui s’y trouvent et qui ont tous un prix qui oscille entre 2 et 7. Comment optimiser ? Voici les mécaniques liées aux cartes.

  • ADN des héros: Chaque personnage possède ses deux compétences. Là où la semi-coopération est bien amenée, c’est qu’un joueur peut activer le pouvoir d’un autre héros s’il se trouve au même endroit. Bonus d’indice, échange de ressources, attaque par la force sans blessure, une carte supplémentaire dans le deck, cela augmente votre marge d’action de façon intelligente.
  • ADN des cartes: Vous recevez des cartes et chacune leur bonus. En général, ce sont surtout de la monnaie (les Woolongs), de l’essence, de la Force ou des Indices. Certaines comprennent des effets supplémentaires indiqués sur la carte. Hormis celle que l’on obtient dans le deck du début, toutes ont un prix au marché. Aussi, elles sont caractérisées par des couleurs (connectées à un personnage mais peuvent être achetées par tous les joueurs).
  • La force et blessures: Pour chaque attaque subie par l’adversaire (symbole rouge) par la Force, vous devez piocher une carte Blessure. Si certaines vous enlèvent de l’essence, la majorité d’entre elles se dirige dans votre défausse (votre future pioche) ou au-dessus de votre deck. En clair, le contre-coup c’est qu’elles affaiblissent donc directement votre deck. Sachant que vous piochez cinq cartes par tour, voir sa main handicapée par une blessure (ou plus), c’est embêtant. Ne vous inquiétez pas, vous pouvez tout de même vous en débarrasser en payant le prix indiqué sur la carte. Précision, pour Vicious, ce sont 2 blessures par attaque par la Force qui sont imposées.
  • Les indices: Ils représentent la deuxième façon de s’attaquer à un criminel. L’avantage, c’est qu’ils ne provoquent pas de blessures par l’ennemi. L’inconvénient c’est qu’il en faut un peu plus pour qu’ils soient utilisés contre eux.
  • Les combos: C’est là que ça devient intéressant. Chaque carte est représentée par une couleur et certaines ouvrent l’opportunité vers un bonus de combinaison directement lié aux couleurs.
  • Le carburant: Certaines cartes comprennent aussi des bonus de carburant. Il faut donc construire son deck selon la façon dont vous attaquez sans oublier de prendre des cartes pour optimiser son carburant, surtout qu’il active les capacités spéciales de chaque héros.

En photos, le marché des cartes, les blessures pouvant être engendrées après une attaque ainsi que le personnage de Vicious qui arrive dans la dernière ligne droite d’une partie.

En résumé, vous devez réfléchir en permanence sur la façon dont optimiser votre deck. Prendre possession de cartes d’attaques, d’autres dans l’optique de préparer des combos, de gérer au mieux son stock de carburant et son total de pièces tout en faisant attention aux effets des cartes qui donnent parfois de sacrés bonus. Penser à son deck d’un côté et réfléchir à une stratégie contre les vilains, ce n’est pas quelque chose que l’on peut anticiper mais on s’adapte à tous les tours selon la tournure des événements. Ce qui est sûr c’est qu’il ne faut pas rester passif, il faut sans cesse préparer le futur.

En photo, une explication des principales mécaniques de Cowboy Bebop Space Serenade.

cowboy bebop space serenade

J’ai joué à 2 joueurs et à 3 joueurs. Dans les deux cas, ce fut plus qu’agréable. Avoir un joueur en moins ce n’est pas handicapant car dans tous les cas, on ne peut emprunter qu’une des deux capacités spéciales aux autres joueurs. De la semi-coopération très bien inspirée.

Nous sommes clairement devant un jeu stratégique qui demandera réflexion.

Néanmoins, sachant que chaque joueur est dépendant de ses cartes, le cadre est fixé. On ne pourra pas partir dans de grands moments d’anticipation et d’imagination puisque c’est le déroulement des événements qui dictera nos différentes options.

L’apparition d’un vilain peut changer toutes les cartes du marché. Un trop grand nombre de blessures peut handicaper sur le moyen et long terme, dois-je m’en débarrasser tout de suite ou vais-je reporter cela au prochain tirage ? Vais-je compter sur un petit deck pour m’assurer de piocher mes cartes les plus fortes tout en écartant les simples cartes grises le plus tôt possible ? Ou compter sur une stratégie du tas en achetant tout ce qui bouge et en ignorant les blessures ?

Étrangement, aucune stratégie n’est perdante. Les blessures peuvent se montrer contraignantes mais si l’on dépense notre monnaie pour d’autres cartes, cela peut compenser les malus. Une petite part de chance existe avec le mélange de votre deck mais c’est clairement pas cette chance qui vous fait perdre la partie.

Le jeu est simple à prendre en main et la rejouabilité est optimale notamment grâce aux très nombreuses cartes existantes dans le marché. De même, selon les personnages que vous choisissez, vous optez pour diverses stratégies. Enfin, un mode solo existe et peut rallonger la durée de vie et le plaisir.

Les rudiments du jeu sont classiques, on comprend rapidement les règles et les enjeux. Une partie et vous saurez mieux vous y prendre lors de la suivante.

Seul et unique retour dans le livret, les capacités spéciales des personnages. Sachant que l’on peut tous les utiliser, même celles des joueurs passifs, alors on ne veut pas se tromper. Néanmoins, encore une fois, tout est acquis après la première partie.

Malgré de petits moments de flottement, la première partie était déjà captivante. On ne lâche pas prise, surtout si on accroche à l’univers. Maîtriser le jeu et ses complexités ne demande pas énormément de temps et on peut varier nos choix selon les tours.

Ce qui est d’autant plus appréciable, c’est qu’il n’y a pas de mine d’or qui donne un avantage certain. Les vilains donnent entre 0 et 3 points (le max pour Vicious) et chaque perte de vie pour le criminel apporte un point. De ce fait, personne ne pourra dire qu’il a perdu à cause d’une carte qui vaut 5 ou 10 points. En soit, le suspense est maintenu et c’est vraiment agréable.

Les graphismes de Cowboy Bebop Space Serenade reprennent logiquement les dessins de l’anime. On retrouve nos héros dans différentes scènes et elles sont plutôt sympathiques. Les cartes sont donc de qualité.

À côté de cela, on retrouve les figurines tout en gris qu’il est possible de peindre à notre guise. Ce n’est pas obligatoire mais c’est un plus si on s’y attarde. Puis on sait qu’il y a des ludistes qui s’y attellent avec passion et enthousiasme. Pour ceux qui ne seraient pas fans, nous avons aussi à disposition des pions en carton colorés, plus lisibles visuellement. De mon côté, si je n’ai pas mis en couleur les figurines, je les ai toujours utilisé car je trouve ça plus sympathique.

Les plateaux sont aussi de qualité et illustrent joliment les personnages.

Les parties sont dynamiques. Il faut dire que l’on a 5 cartes en moyenne et qu’elles sont rapidement jouées. Tour à tour, on pose nos cartes puis on les met dans la défausse et on pioche nos 5 prochaines cartes pour préparer le tour suivant.

De ce fait, pendant que l’un des joueurs est en train de jouer, l’autre planifie la suite de ses opérations. C’est aussi pour cela qu’à deux joueurs, cela peut aller très vite. L’interaction entre les joueurs est présente puisqu’il s’agit de semi-coopération. On emprunte les capacités de l’autre et surtout on est animé par le même objectif, la capture des criminels.

On reste concentré sur l’optimisation de son deck et de son score. On peut se trouver sur les mêmes planètes ou se déplacer d’une planète à l’autre pour empêcher l’autre joueur de capturer le vilain, sachant que ça rapporte généralement des points supplémentaires.

Pour ma plus grande surprise, notre enfant de 10 ans a adoré le jeu de société dédié à Cowboy Bebop. Elle a eu un gros coup de cœur pour Ed qu’elle souhaite prendre à chaque partie.

Si sa première partie était laborieuse car elle vouait une obsession au personnage d’Ed (elle prenait toutes les cartes rouges), elle est parvenue à s’en sortir une fois qu’elle a saisi les mécaniques de combo et le vrai but du jeu dès sa seconde partie. Elle m’a même battu en duel ensuite avec une certaine intelligence dans l’optimisation de son deck.

Elle a montré un grand enthousiasme chaque fois qu’elle avait une main de folie et ne déprimait pas lorsqu’elle était envahie de blessures. Seul petit bémol qui n’est pas lié au jeu de société mais plus à l’univers animé, certaines images montrent Faye Valentine en tenue légère (pas à poil ni allumeuse attention). C’est une enfant de 10 ans, elle a l’habitude de voir ce genre d’images dans les dessins animés japonais mais c’était assez notable pour qu’elle s’arrête dessus, sans que cela stoppe son enthousiasme. Avis donc aux parents qui gardent le tabou sur ce genre de dessin, vous êtes prévenus !

Récapitulons : Cowboy Bebop Space Serenade m’a plu un peu, beaucoup ou à la folie ?
(ou pas du tout…)

Cowboy Bebop Space Serenade rend un hommage qui a fière allure à un œuvre d’animation classique et intemporelle. Que vous connaissiez ou non l’univers, cela ne posera aucun souci lors de sa découverte ou l’appréciation finale. Sa prise en main est facile et ses mécaniques gagnent en profondeur sans être trop complexes non plus. Plus on a joué, plus on a aimé. Il représente clairement un gros coup de cœur.

note5 ghost stories viticulture joraku cowboy bebop everdell
Ambiance (calme/vivant)
Interaction
Réjouabilité

N’hésitez pas à nous donner votre avis sur ce jeu si vous aussi vous l’avez testé via les commentaires sous l’article. Vous pouvez également venir nous rendre une petite visite sur nos réseaux sociaux : Twitter, Facebook, Instagram, Twitch, Youtube et notre compte curateur Steam.

Retrouvez nos autres tests de jeux de société en cliquant ici.

Vous avez une question sur Cowboy Bebop Space Serenade ? N’hésitez pas à poser votre question en commentaire, on se fera un plaisir d’y répondre !

0 0 vote
Article Rating
Toujours dans la magique potion du jeu vidéo !
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Mot de passe oublié

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
elit. Donec ante. eget tempus velit, Praesent dapibus fringilla